AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Help me

avatar
Kim Jin Ah
Âge : 19
Occupation : Etudiante en Art
Quartier : Buk
Situation : Célibataire
Don : Électrokinésie
Niveau : 1
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t868-kim-jin-ah-uc-100
Sam 10 Juin - 22:55
HELP ME

MOON KUN & KIM JIN AH

C’était une journée banale auriez pu vous dire. Mais en fait, rien n’était banale depuis hier. Tout avait commencé en cette journée de cours. Jin Ah s’était levé, apprêté et était pour une fois de bonne humeur. Matériel à dessin dans le sac. Elle partait pour l’université. Rendu à son casier, elle fut abordée par un jeune homme. Elle eut peur tout d’abord, mais rien à craindre, ce jeune homme ne faisait que de la coller. Ok, tout avait l’air inquiétant. Il la suivait dès qu’elle sortait des cours, dès qu’elle y entrait, dès qu’elle prenait un café à la machine. Partout, à tous moments. A croire qu’il n’avait aucun cours, lui. Elle trouvait ça bizarre qu’il la colle comme ça, mais après tout, elle devait agir comme si elle n’était pas particulière. Elle se laissa aborder et en apprit plus sur le jeune homme, prénommé Kun. Aucune sonorité coréenne, un étranger ? En tout cas, ils parlaient de choses et d’autres, de son arrivée tardive à Busan, de son départ de Séoul. Pas de la raison bien sûr, mais son ancienne vie. Elle parlait de ses études en art. Il parlait de ses études en biochimie. En une journée ils ont bien appris à se connaître me direz-vous. Jin Ah notait toute fois sa présence bizarre. Pourquoi faisait-il cela ? Très bonne question. Le soir, elle rentra chez elle, il l’avait enfin lâché. Non pas qu’elle en avait marre, mais c’était… BIZARRE. Seul mot qui convenait à cette situation. Elle se reposa sur son lit, puis se mit sur son bureau pour dessiné. Plusieurs heures après, elle se fit à manger, puis se coucha sur la digestion. De quoi lui provoquer des maux de ventres dès la matinée suivante.

D’ailleurs, elle se leva avant son réveil. Elle avait fait un cauchemar. Elle dormait seulement trois ou quatre heures par nuit. Elle repensait à ce qu’il s’était passé à Séoul avant qu’elle n’arrive à Busan, cela la maintenait réveillée une nuit entière. Elle vit ses médicaments sur sa table de chevet. L’étudiante n’en avait pris aucun la vieille. Voilà, la raison de ses insomnies. Elle prit un fruit en guise de petit déjeuner et prit sa douche. Une robe blanche fit l’affaire pour aujourd’hui. Elle se mit sur son bureau où elle avait abandonné son dessin la veille. Elle le prit et le tendit devant elle pour voir ce qu’elle pouvait en faire. Elle le reposa sur son bureau. Elle verra plus tard. L’heure d’aller à l’université se profilait. Elle mit de simples sandales et prit son sac qu’elle avait abandonné la vieille. Direction l’université.

Rendu dans l’établissement, sa journée se faisait seule. Kun n’était pas revenu l’embêter. Encore un pari à la con entre garçons ? Un garçon c’est débile de toute façon. Ils font toujours des choses un peu bizarres en présence de filles. Jin Ah assistait à ses cours comme en temps normal. Le déjeuner fut bref, elle le passa à la cafétaria avec Hisae comme à son habitude. Son premier cours de l’après-midi, puis une grosse pause dans sa journée. Enfin… Elle décida de rester un peu dans la salle pour revoir un peu ses cours. Prête à se lever pour sortir, un garçon lui barra la route. Qu’est-ce que c’était encore que ce délire ? Il s’avança vers elle avec un regard menaçant. « C’est Kun qui l’envoie » pensa-t-elle en premier lieu. Le jeune garçon lui prit la main de force, qu’elle retira aussitôt. Son cœur commençait à trembler, sa respiration se fut très irrégulière. Comme bloquée dans un bocal, elle regardait partout pour trouver un endroit où s’enfuir. Elle se précipita vers une des fenêtres, mais le garçon la prit par son bras pour la traîner jusqu’au tableau. Il la plaqua contre le tableau très violemment. Le rebord lui fit très mal au dos. Jin Ah tenta de crier mais la brute mit une main sur la bouche de l’étudiante. Des larmes sortirent de ses yeux. Son cœur lui paraissait une charge très lourde et sa respiration se faisait de plus en plus entendre. Elle voulait vomir tout son petit déjeuner. Tout son corps se mit à trembler. La lumière de sa pièce s’en faisait ressortir. Jin Ah essayait de se débattre tant bien que mal. Elle réussit à mordre la main du jeune homme avec ses dents. Il cria et la plaqua encore plus au tableau. Une douleur beaucoup plus douloureuse que tout à l’heure.


code by awib. forumactif .com
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Moon Kun
Don : Rêve prémonitoire
Niveau : 1
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Juin - 0:10
HELP ME

MOON KUN & KIM JIN AH

Une salle de classe ? Kun s'était réveillé avec cette image en tête, en étant convaincu d'avoir été témoin d'une scène -s'il pouvait appeler ça ainsi- ayant lieu à son université. Avec le matériel significatif de l'université nationale de Busan. Mais il finit par se raisonner, toutes les salles de classe se ressemblaient. Ce n'était que des tables, des chaises, et un tableau. Rien de plus, rien de moins. Pourtant, malgré toutes ses tentatives pour retrouver la raison, il n'y croyait que moyennement. Un pressentiment, qu'il ne saurait expliqué, et c'est ce qu'il y avait de plus frustrant, l'empêchait de parvenir à croire qu'il s'agisse d'une salle de classe quelconque. Il y pensait encore, alors qu'il était à table, à prendre son petit déjeuner sous le regard soucieux de son grand frère. Avant même que ce dernier ne pose de question, Kun le devança : « Rien, j'ai juste mon exposé sur les énergies alternatives, aujourd'hui ». Il n'aimait pas mentir à son frère, mais il n'aimait pas non plus le tourmenter avec ces histoires de rêves prémonitoires qui prenaient tous les jours -ou plus exactement tous les soirs- un peu plus de terrain sur sa vie, l'étouffant presque. Il suffoquait.

Pourtant, il se sentit étrangement soulagé le matin, en arrivant à l'université, lorsqu'il croisa cette fille. La fille de son rêve. Il l'a suivit jusqu'au département d'arts (sans savoir dans quoi il s'embarquait) et il l'aborda. A vrai dire, avant d'ouvrir la bouche, il n'avait pas vraiment réfléchi à quoi lui dire. Heureusement, faire la conversation n'était plus un grand défi pour lui. Après un simple « Salut » lâché le plus naturellement du monde, il avait poursuivit en lui faisant remarquer qu'il ne l'avait jamais croisé auparavant, ce qui n'était pas étonnant au vu de la superficie de l'université, et du fait qu'ils ne soient même pas dans une filière commune, mais pourvu qu'elle n'y voit pas là quelque chose d'étrange pensa-t-il. Il ignorait si ça avait été le cas ou non, mais il se permit de la suivre l'ensemble de la journée, l'accompagnant à ses cours, se tenant "hasardeusement" là à chaque fois qu'elle en sortait. La journée se déroula ainsi ; avec lui essayant de lui apporter une compagnie sympathique en apparence, et la surveillant ainsi par la même occasion et avec elle qui devait certainement le mettre dans la catégorie de "type bizarre" mais qui ne le repoussait pas pour autant. En fin de journée, il alla même jusqu'à la raccompagner chez elle, poussant un soupir de soulagement uniquement lorsqu'elle referma la porte de chez elle pour reprendre sa vie. Tout comme lui allait reprendre le cours de la sienne.

Le lendemain, il se l'était donc plus ou moins sortie de la tête. Il ressassait un peu dans son esprit à quel point il avait dû lui paraître étrange, à quel point sa démarche avait été stupide et ne lui ressemblait pas. Il ne se mêlait généralement pas à la tournure de ses rêves ; il n'était même pas sûr de pouvoir un impact sur eux. Certes, il ne s'était rien passé hier, mais il n'avait aucune certitude quant au fait que son agression devait avoir lieu hier, ou bien plus tard. Son "don" se limitait à voir des choses qu'il ne devrait pas voir, des choses qu'il se serait bien passé de voir, bien souvent.

Mais il n'éprouvait aucun regret d'avoir été un peu trop curieux, et de s'être permis un tour dans le département des arts, à la recherche de ce visage qu'il avait côtoyé l'espace d'une journée. Il voulait juste s'assurer qu'elle menait effectivement sa vie, comme si son rêve n'allait jamais se réaliser, comme s'il n'avait jamais existé (même si certaines images restaient encore bien trop imprégner dans son esprit). Il était dans l'un des nombreux couloirs de l'université, très peu voire pas du tout fréquenté à cette heure, et les lumières s'étaient mises à crépité comme dans son rêve. Tantôt allumé, tantôt éteinte, et cela beaucoup trop rapidement pour qu'il puisse s'agir de quelque chose d'anodin. Pourtant, comme dans son rêve, il n'arrivait pas à se l'expliquer. Avant qu'il ne trouve de solution à cette énigme, un cri envahit soudainement le silence ambiant, et le courant coupa une bonne fois pour toute. Sans réfléchir, il se dirigea vers le cri en question, c'est-à-dire vers une salle de cours à quelques mètres de lui, plongée dans le noir avec seulement quelques reflets de l'extérieur. « Jin Ah ? ». Il savait qu'elle se trouvait ici ; il savait aussi qu'elle n'y était pas en sécurité, et c'est pour cela qu'il s'avança franchement dans la salle sans se demander s'il pouvait y avoir ou non un objet devant de lui. Il n'y en eut aucun, si ce n'est son pied qui tapa dans quelque chose d'assez mou, mais suffisamment raide à la fois pour qu'il n'ose pas y poser son pied. Il s'accroupi pour y toucher avec les mains et identifier de quoi il pouvait bien s'agir et alors là, tout commença à aller bien plus vite.

Il n'avait pas reconnu des traits féminins, et il avait donc rapidement comprit lequel des deux étaient cloués au sol. Dans sa tête, après s'être remémorer son rêve et la façon avec laquelle il avait essayé de toucher Jin Ah, cette façon répugnante qu'il avait eu de la traiter ainsi... tout ce qu'il se disait c'était "tant pis pour lui". Néanmoins, il ne pensait pas avec conviction ce qu'il disait, ce n'était que les pensées spontanées d'un sale gosse qui mesurait pas nécessairement l'ampleur de la situation. Il avait donc besoin de vérifier. « Va fermer la porte ». Son ton était quelque peu autoritaire, mais il ne recelait aucune méchanceté. Après tout, il était du côté de la jeune fille, qui avait certainement cherché à se défendre. Il espérait juste qu'elle ne soit pas aller trop loin, tandis qu'il cherchait un poul. Ses épaules s’affaissèrent uniquement après s'en être assuré. « La lumière ne s'allume plus ? ». Car il n'arrivait pas à faire le lien entre cette coupure de courant, et Jin Ah, même si une fois de plus, les deux lui semblaient être étroitement liés.


code by awib. forumactif .com
Revenir en haut Aller en bas
 
Help me
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Wonder in Busan :: BUSAN :: BUK :: Université Nationale de Busan-
Sauter vers: