AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 An eternity without you is like a year in Busan | Hwa Young ♥

avatar
Kim Jae Hyeong
#corail
Âge : 19
Occupation : Principalement, chanteur, bassiste et leader des døubt. Mais sinon, histoire de gagner sa vie : serveur au Jazzy 302 et apprenti mécanicien en mécanautique
Quartier : Nam
Situation : Père "célibataire"
Don : Partage
Niveau : 2
Multicompte : Suh Jin Ho feat. Min Yoon Gi (Suga - BTS) & Yoon Kallie feat. Lee Cha Eun
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t264-kim-jae-hyeong-shake-me-right-ou En ligne
Ven 3 Mar - 18:14
An eternity without you is like a year in Busan
It's really too long. I thought I was going crazy
Gao Hwa Young & Kim Jae Hyeong

Ma naïveté et mon irrationalité avaient leurs limites. Un an à trimer comme un possédé sur Séoul et pour quoi ? De belles paroles et quelques fausses promesses couchées sur un bout de papier. L'agence m'avait pris pour un pigeon. Et moi, innocemment, j'avais bien manqué de mordre à l'hameçon. Une chance pour moi que j'étais bien plus dégourdis que cela. J'avais de l'honneur. J'avais de la jugeote parfois. La découverte m'avait mis hors de moi et dans ces cas-là, je pouvais me montrer incroyablement têtu et borné. Le vis-à-vis avec le sous directeur de l'agence n'avait fait qu'aggraver les choses. Cette rencontre m'avait vexée. Je m'étais fait impunément piétiné mon rêve et mes espoirs. Plus jamais ! Suite à l'entretien, j'étais rentré chez Min Oh sans dire un mot. J'avais fourré mes vêtements en boule dans mon sac de voyage, me contentant de ce simple geste énervé pour extérioriser ma colère. Je n'avais rien d'un guerrier, ni n'était un sportif hors pair. Je n'avais pas l'habitude de me sentir aussi petit et misérable qu'en ce moment alors ce moyen me semblait le seul en ma possession pour me dispenser de cet amas d'humeur négative. Et que ça faisait du bien de s'acharner sur quelques bouts de tissus qui n'avaient rien demandés. Toutefois, la technique ne fut pas un franc succès. Pour bien faire il m'aurait fallu tout un dressing pour me débarrasser de ma colère au complet alors, dépourvus d'idées ingénieuses, je m'étais affalé sur mon yo, mes écouteurs sur les oreilles. Nettement plus efficace. Calmé, j'essayais de me ressaisir. Il était clair que j'avais fait mon temps sur Séoul et que mes efforts ne payeraient pas plus. J'avais une vision nette et précise ce que l'on attendait de moi et je refusais de m'y plier. De plus, Busan, ma famille, mes amis, et les doubt me manquaient affreusement. J'avais donné assez de moi et de mon temps. J'avais bien assez façonné mes espoirs dans cette vie peu confortable. J'étais à bout. Le pire était d'accepter cette situation, de faire face à mon échec. Il me fallait redescendre sur terre. Je le savais, faute de l'avoir entendu un nombre incalculable de fois. C'était donc décidé que j'étais sorti m'acheter un nouveau sac de voyage. J'avais accumulé un tas de bordel durant mon long séjour de treize mois à la capitale. Je n'étais même pas certain d'être capable de remballer toutes mes affaires en un seul voyage… les cadeaux et souvenirs achetés pour Hwa Young prenaient à eux seul presque la moitié de mon sac principal. Peu importe. Je profitais de cette dernière sortie sur Séoul pour non seulement prévenir le fast-food pour lequel je travaillais depuis plusieurs semaines, que je ne viendrais pas ce soir, ni les jours à venir mais aussi pour me régaler une nouvelle fois des spécialités de la ville. Kim Jae Hyeong rentrait chez lui après tout ce temps. Je brûlais d'une impatience toute particulièrement à l'idée de poser mes fesses dans le train. Je n'avais rien prévu, j'y allais à l'improviste. Comme il y a un an, quand j'avais décidé de quitter le garage et de laisser Kwahn au soin de ma grand-mère. Je n'osais imaginer combien il devait avoir maigris, le pauvre.

Après un bon repas et quelques achats impulsifs de dernière minute, je rentrais enfin à maison, chez les Jeon, annoncer mon départ et réserver mon billet de retour. Min Oh m'avait même aidé à agencer correctement mes affaires, de manière à ce que ce qui était fragile ne subissent aucun choc durant le trajet. Depuis le temps que je squattais le sol de sa chambre, il avait appris à me connaître, moi et ma douceur infinie. J'étais maladroit comme personne. C'était certainement dû à mon caractère un peu trop énergique ou à mes nombreuses absences mentales. Qui pouvait vraiment savoir ? On avait tout emballé précautionneusement, en commençant par mon pc portable et en continuant avec les nombreuses babioles achetés pour Hwa Young ou moi-même. Au final : deux sacs pleins à craquer. Ajoutez à cela l'étui de ma guitare. J'avais l'air d'un petit vieux à me traîner sur le chemin jusqu'à la gare. Heureusement que mon ami m'avait accompagné jusque là, en plus de m'aider avec mon fardeau il m'avait tenu compagnie. Une chance oui, puisque le train censé me ramener de chez moi avait bien quarante minutes de retard. C'était bien ma veine. J'avais hésité tout le long du trajet à texter Hwa Young pour lui annoncer mon retour définitif sur Busan, mais je m'étais retenu de faire quoi que ce soit, préférant jouer sur l'effet de surprise. J'avais prévenu grand-maman, la suppliant de venir me chercher. Je ne me voyais pas traîner mes deux énormes sacs jusqu'à l'arrêt de bus. Le reste du temps, je l'avais passé en feuillant un journal abandonné sur la banquette à côté de moi, la musique sur les oreilles. Il semblerait que j'ai piqué du nez un moment. Je le sais car je me suis réveillé en sursaut à l'annonce par interphone du conducteur quant à notre arrivée immédiate à Busan. J'étais subitement nerveux. Nerveux de rentrer après tout ce temps. J'étais heureux aussi. Maladroitement, je replaçais mes cheveux, réajustais mon sweat-shirt et attrapais péniblement l'un de mes sacs de voyage pour le poser au sol. J'attendais que le train soit à l'arrêt pour procéder aux deux aller-retour jusqu'au quai. Grand-mère m'attendait déjà, avec ce sourire rassuré sur le visage. Je lui avais laissé ma tablette pour la contacter chaque vendredi soir : petit rituel que je n’oubliais jamais (ou peut-être que j'avais zappé une ou deux fois. Rien de grave pas vrai ?). Ce geste anodin me différenciait tellement de Seol Ri. En soi, ça n'avait rien de surprenant, je ne connaissais de ma mère que son visage, son rire et son sourire. Je n'avais rien d'autre à partager avec son défunt souvenir. J'en avais fait le deuil petit.

Pas question de rester sur place plus longtemps et si j'étais tenté de me jeter sous une bonne douche chaude, j'avais d'autres plans en tête. Avec l'aide de grand-maman, j'avais rempli le coffre arrière de mes affaires, lui promettant de les décharger à mon retour. Je ne désirais pas qu'elle se fasse mal ou qu'elle ne casse mes affaires par inadvertance. Dans le coffre, ils seraient à l’abri. Je lui avais demandé de me déposer en bas de l’immeuble de Hwa Young. Les retrouvailles promettaient d'être chaleureuse. Tête en l'air et pressé, j'avais oublié que l'un de mes sacs était rempli de cadeaux lui étant destiné. J'en avais même acheté un ou deux pour son père ; mon oncle de cœur. Je n'avais présentement qu'une petite boîte de chocolats fourrés à la menthe dans le creux de ma main. La Saint-Valentin était passée depuis plusieurs jours certes mais mon absence n'excluait pas mon petit cadeau annuel. Stressé mais franchement impatient, je grimpais quatre à quatre les marches jusqu'à m’immobiliser au pas de sa porte. Mon cœur battait à tout rompre. Le temps avait passé sans que je ne puisse voir en chair et en os son sourire. Communiquer par Skype tous les deux jours n'était pas pareil. Ça n'avait rien avoir même. Elle m'avait tant manqué. Timidement, je toquais à la porte de l'appartement des Gao, attendant avec une boule au ventre que l'on m'ouvre. Je pouvais entendre au-travers de la porte, son adorable petite voix indiquer à son père qu'elle allait ouvrir et déjà, un large sourire se dessina sur mon visage. À peine avait-elle ouvert la porte que je me jetais sur elle pour la serrer contre moi. « Tu m'as manqué Hwa'. Je te jure. Plus jamais Séoul sans toi. C'était trop long. » Je redressais un bras en direction de Jung Yoo pour le saluer, gardant sa fille précieusement blotti contre moi. « Hey Jung Yoo ! » Les choses avaient l'air d'être restées comme à mon départ. J'étais content d'être de retour que je ne cessais de le dire. « Enfin à la maison. Je t'ai dit que tu m'as manqué ? Toi aussi tonton, évidemment ! »
Revenir en haut Aller en bas
Sam 4 Mar - 15:29
Le membre 'Kim Jae Hyeong' a effectué l'action suivante : Les dés de la chance


'Niveau 1' :
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gao Hwa Young
#corail
Âge : 18
Occupation : apprentie couturière la semaine; elle joue dans le groupe døubt
Quartier : Haeundae
Situation : amoureuse et jeune maman
Multicompte : yoo myeong hee (irene; rv); moon sakura (sana; twice) & lee jung ran (hyuna)
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t276-gao-hwa-young-just-let-me-be#352
Mar 7 Mar - 11:33
an eternity without you
is like a year in busan
jaehyeong & hwayoung

La majeure partie de ma journée avait été réservée à Sun Hee. La voir sourire et l'entendre rire était le plus beau des cadeaux. Beaucoup de personnes pourraient penser qu'un enfant aussi jeune gâche votre vie, mais je ne le voyais pas ainsi. Je n'aurais jamais pu affirmer, ne serait-ce qu'un seul instant, que Sun Hee a gâché ma vie. Elle était ce que j'avais de plus précieux au monde. Et, d'une certaine manière, elle avait même sauvé mon existence. Du moins en partie. Je n'avais jamais été très douée scolairement parlant. Toujours classée parmi les dernière, en fin de liste au collège comme au lycée. Je ne comprenais rien à Pythagore, à la grammaire ou aux grandes guerres. Cela ne faisait pas de moi une idiote pour autant, ni une fille manquant de jugeote. Pour autant je ne m'intéressait pas à l'école de manière générale. J'avais toujours trouvé plus qu'ennuyeux de devoir s'asseoir des heures durant sur une chaise pour écouter un professeur déblatérer une leçon que lui même avait appris des années plus tôt. Je n'avais jamais trouvé cela nécessaire. De nombreux parents se seraient torturés pour que je réussisse scolairement parlant, mais ce n'était pas le cas de mon père. Ce dernier était mon exemple, mon pilier. Il avait réussi sa vie même en renonçant à ses rêves d'adolescent. Il m'avait élevé mieux que n'importe qui, assumant à la fois le rôle de père et de mère. Je l'admirais. Il avait en lui une force que je lui enviais et que j'espérais pouvoir obtenir un jour. Lui qui n'était parti de rien était à présent chef cuisinier au Camellia, il gagnait sa vie en nourrissant les autres et en montant les échelons. D'une certaine manière j'avais marché dans ses pas. S'il était au départ embêté par mes choix, il comprit rapidement ce qui m'avait poussé à les prendre. Lui même avait dû faire ce choix dix-huit ans plus tôt. Alors il m'avait soutenue, envers et contre tous dans mes choix. Celui de garder mon enfant, de lui donner naissance et l'élever malgré mon jeune âge. C'est elle qui m'a poussé à trouver un apprentissage afin de pouvoir subvenir à ses besoin, ou du moins tenter du mieux possible. Mon père ne m'abandonna pas. Il m'aidait du mieux possible tout en tentant de me faire prendre mes responsabilités. Ayant toujours aimé la couture, il m'avait semblé logique de suivre cette voie. Je me souviens encore de mes nombreux croquis, de mes premiers vêtements et mes premières coupures. Je n'avais d'autres choix, n'ayant pas terminé le lycée suite à ma grossesse. Définitivement, Sun Hee est plus une sauveuse qu'un fardeau.

Je balançais le hochet sous ses yeux, assise sur le sol alors qu'elle tapait des pieds sur le sol dans son trotteur. Elle allait sur sept mois et je ne cessais de me répéter qu'elle grandissait bien trop vite. Un rire éclata et je ne pu me retenir bien longtemps de rire à mon tour. C'est fou à quel point elle ressemblait à son père. Elle avait les mêmes traits, la même forme de sourire et les mêmes plissures aux coins des yeux. J'avais par moment l'impression de le voir lui, juste face à moi. Elle ne cessait de me rappeler combien je l'aimais, lui. Même après tout ce temps séparés. Mon cœur continuait à battre pour lui. Je ne saurais dire le jour où je l'ai aimé, cela est apparu comme une évidence. Peut-être même que je l'aime depuis le premier jour. Celui où il a voulu joué avec moi et que je l'ai rejeté. Il était devenu une constante dans ma vie et même en son absence, il le restait. De part nos discussion journalières, de part mes sentiments pour lui. Part Sun Hee. Je savais bien qu'il ne m'aimait pas autant que moi, et au fond peut-être ai-je toujours eu plus besoin de lui que lui de moi. Il n'avait pas conscience de son don, bien que je le connaissait. Parfois, il suffisait d'un seul contact, même bref, pour que je comprenne le contenu de son cœur et toutes ses émotions. J'avais depuis longtemps compris qu'il ne m'aimerait pas comme je le souhaite, même si j'avais beaucoup de mal à l'admettre. L'on toqua à la porte, ce qui me fit sortir de ma torpeur, alors que le hochet se balançait avec un certain automatisme. Mes yeux roulèrent jusqu'à mon père qui hocha la tête de gauche à droite. Ni lui, ni moi n'attendions quelqu'un. « Je vais ouvrir tout de suite. » Qui pouvait bien débarquer chez nous ? Je me levais, déposant un baiser sur le front de ma fille. Il me suffisait de traverser le micro couloir pour accéder à la porte d'entrée. Notre appartement n'était pas bien grand mais nous possédions l'essentiel. Nous avions même la chance d'avoir une salle de bain chacun ainsi qu'une terrasse. Sert, ma chambre était aménagée sous les combles et les escaliers y menant étaient archaïques. Mais ce n'était pas cher et suffisant. Mes yeux s'écarquillèrent en voyant Jae Hyeong sur le seuil de la porte, se jetant sur moi pour me serrer contre lui. Mon cœur manqua un battement. Ou plusieurs. J'oublia un moment comment l'on faisait pour respirer. La joie de pouvoir le serrer contre moi était immense, mais j'étais si déboussolée qu'il me fallu un moment pour répondre à son étreinte. Mes mains s'accrochèrent dans son dos et son odeur familière me revint. Il m'avait tant manqué ! Nous avions beau nous voir chaque jour sur skype, l'avoir en cher et en os contre moi était vivifiant.

« Que... Qu'est-ce que tu fais là ? » furent les seuls mots capables de franchir mes lèvres, en réponse aux siens. Il salua même mon père, qui était comme de sa famille. Il n'imaginait pas combien cela était à présent plus vrai que jamais... Un vent de panique s'empara de moi en pensant à Sun Hee dans son trotteur, juste dans le salon. Elle n'était pas encore capable de bouger, pour autant il ne pouvait l'ignorer. Nous ne pouvions pas rester debout dans ce mince couloir bien longtemps. Je déposais un baiser sur sa joue, le cœur gonflé. « Si tu savais combien tu m'as manqué ! » Et je reprenais place contre son torse, enfouissant mon visage contre son cou. Cela me laissait au moins quelques instants de répit avant qu'il ne voit Sun Hee. Il savait que je faisais du baby sitting, pour autant il ignorait que j'étais mère. Pour être honnête, je ne faisais pas une seule minute de baby sitting, mais par skype c'était l'excuse la plus probable qui m'était venue pour les gazouillements et les cris. Cependant il n'avait jamais vu le visage de l'enfant. J'étais terrorisée qu'il comprenne mon lien avec elle, et pire encore : son lien avec elle. J'avança la première dans le salon, offrant un regard à mon père qui sous-entendait beaucoup. Il hocha une nouvelle fois la tête en faisant claquer sa langue contre son palet. Mon père avait beau être extrêmement compréhensif et m'avoir laissé gérer la situation jusque là, il était un fervent défenseur de l'honnêteté et de la vérité. Mon regard était si suppliant qu'il dû comprendre le fond de ma pensée. Aussi, je récupéra la veste de Jae Hyeong entre mes mains pour la poser sur un fauteuil. « Fais comme chez toi, tu sais qu'ici c'est ta deuxième maison. » Un sourire tira mes lèvres alors que j'avançais vers le trotteur, cachant encore à mon ami la présence de l'enfant. Je me pencha en avant pour la prendre contre moi, posant son petit corps contre mon flanc. Je la secouait lentement, fixant mon regard sur son doux faciès. « Je te présente Sun Hee. Brillante comme le soleil. » Je posais ensuite un baiser contre sa tempe avant de lever mon regard sur Jae Hyeong. Ferait-il le lien ? La prendrait-elle pour l'enfant que je suis censée gardée ? Je mordis ma lèvre inférieur, embêtée et gênée. Pourvu qu'il ne comprenne pas tout. Pourvu qu'il ne remonte pas le temps dans son esprit pour comprendre. Pourvu que mon mensonge ne se découvre pas. Peut-être qu'il ne le supporterait pas.
Made by Neon Demon

_________________


“I will love you till the day each and every star of the universe collapses into itself. Until then i will love you with the intensity of a black hole.”
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kim Jae Hyeong
#corail
Âge : 19
Occupation : Principalement, chanteur, bassiste et leader des døubt. Mais sinon, histoire de gagner sa vie : serveur au Jazzy 302 et apprenti mécanicien en mécanautique
Quartier : Nam
Situation : Père "célibataire"
Don : Partage
Niveau : 2
Multicompte : Suh Jin Ho feat. Min Yoon Gi (Suga - BTS) & Yoon Kallie feat. Lee Cha Eun
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t264-kim-jae-hyeong-shake-me-right-ou En ligne
Mar 14 Mar - 4:14
An eternity without you is like a year in Busan
It's really too long. I thought I was going crazy
Gao Hwa Young & Kim Jae Hyeong

J'étais parvenu au résultat escompté, à savoir la surprendre par ma présence. Je n'avais pas caché mon retour pour rien. Je voulais la surprise totale. Je désirais partager ce plaisir et ce bonheur avec elle. Un an sans la voir… je ne voulais plus jamais vivre ça. Elle m'avait tant manqué et ce n'était rien de le dire. Mes mots ne définissaient même pas le quart de ce que cette expérience sur Séoul avait été sans elle pour me soutenir et me remonter le moral. Jusqu'au bout, j'avais prétendu que tout se passait à merveille. J'avais omis les galères et nombreux refus rencontrés durant tout mon séjour, me contentant uniquement de les coucher dans un journal que je comptais bien lui offrir sous peu. Elle n'avait certes pas eu l'occasion de m'accompagner et si je savais que cela avait été pénible de me savoir loin, ce carnet serait sa procuration personnelle ; son impression de voyage dans ma tête. Et si par moment il était évident que j'avais le moral dans les chaussettes, j'avais prétendu à la fatigue. Ce n'était pas totalement faux de toute manière. Ma vie à Séoul pouvait se résumer en un seul mot : rush. Lorsque je ne m’entraînais pas à améliorer mes énormes lacunes en danse, je passais le restant du temps à faire des recherches sur les diverses agences sur la capitale. Entre castings et entretiens. Entre petits boulots et services rendus à la famille Jeon qui m'avait hébergée. Je ne m’autorisais qu'un week-end sur deux pour faire du tourisme et profiter de mes quelques heures de repos pour prendre une quantité impressionnante de photos et souvenirs. Séoul n'avait pas été qu'un mauvais moment. Au contraire, j'avais appris énormément de mes castings. J'avais pu admirer Séoul sous tous ses atouts. L'automne, l'hiver, le printemps et l'été. J'avais assisté à chaque changement de saison avec autant d'admiration que d'euphorie. Aussi magnifique qu'à la télévision. Hwa Young aurait certainement adoré. J'entendais bien lui faire visiter la capitale de notre pays par le biais de mes souvenirs (et cadeaux), de mes nombreuses photos et de mes quelques vidéos.

Sentir à nouveau l'odeur de son parfum me donnait la nette impression d'être vraiment rentré à la maison. L'appartement de la petite famille Gao était un peu comme un second domicile à mes yeux. Ils étaient comme ma famille, bien que les liens du sang nous séparaient. Quelle importance après tout ? Le cœur valait tellement plus que quelques tests ADN et gênes en commun. Il faut dire que la jeune Gao avait passée une bonne partie de son existence à mes côtés. Une chance qu'elle avait été là à cette époque là d'ailleurs. Mon enfance n'aurait certainement pas été aussi plaisante sans elle. Trop différent. Je ne voulais même pas l'imaginer. Une perte de temps. Hwa Young était encrée dans ma vie, dans mon cœur et dans mon esprit. Ce que je ressentais pour elle, je l'exprimais à ma manière, soit avec énormément de maladresse. J'étais ainsi fait : deux pieds gauche mais un sourire capable de faire fondre n'importe qui. Enfin si j'en croyais ce qu'elle pouvait bien en dire une fois qu'elle pardonnait mes idioties. Alors oui, elle m'avait manqué, bien plus que je ne saurai le lui dire. Je lui exprimais présentement en la serrant contre moi. Je me refusais de la lâcher par crainte de me retrouver propulsé sur Séoul une fois notre étreinte terminée. Une chance que nous ne vivions pas dans un monde fiction. « T'inquiète pas, j'ai ma petite idée là-dessus. » Si elle m'avait manqué autant qu'elle m'avait manqué, alors je connaissais ce sentiment de vide et de manque qui aujourd'hui se transformait en une espèce de rédemption. C'était dingue comme cette jeune fille avait su façonner ma vie pour en faire partie de la sorte. Je caressais son dos avec délicatesse, mon autre main pendante, dans le vide avec toujours cette boîte de chocolats au bout des doigts. Ça en devenait gênant là, non ? J'offrais un petit clin d’œil au chef de la maison et relâchais enfin sa fille, non sans lui tendre mon petit présent sauf que l'intention de Hwa Young semblait rivé ailleurs.

Je la suivis aussitôt, mon cadeau dans la main, me permettant un petit détour jusqu'à Jung Yoo. Lui aussi méritait une petite étreinte de retrouvailles. Pas de jaloux ! Je terminais mes salutations par une tape dans son dos avant de me tourner vers ma meilleure amie qui tenait actuellement un bébé dans les bras. Je roulais des yeux sous l'incompréhension un moment avant de tilter. Elle m'avait répété de multiples fois qu'elle avait commencé à garder une enfant. C'était certainement elle. Je m'avançais souriant vers la petite, ne sachant pas trop que faire, ni comment m'y prendre. Les enfants, c'était un peu le monde l'inconnu pour moi. Posté devant Hwa Young et Sun Hee, je fis aller ma main de droite à gauche pour la saluer avec quelque chose de terriblement niais. « Coucou Sun Hee. » Et c'était tout. Hwa Young ne me demandait certainement pas plus. Mon air étonné n'était plus vraiment là, mais un tas de questions commençaient à germer dans mon esprit. Et ces questions n'avaient strictement aucun rapport avec un quelconque lien entre ma meilleure amie et l'enfant, ou pire, entre elle et moi. J'étais à des années lumières de soupçonner quoi que ce soit. Je n'avais certes pas oublier cette fois-là avec elle mais de là à imaginer que le préservatif utilisé avait été défectueux ? Jamais. Et tant mieux car sinon cela me ferait réfléchir sur mes nombreuses fréquentations. De plus, Jung Yoo m'avait répété maintes et maintes fois de faire attention lorsque je pratiquais ce genre d'activité intime et il avait raison de le faire. Avec tout le respect que j'avais pour lui, je ne désirais en rien lui ressembler. Je ne voulais pas qu'une fille de mon âge se retrouve dans une situation semblable à celle de ma mère vingt années plus tôt. Aucun enfant ne méritait d'être abandonné. Même auprès de ses grands-parents. Ma vie n'avait pas été la pire mais j'osais croire qu'elle aurait été meilleure si ma mère et mon père avaient pu m'assumer. Un fantasme auquel je ne me permettais que rarement de rêver. J'étais plus terre à terre que ça, plus réaliste aussi. Ce qui était fait, était fait.

Mes yeux ne cessaient de faire des aller-retours entre l'enfant et ma meilleure amie, ce qui devait provoquer sans que je ne la sache, un vent de panique dans le cœur de Hwa Young. Pourtant je ne cherchais aucune comparaison entre les deux, je m'assurais simplement de l'état de l'une et de l'autre. Si la petite Sun Hee était ici, alors qu'elle était supposée avoir des parents, c'est que ma précieuse meilleure amie devait assurer des nuits à dormir mal. Enfin j'imaginais, en vrai je n'avais aucune idée de comment fonctionnait la garde d'un enfant. Je me souvenais à peine de ma propre enfance pour dire. « Bah dis donc, tu la garde souvent, non ? Ses parents ont des soucis ? » J'avais retenu ma seconde proposition à savoir celle concernant leur loisir. Peut-être qu'ils étaient jeunes et qu'ils profitaient de la gentillesse de ma meilleur amie pour sortir et s'amuser sans remords pour leur petite fille laissée à la maison. « À moins que tu l'ai kidnappé. Je sais bien que t'aimes les choses mignonnes. Avoue-moi tout ! » J'explosais dans un rire naïf, abandonnant mon observation pour aller me vautrer dans le canapé, soulagé d'être rentré. « Ce canap' m'a tellement manqué lui aussi. » Je grimaçais un moment, plongeant ma main dans mon dos pour extraire de sous un coussin un petit jouet en plastique. « Bon, c'était plus confort avant mais je m'y ferai. Tu as la petite Sun Hee jusque quand ? » J'avais hâte de pouvoir sortir à nouveau avec Hwa Young. J'avais hâte de retrouver les copains au Jazzy 302, de reprendre cette vie que j'avais mise sur pause beaucoup trop longtemps. « J'ai un tas de truc pour toi. Faut trop que tu viennes à la maison. » J'étais beaucoup trop enthousiaste. Loin de la vérité. Je restais proscris dans mon bonheur d'égoïste. Je rejetais déjà inconsciemment toutes responsabilités quelle qu'elles soient. Pourtant j'étais prêt à beaucoup de sacrifice pour elle et elle le savait pertinemment bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gao Hwa Young
#corail
Âge : 18
Occupation : apprentie couturière la semaine; elle joue dans le groupe døubt
Quartier : Haeundae
Situation : amoureuse et jeune maman
Multicompte : yoo myeong hee (irene; rv); moon sakura (sana; twice) & lee jung ran (hyuna)
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t276-gao-hwa-young-just-let-me-be#352
Sam 6 Mai - 15:01
an eternity without you
is like a year in busan
jaehyeong & hwayoung

Son cadeau en main, les sentiments emplirent mon cœur. Il me suivit jusque dans le salon où je récupérait la petite, l'aidant et le laissant à installer ses affaires. Avec les années, l'appartement des Gao était devenu une sorte de deuxième maison. Un endroit où il était chez lui tout autant que nous. Mon père manqua même de lui offrir un double de l'appartement pour qu'il puisse venir à sa guise. Il avait adopté mon meilleur ami dès sa première rencontre. Au fond ils se ressemblaient tellement... C'était presque incroyable. Ils s'appréciaient tant tout les deux qu'ils avaient même réussit à créer leur propre jardin secret, ensemble. Cela ne pouvait que me rendre heureuse. Je me souviens des maintes fois où je me suis imaginée pouvoir le présenter en tant que petit ami, et non plus comme meilleur ami. Mais c'était impossible. Je le savais depuis bien longtemps. Depuis ce premier jour où, d'un geste, j'avais su le contenu de son cœur. J'étais sa meilleure amie, quelqu'un de très précieux. Mais il ne m'aimait pas comme je l'aimais. Mon père connaissait mes sentiments à son égard, mais il ne pouvait rien faire. Ce n'était pas à lui d'intervenir entre nous. Ce n'était à personne de le faire. Juste nous deux. Peut-être que s'il n'avait pas eu ce don je lui aurais avoué mes sentiments en espérant qu'ils soient réciproque. Mais je connaissais déjà le contenu de son cœur. C'était vain.

De manière complètement niaise, il salua l'enfant blottie contre mon corps. Une main secouée de droite à gauche, un tendre sourire. Ses yeux allèrent de Sun Hee à ma personne et pendant un court moment qui parut s'éterniser, je me mise à paniquer. Faisait-il le lien ? La petite avait plus de traits de son père que de ma propre personne, pour autant en regardant bien il était simple de voir la même forme de visage et les mêmes petits yeux. Mais les questions qui suivirent me rassurèrent quant à une possible déduction. Il parlait des parents de Sun Hee. Pas une seule seconde il devait se douter que nous étions ses parents. Je pinçais mes lèvres en sachant qu'il me fallait répondre sans trop réfléchir, même si c'était difficile. Mon père ne m'avait pas élevée dans le mensonge, bien au contraire. Il aimait que l'on fasse preuve de la plus grande honnêteté. Mon regard bascula sur lui un instant et je vis son air réprobateur. Il refusait que je mente plus longtemps encore à Jae Hyeong. Pour autant, il avait le respect suffisant de me laisser prendre seule mes décisions. Mon père était davantage empli de conseils que d'ordres et même si c'était agréable, parfois j'en devenais encore plus perdue. « Oui elle est souvent ici. Son père n'est pas vraiment présent tandis que sa mère... Elle est souvent occupée. » J'haussais les épaules. En soit je ne mentais pas. Jae Hyeong était parti durant une longue année. Entre mon apprentissage et les doubt, j'étais bien plus occupée que je ne l'aurais souhaité. Disons simplement que je ne précisais pas qui exactement étaient ses parents. Un soupir traversa les lèvres de mon père avant qu'il ne sorte de la pièce pour aller en cuisine. Je savais parfaitement ce que ce soupir signifiait. Mais je n'avais pas la force de tout avouer. Pas maintenant. Pas encore.

Ses propos suivant m'arrachèrent un rire et, sans trop savoir pourquoi, la petite ria de concert. « Tu m'as démasquée. Félicitation ! Je l'ai enlevée à ses parents. Comment résister à une telle bouille ? Hm ? » L'une de mes mains vint caresser le visage de l'enfant qui balbutiait quelques sons. Je l'ai enlevée à son père, d'une certaine manière. Ma conscience me torturait et je n'avais jamais imaginé combien le retour de Jae Hyeong pouvait être difficile. Dans mon esprit tout était beaucoup plus simple ! Mais maintenant qu'il était face à moi tout semblait complètement différent. A chacun de mes propos -ou des siens- ma conscience revenait à la charge pour me rappeler que j'étais une menteuse égoïste, privant une enfant d'un père et un père de son enfant. Alors j'essayais de me rappeler pourquoi j'avais fait ça. Je me disais que c'était un geste de générosité, que j'avais fait ça pour lui. Pour ne pas gâcher la vie de mon meilleur ami. Mais la plupart du temps, ma conscience n'était pas d'accord. Et si jusqu'à présent cela n'avait été qu'une douce torture, sa présence rendait le tout parfaitement réel et bien plus difficile. Après un grand rire, il s'installa sur le canapé, retirant au passage un jouet qui s'était coincée dans son dos. Sa question me plongea dans un court mutisme. Jusque quand ? Que répondre à ça ? Je ne pouvais pas lui donner d'heure ou de jour, en sachant qu'elle serait tout le temps ici. Alors je tentais de créer une excuse, espérant qu'elle tienne la route. « Tu te souviens ? Je l'ai kidnappée ! Elle reste ici pour toujours. » Un rire légèrement amer s'échappa de mes lèvres. Je posais l'enfant une nouvelle fois dans son trotteur, la laissant taper des pieds contre le sol et tenter d'avancer dans la pièce. Je prenais place près de Jae Hyeong sur le canapé, un léger sourire sur mes lèvres. « Je l'aie pour quelque jours encore. » Plus le temps avançait et plus je m'enfonçais dans mes propres mensonges. J'avais l'impression que la situation ne faisait qu'empirer de jour en jour. Ses propos suivant me mirent un peu de baume au cœur. Mon meilleur ami était bien trop généreux. Je lui offrait une petite tape sur le bras. « Je passerai quand tu veux ! Mais tu sais, tu n'étais pas obligé. » Non, il n'était réellement pas obligé... Savoir qu'il avait amené des souvenirs de Séoul et que je continuais à lui mentir me fendait le cœur...

Mon père apparut face à nous, un sourire au coin des lèvres. « Jae tu veux rester manger ? Je travaille pas ce soir mais je peux prendre Sun Hee avec ? Faut... que j'aille voir un ami. Je suis certain que t'as une tonne de chose à raconter sur Séoul. C'est pas pareil ici que par Skype hein ! » Pendant un instant mon père manqua de me griller et le mensonge servit depuis des mois serait tombé à l'eau. Mais je vis dans les yeux de mon paternel pourquoi il m'offrait cette occasion. Il devait penser qu'en me retrouvant seule à seule avec lui je pourrais enfin tout avouer. Mais je n'étais pas certaine d'en avoir la force. Je sentais mes membres trembler et tentais de garder bonne apparence du mieux possible. Même si ce n'était pas simple. Aussi je me levais pour dégourdir mes muscles. Mon père récupérait la petite qui faisait frapper son trotteur contre ses jambes. Il passa une main dans ses petits cheveux et elle gigota en riant. Cela me semblait être le plus beau son au monde. « C'est une super idée. Tu trouves pas Jae ? On commandera. Ou on en fera une. Mais un bon truc ! Je suis sûre qu'avec ton régime d'idole t'as pas dû beaucoup en manger. T'es moins fluffy. » Pas qu'il l'ai un seul jour réellement été, j'aimais beaucoup l'embêter et le taquiner pour pas grand chose. J'avançais alors vers mon père pour laisser mes lèvres prononcer un « Merci » silencieux. Je ne promettais pas de lui dire la vérité. Pour autant, je me promettais d'être honnête en répondant à ses possibles questions. Je voyais bien que mon père ne tiendrait plus longtemps entre ces mensonges. Bientôt il exploserait et dirait la vérité à mon meilleur ami. Et il valait mieux qu'il l'entende de mes lèvres que des siennes. Non ?
Made by Neon Demon

_________________


“I will love you till the day each and every star of the universe collapses into itself. Until then i will love you with the intensity of a black hole.”
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kim Jae Hyeong
#corail
Âge : 19
Occupation : Principalement, chanteur, bassiste et leader des døubt. Mais sinon, histoire de gagner sa vie : serveur au Jazzy 302 et apprenti mécanicien en mécanautique
Quartier : Nam
Situation : Père "célibataire"
Don : Partage
Niveau : 2
Multicompte : Suh Jin Ho feat. Min Yoon Gi (Suga - BTS) & Yoon Kallie feat. Lee Cha Eun
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t264-kim-jae-hyeong-shake-me-right-ou En ligne
Lun 15 Mai - 19:59
An eternity without you is like a year in Busan
It's really too long. I thought I was going crazy
Gao Hwa Young & Kim Jae Hyeong

Elles étaient mignonnes ; toutes les deux. Comme deux sœurs. Ou un truc dans ce genre-là. Aller savoir pourquoi je pensais ça subitement. Parfois, je ne comprenais pas bien ce qui me passait par la tête. C'était certainement dû à la surprise. Je savais que Hwa Young gardait une petite mais jamais je n'avais vu de mes yeux cette dite petite. Même pas par webcam. Dans ma tête, je l'imaginais différente. Moins mignonne, plus bruyante et difficile. Je ne connaissais pas grand-chose aux enfants. Jamais je n'avais envisagé d'en avoir. Pas après mon passé dont, malgré moi, j'avais honte. Quoi qu'il en soit, le baby-sitting allait bien à ma meilleure amie. Elle avait l'air dans son élément, comme si elle avait fait ça tout sa vie. Ce qui était inconcevable puisque je faisais partie de sa vie depuis bien trop longtemps pour cela. Je m'en serais rendu compte sinon. J'en déduisais donc que Sun Hee devait être une enfant des plus exceptionnelles. À sa demander comment ses parents faisaient pour s'en débarrasser autant. Irresponsables. C'était le seul mot qui me venait en tête lorsque je regardais la petite dans son trotteur. J'imaginais l’insouciance de ses parents. Je revoyais mon enfance misérable. Je revoyais ce jeune gamin que j'étais qui nourrissait l'espoir de voir un jour sa mère franchir le pas de la porte avec un air désolé. Je lui aurais tout pardonné. Tout. La situation de Sun Hee n'avait certainement, et je l'espérais pour elle, rien avoir avec la mienne passée, pour autant je ne pouvais m'empêcher de maudire ses parents pour le manque d'attention évident qu'ils pouvaient bien faire preuve. M'enfin. Cette histoire ne me concernait pas. Elle ne concernait pas même Hwa Young. Une chance pour la petite que ma meilleure amie veillait ainsi sur elle. J'espérais qu'avec le temps ses deux parents se responsabilisent. Il n'est jamais trop tard pour changer. « Je vois... » Je n'étais pas capable de répondre avec plus d'enthousiasme. Je me demandais simplement pourquoi. Un accident ? Une grossesse non désirée ? C'était ridicule. Mais le plus idiot, c'était de me retourner le cerveau avec cette histoire. Je n'étais pas rentré de Séoul pour faire des leçons de moral à deux crétins égoïstes, ni pour me lamenter sur une situation qui ne changerait plus jamais. Ma mère était morte depuis longtemps. Quant à mon père, personne ne savait quoi que ce soit à son sujet. Le retrouver était inutile et impossible. Je n'avais même jamais essayé cela dit. J'avais mieux à faire que de me soucier de quelqu'un qui n'avait pas un intérêt réciproque à mon égard. Avec le temps, j'avais juste oublié. Mis de côté les espoirs futiles pour me tourner vers mon présent et mon futur. J'avais été chanceux de trouver en la famille Gao, la famille que je n'aurai jamais eu. Il ne manquait plus qu'une mère… quoi que ma grand-mère avait fait de son mieux pour m’élever au dépend du jugement de son mari. Une brave femme elle aussi. Un sacré bout de courage. Je l'admirais pour ça.

J'essayais de plaisanter, davantage pour me libérer des démons du passé que pour vraiment être drôle et pourtant, la réponse de Hwa Young me fit esquisser un véritable sourire sincère. « Est-ce que je dois appeler la police ? Hein, tonton ? » Je cherchais le soutien de cette figure parental dont je suivais les traces sans même le savoir. Bon pour la musique c'était assez évident mais pour le reste... J'étais à ce point naïf et j'avais beau me savoir parfois un peu lent, il n'y avait rien à faire, je ne captais pas. « Enfin, c'est vrai qu'elle est mignonne. C'est drôle, elle te ressemble un peu. Enfin, j'me fais des idées. J'ai dû oublier les détails de ton visage à force de te voir en pixelisé depuis un écran. » Je me laissais glisser dans le divan en soupirant d'aise. Les choses avaient changés en treize mois. Et je n'avais même pas encore vu la moitié de ses changements. Je captais le sourire de ma meilleure amie du coin de l’œil, esquissant en miroir le mien. Je le savais bien mais je ne pouvais y résister. Ce n'était pas grand-chose pour la grande majorité des choses rapportés. Des conneries, des bibelots, des trucs mignons. Toutes des choses qui m'avaient plu et qui trouveraient leur place dans le décor des Gao à coup sûr. « Je sais bien. Mais tu sais aussi que j'adore te faire plaisir. J'ai pas pu résister. Pour toi aussi tonton ! » hurlais-je à son intention. Jung Yoo et moi partagions les même goûts pour quasi tout, c'était plutôt facile de lui trouver des cadeaux. Il en était de même pour sa précieuse fille. Enfin, elle, c'était surtout parce que je la connaissais bien et qu'un rien lui faisait plaisir. L'invitation du père de famille me fit redresser la tête. Je hochais poliment la tête, hésitant quant à ma réponse. Je ne voulais imposer ma visite à personne, ni chambouler quoi que ce soit. Je n'avais prévenu personne de mon retour après tout. J'allais répondre, mais Hwa Young me devança. J'étais plus ou moins obligé d'accepter. Pardon tonton. Promis, la prochaine fois, je ne t'imposerai plus le rôle de baby-sitter. « Ne jamais se fier aux apparences ! J'ai bouffé pour deux pendant des mois. J'te jure. » Je rigolais, me grattant nerveusement le crâne. Je me sentais bien entre ses murs. J'étais chez moi. En quelque sorte. « T'es sûr que ça te dérange pas tonton ? Sun Hee peux rester, j'ai pas du tout de soucis avec ça. Elle a l'air super calme. Et puis, c'est moi qui débarque à l'improviste. » Pour changer. Je haussais les épaules, laissant le choix aux deux Gao. Les deux situations m'allaient. De plus, le choix semblait déjà être fait de toute manière. Je jetais un regard à la petite, observant Jung Yoo lui enfiler son petit manteau tout riquiqui. Je ne pouvais m'empêcher de trouver ça mignon ; un grand gaillard comme lui qui reprenait du service. Je glissais à mon tour un merci, audible pour ma part, fixant la porte qui se refermait sur eux. Nous étions seuls. Enfin seuls. Je soupirais et me redressais, laissant enfin tout le loisir à mes yeux de faire le tour de l'appartement. Sun Hee devait cohabiter avec eux depuis un moment déjà. Le sol était jonché de jouets ou d'objets lui appartenant. Les lieux s'étaient comme métamorphosé en garderie. « Hé bah. Quelle collection. Pas question que je me casse la tronche sur un de ces trucs. C'est dangereux d’élever un enfant dis donc. » Je me retournais vers elle, munis de mon éternel sourire de bien heureux. Je claquais dans les mains ; mon estomac s'étant réveillé à l'instant même où le mot manger avait été prononcé. « J'vais pas te mentir, ta cuisine m'a manqué mais si tu veux commander, ça me va aussi. J'ai tout le temps du monde maintenant. J'ai pas prévu de repartir avant longtemps ! » J'avançais vers la cuisine, habitué à faire comme chez moi. J'ouvrais un placard et attrapais un verre. « T'as un verre qui traîne dans le coin ? » J'ouvrais déjà le frigo pour en sortir du jus d'orange en boîte. Je m'en versais un petit fond et buvais le tout cul sec. « Comment va doubt ? On en a pas trop parlé quand j'étais sur Séoul. J'imagine qu’inconsciemment j'voulais pas trop y faire face… Ils vont bien ? Dae Won m'en veux toujours ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Gao Hwa Young
#corail
Âge : 18
Occupation : apprentie couturière la semaine; elle joue dans le groupe døubt
Quartier : Haeundae
Situation : amoureuse et jeune maman
Multicompte : yoo myeong hee (irene; rv); moon sakura (sana; twice) & lee jung ran (hyuna)
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t276-gao-hwa-young-just-let-me-be#352
Jeu 15 Juin - 3:48
an eternity without you
is like a year in busan
jaehyeong & hwayoung

Il m'avait tant manqué et pourtant j'avais tant redouté son retour... Avec raisons. Plus le temps s'écoulait en la présence de Sun Hee et plus la panique grandissait dans mon être. S'il finissait par tout deviner ? Je ne saurais quelle réaction il pourrait avoir... Jae Hyeong me dirait certainement que je n'aurais jamais dû lui cacher ça, qu'il serait resté pour m'aider à élever cet ange. C'est principalement pour cette raison que je lui ai caché sa paternité. J'aurais très bien pu avorter, cela m'aurait évité tant d'ennuis ! Jamais pourtant je n'aurais pu me résoudre à retirer ce morceau de Jae Hyeong et de moi-même réunis. C'était horriblement égoïste, sûrement le geste le plus égoïste de toute mon existence. Mais je n'avais pas réussi à me résoudre à cette idée. Il me fallait donc assumer les conséquences que j'avais pendant si longtemps repoussé et que je continuais encore à repousser. Sans doute que je le ferai jusqu'à être au pied du mur, jusqu'à devoir avouer parce qu'il n'existe pas d'autre vérité. Ses paroles n'arrangeaient rien et un sourire tiré prenait place sur mes lèvres. Sun Hee me ressemblait avec évidence, tout autant qu'elle ressemblait à son père. Alors mon cœur manqua un battement. Un court instant, presque imperceptible, le monde s'ouvrit sous mes pieds et j'eus l'impression de dégringoler en chute libre. « Tous les bébés se ressemblent à cet âge. Une tête ronde, de grands yeux et peu de cheveux. Ou bien c'est la webcam. Je dois avouer que les pixels ça sublime. » Une simple taquinerie et de quoi lui sortir de l'esprit l'idée que cette petite puisse me ressembler. Et alors que l'on parlait cadeaux mon père vint tel un sauveur pour me retirer Sun Hee pour la soirée. Plus elle était loin de son regard et moins il verrait les ressemblances. Je savais que mon père espérait que cette soirée serait celle de toutes les vérités. Que je parlerai en étant seule avec lui. Mais c'était impossible. Je n'étais pas encore prête.

Le sujet de la nourriture vint rapidement sur le tapis et un rire plus franc traversait mes lippes. Je reconnaissais bien Jae Hyeong dans sa manière de présenter les choses. L'idée des repas chez les idoles m'était floue, j'avais imaginé tout un tas de restrictions parfaitement stupides. Bien sûr il n'avait fait que suivre un entraînement, mais ces derniers étaient bien plus durs encore que n'importe quels autres. J'haussais simplement les épaules en riant. S'il avait bien mangé alors c'était sans doute le plus important. Même si j'imaginais plus aisément encore sa déception face au monde de l'entertainment. Malgré les remarques de mon meilleur ami, mon père emporta Sun Hee avec lui pour nous laisser seuls et un long soupir traversa mes lèvres. J'eus l'impression de remonter le temps et de revenir à l'époque où rien ne s'était encore passé. Où rien n'avait dérapé ce soir-là et où Jae Hyeong n'était que ce meilleur ami de toujours que j'aimais beaucoup trop. A sa remarque je reprenais place dans le présent, dans la réalité. Celle de tous ces jouets au sol n'appartenant qu'à Sun Hee. Même pas capable de marcher et pourtant déjà parfaitement gâtée. « T'imagines même pas combien ça peut faire mal une de ces conneries. J'te jure. Tu te réveilles encore embrumé et tu marched dessus. T'as juste envie de balancer le jouet à la fenêtre ! » Je restais toujours moi. Toujours celle à l'humour particulier et aux remarques idiotes. J'avais oublié combien le contact de Jae Hyeong m'avait manqué. C'était certain que la réalité était bien loin de Skype. C'était différent, c'était bien mieux. Il claqua ses mains, parlant de nourriture avant d'avancer vers la cuisine. Alors je le suivis en souriant. Il n'avait pas perdu ses habitudes. Le voir déambuler chez moi me rendait heureuse, certainement pour de mauvaises raisons. Mais cela importait peu. « Il faut dire que je cuisine mieux que personne d'autre ! Tu n'aurais jamais trouvé d'équivalent à Séoul. J'ai eu le meilleur de tous les professeurs. » Ce serait un comble pour la fille d'un cuisinier que de ne pas savoir elle-même cuisiner. Mon père était admirable, tant par son parcours que toutes ses connaissances. Parfois je me demandais s'il n'était pas un quelconque alien venu d'une autre galaxie pour offrir sagesse et connaissance. Puis je me trouvais idiote.

Et alors qu'il se servi et bu du jus d'orange, la question tant redoutée explosa dans ma figure. Doubt. Notre groupe. Son groupe. Jae Hyeong était comme le fondateur de ce groupe et souvent je me disais que rien n'aurait jamais existé sans lui. Le groupe survivait plus en son absence qu'il n'existait, même si nous avions globalement réussi à le remettre sur pied. Il fallait en remercier notre nouveau membre ainsi que Dae Won. Mais je n'étais pas encore prête à lui parler réellement du premier et heureusement sa question portait sur le second. « On survit sans toi. Alors je suppose qu'on va bien... Ton départ a été une sorte de tsunami dans le groupe. On a perdu notre plus gros élément. Quant à Dae Won... » J'haussais les épaules. Ce n'est pas tant qu'il lui en voulait puisque moi-même je ne pouvais pas en vouloir à Jae Hyeong de vouloir poursuivre ses rêves. Sur ce point Dae Won et moi nous ressemblions beaucoup. Nous étions davantage triste que rancunier envers mon meilleur ami. « Je pense que tu as créé un vide dans sa vie comme dans la mienne. Il est plus triste de ton absence. Tu lui as énormément manqué tu sais ! Séoul c'est pas à côté, on peut pas passer te dire coucou quand on a rien à faire dans la soirée. » Un rire vint appuyer mes propos. Son absence nous avait tous plus ou moins marqué. Dae Won et moi plus que d'autres, sans aucun doute. Nous étions la bande de départ, celle qui s'était créée au tout début. J'avais été leur première groupie avant de les rejoindre au cours de leur première formation. « Tu devrais vraiment en parler avec lui. Je peux pas vraiment répondre à sa place... » Si nous nous étions soutenus mutuellement, cela ne signifiait pas pour autant que Dae Won m'avait confié tous ses sentiments à propos de ce départ. Nous nous savions seuls et tristes, comme abandonnés par ce même ami proche. Cela ressert forcément les liens. Mais je ne pouvais pas tout dire à Jae Hyeong. Tout autant que je refuserais que mon père lui avoue tout pour Sun Hee. Alors ce fut le meilleur conseil que je puisse lui offrir. Voir Dae Won et lui parler directement.

Heureusement pour moi la cuisine était plutôt bien rangée, aussi les biberons et autres objets ne traînaient pas partout. Par chance Jae Hyeong n'avait porté attention qu'à la bouteille de jus d'orange. Ou peut-être avait-il vu les pots pour bébé mais qu'il n'avait pas fait la réflexion. En gardant Sun Hee il était logique que j'ai de quoi la nourrir. Je prenais quelques légumes que je commençais à couper, me mettant assise sur la chaise et posant d'autres ustensiles et choses à préparer pour le repas. « Mangeons du bibimbap ! Je suis sûre que le mien t'as terriblement manqué ! Avoue tout ! » Je tendais la carotte devant lui comme pour l'accuser. Mes yeux devaient sans doute briller. Jae Hyeong était l'élément manquant à ma vie pour que je puisse être au comble du bonheur. Du moins si l'on ignorait qu'il était le père de mon enfant et qu'il ne me savait même pas mère. Mais ce soucis était loin de moi à présent. Je riais avec une facilité monstre tout en continuant d'éplucher et de couper cette carotte. « Mon père a également préparé du kimchi, comme toujours. Il est resté dingue de ça ! » Tout autant que moi. Mon père nous avait pratiquement élevé au kimchi et parfois je me demandais s'il n'en avait pas mis dans mes biberons lorsque j'étais bébé. Puis je me ressaisissais en me disant que jamais un père si responsable ne ferait une chose aussi responsable. Je levais mon visage vers Jae Hyeong, un grand sourire aux lèvres. « Parle moi encore de Séoul. Tu m'as surtout raconté tes entraînements et tout ça... Tu ne t'es pas fait des amis ? Genre ceux qui sont censés être pour toujours. Tu n'as pas rencontré l'amour de ta vie aussi ? Il paraît que tout le monde trouve son âme sœur à Séoul. Il devait y avoir de belles trainees ! Jae Hyeong tombeur de ces dames. » Je riais même si une réponse positive me briserait le cœur. Mais il ignorait tout de mes sentiments et peut-être bien qu'il continuerait de l'ignorer pendant affreusement longtemps. Comment pouvais-je sortir autant d'idioties et taire autant ce qui existait dans mon cœur ? Je prenais une grande inspiration avant de me lever récupérer pour faire chauffer de l'eau pour la soupe. Je souhaitais vraiment une réponse négative. Mais je savais que même si c'était le cas, cela ne changerait pas le coeur de Jae Hyeong. Jamais il ne m'appartiendrait tel que je le désire. Jamais.
Made by Neon Demon

_________________


“I will love you till the day each and every star of the universe collapses into itself. Until then i will love you with the intensity of a black hole.”
Revenir en haut Aller en bas
 
An eternity without you is like a year in Busan | Hwa Young ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HAPPY NEW YEAR
» We wish you a merry chrismas and !a! happy new year ♪
» Mon dieu à moi... [LIBRE Senior Year-A]
» New year's day... pour les fans de U2...
» Happy New Year :3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Wonder in Busan :: BUSAN :: HAEUNDAE :: New Town-
Sauter vers: