AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Strange attraction ft. Boon No

avatar
Cha Aiden
Âge : 21
Occupation : Vidéaste gaming/urbex & étudiant en art.
Quartier : Gangseo
Situation : Célibataire & joueur.
Don : Séduction.
Niveau : 4
Multicompte : Bae Jun Seo, Kang Woo Shin & Nam Min Ki.
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t671-cha-aiden-life-is-not-a-video-ga
Mer 28 Juin - 9:59

Strange attraction
Le début des vacances ça marque souvent aussi le début de la liberté. J’adore les études que je fais, mais souvent mes projets d’art me prennent du temps et je ne peux pas sortir autant que je le voudrais. Même si dans le fond, je trouve toujours un moyen d’aller m’amuser avec une bande d’ami. Au moins, pendant les vacances je n’ai pas besoin de culpabiliser, ni de bosser de longues heures ensuite, car j’aurais perdu du temps la veille au soir. Un bar gay vient d’ouvrir dans le centre-ville et je dois m’y rendre avec des amis. Une soirée de détente et de rire en perspective. J’aime ces soirées passées à ne penser à rien, juste à m’amuser et à boire un peu trop je l’avoue. Ma mère me prévient toujours de faire attention quand elle me voit sortir. Elle sait que je ne suis pas le garçon le plus raisonnable de la Terre, mais il ne m’ait jamais rien arrivé, alors elle n’a pas de souci à se faire. J’ai beau être majeur, elle reste la maman protectrice qu’elle a toujours été. Enfin, même si elle me dit de faire attention quand je sors, elle ne m’interdit pas beaucoup de choses, voire même quasiment rien et ça c’est chouette. Récemment j’avais envie de prendre mon indépendance et d’avoir mon appartement à moi, mais certaines petites habitudes vont certainement me manquer, et ça en fait partie.

Je rejoins mes deux amis dans le centre ville, vers Busanjin. Il y a du monde puisque le bar vient d’ouvrir et qu’il y a eu pas mal de promotion pour son inauguration, mais ça ne me gêne pas. Je n’ai rien contre la foule, il y a encore plus d’ambiance et ça me plais. Puis qui sait … Je trouverais peut-être un bel homme avec qui passer la soirée. Surtout si mon don pointe le bout de son nez, je ne le maîtrise pas encore assez pour le déclencher quand j’en ai envie, mais c’est parfois encore plus amusant quand je ne le maîtrise pas. Cela m’amuse d’avoir les regards sur moi et de voir quelqu’un venir me faire du charme. Enfin quand cette personne est aussi à mon goût et que ce n’est pas une femme … Mon don se fiche éperdument de mon orientation sexuelle et cela m’est déjà arrivé de devoir gentiment recaler une femme. Elle était jolie, mais je ne ressens aucune attirance pour la gente féminine, c’est comme ça, je ne l’ai pas choisis. Par contre si c’est un homme et qu’il me plais, je ne vois pas pourquoi je me priverais. Parfois c’est juste un flirte innocent qui s’initie pour la soirée, c’est amusant aussi. Ou alors ça va plus loin et je ne rentre pas chez moi de la nuit. En général je fais croire à mes parents que j’ai dormis chez un ami s’ils me posent des questions. Je n’ai pas très envie d’étaler ma vie sexuelle devant eux. Je ne décide jamais à l’avance ce qu’il se passera, même si parfois il arrive que je ne sois pas d’humeur et de refuser, mais en général ça dépend du feeling que j’ai avec l’autre personne.

Je suis au bar depuis quelques temps, assis près du comptoir toujours en compagnie de mes amis, lorsque mon regard se pose sur une silhouette qui m’est pas inconnue. J’ai déjà vu son visage … Il me semble que c’était au fast-food. Il m’arrive régulièrement d’y aller pour manger sur place ou juste prendre un repas à emporter, lorsque mes parents sont absents. On ne peut pas dire que je sois vraiment attentif à mon alimentation. J’ai déjà vu qu’il me regardait et même si cela m’intriguait, je n’ai jamais cherché plus loin. Je reporte mon attention sur la conversation animée de mes amis, buvant quelques gorgées de mon verre, mais je ne peux pas m’empêcher de détourner mon regard pas moment et là encore … J’ai l’impression qu’il me regarde. Je vais finir par croire que je lui plais ou que mon don a choisit sa cible. Ce qui est en soi, un peu la même chose. Mon don agit sur certaines personne et fait en sorte que je leur plaise. Je termine mon verre et je m’excuse auprès de mes deux amis, il m’intrigue vraiment et je ne compte pas le laisser filer. Je dois dire qu’il n’est pas repoussant. Il a un certain charme, surtout son regard, je ne saurais pas dire ce qu’il a, mais je ne suis pas insensible. Il ne me regarde plus, je ne sais pas s’il a remarqué que je m’étais levé.

- Salut, lançais-je une fois arrivé à sa hauteur. J’ai plus l’habitude de te croiser au fast-food que dans ce genre de bar …

Je lui adresse un léger sourire, pas vraiment intimidé. Je ne serais pas venu l’aborder sinon. Je n’entre pas tout de suite dans le vif du sujet, ne voulant pas le braquer et puis parfois, c’est plus amusant d’être subtil.
   

   

   
☆☆☆ Beerus


Dernière édition par Cha Aiden le Lun 21 Aoû - 16:53, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Choe Boon No
Âge : 24
Occupation : Avocat Criminel Junior
Quartier : Busanjin
Situation : Something but nothing
Don : Amplification des sentiments
Niveau : 5
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t783-choe-boon-no-it-s-always-worse-t
Dim 20 Aoû - 11:20

Strange Attraction

Why am I so obsessed with you?

Choe Boon No & Cha Aiden



J’ai besoin de relaxer. Là, maintenant, tout de suite. J’ai besoin de briser quelque chose, quelqu’un. Je veux sentir mes jointures frapper contre un fragile écosystème mental et le détruire. Défoncer une âme. Prendre une vie. Je sers les poings dans mes poches en marchant. Ma mâchoire est tellement serrée que j’en ai mal. Mais je ne suis pas capable de me calmer. Je sais que je suis en colère, et je sais pourquoi je suis en colère - on ne passe pas toute sa vie en thérapie sans rien apprendre sur sa propre psychologie.

Une perte de contrôle, réelle ou perçue, peut causer de fort sentiments négatifs chez le patient présentant un trouble de la personnalité antisociale. Je n’aime pas les surprises et je n’aime pas ne pas savoir pourquoi je réagis d’une façon que je ne comprends pas. Vous voyez,
y a ce truc qui m’énerve. Un mec que j’arrête pas de croiser. Un mec qui me reste en tête des heures après que je l’aille croisé. Il n’a rien de spécial, aucun sentiment digne d’intérêt. Il n’a sûrement jamais eu de traumatisme dans sa vie, rien qui ne lui ai causé de cicatrices psychologiques permanentes. C’est le genre de personne que je croise tous les jours, un bof auquel je ne porte pas attention.

Alors pourquoi tu ne me sors pas de la tête.

La première fois que je l’ai croisé c’était au Lotteria, en bas d’où je travaille. C’est toujours dans ce coin là que je le croise, à vrai dire. J’étais assis et je mangeais et ça a commencé, ce sentiment agaçant, cet envie viscéral de lever les yeux pour fixer… Qui? Un inconnu, insignifiant, inintéressant. Et quand il m’a vu, j’avais détourné le regard, l’estomac noué, comme si j’avais été surpris à faire quelque chose que je n’aurais pas dû faire. Comme une sale gamine amouraché de son, tellement, tellement beau prof de sport. À chaque fois que je l’ai vu, j’ai quitté les lieux rapidement. Il me rend mal à l’aise. Plus que mal à l’aise. C’est pour ça que j’ai besoin de relaxer. Je ne suis pas sûr de vouloir approfondir plus en détails. Je sais ce qui me mets en colère, et je ne sais pas comment me débarrasser, et ça m’enrage encore plus. J’ai l’impression d’être un animal affamé, incapable de se contrôler. Et je ne comprends pas, pourquoi lui. Pourquoi, des heures plus tard, quand je veux dormir, j’ai toujours son visage imprimé dans mon cerveau. L’image est trop nette, trop claire, trop détaillée; une trahison en 4K provenant de mon propre corps.

Il y a un bar qui vient d’ouvrir à Busanjin. J’ai vu des pubs trainer toute la semaine, des prospectus s’étendant dans la rue comme les feuilles à l’automne. Je l’ai noté dans un coin de ma tête. Les nouveaux bars sont parfait pour moi. La confusion qu’apporte l’ouverture permet d’entrer et sortir sans trop se faire remarquer. Les gens sont portés à boire beaucoup plus qu’à l’habitude, ne font pas trop attention à qui ils parlent, avec qui ils dansent, ou qui les entraînent dans un coin sombre. C’est un quartier que je connais pas vraiment, un peu plus huppé que ceux dans lesquels je traîne habituellement. Du coup, je suis rester en costard après le travail pour y aller directement. Ça serait sûrement pas de trop vu la clientèle plus aisée qui, j’imagine, va fréquenter l’endroit.

Sans avoir l’adresse exacte, je finis par trouver le lieu au vacarme qu’il y règne déjà. Déjà? Il est assez tard pour le commun des mortels, je suppose. Je me faufile entre les hommes qui fument à l’extérieur. Aucun problème pour entrer. Bien sûr, je n’ai pas réservé de table. L’hôte m’indique gentiment le bar avec un clin d’oeil, là où il y a déjà une bonne foule entassée. C’est un drôle d’accueil, un nouveau concept pour créer une ambiance… Amicale? Ça marche bien, j’imagine, je sens très bien la confiance claire qui émane de presque tout le monde dans la place. Les gens sont heureux, excités, enivrés. Je ne vois rien de négatif pour l’instant, rien à déguster, rien pour me délecter. Ça m’agace.

Je commande une bière au barman qui me sourit comme si je le payais pour ça. Mes deux voisins sont calés l’un contre l’autre, partageant un même cocktail avec deux pailles. Je les regarde avec dédain: comment on peut être bourré aussi vite et se comporter de la sorte avec un ami. On dirait un couple. Ils vont probablement se faire tabasser bientôt, du coup. Par leur voisin, là, par exemple. Il les fixe depuis un moment, ça doit le faire flipper lui aussi. Mais quelque chose cloche. Il devrait être fâché, ressentir du dégoût. Mais je ne le vois pas. Un autre homme est à côté de lui avec… Un homme, qui lui tient la main.

Le barman me tappe sur l’épaule pour me tendre ma bière et je me retourne bouche bée vers lui. “Oh… C’est ta première fois toi, hein?”, il me dit en souriant, encore. J’ai envie de vomir, soudainement. J’arrive plus à respirer. Je me retourne, regarde autour de moi. Je prie mentalement, supplie de mon regard, implore une fille d’apparaître devant moi. Juste une. Mais non. Je sais que ce genre d’endroit existe, que ce genre de personnes me côtoient et vivent autour de moi. Mais je ne pensais pas qu’ils s’exhibent comme ça. Qu’ils s’affichent. Qu’ils fassent la promotion de leur bar. “Allez tiens, je te l’offre, t’as l’air nerveux.” Le barman, encore. Je ne sais même pas quoi lui dire. Je prends la bouteille et en prends une gorgée. Je décide de partir dès que j’ai fini de boire ça. Et puis, ça empire.

Il est là. Et soudainement, mes pieds se bloquent. Ma respiration s'accélère et mon ventre se noue. Je ne sais pas pendant combien de temps est-ce que je le fixe avant que son regard croise le mien. Le contact me heurte comme un choc électrique et je baisse les yeux vers ma bouteille. Vide. Je ne suis pas parti. Je suis encore là. Dans un bar gay. J’ai besoin d’un truc plus fort que de la bière. Le barman me sert sans arrêter de sourire. J’ai envie de lui briser ses dents blanches. Son nuage émotionnel est blanc comme neige. Il est totalement dans son élément, rien à quoi m’agripper pour me défendre. Rien pour l’attaquer.

Salut Je crois que je suis mort, là. Le mec du Lotteria est là. Il me parle, il me regarde. Il fait une blague. Qu’est-ce que je fous ici… Je le fixe en attrapant mon verre. Je dois partir. J’ai l’impression d’être englué, de ne pas être capable d’agir comme je le veux, que mon corps ne m'appartient plus. J’ouvre la bouche pour lui dire que c’est une erreur, qu’effectivement je ne viens pas dans ce genre de bar. Que je ne suis pas comme ça. Je ne suis pas gay.

Non...” Je continue de le regarder, incapable de finir ma phrase. Confus, contrarié, je veux m’expliquer, me sauver, mais mes semelles semblent vissées dans le plancher. “Tu viens souvent ici?” J’ai envie de m’étrangler tellement j’ai honte que mes lèvres se comportent n’importe comment. J’espère qu’il va me trouver tellement con qu’il va tourner les talons et me laisser là.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cha Aiden
Âge : 21
Occupation : Vidéaste gaming/urbex & étudiant en art.
Quartier : Gangseo
Situation : Célibataire & joueur.
Don : Séduction.
Niveau : 4
Multicompte : Bae Jun Seo, Kang Woo Shin & Nam Min Ki.
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t671-cha-aiden-life-is-not-a-video-ga
Lun 21 Aoû - 16:52

Strange attraction
M’amuser, sortir avec des amis, profiter de ma jeunesses, tout cela fait partie de mes passes temps favoris, alors bien entendu quand j’ai su qu’un bar gay allait ouvrir à Busanjin, je n’ai pas réfléchis longtemps pour décider de m’y rendre. Je n’y suis pas allé seul, j’ai deux amis qui sont aussi homosexuel et je leur ai proposé de venir avec moi. Qui sait, nous ferons peut-être des rencontres intéressantes et à défaut, nous passerons certainement une bonne soirée entre amis. Je ne sors pas toujours dans des clubs de ce genre, je n’aime pas l’idée d’être toujours classé, les gays d’un côté et les hétéro de l’autre, mais au moins quand je veux draguer, je sais qu’il y a moins de chance de créer une situation gênante. J’ai déjà jeté mon dévolu sur un homme qui s’avérait être hétérosexuel et qui n’a pas pris de pincettes pour me dire d’aller voir ailleurs. Qu’il ne soit pas attiré par les hommes c’est une chose, mais ça ne l’obligeait pas d’être irrespectueux. Je n’ai pas hésité à l’insulter en retour. Les gens comme ça ont tendance à m’agacer, manquer de respect et d’ouverture d’esprit, c’est quelque chose que j’ai du mal à cautionner. On m’a déjà sorti que j’étais tout autant fermé d’esprit pour ne pas accepter que certaines personnes n’aiment pas côtoyer des homosexuels. Sérieusement ? On devrait accepter de vivre avec des personnes qui nous crachent leur haine à la figure ? Il ne manquerait plus que ça !

Enfin, je ne suis pas là pour penser à ce genre d’incident fâcheux. Je discute un bon moment avec mes amis, un verre à la main. Quoique, ce n’est plus le premier maintenant … Je regarde parfois autour de moi, observant les personnes qui entrent et sortent du bar. Il y a des hommes plutôt beaux, je ne peux pas le nier, mais encore personne qui m’a vraiment tapé dans l’œil. Je ne regrette pas d’avoir attendu un peu, puisque mon regard se pose sur une personne que je n’attendais pas du tout ici. Je ne l’ai pas vu entrer … Je devais être concentré sur notre conversation quand il est arrivé. Je me contente de l’observer de loin pour le moment. Pour une fois que les rôles sont inversés, habituellement c’est le contraire. S’il croit que je ne l’ai pas vu me fixer quand je vais manger ou prendre un repas à emporter au Lotteria. Je finis mon verre en compagnie de mes amis, puis je m’éclipse. J’ai bien l’intention d’en savoir plus au sujet de cet homme. Est-ce que c’est mon don qui agit sur lui ou est-ce qu’il est vraiment intéressé ? Je dois dire qu’il m’intrigue et m’intimide légèrement, mais j’essaie d’avoir l’air confiant. Je devrais peut-être écouter mon instinct, mais c’est quelque chose que je fais rarement … Je m’approche de lui sans réfléchir, je veux en savoir plus … C’est une trop grosse coïncident pour la laisser passer.

Arrivé à sa hauteur je le salue poliment, attentif à ses réactions, qui pourront peut-être me dire si c’est mon don qui agit sur lui ou non. Si c’est le cas, je n’y suis pour rien, il s’est activé seul en sa présence. La première fois que je l’ai remarqué au Lotteria, c’est justement parce qu’il n’arrêtait pas de me regarder. Maintenant, que je suis tout proche de lui, je sens à nouveau ce sentiment d’intimidation que j’essaie d’ignorer. En même temps de m’intimider, son aura m’intrigue et m’attire aussi. Je suis certain que cette soirée peut se révéler amusante. Il commence à me parler, mais il ne termine pas sa phrase. Je m’attendais à ce qu’il me repousse pendant quelques secondes, mais finalement sa question est contradictoire à cette impression. Je souris amusé. Il aurait presque l’air adorable, on dirait que c’est moi qui l’intimide, alors que je n’ai pas grand-chose pour en vérité. Sauf, si mon don fait des siennes. Il peut avoir cet effet chez les autres.

- Pas vraiment puisque le bar vient d’ouvrir, mais ça m’arrive de sortir dans des bars gays, après tout, c’est ici que j’ai plus de chance de trouver ce qui m’intéresse.

Je sous-entends clairement que je suis homosexuel, mais en même temps, en croisant quelqu’un ici c’est la première hypothèse qui vient à l’esprit. Même si je conçois qu’il y a peut-être d’autres personnes qui se retrouvent ici pour X raisons.

- Tu as décidé d’abandonner le Lotteria pour ce soir ? C’est une drôle de coïncidence tout de même … Je pourrais presque croire que tu me suis, lançais-je taquin.

J’essaie clairement de lui faire du rentre dedans, même si je ne suis pas très direct. Si cela ne lui plait pas il pourra me le dire. Je ne me vexe pas tant que c’est dit avec respect. Bien que parfois ce soit un peu décevant quand un vrai beau gosse me recale. Enfin, c’est la vie. Le contraire est aussi vrai, cela m’arrive de refuser les avances de certaines personnes. Je regarde son verre à moitié vide.

- Je t’en offre un ? Rien de mieux que de faire connaissance autour d’un verre.

Je me tourne vers le bar et commende un cocktail pour moi, avant de faire à nouveau face au jeune homme, attendant qu’il me dise ce qu’il veut boire. Je n’ai pas encore obtenu sa réponse, que je pense à autre chose.

- Pardon, je ne me suis pas présenté, je m’appelle Aiden, il ne me semble pas que je connaisse ton prénom …

Bien sûr que non, puisque c’est la première fois que je lui parle. C’est une façon comme une autre de l’inviter à se présenter à son tour.

- Comme ça je ne serais plus qu’un simple inconnu et tu n’auras plus de bonne raison de refuser mon invitation.

Je lui souris toujours attendant une réponse, pendant que le barman prépare mon cocktail. Il est plutôt pas mal d’ailleurs, je dois l’avouer, mais ce n’est pas trop mon style d’homme. Je ne suis pas venu pour lui de toute façon, j’ai quelqu’un d’autre en tête pour la soirée.
   

   

   
☆☆☆ Beerus
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Choe Boon No
Âge : 24
Occupation : Avocat Criminel Junior
Quartier : Busanjin
Situation : Something but nothing
Don : Amplification des sentiments
Niveau : 5
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t783-choe-boon-no-it-s-always-worse-t
Dim 3 Sep - 0:55

Strange Attraction

Why am I so obsessed with you?

Choe Boon No & Cha Aiden



Les mots se déversent de sa bouche en un flot ininterrompu comme une éruption volcanique. De la lave brûlante qui se déverse vers moi, pour moi. Je regarde ses lèvres s’ouvrir et se refermer, sa bouche qui s’étire en différents sourires qui ponctuent ses phrases. Le flot m’inonde, m’étouffe tandis que j’essaie de reprendre le contrôle. Son attention est le Vésuve et moi je suis Pompéi. J’espère être bientôt enseveli. Et mourir.

J’ai chaud. Pas parce que je suis en train de brûler vivant, malheureusement. Ses mots m’interpellent, excitent mon imagination. Des pensées se frappent dans ma tête comme si mon cerveau ne m’appartenait plus. Est-ce le cas? J’essaie de les combattre, de mettre en application les trucs que mon psy m’a donné en consultation pour contrôler ma colère. Mais ce n’est pas de la colère que je ressens. Ça n’a rien à voir.

Il me parle du Lotteria, me demande si je l’ai suivi. Je fais un bruit bizarre, un genre de rire nerveux que je ne contrôle pas. Pourquoi j’ai l’estomac en noeud? Je veux lui dire que je ne veux pas le voir. Que je ne le suis pas. Que c’est peut-être lui qui me suis. Je veux le frapper, lui arracher les yeux. Je veux arrêter de le dévisager. Mais pas vraiment.

Est-ce que je veux boire un truc? Non, je veux partir. Mais ma tête hoche toute seule de haut en bas. Il me dit son nom et je frissonne. Je sais ce qu’on est en train de faire et je ne comprends pas pourquoi est-ce que je suis en train de participer. Est-ce qu’il m’a hypnotisé? Il m’a drogué?

Enchanté. Moi c’est Boon No. Et je vais prendre la même chose que toi.” Je sens mes lèvres s’étirer dans un sourire que je ne veux pas faire. Mon coeur me bats dans les tempes, désespéré lui aussi de la situation actuelle. J’essaie d’ignorer les pointes d’émotions d’Aiden qui se dirige vers moi comme des flèches empoisonnées. Y a-t-il une raison pour laquelle le sentiment de désir a besoin d’avoir une forme aussi menaçante? Des fils s’étendent aussi autour de moi, comme si j’imitais mon interlocuteur. Les pointes sont tendues vers lui, leurs têtes oscillant comme un cobra devant un charmeur de serpent. Exactement comme ça. Comme si mon propre désir était hypnotisé par Aiden. L’idée fait caler mon estomac et je déglutis avec peine. Est-ce que je suis face à un autre Wonpil, encore plus vicieux?

J’attrape mon verre dès que le barman a fini de le préparer. C’est un truc trop sucré, pas quelque chose que je bois normalement. Je l’enfile d’un coup. Est-ce que l’alcool va me relâcher de cette impasse? Ou m’y rendre plus sensible? “C’était quoi ce truc?” Encore ce bruit bizarre, ce rire dénaturé qui sort de ma gorge sans que je puisse le contenir. Je souris. “Tu veux faire des shots?” On dirait que ma bouche a décidé de trouver par elle-même si l’alcool est la solution à mon problème.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cha Aiden
Âge : 21
Occupation : Vidéaste gaming/urbex & étudiant en art.
Quartier : Gangseo
Situation : Célibataire & joueur.
Don : Séduction.
Niveau : 4
Multicompte : Bae Jun Seo, Kang Woo Shin & Nam Min Ki.
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t671-cha-aiden-life-is-not-a-video-ga
Lun 4 Sep - 15:48

Strange attraction
Quand quelqu’un m’intrigue, je ne me gêne pas pour me montrer plus entreprenant, surtout dans ce genre de soirée. Ça ne fonctionne pas à tous les goûts, bien que je n’apprécie pas spécialement me faire rejeter. Ma fierté en prend un coup. Même si au final, je passe rapidement à un autre homme. Ce soir, celui que j’ai repéré semble plutôt réceptif. Pour être honnête, ce n’est pas la première fois que je l’ai repéré. Je l’ai régulièrement croisé au Lotteria. J’y mange souvent, ne faisant pas spécialement attention à mon alimentation. J’ai la chance d’avoir une morphologie à mon avantage. J’émets l’hypothèse qu’il me suive, plus pour plaisanter qu’autre chose, mais je le sens nerveux.

- Tu peux te détendre, je ne vais pas te manger … Enfin pas vraiment.

Le voir aussi tendu, c’est trop tentant de glisser un sous-entendu. C’est ma façon de détendre l’atmosphère.

- Enchanté Boon No, ce n’est pas très commun comme prénom.

C’est moi qui dis ça. Aiden, ça ne court pas les rues non plus. Quand on connait ma nationalité, on comprend mieux. Officiellement, sur les papiers, je suis Australien et j’ai simplement des origines coréennes du côté de mon père. J’aurais tendance à dire que je me sens plus Australien, puisque je suis né là-bas et que j’y ai vécu toute ma vie jusqu’à mes quatorze-quinze ans. Au départ, je détestais vivre ici, puis j’ai rencontré des amis, je m’y suis habitué et maintenant, j’aime la Corée presqu’autant que mon pays natal, qui reste malgré tout précieux à mes yeux.

Je continue d’essayer de faire fonctionner mon don et de le concentrer sur Boon No. C’est lui que je veux attirer dans mes filets ce soir. Je ne sais pas si je vais réussir, j’ai encore du mal à le contrôler. Vu que ce n’est pas la première fois que je le surprends à me regarder, je n’aurais peut-être même pas besoin d’utiliser mon don sur lui. Je commande un cocktail assez fort et je prends la même chose pour Boon No comme il me le demande. Je paie nos consommations et tourne mon regard vers lui, en attendant que le barman ait terminé. Je hausse lentement les épaules, lorsqu’il goûte le cocktail que j’ai commandé.

- Juste un cocktail aux fruits et à la vodka, indiquais-je.

Il n’a pas l’air d’avoir aimé, mais le bois tout de même d’une traite. Je fais de même peu de temps après. Contrairement à lui, j’aime beaucoup ce cocktail, mais sa proposition me plait bien.

- Hm … Pourquoi pas.

Je me tourne vers le barman pour lui demander quelques shots. Il me demande quelle alcool je préfère et je me tourne vers Boon No pour avoir une réponse sans reformuler la question. Je réponds au serveur peu de temps après et je focaliser à nouveau mon attention sur le jeune homme à mes côtés. Il a l’air plus vieux que moi, mais sans doute d’à peine quelques années.

- Tu as besoin de boire pour te laisser aller ? demandais-je amusé.

Comme il ne s’est pas encore montré clairement réticent, je me permets un peu plus de liberté.

- Je peux t’aider à te détendre, sur ces mots, ma main vient se poser sur sa cuisse.
   

   

   
☆☆☆ Beerus


Dernière édition par Cha Aiden le Dim 10 Sep - 10:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Choe Boon No
Âge : 24
Occupation : Avocat Criminel Junior
Quartier : Busanjin
Situation : Something but nothing
Don : Amplification des sentiments
Niveau : 5
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t783-choe-boon-no-it-s-always-worse-t
Dim 10 Sep - 4:49

Strange Attraction

Why am I so obsessed with you?

Choe Boon No & Cha Aiden



De la tequila. J’ai commandé des shots de tequila. Avec les quartiers de citron et tout. Les shots par excellence des putes dans les bars les moins fréquentables. Les filles qui lèchent le cou de leur client avant d’y verser du sel et d’enfiler l’alcool comme des pros. Comme elles le font tous les soirs tandis que ça les tue à petit feu. Pas l’alcool, le sexe contre de l’argent. Les clients dégueulasses qui se croient tout permis. Qui leur tape le cul comme si c’était normal. Et ce l’est, normal, pour elles. Normalement, je m’infiltre entre eux deux, entre consommateur et consommée. Je cueille les pommes pourries. Je les écrase, j’en fait du jus, de la compote. Mais pas ce soir. Ce soir, c’est moi la pute. C’est moi qui fait des shots.

J’ai envie d’éteindre mon cerveau. J’ai besoin d’arrêter d’y assister. Être témoin de ces actions, de ces mots, sans pouvoir y faire quoi que ce soit. Quel genre de nouvelle torture est-ce que c’est? J’ai le corps engourdi, la capacité émotionnelle d’une tasse de café, mais l’esprit clair, froid. J’ai le visage chaud, la bouche étiré dans un sourire niais, con. Est-ce que mes yeux reflètent quelque chose? Est-ce que Aiden va enfin voir au fond de moi que j’ai envie de le tuer? De le baiser. Je clignes des yeux lentement, essayant d’ignorer les pensées qui me parasitent l’esprit. Est-ce que c’est ce qu’on ressent quand on fait un cauchemar? Est-ce que l’impuissance est voisine de la peur? Vous le savez, vous?

J’ai déjà la salière dans la main. Je ne crois pas que j’ai déjà fait ça. J’ai jamais vraiment fait la fête. Je reste dans mon coins, normalement. Je fais pas des shots avec un autre gars. Je ne me lèche pas la main en le fixant dans les yeux comme s’ils étaient ma bouée de sauvetage. Je hoche la tête quand il me demande si j’ai besoin de boire. Je sais pas si ça va vraiment me détendre. J’espère que ça va me rendre malade. Si je suis trop malade, mon corps va finir par arrêter de bouger tout seul. Alors buvons. Le liquide ambré me coule au fond de la gorge, brûlant comme si c’était de l’alcool à friction. Est-ce que c’est plus efficace quand c’est dégueulasse? J’ai déjà les dents enfoncées dans un morceau de citron quand mes oreilles enregistrent finalement ce que Aiden me dit. Que la pression sur ma cuisse et les syllabes qui ont été prononcé se mettent en relation.

Sur le moment, je pense que je vais vomir. M’évanouir. Mon cerveau va imploser, commencer à se liquéfier et me couler par les oreilles. J’ai chaud. Ça me monte à la tête. Mais rien. Je subis. Je reste là sans réagir, sans pouvoir réagir. Je regarde mon désir s’enrouler autour de ses doigts à lui, impuissant. Un chaton gavé de lait serait plus agressif. Je veux fermer mes yeux. Je veux plein de trucs mais y a que les trucs que je veux pas qui fonctionnent. J’enlève le citron de ma bouche, le goût acide ayant chassé la tequila. C’est terrible: je vais lui répondre.

Ok.

Suave, Boon No. Super subtil. Délicat. J’ai une partie de moi très satisfaite de cette réponse maladroite. L’autre se morfond. Elle est pas très douée avec les mots, faut croire. C’est pas moi, je sais pas qui c’est, mais c’est pas moi. Si je voulais vraiment flirter, j’aurais dit autre chose. “Je vais avoir besoin de plus de détente que ça, par contre.” par exemple. Je lui tendrais la salière et un shot. J’aurais pu faire la salope, après qu’il m’ait donné le feu vert. J’aurais enfilé un autre citron entre mes lèvres, l’invitant à venir le chercher après avoir fini son verre. Le jus me coule sur le menton et je l’essuie d’une main distraite. Du jus? L'acidité, je sais ce que c’est. Je l’ai fait. Je l’ai fait encore. Ma bouche a parlé. Ma bouche a parlé ce que mon cerveau ne voulait pas dire. Et mon corps s'est occupé du reste. Et là j'ai un citron dans la gueule à attendre qu'Aiden s'en empare.

Combien de temps est-ce que ça prend avant de mourir d’un coma éthylique?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cha Aiden
Âge : 21
Occupation : Vidéaste gaming/urbex & étudiant en art.
Quartier : Gangseo
Situation : Célibataire & joueur.
Don : Séduction.
Niveau : 4
Multicompte : Bae Jun Seo, Kang Woo Shin & Nam Min Ki.
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t671-cha-aiden-life-is-not-a-video-ga
Dim 10 Sep - 10:46

Strange attraction
Je ne m’attendais pas à ce que la soirée prenne une telle tournure. Au départ, je voulais simplement le taquiner, ayant remarqué à plusieurs reprises son regard tourné vers moi. Je ne pensais pas que je finirais accoudé au bar, prêts à m’enfiler quelques shots. Pourtant, ça me plais beaucoup. J’aime la tournure que cette rencontre prend. L’alcool me rend moins prudent, je ne le suis déjà pas beaucoup en temps normal. L’idée de ne pas rentrer seul ce soir, me plais encore plus. J’aime profiter de ma jeunesse, des hommes qui peuvent s’intéresser à moi. Si l’attirance est réciproque, pourquoi se priver et se retenir de se faire plaisir. Les paroles de Gabriel me reviennent brièvement à l’esprit. Je devrais faire attention. Un jour je pourrais tomber sur un homme qui n’a pas que des bonnes intentions. Cependant, elles sont rapidement effacées par quelques gorgées d’alcool. Je ne fais rien de mal, je ne fais que m’amuser et il n’a pas l’air contre du tout, pourquoi je me priverai ? J’ai envie d’aller plus loin, de voir ce que cette soirée me réserve vraiment. Jusqu’où il est prêt à aller, mais son regard posé sur moi en dit déjà long. Est-ce que c’est mon don qui le rend comme ça ? Peu importe, si je peux profiter d’une nuit à ses côtés, la cause n’est pas très importante.

Je ne le lâche pas des yeux, lorsque Boon No prend son premier shot. L’alcool a l’air de le détendre et c’est exactement ce que je veux. Il n’a pas être tendu de la sorte. Je ne vais pas le manger, du moins pas littéralement. Je préfère rais que ce soit l’inverse … J’ai envie que ce soit lui qui s’occupe de moi, vous avez très bien compris ce que je veux dire par-là. Ma main se pose sur sa cuisse, lui chuchotant que je peux moi aussi, l’aider à se détendre. Ce n’est pas un problème. Il ne se montre pas réticent, j’en déduis qu’il n’est pas contre. Je sais bien que je ne suis pas suffisamment intimidant pour que quelqu’un n’ose pas me dire non. Surtout qu’entre nous deux, celui qui avait l’air le plus intimidant, c’était lui. Même si l’alcool semble quelque peu le changer. Pas en mal, non, loin de là. L’alcool le rend d’autant plus intéressant et je pense que la soirée pourrait prendre une tournure qui va beaucoup me plaire. Que ce soit chez lui ou dans une chambre d’hôtel … Mes parents sont là ce soir, je ne peux décemment pas ramener un homme à la maison. Encore moins pour ce genre de chose, même si cela m’arrive parfois, quand ils sont absents.

- Ce n’est pas un problème, on a tout notre temps … assurais-je en prenant le shot qu’il me tend et la salière.

L’alcool s’est déjà mélangée à mon sens, rendant mes sens moins alerte, mais j’aime cette sensation de flottement. Ce bien être, comme si plus rien n’importait. Le liquide alcoolisé me brûle à nouveau les lèvres et un léger sourire malicieux se dessine sur mon visage, lorsque je pose à nouveau mon regard sur Boon No. Au départ, sa réponse était plutôt décevante. Comme une façon de me repousser, alors que je commençais à bien m’amuser. Cela dit, il s’est vite rattrapé. Je peux l’aider à plus se détendre, ce n’est pas un problème. Nous avons toute la soirée devant nous et je compte bien le mettre à l’aise avant qu’il ne se passe quoique ce soit. Mon but n’est pas de le forcer, juste de l’aider à s’amuser. Je ne refuse pas son invitation silencieuse, je me penche encore plus vers lui. Une main appuyé sur le haut de sa cuisse et l’autre venant légèrement caresser sa nuque. Je mords dans le citron entre ses lèvres, fermant les yeux pour profiter de cette sensation. Mes lèvres frôlent les siennes et un frisson secoue mon corps. C’est lui que je veux ce soir, pas un autre … J’attrape le morceau de citron pour le coincer dans ma bouche et poser plus franchement mes lèvres sur les siennes. Je ne fais pas durer le contacte trop longtemps, mordillant sa peau avant de me reculer. Rien ne m’empêchera de recommencer plus tard, selon sa réaction. Je meurs d’envie de m’emparer une nouvelle fois de ses lippes. De sentir ses mains sur mon corps … Un léger soupire m’échappe. Je ne dois pas trop m’emballer.

- Est-ce que je dois en déduire que tu es davantage détendu ? Ou je peux encore faire quelque chose pour t’aider ? On peut aller ailleurs pour continuer la soirée, si tu veux ...

Ma main est toujours posée sur sa cuisse, la caressant discrètement de mon pouce. Je ne regrette absolument pas d’avoir faussé compagnie à mes amis ...
   

   

   
☆☆☆ Beerus
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Choe Boon No
Âge : 24
Occupation : Avocat Criminel Junior
Quartier : Busanjin
Situation : Something but nothing
Don : Amplification des sentiments
Niveau : 5
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t783-choe-boon-no-it-s-always-worse-t
Dim 10 Sep - 17:25

Strange Attraction

Why am I so obsessed with you?

Choe Boon No & Cha Aiden



Plus que l’horreur de la situation. Plus que le fait que je me sens dégringoler le long d’une pente que je n’avais jamais envisagé, ni même imaginé. Plus qu’une perte de contrôle totale. C’est plus que ça, pire que ça. Je veux l’haïr, je veux en être malade. Mais il n’y a que dans ma tête que cette cassure existe. Il n’y a pas de confusion quand ma bouche prend la parole. Il n’y a pas de malaise dans mon corps quand un étranger s’en approche dangereusement. Il n’y a que mon esprit qui est pris de vertiges, qui proteste silencieusement sans que personne ne l’écoute. Lequel des trois est-ce que je suis? Aucun? Tous à la fois? Si je pense quelque chose mais ne le ressent pas, est-ce vraiment la réalité?

Et le pire ça serait, qu’au fond, ça ne soit pas aussi désagréable que je voudrais que ce le soit. J’ai envie de mourir. Si c’est possible, si c’est vrai, je vais me tuer. Je vais le tuer et je vais me tuer ensuite. Je vais vomir. Mais le dégoût n’est pas là, ne vient pas. J’ai l’impression de crier dans le vide, d’être enfermé dans une cellule d’isolement. Pourtant il n’y pas de murs capitonnées autour de moi. Est-ce que je fais une crise de dépersonnalisation? Mon psy pensait que j’en faisais souvent plus jeune, quand je lui parlais des émotions des autres. Avant que je comprenne que ça n’arrivait qu’à moi, qu’il n’y avait que moi qui pouvait voir ça, faire ça. S’il n’y qu’une seule voix au creux de moi qui proteste, une seule objection à cet échange… Est-ce que je fais parti de la majorité? Est-ce que cette voix a même un poid? Je lui en donne un depuis le début, je l’écoute, je la laisse me persuader de me rendre malade. Est-ce que je me suis menti? Est-ce que j’essaie de freiner parce que c’est la première fois que je comprends pas, que je ne comprends absolument pas ce qui est en train de m’arriver? Plutôt mourir que de prendre cette voie. Plutôt mourir que de me trahir.

Je bois, mais je ne bois pas. Je fume, mais je ne fume pas. C’est faux, c’est prétendu. Je ne me souviens plus de la dernière fois où j’ai eu une conversation authentique avec quelqu’un. Ou même si c’est déjà arrivé. Je mens comme je respire, ça ne m’affecte pas vraiment. Ça ne me dérange pas, c’est une question de survie. Avec Haneul, c’était pareil. Ça me faisait rien. C’était un rôle: le petit copain parfait. Alors, c’est facile de garder la même direction. Il n’y a rien qui s’emmêle dans vos jambes, rien pour vous faire trébucher. Il suffit d’être cohérent. Mais il n’y a rien de cohérent ici. Il n’y a rien de cohérent entre Aiden et moi. Il n’y a rien entre Aiden et moi. Littéralement. On est collé. Nos bouches sont collées.

La voix me dit que je devrais dégueuler. Mais elle est moins forte. Est-ce qu’elle doute d’elle-même? C’est la première fois qu’un garçon m’embrasse. C’est la deuxième personne qui m’embrasse de ma vie. L’autre c’était Haneul. Et Haneul est morte.

Haneul. C’était toujours calculé. C’était mon investissement le plus important, un engagement dont elle n’était pas au courant, et qui avait pris fin au moment où elle avait commencé à le questionner. Ça avait toujours été sec, froid pour moi. J’avais plus de plaisir à chasser la nuit qu'à la voir durant la journée. Les chasses avaient cet appel instinctuel, un appétit cruel qui n’était satisfait que par la destruction d’une autre vie.

Et là? C’était un autre genre d’envie. C’était une autre sorte de bête qui grognait. Qui grogne. C’est quelque chose d’animal aussi, une satisfaction coupable. C’est enivrant, déroutant. Ça me rappelle la première fois. Ma première fois. Quand j’étais sorti chasser la première fois. Quand j’ai détruit pour la première fois.

Ses lèvres me quittent. Je garde les yeux fermés, digérant doucement la situation. Rien de désagréable. Et même si j’essayais de le prétendre, je ne sais plus si j’en serais capable. Je suis tourné vers lui, son pouce traçant des cercles dans ma chair, enroulant encore et toujours plus mon désir autour de lui. Mais je le remarque à peine. Ça ne m’importe plus. J’arrache un nouveau verre de sur le comptoir et le fini cul sec en grimaçant. Puis je souris. Ce n’est pas aussi mauvais que la voix l’affirmait. Ça rend les lumières flous, comme si elles étaient derrière des nuages. Ça me donne le vertige mais j’aime ça. J’aime ça. Est-ce que j’ai déjà aimé quelque chose dans ma vie? Je souris sans y penser, sans devoir y réfléchir. La voix s’est tue.

Je repose le verre à shot sur le bar, à l’enver. J’ai l’impression d’être tellement normal. De faire parti des poissons, de ne plus nager à contre-courant. Je hoche la tête en réponse à toutes les questions d’Aiden. Oui, oui, oui. Ses traits se mélangent sur son visage et ça me fait rire. Je ne sais pas trop quoi faire alors je me penche sur lui. J’attrape sa bouche avec la mienne au milieu d’un fou rire incontrôlable. Il a encore le goût du citron sur les lèvres, comme un tatouage invisible.

Je recule seulement parce que je suis à bout de souffle. J’étouffe. J’ai chaud. Mais vraiment, je suis en costard. Je tire sur ma cravate sans y faire attention. Sur l’instant, c’est qu’un bout de tissu. Demain, je vais regretter d’avoir chiffonné un bout de tissu aussi cher. Mais je ne le sais pas encore. J’ai les yeux fixé dans ceux d’Aiden, et ça ne me dérange pas. J’ai déjà atteint ma vitesse de croisière, il n’y aura pas grand chose pour me stopper. On se rend jusqu’à destination ou on crash, il y aura pas d’entre deux.

Tu veux sortir d’ici?” Ma voix sonne lointaine, mais c’est probablement juste à cause de la musique. J’ai presque envie d’aller danser. D’essayer de danser. De me faire écraser par des tas de corps en sueurs. Un corps en sueur. Moi aussi je suis en sueur. Je détache quelques boutons de ma chemise. J’ai déjà mon veston sous le bras, je réalise. Faut pas que je l’oublie. Faut pas que je le laisse là. Ni à l’hôtel. Au love hôtel. C’est là qu’on va? J’ai vu des motels en montant la colline. Ceux qui louent des chambres à l’heure, ou par sections de 3 heures. Ils sont toujours près des bars, près des clubs. Près des noraebang aussi. Ceux qui ont des hôtesses dans la salle. Love hotel.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cha Aiden
Âge : 21
Occupation : Vidéaste gaming/urbex & étudiant en art.
Quartier : Gangseo
Situation : Célibataire & joueur.
Don : Séduction.
Niveau : 4
Multicompte : Bae Jun Seo, Kang Woo Shin & Nam Min Ki.
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t671-cha-aiden-life-is-not-a-video-ga
Mar 12 Sep - 22:02

Strange attraction
Dans un premier temps j’étais venu le voir par simple curiosité. J’avais déjà remarqué son regard posé sur moi et ça m’amusait beaucoup, alors je voulais faire plus ample connaissance. Dans ce genre de soirée, je n’écarte jamais aucune possibilité pour finir la nuit. Seulement, je ne pensais pas que ça prendrait cette tournure quand je me suis approché. Je me disais que tout au plus, je lui ferais un peu de rentre dedans pour le taquiner. Un baiser serait peut-être échangé, mais de loin et a manie de détourner le regard chaque fois que je le remarquais, je le pensais plus réserver. Je suis plutôt surpris de ne pas le voir reculer face à mes avances, mais ce n’est pas pour me déplaire. Comme je disais, je n’écarte jamais une seule possibilité et c’est celle que je préfère. Finir la soirée en compagnie d’un bel homme. Je dois dire qu’il est plutôt attirant. Son regard a quelque chose de légèrement intimidant, un regard brun perçant … Je dois bien avouer que ça m’attire. Ma main toujours sur sa cuisse, puisqu’il ne l’a pas repoussé, je me penche vers lui pour mordre dans le quartier de citron qu’il tient entre ses lèvres charnues. Puis j’en profite pour lui voler un baiser, c’était bien trop tentant et je sens un long frisson parcourir mon corps. Il dégage quelque chose qui me plais.

Je mordille sa lèvre avant de reculer et de récupérer le citron qui est cette fois entre mes lèvres. Je glisse ma langue sur mes croissants de chairs, mon regard ancré dans le sien. Un léger goût acide persiste, je meurs d’envie de recommencer.

- Eh bien … Je ne te pensais pas comme ça, mais … Je dois dire que ça me plais … Beaucoup même.

Je reste proche de lui, ma main posée un peu plus haut sur sa cuisse, caressant lentement cette zone de son corps qui est certainement assez sensible. Ses réponses positives me font sourire.

- Je t’avais dis que je t’aiderais à te détendre … Et ce n’est que le début …

Oh oui, ma phrase est pleine de sous-entendu. Et cela ne tient qu’à lui de quitter le bar pour un endroit plus intime. Un endroit où nous seront tranquilles, seuls … Je n’étais pas venu avec cette idée en tête, mais je ne vais pas refuser d’avoir un peu de compagnie ce soir et encore moins de prendre un peu de plaisir. J’aime m’amuser, profiter de ma jeunesse, succomber aux hommes qui me plaisent tant que je le peux encore. Mon don m’aide beaucoup je dois l’avouer et c’est aussi à cause de ça que je me comporte ainsi. Il faut bien que je m’entraîne à le contrôler. Et il me faut donc des cobayes, en toute sympathie bien sûr. Je ne force jamais personne, même si je dois avouer que mon don c’est un peu de la triche. Il facilite un peu plus l’alchimie, c’est tout …

Je le laisse venir m’embrasser, riant avec lui. Je peux deviner qu’il est ivre et même si l’alcool me rend plus léger, je ne suis pas bourré, pas encore. Je n’ai pas besoin de cela de toute façon. Ivre ou pas, s’il accepte de venir avec moi, je ne suis pas celui qui changera d’avis. Je l’embrasse avec envie, commençant à bien lui faire comprendre ce que je désire pour la suite. Je suis souvent très directe, mais au moins, personne ne peut dire qu’il ne savait pas où je voulais en venir.

- J’aimerais beaucoup. Je veux sortir d’ici … Avec toi. Qu’est-ce que tu en dis ? On pourrait s’amuser, rien que tous les deux ...

Je lui souris malicieusement. Je laisse mon regard glisser sur son corps, alors qu’il déboutonne légèrement sa chemise. Je me mordille la lèvre, je suis sûr que sous ses vêtements il y a beaucoup de chose à admirer. Je le vois se lever et je fais de même. Je lui tends un autre shot que je viens de commander au serveur.

- Un dernier pour la route ?

Je prends un short pour moi aussi et je le bois cul-sec sans m’embarrasser de citron ou de sel. L’alcool me brûle la gorge et me monte immédiatement à la tête, un sourire malicieux sur les lèvres. Avant de sortir, j'attrape son col, laissant mes doigts glisser à travers la légère fente des quelques boutons qu'il a ouvert un peu plus tôt. Je l'attire près de moi et je l'embrasse avec envie, glissant ma langue sur sa peau et mordillant sa lèvre. Je me recule en souriant et le le suis ensuite à l’extérieur, sans le lâcher d’une semelle. Je sais très bien où nous nous rendons et j’ai plus que hâte. Il n’y a rien de mal à profiter. Je sais que mon don c’est sans doute mêlé à l’alcool, mais je ne sais pas si je peux le faire tenir aussi longtemps, alors peut-être que Boon No en a aussi réellement envie.

- Il y a un love hotel pas loin … indiquais-je en passant mon bras autour de sa taille.

Je me moque des regards autour de nous, je n’ai jamais eu honte de mon homosexualité et encore moins quand j’ai un coup dans le nez. Je ne pense plus à grand-chose, juste à l’homme à mes côtés. Dans ce genre de quartier, les love hotel sont légions et nous nous arrêtons rapidement, pas le temps de faire un choix précis. De toute façon un love hotel, reste un love hotel, tant qu’il y a un lit confortable ça ira, nous n’avons pas besoin d’autre chose ...
   

   

   
☆☆☆ Beerus
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Choe Boon No
Âge : 24
Occupation : Avocat Criminel Junior
Quartier : Busanjin
Situation : Something but nothing
Don : Amplification des sentiments
Niveau : 5
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t783-choe-boon-no-it-s-always-worse-t
Mer 13 Sep - 22:33

Strange Attraction

Why am I so obsessed with you?

Choe Boon No & Cha Aiden



On me tend un verre. Un autre shot. Je le prend, l’enfile. Je manque ma bouche de moitié et l’alcool me coule dessus. Ça me fait marrer. Je croise le regard du barman. Il est pas content. Il sourit pas. Il sourit pas du tout. Peut-être parce qu’il est tout seul. Peut-être parce que j’ai foutu de l’alcool partout. Je sens des doigts se glisser sur mon torse, invitants à la seule distraction auquelle j’ai envie. Ils m’attrapent, me tirent tandis qu’une bouche se colle contre la mienne, encore une fois. Ça me donne encore plus chaud. Mais c’est une chaleur différente, pas quelque chose auquel je voudrais échapper. Je veux pas échapper à rien de ce qui arrive.

Le contact se rompt sans que j’y mette fin. Est-ce que je contrôle encore quelque chose? J’attrape son poignet dans ma main, un geste qui m’est très familier dans d’autres circonstances. La situation est à la fois si similaire et si différente, j’ai l’impression de marcher sur une ligne. Et je ne marche plus droit, plus droit du tout. Si je tire l’autre derrière moi, je me retiens aussi à lui. J’ai du coton dans les jambes, c’est pas possible. La salle valse, la porte semble si loin. Je frôle les gens en cherchant à les éviter, j’en heurte la majorité. Je m’excuse d’une main mais je ne sais même pas s’ils me remarquent. On est tous pris dans une brume épaisse, je ne sais même plus où je commence et où je finis. Il n’y a que l’air plus froid qui m’annonce qu’on est sorti. Il fait plus clair à l’extérieur qu’à l’intérieur, mais le ciel est encore noir. Je vois des gens qui fument et ça me donne envie. Machinalement, je trouve mon paquet et m’enfonce une cigarette entre les dents. J’en prend une bouffé avant de la donner à l’autre. Aiden. À Aiden.

C’est drôle, on dirait presque qu’il y a du brouillard dans la rue. Les lumières sont floues, les gens sont flous. Les néons sortent du lot, brillants, vibrants; ils clignotent tous à un tempo différent. Les caractères sont difficiles à discerner malgré leur clarté apparente. À cette heure, il n’y a pas grand chose d’ouvert: c’est soit des noreabang ou des motels. Ou quelque chose du genre, j’ai pas vraiment envie d’y réfléchir. Il y a un love hotel pas loin . Je pouffe de rire: bien sûr qu’il y en a un pas loin. Il y doit y avoir 50 dans le coin. C’est un quartier comme ça. Je tire sur ma cigarette en marchant. Je sais plus si c’est une nouvelle ou si Aiden me l’a redonnée. Elle est presque finie. Je le sens calé contre moi, son bras passé autour de ma taille, possessif. Mon bras est passé autour de ses épaules, désinvolte mais lourd de sens. J’ai la bouche étirée dans un sourire de merde, je le sais, mais je peux pas m’en empêcher. Je marche sans savoir lequel de nous deux mène l’autre. Ça devrait être moi. Je devrais prendre le contrôle. J'accélère le pas.

On passe quelques enseignes affichant divers prix. Pour une heure. Pour deux heures. Je continue de descendre la rue, à la recherche de quelque chose d’un peu moins crasse. Puis je vois une entrée avec des rideaux, ceux qui servent à cacher le stationnement, pour pas qu’on voit les voitures qui y sont. Ha ha. Je tire Aiden vers moi et nous emmène derrière les franges qui pendent dans l’ouverture. Je ferme les yeux en traversant, les laissant courir sur ma tête sans les écarter.

L’accueil est silencieux, froid. Le préposé nous regarde entrer sans ciller, sans sourire, s’inclinant exagérément pour nous saluer. Ça m’amuse à nouveau. Il pense que je réalise pas ce que son regard veut dire. Que je vois pas le dégoût qui danse autour de sa tête, comme un nuage de moustiques particulièrement écoeurant. Si j’avais le temps, je lui détruirais l’esprit. Ma gorge se contente de rire doucement, insensible aux éclairs dans son regard. Je lâche Aiden, attrape mon portefeuille quelque part dans une poche. “Vous pouvez pas fumer à l’intérieur, monsieur.” Hein? Je le fixe un instant. Ah. Ma cigarette. C’est ça le problème? Je ressors, jette le mégot dans le cendrier, sur la pile qu’il y a déjà.

Je reviens, jonglant doucement avec mon portefeuille entre mes deux mains. “Je vais prendre une chambre pour la nuit. Un lit. Pour deux.” Je le fixe, espérant une remarque, quelque chose sur lequel attaquer. Il ne dit rien, tape sur son ordinateur pendant une minute. J’ouvre mon portefeuille, commence à feuilleter toutes mes cartes en attendant qu’il finisse. J’ai 10 cartes de crédit prépayées mais je prends celle à mon nom - c’est elle qui a le plus de fonds qui y sont rattachés. Je signe distraitement sur la machine et je reçois la carte à puce. Il faut libérer la chambre avant 11h et... Je lui fais signe de se taire sans l’écouter, agitant la main, agacé. Il fait trop froid dans ce hall d’entrée.

Il fait moins froid dans l’ascenseur, plaqué contre lui. Les parois en miroir me renvoient notre réflexion, de plus en plus floue, des centaines de fois. On dirait un rêve, comme si je me regardais faire à la troisième personne, comme si mon esprit s’était soudainement séparé de mon corps. Mon corps, pressé contre le sien, impatient, affamé. Je lui dévore le visage sans délicatesse, mes mains appuyés dans son dos pour le forcer contre moi. Mon bassin se frotte graduellement sur lui, trop avide pour que je le contienne. Même arrivés à notre étage, on reste encore quelques instants de plus, la porte ouverte, à la vue de n’importe qui qui voudrait bien nous voir. Je lâche prise quand l’ouverture vient pour se refermer, mon pied venant se coincer entre les deux parois pour l’empêcher de repartir.

Je m'accroche au mur en entrant dans la chambre, étourdi. “Tu veux aller prendre ta douche en premier?” Je l’attrape par le col et le pousse contre la porte de la salle de bain. On fait presque la même taille, je suppose. Ça fait bizarre... Comme si on était égaux ou quelque chose. Est-ce que je pourrais le dominer? Est-ce qu’il me laisserait faire? Et s’il dit non, est-ce que j’arrêterais? Je glisse mon pouce et mon index sous sa mâchoire, autour de sa gorge, sans serrer. Je sens son coeur battre dans ses jugulaires, pressant contre mes doigts, sa respiration rapide. Comme la mienne. “Dépêche-toi, j’ai pas envie d’attendre.” Il voudrait pas que je doive le rejoindre pour le faire sortir, hein… Faudrait vraiment pas que ça arrive.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cha Aiden
Âge : 21
Occupation : Vidéaste gaming/urbex & étudiant en art.
Quartier : Gangseo
Situation : Célibataire & joueur.
Don : Séduction.
Niveau : 4
Multicompte : Bae Jun Seo, Kang Woo Shin & Nam Min Ki.
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t671-cha-aiden-life-is-not-a-video-ga
Sam 16 Sep - 11:58

Strange attraction
J’ai hâte de poursuivre la soirée. Je propose un dernier verre à Boon No, avant que nous quittions le bar. L’alcool le rend visiblement maladroit, la liqueur coule sur ses lèvres, puis son menton. Je l’attire vers moi pour l’embrasser avec envie, récoltant les gouttes qui coulent sur sa peau. Il a l’air réceptif et il ne m’a pas encore repoussé, alors je continue, ne pensant plus une seule seconde à mon don. Je sens juste mon corps qui appel le sien. Boon No attrape mon poignet et je me laisse entraîner à sa suite. Je n’ai aucune envie de faire demi-tour maintenant, je suis certain que la soirée vaudra la peine. Je le détaille du regard, ne pouvant pas m’empêcher d’imaginer ce que cache cette couche de vêtement. Je ne fume pas souvent. Ça m’est arrivé, mais ce n’est pas devenu une habitude. Pourtant je ne refuse pas la cigarette qu’il me propose. Je prends quelques bouffées avant de la lui rendre.

- J’espère que ce n’est que du tabac … souriais-je en glissant mon bras autour de sa taille.

Je sais qu’il a envie de la même chose que moi, du moins c’est ce qu’il fait comprendre, alors nous commençons à marcher vers un love-hotel. Ici nous avons l’embarras du choix, mais je ne suis pas difficile. Tant qu’on peut passer une bonne soirée ensemble. Je me sens possessif envers lui. Juste pour ce soir, je veux qu’il n’y ai que moi. Je souris en sentant son bras autour de mes épaules. Je me laisse guider par Boon No. L’alcool me rend plus léger et je me contente de le suivre. Il choisit l’endroit où nous nous arrêtons, je ne proteste toujours pas. L’employé nous regarde bizarrement. Est-ce qu’il a quelque chose contre les relations homosexuelles ? J’imagine que les personnes qui viennent ici on souvent la même idée en tête et vu comme nous étions enlacés, il doit se douter de nos intentions. Si j’étais moins ivre je lui aurais certainement dit ma façon de penser. Pour le moment j’attends simplement que Boon No revienne. Je le laisse payer la chambre, sa précision me tire un sourire amusé. Avant de partir, je l’attire vers moi. Je viens l’embrasser sans plus de cérémonie, jouant avec sa langue, mordillant sa lèvre et tout ça sous les yeux de l’employé qui se décompose. Bien sûr, c’était le but … Je ne peux pas m’empêcher d’emmerder les gens comme lui.

- On y va, j’ai très envie de toi … ajoutais-je pour bien terminer et aussi dans l’espoir d’attiser un peu d’excitation chez mon amant d’une nuit.

Je me laisse entraîner vers l’ascenseur, jetant un regard à l’employé, sans oublier de lui adresser un léger sourire. Je me moque de ce qu’il peut bien penser. J’ai eu ma petite vengeance et je ne vais pas m’empêcher de vivre pour des gens comme lui.

Je me laisse pousser contre la paroi de l’ascenseur, répondant à son baiser, explorant son corps du bout des doigts. Son bassin se frottant contre le miens, ses lèvres sur ma peau, ses mains qui découvrent mon corps … Toutes ces sensations me donnent terriblement chaud et je soupire contre ses lèvres, suivant ses mouvements. Je glisse mes mains sous son haut, basculant ma tête en arrière pour lui laisser un meilleur accès à mon cou. Je n’ai aucune envie de m’éloigner de ce corps chaud … Je me laisse tout de même entraîner jusqu’à la chambre, malgré le vide que son corps loin du miens semble laisser. Je veux encore sentir ces sensations exciter mon corps et mettre tous mes sens en éveil. Un léger gémissement m’échappe lorsque mon dos bute contre la porte de la salle de bain.

- Tu veux aller te doucher … Avant ? Demandais-je un peu surpris.

Après tout, si la soirée continue sur ce que j’ai en tête, autant prendre une douche après … Si nous ne nous endormons pas comme des masses juste après. Sa main sur mon cou me tire un frisson. Je lui souris malicieusement.

- Si tu tiens tant que ça à te doucher … Pourquoi on irait pas ensemble ? J’ai très envie de voir ce que tu caches là-dessous.

Je glisse ma main le long de son torse, m’arrêtant sur son bas ventre. Je meurs d’envie d’aller plus loin, mais j’ai aussi envie de profiter de ce qu’il voudra bien m’offrir pour cette soirée. Je viens à nouveau glisser mes mains sous son haut voulant provoquer quelques frissons à ce corps qui m’attire tant ce soir. Je caresse sa chute de rein, son dos, puis ses fesses, collant son bassin au miens, exactement comment il le faisait quelques minutes plus tôt dans l’ascenseur. De toute façon, je ne compte pas m’éterniser sous la douche, j’ai bien plus intéressant en tête et je compte bien obtenir ce que je veux.
   

   

   
☆☆☆ Beerus
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Choe Boon No
Âge : 24
Occupation : Avocat Criminel Junior
Quartier : Busanjin
Situation : Something but nothing
Don : Amplification des sentiments
Niveau : 5
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t783-choe-boon-no-it-s-always-worse-t
Hier à 5:24

Strange Attraction

Why am I so obsessed with you?

Choe Boon No & Cha Aiden



Sa réponse me fait tiquer un instant: je sais pas pour lui, mais j’ai passé la journée habillé comme ça, ça serait pas mal de pas sentir le cadavre pendant que… Qu’on… Je me frotte les yeux, espérant que ça va stabiliser la pièce qui tourne. La pièce, ou ma tête, j’en suis pas trop sûr. La pensée me tire un nouveau sourire; j’ai déjà oublié qu’il m’a confronté. Et je sens ses mains sur moi, brûlantes, diaboliques. Je lui retourne son haut par dessus la tête en le repoussant doucement, ouvrant la porte à tâtons derrière lui.

Je laisse couler l’eau tandis que je me déshabille fébrilement, les mains rendues maladroites par l’alcool. Je le laisse se dépêtrer dans ses vêtements, déjà trop occupé avec les miens. J’ai l’impression que tout se déroule au ralenti, comme si la réalité avait été altérée. Et, dans un sens, oui, elle l’est. Parce que soudainement, je suis sous la douche, le jet en plein visage. Mon cerveau se demande si c’est un événement prémonitoire et je ne comprends pas ce qu’il veut dire. La shampooing me coule dans les yeux tandis que je finis de me rincer. Mes pieds me retournent. Aiden est là. Prévisible, je sais. C’est moi qui lui ait demandé de venir. Pourquoi déjà? Je laisse mes yeux glisser de sa tête à sa b… Il est nu. Bien sûr qu’il est nu, moi aussi, on est dans la douche, c’est normal. Normal?

J’ai jamais...” Les mots s’étouffent dans ma gorge, comme s’ils s’étaient effondré les uns sur les autres. Qu’est-ce que je veux lui dire? Qu’est-ce que je dois lui expliquer? “C’est la première fois...” J’ai l’impression que quelque chose gratte à l’intérieur de mon crâne, qu’une souris essaie de me percer le cerveau, de me faire passer un message. Mais on a déjà dit. On a déjà décidé que c’était plus moi. Que j’étais plus aucune des parties de mon corps, et qu’on forme un tout désengagé. “Avec un mec.” Mes gestes de la main ne veulent rien dire et je ne sais même pas ce que j’essaie de communiquer. Je veux chasser la souris, je veux retomber sur mon nuage, celui sur lequel je flottais dans l’ascenseur. Collé contre Aiden. Encore. Je suis en train de le refaire.

Je pourrais vous analyser la situation pendant des heures, mais la vérité c’est que je ne réfléchis pas vraiment. Je le laisse aller contre moi sans trop penser à ce que je fais, seulement concentré sur l’envie que j’ai, qui me pousse depuis le début. Mes hanches s’avancent vers lui, instinctivement, nos bouches déjà jointent, encore et toujours. On se frôle, tout en bas, et je lâche un hoquet de surprise. C’est très différent sans une barrière de tissu entre nous, presque trop intime. Ça me monte à la tête, j’en ai des vertiges, et recule d’un pas. J’ai besoin de prendre un autre verre. “Je vais t’attendre de l’autre côté.” Mes mots trébuchent encore, je comprends pas ce que je dis. Mais je sors quand même, nouant une serviette autour de ma taille avant de prendre la porte, haletant.

J’ai envie de lui et ça me donne mal à la tête. J’ouvre le mini-bar sous la télé, sortant les bouteilles d’eau sans leur accorder la moindre attention. Soju, soju, soju. Je dévisse la bouteille et en prend une gorgée à même le goulot. Ça goûte la merde, comme d’habitude. J’en attrape une autre, au cas où, et m’installe sur le lit, calé contre un oreiller. Je continue de boire, les yeux fermés, laissant le brouillard revenir m’envahir l’esprit, tendant l’oreille pour savoir quand la douche va s’éteindre. J’ai le coeur qui bat au fond de ma gorge. Et, en avalant une énième gorgée, je me rends compte que je suis nerveux.

Revenir en haut Aller en bas
 
Strange attraction ft. Boon No
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» boon petit chien 6 ans a adopter spa 27
» 07. Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde
» Cours de niveau 2, L'Attraction et la Répulsion.
» You met me at a very strange time of my life. |-| w/ Harley Teller
» Attraction Animale (Pv Isaac)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Wonder in Busan :: BUSAN :: BUSANJIN-
Sauter vers: