AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 family portrait (sun)

avatar
Bae Noa
Occupation : lycéen, protecteur des animaux, organisateur de tea parties
Situation : y'a son coeur qui bat, un peu plus vite. comme un premier tourment.
Don : Persuasion
Niveau : 3
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t480-noa-empty-gold#7613
Dim 21 Mai - 17:38
portrait de famille
   

Noa sourit. Son éternel sourire de bien heureux, d’enfant idiot, tandis que son regard dévie. Il glisse, le malicieux, vers le profil de l’adolescent assis à ses côtés. C’est devenu une routine, depuis quelques temps déjà. Sun vient dans sa petite caravane et ils étudient ensemble. Ses notes s’améliorent aussi. Noa déteste toujours autant étudier, mais c’est plus drôle avec le brun et il veut qu’il soit fier de lui aussi. Même si le môme ne peut s’empêcher pour autant de faire des conneries, le taquiner ou prendre plus de temps qu’il ne le faut pour résoudre un exercice. Il a appris à vivre avec ses battements de cœur qui s’accélèrent quand leurs mains s’effleurent sous les nombreux papiers. Il a même l’impression qu’elles se touchent trop souvent. Il a appris à vivre, aussi, avec ce souvenir de leurs deux lèvres qui se caressent avec douceur. Accident. Simple écart d’une fois, celui à ne pas répéter. Pourtant il ne pense qu’à ça, ça l’obsède. Il veut y goûter encore. Mais il ne sait pas comment faire, il ne se voit pas juste sauter sur son ami. Il n’a pas envie de créer un malaise. Sun n’est plus resté dormir une nouvelle fois. Il faut dire que le temps a été clément ces jours-ci. Un beau soleil, un ciel dégagé. Noa joint les mains chaque soir en espérant une averse. Rien à faire. Toujours cette chaleur. Comme s’il avait besoin de quelques degrés de plus quand le sourire de Sun est suffisant entretenir un feu en lui.

Il soupire. « Je n’y comprends rien. » Plainte d’enfant de sa petite voix alors qu’il vient mettre une pagaille dans ses courts cheveux blonds, pour ensuite les remettre en place. « Tu me réexpliques ? Désolé, je suis un idiot. » Il rit, s’esclaffe. Il en profite pour se pencher lentement vers Sun. Il hume son odeur, pose sur main sur son avant-bras nu, leurs manches retroussées. Mais ce petit moment à deux est vite brisé. On toque à la porte de sa caravane. C’est sa mère qui leur intime de les rejoindre pour le diner et l’adolescent ne peut qu’obéir. […] Il ne sent pas à sa place, dans cette grande table, dans ce costume sur mesure que sa maman lui avait tendu.

Il pose son regard sur sa famille et les invités. Des investisseurs de ce qu’il a compris et il a l’obligation de bien se tenir, être poli, garder la tête baissée et manger calmement. Tout ce que Noa, le sauvage, n’arrive pas à être. Il sait que la punition sera sévère s’il échoue. Alors il fait de son mieux. Ses mains posées nerveusement sur ses genoux, il jette un regard vers Sun. « Pardon de t’avoir entrainé ici. » Son ami n’a pas à s’infliger tout ça.

   

   

   
☆☆☆ Beerus
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nam Sun
Occupation : lycéen, réaliste et désespéré, voire désespérant à plein temps.
Situation : seul et pourtant, il ressent quelque chose.
Niveau : 3
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 22 Mai - 0:57
portrait de famille
   
Et il tourne la page. Son cœur bat toujours un peu trop vite. Rythme infernal. Il peut remercier Noa pour ça. C'est son sourire qui le met dans cet état là. Ils n'arrêtent pas de se frôler. Leurs doigts se touchent, leurs têtes rentrent presque en collision lorsqu'ils se penchent pour l'exercice. C'est comme ça depuis plusieurs jours. Sun vient aider Noa avec les cours. Au début, ce n'était que l'anglais mais au final, ils regardent d'autres matières. Peut-être aussi que plus ça dure, plus ils passent de temps ensemble. Travailler est une opportunité. Oui, celle de se voir. De se regarder, de se toucher involontairement ou presque. Parce que depuis cette nuit-là, il n'y a pas eu de baiser. Sun se souvient encore de cette sensation. Celle des lèvres de Noa qu'il fixe un peu trop. Et puis il essaie de chasser des idées inappropriées. Il se re-concentre, continue à aider Noa. Oui, ce Noa qui le taquine, le fait sourire et lui change les idées. Et le besoin d'explications se fait sentir. Je n'y comprends rien. Les yeux de Sun dérivent sur son visage. Ils s'arrêtent sur ses lèvres. Et puis ils en sont chassés par ses mots. « Tu n'es pas un idiot, arrête. » Sun redevient sérieux un instant. « Tout le monde ne comprend pas dès la première fois, ce n'est pas grave. » Sun n'aime pas quand il se dénigre. Il déteste ça même. Mais Noa rit alors il sourit quand même. Un peu plus lorsqu'il se penche vers lui. Sun commence à nouveau son explication. Il a pourtant du mal à la formuler. La main de Noa sur son avant-bras le trouble. Et il le regarde. Sauf que toute tentative de rapprochement est interrompue. Quelqu'un toque à la porte. Et là, les mots fusent.

[...]

Sun et Noa sont assis à cette table bien trop grande. Trop imposante, trop remplie. Des invités dans tous les coins, habillés avec soin. L'argent ne manque pas. On a prêté à Sun un costume. Noa et lui en seraient presque assortis. Et Sun observe calmement les lieux. C'est la première fois qu'il est dans un endroit aussi luxueux, probablement la dernière. C'est loin d'être son milieu. M'enfin, peut-être qu'un jour la roue tournera. Si Sun est distrait par ce qu'il voit, Noa le ramène sur terre. Sa voix. Sun tourne la tête, croise son regard. Il entend ses paroles, finit par remarquer ses mains. Il est nerveux, dans ses gestes et dans ce qu'il lui dit. Sun se penche pour lui murmurer à l'oreille. « Ne t'excuse pas. ça a l'air bien pire pour toi. » Un fait que Sun lui rappelle. Il a vu. et il voit encore les signes de détresse de Noa. Les discussions sont nombreuses dans cette salle. Il y a comme un bourdonnement général. Et c'est à l'abri des regards, sous la table que la main de Sun vient serrer celle de Noa. Il l'agrippe, le regarde. Ses yeux disent ça va aller. Et Sun ne lâche pas cette main. Après tout, personne ne voit ce qu'il est en train de faire.

Le dîner commence. Sun ne libère la main de Noa que pour qu'ils mangent. Ils sont plutôt ignorés dans la masse d'adultes. On leur parle parfois et voyant le malaise de son voisin, Sun le sauve souvent. Il répond à sa place, le mène sur la bonne piste. Sauf qu'à un moment, Sun décide qu'il en a assez de cette mascarade. Il murmure à nouveau dans l'oreille de Noa. « Je vais te sortir de là. » Sun se lève discrètement. Ils sont à la pause entre le plat et le dessert. D'autres invités s'en vont fumer ou aux toilettes. C'est l'occasion rêvée. Il se dirige vers la mère de Noa. Il lui parle tout bas, lui ment. Et celle-ci jette un coup d'œil sur son fils. Le plan parfait, il fonctionne. Elle remercie Sun et reprend sa conversation. Finalement, ce n'était pas si difficile. L'adolescent retourne ensuite auprès de son ami. « Allez viens. » Il l'entraîne vers la sortie, loin des regards indiscrets. Ils fuient, ensemble. Mais cette escapade est acceptée. Sun tire Noa jusqu'à la caravane. Il l'y pousse à l'intérieur et une fois qu'ils y rentrent, Sun se hâte de fermer la porte. Il respire, enfin. « Je lui ai dit que tu étais malade. Pour que ce soit crédible, j'ai ajouté que je restais pour veiller sur toi. » Sun savait ce que ça impliquait. Peut-être qu'au fond, ça l'arrangeait aussi. « Ce n'est vraiment pas ton truc les soirées comme ça. » Sun s'approche de Noa. Il commence à lui défaire sa cravate. Il avait eu du mal à la mettre, la retirer lui semblerait probablement aussi compliqué. Sun anticipe. Peut-être qu'ils commencent à vraiment se connaître. Assez pour que ce qu'il y a entre eux prenne forme.


   

   

   
☆☆☆ Beerus
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bae Noa
Occupation : lycéen, protecteur des animaux, organisateur de tea parties
Situation : y'a son coeur qui bat, un peu plus vite. comme un premier tourment.
Don : Persuasion
Niveau : 3
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t480-noa-empty-gold#7613
Lun 22 Mai - 23:42
portrait de famille
   

Il y croit presque, quand Sun lui dit qu’il n’est pas un idiot. Noa est tellement habitué à entendre les gens l’attribuer de pareils surnoms, ses parents compris. Il a fini par s’en persuader lui-même. Il ne sert à rien, à part désespérer ses parents. Il ne ressemble en rien au parfait héritier qu’est son grand-frère. Noa, il ne rêve que de grand air et de liberté. Pas d’un costume serré et de journées passées dans un bureau. Il sait qu’au final ce sera ça son avenir, quoi qu’il fasse. Ses parents ne permettront pas qu’il devienne autre chose. Son grand-frère lui permet d’avoir encore de la liberté pour le moment. Mais c’est juste temporaire. Et cette idée lui donne envie de profiter encore plus de l’instant présent. Des beaux sourires de Sun et ces moments passés à deux sous l’excuse des révisions. Il ne mentira pas, Noa ne fait des efforts que pour avoir ce sourire à chaque fois. Le petit regard fier de Sun quand il lui présente ses notes nettement supérieur à l’accoutumé. Et sa petite fossette quand il rit le laisse toute chose. Il ne peut en profiter trop longtemps, tiré vers la grande maison avec son ami.

Ils sont tous deux en costume à cette table. Deux enfants dans ce monde d’adultes, aux paroles d’adultes. Noa n’y comprend jamais rien à leur discours de grands. Il les trouve ennuyant et son couleurs. Il préfère de loin son potager et les nombreuses plantes avec lesquelles il adore discuter. Même si elles ne répondent jamais. Mais au moins, il se sent à son aise, ce qui est loin d’être le cas ce soir. « Je suis moins nerveux ce soir…grâce à toi. » murmure-t-il timidement, les yeux toujours baissés. Noa sursaute légèrement quand il sent une pression contre sa main. La paume de Sun qui le serre. Ce n’est pas un effleurement accidentel sous les cahiers de mathématiques. C’est une vraie étreinte de leurs doigts. Son cœur bat et un sourire doux étire ses lèvres. Il n’est pas seul ce soir. Sun, à ses côtés, l’aide à tout affronter et c’est tellement apaisant. Il ne veut pas quitter cette main chaude.

Mais il le faut bien quand il est l’heure de dîner. Noa a son assiette spéciale, sans viande. Il sent sur lui le regard contrit de sa mère qui n’accepte toujours pas son régime alimentaire. Au début, elle tentait de glisser des morceaux de viandes dans son assiettes, puis en voyant l’adolescent pleurer et se faire vomir à chaque fois qu’il s’en rendait compte, elle avait arrêté. Mais il voit toujours le désaccord dans son regard dur. Il tente simplement de l’ignorer. Le murmure de Sun attire à nouveau sa curiosité. Il relève son regard à la fois triste et nerveux vers lui, le sourcil légèrement levé. « Comment ? » Sun ne lui laisse pas de temps, il s’est déjà levé et dirigé vers sa mère. Il ne sait pas ce qu’il lui raconte mais ça semble marcher. Il souffle un grand coup quand il se retrouve enfin dehors. C’est une délivrance tant attendue. Il n’est à son aise que quand ils mettent enfin les pieds dans sa caravane. « Tu restes avec moi ce soir, hein ? » supplie-t-il presque. Il tente à son tour d’alléger Sun de cette cravate qui le serre mais il ne se retrouve qu’à la serrer un peu plus et finit par abandonner, une moue boudeuse sur le visage. « Je hais ces soirées. Je ne veux pas devenir comme eux. » Il laisse tomber la veste de son costume ainsi que le gilet et déboutonne le haut de sa chemise. Il se laisse tomber sur lit. « J’arrive pas à être ce qu’ils attendent de moi. » Il avait essayé à un moment, mais non seulement il ne réussissait pas, mais il était triste aussi. Sa main se tend vers celle de Sun, glissant ses doigts entre les siens lentement. « Merci. »

   

   

   
☆☆☆ Beerus
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nam Sun
Occupation : lycéen, réaliste et désespéré, voire désespérant à plein temps.
Situation : seul et pourtant, il ressent quelque chose.
Niveau : 3
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 30 Mai - 3:05
portrait de famille
   

Sun a décidé que c'était fini. Cette soirée ennuyante, réservée aux adultes à laquelle ils sont forcés d'assister. Si pour lui, ça demeure supportable ce n'est pas le cas de Noa. Sun le sent, le sait. Assez pour oser attraper sa main sous la table. Il voit la détresse dans ses yeux. Alors il doit agir. Peut-être que c'est l'instinct qui parle ou juste ses sentiments. Ou du moins, ce qui pourrait ressembler à de l'intérêt envers Noa. Mais peu importe la raison, Sun se lève. Parle à sa mère et puis ils négocient leur sortie.

Rentrer dans la caravane le soulage. Et il n'est pas le seul. Il a l'impression que l'expression sur le visage de Noa a changé elle aussi. Il semble être plus calme. Sun sourit légèrement à sa question. Après tout, la réponse était dans son explication. Sauf que c'est presque une supplication qu'il entend dans la bouche de Noa. « Bien sûr. » Réponse claire et assurée. Sun efface pour une fois l'ambiguïté dans leur relation. Il lui retire sa cravate, tout doucement. Etrangement, Sun fait toujours attention avec Noa. Plus qu'avec les autres, c'est certain. Et Noa tente de faire de même. Sauf que ça se solde pas un échec. Il ne fait que serrer un peu plus la cravate et il abandonne sous le regard amusé de Sun. Il est mignon avec cette moue boudeuse sur le visage. Sun défait sa cravate tout seul. Il n'a pas non plus envie de finir étouffé, et ça même si Noa est le coupable. Et ce que Sun a dit est confirmé par le blond. Les soirées comme ça ne sont pas faites pour lui. C'est même certain vu ce soir. « Personne ne les aime sans y avoir d'intérêt. » Un fait, logique même. Sun continue d'écouter. Et il se met à regarder Noa qui enlève sa veste et le gilet qui va avec. Il déboutonne aussi le haut de sa chemise. C'est à ce moment-là que Sun tourne la tête. Il ne doit pas s'attarder dessus. Mauvaise idée alors il chasse tout ça en enlevant ses propres vêtements. D'abord la veste puis la chemise. Noa finit sur le lit et sa voix emplit encore la caravane.

Oreille attentive, Sun ne parle toujours pas. Torse nu, Sun se sent bien mieux q'avec ce costume. Il voit que la main de Noa est tendue vers la sienne. Sun ne s'échappe pas. Il la laisse s'approcher et leurs doigts finissent entrelacés. C'est troublant mais loin d'être déplaisant. Et puis Noa le remercie. Sun se contente de serrer un peu plus sa main. Il vient ensuite le rejoindre sur le lit. C'est sans trop savoir pourquoi qu'il se met à lui retirer sa chemise. Automatisme et puis Noa n'allait pas dormir avec, non ? Sun parle en même temps. « Rassure-toi, tu ne seras jamais comme eux. » Il se lève pour poser la chemise sur la chaise avant de reprendre sa place. Il n'oublie bien sûr pas de récupérer la main de Noa. Et alors que ce dernier est allongé, Sun se met sur ses flancs. Appuyé sur son coude, il le regarde. Sun détaille chaque trait de son visage. Ses yeux, son nez, ses lèvres. Il sourit, bêtement. Etrangement, il ne se lasse jamais de faire ça. De cette vue, de Noa. « Tu es différent. Sun poursuit C'est une chance que tu ne sois pas ce qu'ils voudraient. » Oui, sinon Sun ne serait probablement pas là avec lui. Ils vivraient encore dans leurs mondes respectifs, existences cloisonnées. « Moi j'aime ce que tu es. » Peut-être que c'était maladroit mais Noa devait savoir qu'être lui-même était la meilleure des choses à faire. Il n'allait pas prétendre toute sa vie être un cliché d'enfant riche ? Sun attire finalement Noa contre lui. Peut-être qu'il dira que ce n'est qu'un geste de réconfort. Pourtant, c'est plus que ça. Il a envie de l'avoir dans ses bras, de sentir son torse contre le sien. Son parfum est agréable, sa peau l'est encore plus. Sun le regarde encore. Et puis cette pensée vient le hanter. L'embrasser. Il en a envie, là maintenant. C'est sans réfléchir qu'il vient capturer ses lèvres. Un baiser doux, doux mais voulu. Rien d'accidentel dans ce contact. Sun abandonne finalement les lippes de Noa. Murmure confus. « Désolé. » C'est tout ce qu'il dit avant de lui caresser la joue. Il est désolé de l'embrasser comme ça, de façon soudaine mais l'envie était trop forte. Sun apprécie définitivement Noa plus qu'il ne le pense.

   

   

   
☆☆☆ Beerus
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bae Noa
Occupation : lycéen, protecteur des animaux, organisateur de tea parties
Situation : y'a son coeur qui bat, un peu plus vite. comme un premier tourment.
Don : Persuasion
Niveau : 3
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t480-noa-empty-gold#7613
Ven 2 Juin - 15:33
portrait de famille
   

En ce moment, à ses yeux, Sun semble avoir revêtu une armure en argent simplement pour le sauver. Noa est un enfant rebelle, tout le montre, que ce soit sa façon de vivre, reclus des autres membres de sa famille, son régime alimentaire et tout le reste. Pourtant, durant ces diners d’adultes, il ne peut rien faire. Il se doit d’y assister, être tiré à quatre épingles dans un costume hors de prix où il se sent maladroit. Sourire et faire bonne figure devant les investisseurs qui pensent qu’un jour, dans quelques années, ce sera à lui qu’ils feront face quand il sera temps pour lui de prendre les rênes à son tour. Il n’y a rien qui puisse lui faire aussi peur. Il ne veut pas diriger, il ne veut d’une centaine d’employés qui lui obéissent. Juste qu’on le laisse tranquille. Mais il est né dans la mauvaise famille et il ne peut qu’accepter la liberté qu’on lui donne encore. Mais Sun l’a sauvé ce soir. Il ne sait pas ce qu’il a dit, mais ça leur permet de partir et retrouver la caravane. Le seul endroit où l’adolescent se sent vraiment bien dans cette demeure. La présence de Sun à ses côtés ne la rend d’ailleurs que plus agréable.

Ça semble évident mais il demande tout de même encore si Sun va rester avec lui ce soir. Bien sûr. Noa sourit doucement et se laisse faire quand son ami lui enlève sa cravate. Il tente d’en faire de même pour lui mais c’est un échec alors il s’arrête avant de risquer de l’étouffer. Tout se fait en douceur. Noa a les yeux rivés sur Sun, sur ses lèvres aussi peut-être. Il repense souvent au baiser de l’autre soir. Son tout premier. Il ne sait pas quoi en penser. Ce n’était qu’une caresse. Ils n’en ont pas parlé après et honnêtement, Noa ne saurait pas quoi dire.

Il a juste conscience du fait d’aimer être avec Sun, que son cœur rate un battement quand leurs mains se frôlent, contact de plus en plus fréquent. Il sait juste que Sun est sa personne préférée. Il n’y a qu’avec lui qu’il veut passer autant de temps. Il prend place sur le lit. Il ne comprendra jamais le train de vie de ses parents, mais encore c’est ce qui les a mené où ils sont aujourd’hui. Pas sûr qu’il veuille être de la partie aussi. Son regard se perd sur Sun qui s’allège sa veste et sa chemise. Il veut détourner le visage mais c’est difficile. Curieux, il a envie de toucher sa peau.

Comme un enfant en quête de réconfort, Noa tend sa main et Sun l’attrape. Leurs doigts liés. Sun se rapproche et lui enlève sa chemise. A chaque bouton, son cœur s’accélère. Il ne cesse d’observer son ami. Il n’a jamais été ainsi avec qui que ce soit. C’est perturbant. Mais de l’autre côté, il veut que sa continue. Ca et les mots rassurants de Sun. Ils sont face à face, torse nu et leurs doigts toujours entrelacés. Noa se demande si tous les amis font ça. Il n’a pas d’expériences de ce côté-là non plus. Il ne connait que l’ignorance de ses camarades de classes, ou leurs mauvais coups.

Il sourit. Ses joues légèrement pourpres. Sun aime ce qu’il est. C’est assez pour que l’adolescent se dise qu’il n’est pas une erreur. Le contact de leur peau qui touche durant cette étreinte le fait frissonner. Ils se regardent et pour Noa cela semble évident quand leurs lèvres se touchent. Un doux échange. « Ne sois pas désolé. » répondit-il d’une petite voix. Il relève les yeux, admire ces traits à nouveau. Le visage de Sun est une sorte d’énigme à ses yeux. Ils ont le même âge. Les mêmes traits que l’âge adulte n’a pas encore endurci, mais Sun lui a toujours paru plus mature, plus homme. Quelque chose dans son regard qui donne l’impression qu’il est déjà épuisé des années. « Sinon, je devrais l’être aussi. » continue-t-il, sa main caresse le dos de celle de Sun sur sa joue puis glisse lentement sur sa nuque. Et il s’approprie ses lèvres, avec tendresse et hésitation. Il approche Sun de lui ou peut-être est-ce lui-même qui s’approche. Peu importe. Leurs corps sont collés alors qu’il bascule en arrière et entraine le garçon avec lui. Les yeux fermés. Il ne quitte plus ses lèvres, sa main lâchant celle de Sun et venant caresser timidement son torse. Sa peau est douce et chaude. Il a envie de toujours rester comme ça.


   

   

   
☆☆☆ Beerus
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nam Sun
Occupation : lycéen, réaliste et désespéré, voire désespérant à plein temps.
Situation : seul et pourtant, il ressent quelque chose.
Niveau : 3
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 7 Juin - 1:20
portrait de famille
   

Une envie à assouvir. L'embrasser, oui mais à quel prix ? Sun n'a pensé à rien. Il s'est laissé emporter dans ce fantasme. Les lèvres de Noa, douce tentation. Il cède, encore une fois. Parce que c'est arrivé cette nuit-là aussi. Ce n'était pas accidentel et même si Sun reste peut-être le seul à le savoir, ça reste un fait. Sun apprécie ce baiser. Il est doux, volé mais doux quand même. Et il doit bien avouer qu'il aime ça. Pourtant, il se décolle ses lèvres de celles de Noa, murmure une excuse. Il ne sait pas ce qu'il fait. Ou peut-être qu'il ne veut juste pas y penser. Après tout, doit-il toujours laisser son cerveau prendre le dessus ? Le cœur l'attire. Il l'a choisi cette fois-ci. Raison oubliée, disparue lorsqu'il est avec Noa. Il s'oublie en lui, dans les sourires qu'ils se lancent. Les regards qui le rendent confus, déboussolé parce qu'il voudrait voir l'autre sourire tout le temps. Sun sait qu'il ne ressent pas ça avec les autres. Noa est différent. Il l'a dit lui-même. Entre eux, ça reste spécial. Assez pour que Sun ne s'échappe pas. Il aurait pu se lever, courir, oublier. Se dire qu'il n'aurait pas dû. Sauf que ce n'est pas le cas. Immobile ou presque, douces caresses sur la joue du blond. Il le regarde, précieux trésor. Il n'a pas envie qu'il disparaisse.

Panique momentanée. L'attente, le temps qui semble ralentir. Sa main continue de caresser la joue de Noa, il n'est pas repoussé. Pas encore ? Non, pas du tout. Noa, sa voix. Presque faible ou juste basse. Ils ne vivent que de murmures ce soir. Ils se regardent, s'hypnotisent. Fixette visuelle, Sun ne comprend pas. Il ne cherche même pas à le faire. Il est trop absorbé, trop perdu dans les yeux de Noa. Les mots, incompréhension. Sun le regarde, l'écoute. Il sent sa main qui caresse la sienne. Réciprocité ? La main de Noa glisse tout doucement. Elle vient sur sa nuque et si Sun est distrait, Noa vient capter son attention. Il pose ses lèvres sur les siennes. Sun ne s'y attendait pas. Noa lui a toujours semblé déconnecté, nullement intéressé par ça. Enfin, ce n'est pas le genre à tenter quoique ce soit. Sun répond tout doucement à son baiser. Leurs lèvres semblent se frôler, se caresser. Leurs corps se rapprochent. Ils se cherchent, se veulent sans aucune distance. Noa roule sur le dos et l'entraîne avec lui. Sun le suit, il ne quitterait ses lèvres pour rien au monde. C'est une chaleur enivrante, douce. Sun se laisse emporter dedans. Les yeux fermés, les lèvres collées à celles de Noa. Ses mains viennent encadrer le visage du blond. Il sent celle de Noa qui vient caresser son torse. Leurs actions sont hésitantes. Ce ne sont que des enfants pas vrai ? Ils sont jeunes. Ils ont encore beaucoup à découvrir.

Leur baiser dure et puis Sun se décolle tout doucement. Il le rompt pour ne pas s'emporter. Sentir le torse de Noa contre le sien est loin d'être désagréable. Sun apprécie un peu trop ce contact. Il lui donne d'autres idées, clairement inappropriées. Assez pour voir naître quelques rougeurs sur ses joues. Il attrape la main de Noa et entrelace leurs doigts. « Je ne suis pas fatigué. Et toi ? » Question. Idée. Réponse ? « Peut-être qu'on pourrait aller faire un tour. » Ses lèvres viennent timidement embrasser le cou de Noa. « En sortant discrètement, tu penses que c'est faisable ? » Parce qu'à continuer de l'embrasser, leurs torses collés, Sun pourrait déraper. Mais il s'agit de Noa alors il ne veut pas tout gâcher. Ruiner ce qu'ils ont pour une simple nuit. Ou moins que ça. Leur relation est trop précieuse pour ça. Elle est naissante, encore au stade des baisers volés, papillons et des caresses un peu trop douces. Des regards assez intenses pour qu'ils en rougissent, des sourires naïfs, des sentiments encore émergents. C'est beau.


   

   

   
☆☆☆ Beerus
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bae Noa
Occupation : lycéen, protecteur des animaux, organisateur de tea parties
Situation : y'a son coeur qui bat, un peu plus vite. comme un premier tourment.
Don : Persuasion
Niveau : 3
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t480-noa-empty-gold#7613
Sam 10 Juin - 15:45
portrait de famille
   

C’est comme s’il a attendu ça depuis longtemps sans même s’en douter. Sensation étrange, agréable. Sun qui lui dérobe son deuxième baiser après avoir fait le premier sien aussi. Puisque évidemment, les lèvres de Noa n’ont pas touché qui que ce soit depuis. Bien sûr, il aime faire des bisous au chien de la famille, mais ce n’est pas la même chose. Son cœur bat, chavire. Ce baiser, là. Ils ne peuvent pas dire que c’est un accident, ils ne peuvent pas non plus s’en cacher. Ils ont les yeux grands ouverts et les lumières allumées. Il n’y a pas d’erreur. Pas d’échappatoire possible. Il faut juste se regarder, guetter la réaction de l’autre et assumer. L’attirance est mutuelle, c’est un premier émoi d’enfant. C’est doux comme la caresse d’une brise. Mais c’est une brise qui ne donne pas froid, au contraire. Noa a beau être torse nu, il a chaud. L’effet de Sun, son soleil. Sun qui est différent de tous les autres. Sun qui l’a protégé au lieu de rester au milieu de sa bande et les observer s’en prendre à lui. Sun qui l’aide à réviser. Sun qui l’accompagne au toit pour déjeuner loin des regards. Sun qui le libère des griffes de ses parents. Sun, Sun. Toujours lui. Et Noa ne peut que tourner autour de lui, tendre la main et espérer l’effleurer du bout des doigts. Comme un beau rêve. Mais Sun c’est l’inconnu aussi. Il n’a jamais fait. Il ne s’est jamais autant approcher d’une personne jusqu’à ce que son cœur commence à battre aussi vite. Garçon ou fille. Noa a toujours été désintéressé. Il a toujours préféré son potager, ses petites manifestations et ses journées à déambuler dans les rues. Mais Sun, c’est la première personne avec qui il a envie de cultiver des légumes ensemble.

Alors, il ne veut pas entendre des mots d’excuses. On s’excuse quand on fait quelque chose de mal, quand on commet une erreur. Et à ses yeux, ce baiser n’est ni l’un ni l’autre.

Ses lèvres caressent donc à leur tour celles de Sun. C’est incertain, personne ne lui a jamais appris avant. Mais Noa ne se force pas à bien faire. Il écoute juste son cœur, sa main glissée contre la nuque de son ami. Sun le rend curieux et aventurier. C’est toujours doux, peut-être tendre. Il ne sait pas vraiment. Il n’a pas besoin de savoir. C’est juste bien. Son instinct lui intime de rapproche Sun de lui, de son corps, comme une voix qui lui assure que les sensations seront encore meilleures. Alors il l’écoute, étreint un peu plus Sun et l’attire dans sa chute sur le lit. Leurs lèvres scellées. Et sa voix a raison. Leurs torses nus. Chaire contre chaire. C’est encore plus enivrant. Ses doigts glissent sur le dos de Sun avant de finir sur ses hanches comme pour le rapprocher un peu plus de lui.

A bout de souffle, ou peut-être pour une autre raison, le baiser est rompu. Noa lui sourit doucement, les yeux baissés. Timide et presque craintif. C’est totalement nouveau. Sun a les joues rouges et il se demande si c’est le cas pour lui aussi. C’est vrai qu’il a chaud. Il regarde leurs doigts entrelacés, commente par son éternel sourire d’idiot bien heureux. « Moi non plus. » S’il avait la moindre fatigue, ce baiser a suffi pour éveiller tous ses sens. Il se tend légèrement en sentant de baisers sur son cou, se surprenant à chaque fois des réactions de son corps, du plaisir qui en émane. « Hm, je pense. J’aime beaucoup sortir le soir alors j’ai mes astuces. » Il sourit. Pour lui sortir le soir équivaut simplement à trainer sous les étoiles sans but. Trop jeune pour être un fêtard et trop désintéressé par le contact humain surtout pour se rendre à des endroits où les gens sont collés les uns aux autres. « On devrait se changer avant, prends ce que tu veux. » Il point les nombreux du menton les nombreux cintres où sont suspendus ses pulls et t-shirt, et l’étagère avec les jeans. Il s’arrête un moment pour observer Sun avant de rougir et se détourner. Il pense à leur baiser. Il a envie de recommencer, de voir jusqu’où tout ça peut aller. Mais il a aussi envie de profiter le plus longtemps possible de l’aspect nouveau. Il enfile un gros hoodie, un short et ses baskets, attend que Sun soit près aussi avant qu’ils ne quittent la caravane. Cette fois, Noa ne se dirige pas vers la grande porte d’entrée, elle est surveillée. Il avance plus dans le jardin jusqu’à une petite porte dans un coin. Ils sont d’ailleurs trop grands et doivent se courber légèrement pour passer. « Je trouve toujours les clefs des trucs, explique-t-il innocemment, comme la porte du toit du lycée. » Il rit. Ils sont enfin dehors.

Noa sourit, simplement heureux. Il profite de l’air frais, les étoiles qu’il trouve belles et de Sun qui leur fait facilement concurrence. Il marche devant avant de se tourner à moitié et tendre sa main vers le brun. « La première fois où tu as dormi chez moi, ce baiser, c’était pas un accident ? » Il veut juste savoir. « Désolé, je ne m’étais pas endormi encore. » Et il y’a avait répondu en quelques sortes.


   

   

   
☆☆☆ Beerus
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nam Sun
Occupation : lycéen, réaliste et désespéré, voire désespérant à plein temps.
Situation : seul et pourtant, il ressent quelque chose.
Niveau : 3
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Juin - 15:07
portrait de famille
   

Il y a cette naïveté de la jeunesse. Cette appréhension et à la fois cette envie. Sun, il hésite un peu. Mais pourtant, il se lance. Se laisse aller avec Noa. Des baisers, des caresses. Tout semble tellement naturel, tellement logique. Presque nécessaire. Les lèvres de Sun finissent par quitter celles de Noa. Pause dans leur échange, dans cette chaleur qu'ils s'offrent. Elles glissent dans le cou du garçon. Sun remonte tout doucement pour prendre la parole. C'est une proposition. Il ne veut rien gâcher. Il a encore tant à découvrir de Noa et puis pour l'instant, les baisers doivent lui suffire. Il n'a pas envie que cette douceur disparaisse, qu'elle s'éteigne dans d'autres caresses plus intimes. Sun parle alors. Son sourire ne fait que s'étendre lorsque Noa lui répond. Il est toujours sur lui, ses yeux ne cessent d'observer ce visage. Il ne s'en lasse pas. Pommettes rosées, les siennes doivent l'être aussi. « Délinquant. » Il sourit, c'est ironique parce que Noa l'est bien moins que lui. Il ne l'imagine rien faire de mal, il est trop doux. Trop rêveur pour ça. Il est innocent. Sun se relève à sa remarque suivante. Il se tourne en direction des cintres. Il sait très bien que tout lui ira. Noa et lui font la même taille, deux grandes perches. Ce n'est pas bien compliqué d'enfiler quelque chose. Sun est tellement concentré, tellement intéressé par la garde-robe de Noa qu'il ne le voit même le regarder. Il se contente d'enfiler une tenue similaire à celle du garçon. Quelque chose de simple et discret. Après tout, ils doivent sortir. « C'est bon. » Ils sortent, esquivent la grande porte. C'est une virée nocturne, secrète. Et c'est à eux. Sun suit Noa dans le jardin, il avoue être un peu inquiet. Il n'a pas envie de se faire attraper, surtout lorsqu'il a menti à la mère de Noa sans aucune gêne. Bien sûr, Sun serait capable de le faire à nouveau. Il a toujours été doué pour inventer des prétextes. Il aimerait simplement ne pas avoir à le faire. Ils se courbent finalement devant une petite porte. Scène comique et ils s'extirpent de la maison. Noa rit, Sun aussi. « Tu es sûr que c'est par hasard ? » Scepticisme, du Sun tout craché.

Ils prennent leurs distances du mur et de la petite porte. Et leurs sourires sont éclairés par la lumière lunaire. Il n'y a qu'eux deux et les étoiles. La lune aussi mais les yeux de Sun se concentrent sur Noa et les étoiles. Il ne pouvait pas rêver mieux. S'il est distrait au début, Noa finit par se retourner. Il tend sa main vers lui et Sun l'attrape sans aucune hésitation. Sa poigne est à la fois douce et ferme. Son pouce caresse doucement la main de Noa. Une question fait son apparition. Sun ne s'y attendait pas. Si ça aurait pu le gêner, ce n'est pas le cas. Il sourit juste un peu timidement. « Non, ce n'était pas un accident. » Il le regarde. « Je l'ai volé...Le baiser, je l'ai volé. » Rire timide qu'il laisse échapper. « Je pensais que tu dormais. » Confession, parce que Sun a été lâche. C'était plus simple dans le noir, surtout avec un Noa qui ne risquait pas de le repousser. Du moins, c'est ce qu'il croyait. Sun s'arrête et sa main entraîne Noa. Face à face, il le regarde. Ses yeux ont une trajectoire très précise, ils passent des yeux aux lèvres de Noa et ainsi de suite. Mais Sun, il craque. Il s'approche tout doucement pour l'embrasser. La rue est déserte, il n'y aucun danger. Fougue dans ses lippes, elles jouent avec celles de Noa. Il rapproche leurs corps. Une main vient sur la joue de Noa tandis que l'autre se pose sur sa taille. Le baiser s'arrête finalement. Un peu essoufflé, Sun reprend. « Vole m'en un, comme ça. » Il sourit.



Et leurs pas reprennent finalement, Sun tient toujours la main de Noa. Les étoiles seront leurs protectrices. Il ne connaît pas bien le coin mais il voit comme un parc. C'est machinalement qu'il entraîne Noa vers celui-ci. Il a envie de faire quelque chose de particulier. « Est-ce que tu veux observer les étoiles ? » Sourire d'enfant, Sun est heureux.

   

   

   
☆☆☆ Beerus
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bae Noa
Occupation : lycéen, protecteur des animaux, organisateur de tea parties
Situation : y'a son coeur qui bat, un peu plus vite. comme un premier tourment.
Don : Persuasion
Niveau : 3
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t480-noa-empty-gold#7613
Dim 25 Juin - 19:24
portrait de famille
   

Noa est facile un contenter. Un rien le fait sourire, rassemble des étoiles dans ses yeux d’enfant. La présence de Sun est suffisante. Douce et agréable. Il aime l’avoir contre lui, il sent son corps réagir de façon étrange. Nouvelle. C’est la première qu’il partage une telle proximité avec une autre personne. Il n’arrive pas encore à décrire parfaitement ce sentiment, mais il sait que ce n’est qu’avec Sun qu’il a cette envie. Il aime son visage, ses rares et précieux sourire, son corps, miroir du sien. Noa se sent moins grand avec lui. Il aime aussi quand il partage ses vêtements avec lui. L’odeur de Sun y reste gravé ensuite. Et ça lui donne l’impression qu’il ne l’a jamais vraiment quitté. Même s’ils sont souvent ensemble, assis côte à côté en classe ou dans l’intimité de cette caravane quand ils prétextent travailler sur leurs devoirs. Noa baisse les yeux, air boudeur sur visage de bambin alors que son ami le traite de délinquant. « Ce n’est pas vrai. » murmure de ses lèvres affaissées tristement. Il est juste du genre à fouiller un peu partout, étant hyperactif, il ne reste jamais en place. Parfois c’est même difficile pour lui de simplement s’allonger et dormir tant il est toujours infatigable. Il a besoin de bouger, s’épuiser l’esprit puis tomber comme un roc sur le matelas. Ils s’habillent presque pareil, comme un couple. Ou de simples adolescents. Couple, le mot est trop grand pour eux, demande bien trop de responsabilités pour leurs frêles épaules. Entre eux, il n’y a que des baisers volés et des caresses chastes. Cela convient à Noa. Il ne sait même pas ce qu’ils pourraient faire de plus. Contrairement aux adolescents de son âge, lui est plus innocent et plus marginal. Il refuse d’avoir un ordinateur ou un portable. Il n’en a jamais senti le besoin et il préfère ainsi.

Il sourit à Sun, ils sont prêts pour sortir. Ils sont trop grands et la porte trop petite, certainement pas faite pour ce genre d’escapades. « Absolument certain. » grogne-t-il. Noa passe sa vie dans ce jardin. Ils sont enfin libres. Dehors, il n’y a qu’eux. C’est une zone de villas, loin du trafic et des bruits de la ville. Ils sont comme isolés. Et Noa aime ça. Il a la main de Sun dans la sienne et ils se caressent du bout du pouce. Sun est adorable avec cet air timide. « Je ne dormais pas. » répond-t-il simplement, mais il a fait semblant de dormir. Ils sont tous deux coupables, si tant qu’un crime ait existé. « C’était mon tout premier…je suis contente que ça ait été toi. » Confession pour confession. Le même sourire idiot sur ses lèvres alors qu’il y pense. Sun n’a pas pris juste son premier baiser, mais le deuxième et le troisième aussi. Surement tout le reste de la table de multiplication. Noa espère, même s’il n’est pas très doué en calcul.

Sun le surprend par sa fougue quand il le ramène à lui brusquement. Il a toujours l’air si doux et posé dans ses gestes, comme s’il réfléchit à tout des jours à l’avance. Ils échangent un baiser et Noa sourit à ses mots. Alors il ne le laisse pas fuir. Il vient encadrer tendrement son visage et capturer ses lèvres à nouveau. Il impose son rythme. Il a la sensation de leurs lèvres qui se caressent ainsi, parfois doucement, parfois avec plus de passions. Il pourrait rester longtemps ainsi, jusqu’à ce que l’oxygène leur manque. Son cœur bat un peu plus vite. Ils continuent de marcher et Noa entrelace leurs doigts plus intimement. Il hoche de la tête, positivement. Il observe le parc. Il y’a un des bancs mais il trouve plus intéressant, des balançoires. Il entraine Sun avec lui et prend place dans l’une d’elle. « Tu me pousses ? Je veux être le plus proche des étoiles et faire un vœu. » Celui que ce genre de moment dure pour toujours.



   

   

   
☆☆☆ Beerus
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nam Sun
Occupation : lycéen, réaliste et désespéré, voire désespérant à plein temps.
Situation : seul et pourtant, il ressent quelque chose.
Niveau : 3
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 7 Juil - 17:08
portrait de famille
   


Sous les étoiles et la lune, enfants protégés. Ils sont seuls dans la nuit noire. Ils ont quitté cette maison sans âme. C'est une nouvelle intimité qu'ils se créent, délinquants qui s'échappent. Ils sont jeunes et aventureux. C'est beau, presque autant que les étoiles qu'ils ont dans les yeux lorsqu'ils se regardent. Ils se tiennent la main, instant confession. Et il apprend que Noa ne dormait pas. Le premier baiser était donc ce soir là. Il relève la tête à ses paroles suivantes. Il sourit. Peut-être qu'il est content. Oui, simplement heureux d'avoir été le premier. C'est stupide mais ça lui fait quelque chose. « Je le suis aussi d'avoir été ton premier. » Presque timide dans ses mots, Sun ne se ressemble pas. Il doit redevenir lui-même et ça ne tarde pas à arriver. Il le ramène à lui, s'approche de ses lèvres qu'il finit par embrasser. C'est joueur, fougueux parce qu'il voudrait que ça dure pour toujours. Tentation bien trop grande, Noa. Juste Noa qu'il aime beaucoup. Il se sent bien avec lui. Cette proximité n'a rien de dérangeante alors Sun la recherche. Il se laisse aller contre lui, dans ce jeu que leurs lippes ont. Mais Sun brise tout; manque d'oxygène. Il a aussi envie que Noa prenne les commandes, qu'il lui rend la pareille. Pour l'égalité, l'équilibre. Il lui sourit et l'esquisse grandit lorsque Noa vient encadrer son visage. Sun l'observe mais ses yeux se ferment bien vite. Noa l'embrasse alors il ne peut que sombrer. Il suit son rythme. Ils sont doux et brutaux à la fois. Passion et tendresse, ils s'offrent de tout. Sun aime probablement trop ce baiser mais il ne peut pas s'en empêcher. Leurs lèvres finissent par se décoller, nouveau sourire qui apparaît et les voilà partis.

Le cœur battant, les mains l'une dans l'autre, leurs doigts qui s'enlacent. Et puis la vision de ce parc. Noa est d'accord pour observer les étoiles. Ils marchent, direction la lumière. Sauf que Noa l'entraîne. Des balançoires. Sun a envie de rire. Noa s'assoit sur l'une d'elles et lui, il l'observe. Il l'aime beaucoup trop. Sentiments naissants, surtout parce qu'il ne pousserait personne d'autre que lui sur une balançoire. Mais là, c'est Noa. Noa, l'exception. Sun a perdu son âme d'enfant depuis longtemps. Peut-être qu'il est le seul à pouvoir la lui rendre. Instants naïfs et Sun s'approche. « Accroche-toi bien. » Il sourit et vient le pousser. D'abord doucement et puis un peu plus vite. Même s'il ne voit que le dos de Noa, il sourit. La balançoire finit par voler haut, trop au goût de Sun. Il ralentit le rythme, attend qu'elle se ralentisse toute seule. Jalousie envers les étoiles. Il vient finalement enlacer Noa. « Désolé. » C'est presque un murmure. « Je voulais te garder avec moi. » Il lui sourit et vient ensuite lui faire face. Ses mains descendent, direction la nuque de Noa. Caresses sur sa peau et dans ses cheveux. Sun encadre ensuite son visage pour mieux le détailler. « Est-ce que tu as fait ton vœu ? » Sourire. « Moi j'ai fait le mien. » Sun s'approche une nouvelle fois. A moitié penché, il vient capturer les lèvres de Noa. C'est doux, il n'a pas pu résister. « C'était ça le mien. » Sun se redresse ensuite et vient simplement se serrer contre lui. Noa l'apaise tellement...


   

   

   
☆☆☆ Beerus
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bae Noa
Occupation : lycéen, protecteur des animaux, organisateur de tea parties
Situation : y'a son coeur qui bat, un peu plus vite. comme un premier tourment.
Don : Persuasion
Niveau : 3
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t480-noa-empty-gold#7613
Dim 9 Juil - 3:02
portrait de famille
   

Sun est le premier. Confession sous la lumière de la lune, les étoiles qui brillent. Noa le dit sans le moindre pincement, il en est heureux. Sun est doux et attentionné. Sun l’a protégé contre ceux qui lui ont voulu du mal, son sauveur en quelque sorte. Sun l’aide avec ses devoirs, trouve des prétextes pour le sauver des griffes de sa mère et de ce diner où il ne se sent pas à sa place. Alors à ses yeux, personne ne mérite mieux que l’adolescent d’avoir son premier baiser. Il aime déambuler ainsi dans les rues et ruelles en sa compagnie. Il est heureux. Noa est souvent heureux d’ailleurs, il pleure rarement et oublie rapidement sa tristesse. Mais c’est un autre sentiment de bonheur qui l’enveloppe avec le brun à ses côtés. C’est un peu étrange, nouveau. Il a juste envie que ça dure. Longtemps. Et Sun partage son avis, content aussi d’avoir été le premier. Sun est timide, Noa le trouve adorable. Il a envie de l’embrasser. Sans jamais s’arrêter. Prendre de simples pauses de quelques secondes, juste de quoi reprendre son souffle, puis continuer à caresser ses lèvres, sentir son souffle contre le sien. C’est des enfants qui se découvrent, parfois doucement, parfois brutalement. Comme s’ils se testaient en quelques sortes. Ils se sourient. Noa sent son cœur battre. Il aime la présence de Sun. Peut-être même qu’il aime Sun tout court. Ça semble naturel et évident.

Leurs pas les mènent jusqu’au parc. Toujours main dans la main. Noa accepte d’observer les étoiles mais Sun aurait bien proposé qu’il observe son visage qu’il aurait eu la même réponse. Parce que Noa le trouve si beau que lune devrait surement le jalouser. Il découvre une balançoire, il aime ça. Ses parents lui en ont installé une dans le jardin de la maison, mais celles des parcs lui paraissent toujours meilleures. « Pousse-moi fort. » Il sourit, les mains fermement accroché aux chaines. Les paumes de Sun sur son dos et Noa s’envole vers les étoiles. Il rit à gorge déployé, il aime ça. Puis tout s’arrête. Excuses. Noa sourit, rougit. Ne sait que faire. Sun caresse sa nuque doucement. Sun lui fait perdre la tête, gonfle son cœur d’étoiles et de paillettes. « Je pense que tu as deviné mon vœu aussi. » prononce-t-il en venant l’embrasser à son tour, chastement. Il fait une place à Sun entre ses jambes et l’étreigne tendrement contre lui. Une idée vient à lui. Pour que lui se balance mais que son ami puisse le garder contre lui. Il redresse la tête. « Viens-là. » Il tapote la place sur ses genoux et tourne Sun pour qu’ils viennent s’y assoir. « Tu es prêt. » Il n’attend pas de réponse et fait déjà marcher arrière avant de les pousser en avant. De plus en plus rapidement. La balançoire commence à aller plus haut. Mais malgré leur apparence chétive, ils sont lourds. Leur grande taille donnant l’illusion d’un poids plume. La balançoire finit par céder quand ils sont au sommet et les propulse un mètre plus loin, faces contre terre. « Aie » Gémissement de douleur. Son nez, sa joue, ses avant-bras et ses genoux lui font mal. Voilà où le mène le rapide calcul qu’il fait. Il se redresse et attrape Sun doucement par le bras. « Je suis désolé, ça va ? » Ton inquiet tandis qu’il observe les dommages. Il dépose un baiser sur la joue écorché de Sun et sort un mouchoir de sa poche. « Donne-moi tes mains. » Il commence doucement à les essuyer, lèvres boudeuses.


   

   

   
☆☆☆ Beerus
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nam Sun
Occupation : lycéen, réaliste et désespéré, voire désespérant à plein temps.
Situation : seul et pourtant, il ressent quelque chose.
Niveau : 3
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 3 Aoû - 11:16
portrait de famille
   

Les sentiments qui sont en pleine éclosion, Sun et Noa qui profite d'instants volés. Sun, il devrait travailler, Noa aussi. Chacun chez lui, esseulé avec ses cahiers. Cette soirée, elle n'était pas logique. Pourtant, il y a cette étincelle entre eux. C'est peut-être elle qui fait qu'ils se retrouvent souvent ensemble. Enfin ces jours-ci. Et clairement, ça ne déplaît pas à Sun. Avec Noa, tout est différent. Des sensations nouvelles, des envies inattendues. Sun n'a rien d'un sentimental mais avec lui, il l'est. Noa fait ressortir beaucoup de choses. Il fracture la carapace sans même s'en rendre compte. Sun a souri, il a même laissé s'échapper des éclats de rire en sa compagnie. Si ça semble peu, c'est beaucoup pour lui. Alors ce soir, c'est spécial. Etoiles enchanteresses et leurs ombres qui se complètent. Métaphore d'eux deux ? Noa sur la balançoire, Sun le pousse. Mais il s'arrête, se stoppe pour le voler à ces dames. Il le veut rien que pour lui, comme s'il lui manquait même en étant à ses côtés. Il a besoin de le sentir, de le toucher. Juste que Noa soit là pour de vrai avec son sourire d'enfant, parfois niais mais Sun l'a accepté. Baiser volé mais repris. Cadeau quand Noa revient sur ses lèvres. Voeu partagé et cœurs enflammés. C'est chaste mais c'est assez. La nuit noire les berce. Et Sun continue de sourire. Geste spécial mais il se l'autorise. Noa lui fait une place et puis l'enlace. C'est tendre, surtout que les bras de Sun se plaisent à serrer cet autre corps. Si ses pensées le font dériver, il est vite ramené à la réalité par Noa. Viens-là. Surpris mais obéissant, il s'exécute et vient s'asseoir avec l'aide du garçon. Si Sun a un mauvais pressentiment, il se laisse tout de même faire. Il n'a pas le temps de répondre à la question, Noa les fait déjà avancer. Tout ce qu'il arrive à lancer, c'est un petit 'oh' de détresse lorsqu'il sent que la balançoire va trop vite. Malheureusement pour eux, les lois de la physique sont ce qu'elles sont, soit cruelles. Leur grande taille multipliée par deux et leurs poids, la balançoire ne peut que céder et se débarrasser d'eux. Envoyés face contre terre, l'atterrissage est difficile. Douloureux, même. Gémissement de douleur partagé. Sun serre les dents. Et Noa l'attrape par le bras. Sun a mal mais il ne dit pourtant rien. Il le regarde, évalue. Est-ce qu'il va bien ? « ça fait mal mais on fera avec et toi ? » Sa main vient effleurer le visage de Noa. Sauf qu'elle s'enfuie, surtout parce que Noa embrasse sa joue et que ça la rose plus que la chute. Mouchoir sorti, Sun tend les mains vers le garçon. S'il est un peu sonné, il arrive tout de même à observer la moue boudeuse de son acolyte. Sans prévenir, Sun retire ses mains de celles de Noa pour encadrer son visage. Elles glissent vers ses joues et c'est tout doucement qu'il les caresse, cherche l'esquisse qu'il préfère. « Souris, on est en vie. » Dessin sur ses propres lèvres, bien sûr accompagné d'une petite grimace de douleur. « Ce n'est pas grave. C'était pas toi mais la gravité et la physique. On va bien non ? » Il lui prend le mouchoir des mains pour essuyer les siennes. Geste doux et Sun le regarde. Peaux écorchées, la sienne lui fait mal. C'est probablement le cas pour Noa aussi. Il se sent rouillé mais il arrive tout de même à s'approcher de lui. Un peu plus, juste assez pour le serrer dans ses bras. Murmure mais ça vient naturellement. « Continue de sourire, s'il te plaît. » Dans le futur, dans le présent ou n'importe quand. Parce que Sun, il a besoin de cette esquisse, de Noa qui illumine le monde, son monde.


   

   

   
☆☆☆ Beerus
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bae Noa
Occupation : lycéen, protecteur des animaux, organisateur de tea parties
Situation : y'a son coeur qui bat, un peu plus vite. comme un premier tourment.
Don : Persuasion
Niveau : 3
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t480-noa-empty-gold#7613
Lun 21 Aoû - 18:15
portrait de famille
   

Il aime la nuit, les longues ballades avec les étoiles pour seules témoins de leurs dérives. Noa a toujours aimé ce genre d’escapades nocturnes. Quand la maison dort, il enfilait un gros pull, prenait la clef de la petite porte arrière du jardin. Ce n’était qu’en ces moments qu’il se sentait libre, loin d’une maison qu’il déteste et d’une pression familiale qui ne cesse de raffermir son étau autour de lui. Il sait qu’il ne pourra plus faire l’idiot très longtemps, le devoir de la famille finissant bien par s’imposer à lui. Son grand-frère s’occupe des affaires mais il sait qu’on l’obligera à suivre les mêmes traces une fois le lycée terminé. Mais ce sont des pensées qu’il préfère éloigner. Il profite de la présence de Sun, d’être encore un enfant à qui l’on pardonne tout, qui peut se permettre tout, ou presque. En compagnie de Sun, la nuit lui semble plus belle. Il apprécie avoir sa main dans la sienne, le sentir lui communiquer un brin de chaleur. Alors même que le contact humain n’est pas une chose qu’il apprécie. Noa est sociable. Il apprécie de parler, rire avec quelqu’un. Mais il préfère souvent rester seul dans le jardin à s’occuper de son potager à sortir avec des amis. Pourtant, Sun est l’unique personne qui lui donne envie de délaisser quelques peu ses plantes pour passer plus de temps en sa compagnie.
Il a toujours un sourire idiot sur les lèvres dès qu’il embrasse Sun ou simplement quand le garçon est à ses côtés. Il l’étreint fortement mais il a besoin de garder sa présence à ses côtés. L’idée lui semble presque évidente, il pousse le lycéen à venir s’assoir sur ses genoux. Mais le conte de fée ne dure que le temps de quelques courtes minutes. Noa n’a rien d’un génie de la mécanique, ni d’un génie tout court et la balançoire finit rapidement par céder sous leur poids et les éjecter plus loin. « Je vais bien. » murmure-t-il tristement, il a bien entendu le gémissement de douleur de Sun. Il vient embrasser sa joue dans un geste d’excuse, sa peau est chaude sous ses lèvres. Il vient minutieusement essuyer les mains du garçon avec son mouchoir.

Il se dit que Sun allait le quitter, alors même qu’ils n’étaient peut-être pas encore ensemble. Il détesterait en être la cause. Mais les mains de Sun se volatilisent d’entre les siennes et viennent encadrer son visage, Noa lève alors les yeux vers. « Je sais, mais je suis con quand même, j’aurais dû me douter que ça arrivera. » murmure-t-il alors que Sun vient lui essuyer les mains aussi. Il baisse les yeux à nouveau et Sun vient l’étreindre. Il aime ça, même si ses membres endoloris le lancent un peu. Il affiche un petit sourire. « Tes parents ne diront rien ? » Il parlait des égratignures. Sa mère allait encore lui passer un savon, mais c’était une habitude pour lui. Ses bras vinrent entourer le cou de Sun et il se rapprocha de lui dans un petit gémissement de douleur. « Merci d’être là…Je…J’aime être avec toi. » Il n’aime aucune autre présence, il veut seulement profiter de celle de Sun.


   

   

   
☆☆☆ Beerus
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nam Sun
Occupation : lycéen, réaliste et désespéré, voire désespérant à plein temps.
Situation : seul et pourtant, il ressent quelque chose.
Niveau : 3
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 4 Sep - 23:04
portrait de famille
   

La douleur oubliée, ce soir il n’y a qu’eux deux. Oui, lui et Noa qui comptent. Rien d’autre n’importe. Ils sont ensemble, c’est beau. Spécial et Sun le sait. Profiter de l’instant présent, voilà la seule chose à faire. Et s’ils sont tombés, Sun aurait pu l’oublier. Noa efface tout, même ce qui fait mal. Sun aime prendre soin de lui, essuyer ses mains et la moue boudeuse de visage. Ils se regardent. Noa parle, Sun écoute. « Dis pas ça. C’est pas grave et tu ne pouvais pas savoir. » Il lui sourit, deux enfants. « C’était un accident. » Une chute parmi d’autres. Pas la première, sûrement pas la dernière. Et Sun, il sourit à la question de Noa. Naïveté attendrissante. « Ne t’inquiète pas, mes parents ne diront rien. Ils sont trop occupés à se défoncer pour ça. » Secret enfoui. Sun ne parle pas souvent de sa famille, de ce chaos dans lequel il est né. D’habitude, c’est contre son gré qu’il doit mentionner ses géniteurs. Sauf que là, il le fait naturellement. Parce que c’est Noa et qu’il lui fait confiance. Il ne cherche pas de pitié, simplement à lui répondre. « Ils auraient dû mal à voir la moindre égratignure sur mon visage. » Un fait, tout simplement. Sa mère, reine de la poudre et des médicaments. Son père, passionné par la bouteille et les degrés d’alcool. Rien d’autre ne les intéresse, surtout pas Sun. Ce fils qui les rejette, les déteste. Il n’est pas comme les jumeaux, lui il est réaliste. Lucide, pas aveuglé par l’affection qu’il leur devrait. « Et toi, tes parents ne diront rien ? » C’était plus incertain. Les parents Bae semblaient plus stricts, plus regardants. Et cela surtout avec Noa. Sun l’avait bien senti lors de cette soirée passée à leurs côtés ou presque. « J’avais dit à ta mère que tu étais malade mais ce n’est plus trop crédible. » Quel fils sortirait dans un état pareil ? Aucun. Sun réfléchit à une solution. Une autre excuse, un nouveau mensonge. Après tout, on pourrait les questionner. Le questionner. Sauf que Noa vient le troubler. Il passe ses bras autour de son cou et leurs corps se rapprochent. Gémissement de douleur partagé mais les mots qu’il entend sont plus réconfortants. Une confession ou bien ça y ressemble. Et Sun, il parle. Répond à ce que Noa lui dit. « Moi aussi j'aime être avec toi. » Sun rit en l'entourant à nouveau. « Probablement trop même. » Et vient le final. « Merci. »D'être là avec moi et juste d'être là. Cœur qui bat, sentiments qui résonnent.
   

   

   
☆☆☆ Beerus
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bae Noa
Occupation : lycéen, protecteur des animaux, organisateur de tea parties
Situation : y'a son coeur qui bat, un peu plus vite. comme un premier tourment.
Don : Persuasion
Niveau : 3
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t480-noa-empty-gold#7613
Lun 18 Sep - 1:24
portrait de famille
   

Une autre connerie. Noa en est souvent le roi, les plans foireux, ceux qui se finissent mal. Parce qu’il faut voir la vérité en face, il n’est pas méchant mais foncièrement stupide. Du genre désespérant. Alors il faut bien s’attendre à ce que ses idées ne soient jamais bonnes, même s’il est le premier à affirmer le contraire. Cette fois au sol, quelques égratignures au visage et mains. Peut-être ailleurs, il n’est pas encore sûr. De légères douleurs aussi, celles qui ne dureront pas plus de deux ou trois jours heureusement. Cette fois, il sent plus idiot que la normale. Il s’en foutrait s’il avait été le seul à se blesser, mais il n’acceptait pas de voir la moindre craquelure sur le visage de Sun et se détestait encore plus d’en être la cause. Mais il a raison, il ne pouvait pas savoir. Et les cours de mécanique et de gravité, Noa s’était surement endormi au lieu de les écouter comme il devrait. Il décide finalement d’accepter la réalité, c’est un simple accident. Il hoche de la tête, moitié boudeur, moitié triste. Sun lui demande de ne pas s’inquiéter, la mention de ses parents défoncés le fait tiquer. Il ne comprend pas tout de suite, ou presque pas. Il a peur de poser des questions, mais c’est quelqu’un qu’il garde en esprit. Dans un coin, pour une prochaine fois. « Moi je ne vois que ça, je ne vois que toi. » murmure-t-il en venant caresser doucement la joue de Sun. Si ses parents ne faisaient pas attention à lui, Noa pouvait compenser. Tout. Il n’a envie que de rester à ses côtés et prendre soin de lui du mieux qu’il puisse. Il ne savait pas encore ce que tout cela voulait dire. Noa est plus reclus que les jeunes de son âge, moins informé sur la vie. Les sentiments qui pourraient le perturber. « Je sortais tôt demain et je dirais que je suis tombée en jouant dans le jardin. Ma mère est habituée, elle va juste me disputer un peu. » Surement l’obliger à rester à la maison quelques jours, mais ce n’est pas grave. Il l’étreint doucement. Il veut encore sentir son souffle, les battements qui soulèvent doucement son torse. Aveu murmuré, réellement pensé. Sun aime aussi sa présence, rien ne peut le rendre plus heureux. « C’est mal, si c’est trop ? » demande-t-il naïvement. Il ne comprend pas pourquoi il le remercie mais Noa se contente de poser ses lèvres sur son épaule pour seule réponse. « Tu veux qu’on rentre ? J’ai un peu froid. »
   

   

   
☆☆☆ Beerus
Revenir en haut Aller en bas
 
family portrait (sun)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sky&Elya | family portrait
» The Moon family portrait
» Family Portrait -Venise, ITALIE- [R. ♥]
» (F) my family portrait
» portrait de personnages illustres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Wonder in Busan :: BUSAN :: BUK-
Sauter vers: