AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 kang yu jin ♠ out of time, but still i rise

Kang Yu Jin
Kang Yu Jin
#super yuyu
Âge : 23
Occupation : Étudiante (langue étrangère appliquée), gérante du Rakhyu
Quartier : Haeundae
Situation : She makes my heart beat loud enough to make me feel alive ♥
Don : Régénération
Niveau : 4
Multicompte : Nobira Takuya, Ban Min Hwan
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t2248-kang-yu-jin-out-of-time-but-sti
Dim 6 Jan - 7:45




INFORMATIONS
Yu Jin est la dernière née d'un couple de jumeaux non-identiques qui ont vu le jour à Séoul il y a déjà 22 ans de cela, le 19 juin 1996.
   
Ayant déménagé à Busan quelques mois avant de souffler ses 18e bougies, elle est présentement en couple avec une jolie jeune femme prénommée Somi, mais se considère pansexuelle.
   
Yu Jin étudie à l'université en langue étrangère appliquée (japonais), et travaille pour subvenir à ses besoins en tant que gérante au Rakhyu Karaoké. Mettons bien l'accent sur « subvenir à ses besoins », puisque malgré son statut au sein du Rakhyu, elle peine parfois mettre de la nourriture dans son assiette à la fin du mois.

DON
Yu Jin possède, bien heureusement pour elle, le don de la régénération, un don actif qui lui sauve litéralement la vie. Tant que son don ne la laisse pas tomber, elle ne souffre pas trop des symptômes de sa maladie.
   
Yu Jin tente tant bien que mal de posséder un contrôle maximal sur son don, afin de s'assurer qu'il ne lâche pas prise et que son propre état de santé se déteriore.
   
Probablement trop occupé à soigner ses globules rouges, son don est souvent innefficace sur des blessures superficielles, bien que Yu Jin aie noté qu'elle guérissait parfois légèrement plus rapidement que la moyenne.

DERRIÈRE l'ÉCRAN
Moi ? doge ah bah oui! Iko, 25 ans, difficile de se débarasser de moi face Pas question de delete Yu Jin alors la revoilà avec un vent de fraîcheur~ YEEEEEET
KANG YU JIN
feat. Kim Chan Mi (AOA)

HISTOIRE

Ils étaient heureux, tous les deux. Deux jeunes adultes qui commençaient tout juste leur histoire commune loin du nid familial alors qu'ils n'avaient même pas encore atteint la vingtaine. Rien, absolument rien, semblait-il, ne pouvait déranger leur bonheur; leur petit monde sur ce nuage loin de tous les soucis de Séoul. Rien, sauf une mauvaise surprise représentée par deux petites lignes sur un test de grossesse. Comment allaient-ils s'occuper d'un enfant, si jeunes? Est-ce que leur situation financière leur permettait une telle responsabilité? « J'ai qu'à abandonner l'école », disait-il, prêt à relever le défi. Il se trouverait un job à temps plein pour remplir les coffres. Deux jobs, s'il le fallait. Après tout, elle en avait déjà un elle-même, faute de savoir ce qu'elle voulait étudier. C'est donc ce qu'ils firent : en quelques mois, ils avaient réussi à se créer un joli coussin financier pour encaisser la venue du petit garçon qui allait se joindre à eux. Après tout, pour ce couple de jeunes adultes, il n'y avait aucun problème, que d'innombrables solutions.
   
Mais il avait promis qu'il arrêterait de boire. Lui-même y croyait, il était même sobre depuis plusieurs semaines déjà. Il avait promis, mais il est retombé dans l'enfer du soju et autres alcools tous aussi durs sur le foie. Son renvoi a été trop dur à encaissé, alors il a bu, et rebu. Jusqu'à ce qu'il en perde connaissance, jusqu'à ce qu'il ne se réveille plus. Elle a pleuré sa mort si fort que son entourage croyaient qu'elle allait vouloir le rejoindre et emmener son fils avec elle. Mais elle en a décidé autrement. Elle élèvera son fils avec honneur, elle élèvera son fils seule pour prouver qu'elle a l'étoffe d'une mère. Son fils aura une belle vie. Toutefois... elle était loin de se douter que la famille Kang se serait agrandie non pas d'une, mais bien deux têtes. Elle était là, non détectée par les échographies, toute frêle, un peu moins en santé que son déjà robuste frère. La vue de deux petits humains fit paniquer la nouvelle mère de famille, qui savait pertinemment qu'elle n'arriverait jamais à s'occuper de deux enfants sans son âme soeur. Le coeur brisé, elle se résigna à les mettre tous les deux à l'adoption... jusqu'à ce qu'elle regrette presque immédiatement son choix. Quelques jours plus tard, elle veut reprendre ses enfants. Elle est pourtant repartie de l'hôpital avec un seul nouveau-né dans les bras.
   
part i - the sickness.

Yu Jin. Je ne le sais pas encore, mais ma mère m'a nommé ainsi puisqu'elle s'était renseignée sur le nom qu'on avait donné à mon jumeau, Yu Jae. À défaut de pouvoir nous élever tous les deux, elle voulait au moins que nous soyons connectés d'une certaine manière. C'est difficile à croire, surtout quand la principale concernée n'a aucune idée qu'elle n'est pas sensée être fille unique. Ma mère m'a dit, par contre, que j'étais toute petite à ma naissance. Toute fragile. Mon système immunitaire ne sera pas très fort pendant les premiers mois, voire même les premières années de ma vie. Les docteurs s'en sont vite rendu compte, et l'hôpital est rapidement devenu ma deuxième maison. Ce n'était sensé qu'être temporaire, du moins selon eux. Une mesure temporaire pour s'assurer que mon corps se développe bien et que je reprenne des forces. Ça, c'est jusqu'à ce qu'ils annoncent à ma mère qu'ils avaient à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. « C'est... la leucémie lymphoïde chronique. Il n'y a pas de traitement existant pour l'instant... mais il nous est possible de traiter la maladie pour améliorer son prognostic à long terme. La bonne nouvelle, c'est qu'étrangement... la maladie semble vouloir se guérir d'elle-même. » J'imagine que j'ai été chanceuse pour plusieurs raisons. D'abord, chanceuse que mon médecin attitré était fasciné par cet inconnu phénomène concernant des individus possédant des dons. Après tout, et ça je le saurai bien vite, mais tous ne sont pas chauds à l'idée d'individus "surnaturels". Et ensuite... chanceuse de posséder cedit don, enfin selon mon médecin; un don qu'il nomma la regénération, n'était pas assez callé sur le sujet pour savoir si c'était réellement une mutation génétique ou si c'était le nom couramment accepté dans la communauté ou je sais plus.
   
Je n'étais même pas encore en âge d'aller à l'école et je savais déjà que je devrais passer une bonne partie de ma vie à l'hôpital, même si je guérissais, soi-disant, de moi-même. Il fallait surveiller tout cela de plus près. Ainsi, à toutes les semaines, c'était rendez-vous à l'hôpital pour une heure, peut-être deux; surtout le temps d'essayer de voir si la maladie a progressé ou regressé mais aussi pour tenter de comprendre le phénomène qu'est mon ADN. Parfois, j'y étais pour une durée de temps plus longue, surtout en guise de prévention lorsqu'on craignait que le cancer évolue trop. Une chose était certaine, pour l'instant le tout était facilement contrôlable. Mais les visites hebdomadaires devront être déplacées en soirée, voire même le weekend, dès que je serai en âge d'être sur les bancs d'école : le risque que quelqu'un sache que Kang Yu Jin a un don était bien trop élevé. J'ai pris les propos de ma mère à la lettre. Jamais, au grand jamais, quelqu'un saura que je suis malade.
   
part ii - the boy.
   
Il était assis seul la plupart du temps, à l'écart des autres et sursautant au moindre bruit un peu trop fort. Et moi, c'est avec lui que j'ai décidé de m'asseoir pendant l'heure du lunch au lieu de n'importe lequel autre de mes camarades de classe. De toute façon, je les entendais murmurer à chaque fois que j'étais dans les alentours. « Yu Jin a l'air trop fragile pour être notre amie », ou encore « Yu Jin a une drôle de couleur de peau », surtout les jours où mon don n'était pas aussi actif. Les cours d'éducation physique étaient une véritable corvée, et sans oser révéler à l'école que j'étais incurablement malade à cause de mon don, j'endurais. Le sport, c'est souvent là où les enfants décident qui méritent de faire partie du cercle d'amitié des autres ou nous. Et moi, comme ma peau restait marquée pendant des heures si je recevais par mégarde un ballon sur l'épaule, je ne faisais pas le poids. Alors me voilà, devant ce garçon tout aussi mal apprécié que moi, préférant la compagnie de quelqu'un de sincère qu'à celle de personnes qui jugent les apparences. « Ho Joo, c'est ça ? », demandai-je, les yeux remplis d'interrogations. Il n'aimait visiblement pas le bruit, alors je lui chuchotais quelques mots; l'exagération typique d'une enfant qui veut seulement bien faire.
   
Et puis, nous étions inséparables. Le seul problème : Ho Joo ne voulait jamais jouer avec moi après les cours; ou juste passer quelques moments ensemble à défaut de "jouer" lorsque nous avions tous deux passé l'âge des balançoires. D'un côté, c'était un bien pour un mal : ça me permettait de continuer mes périodiques visites à l'hôpital, qui furent rapidement diminuées à une aux deux semaines, sans devoir trouver d'excuses. Mais de l'autre, je voyais bien dans ses yeux qu'il voulait sortir. Ho Joo meurt d'envie, à l'intérieur de lui-même, d'explorer la ville en ma compagnie. Avec le temps et l'âge, j'ai compris que le problème n'est pas la volonté, mais le pouvoir. Et moi, du haut de mes quatorze ans, j'avais décidé que ç'en était assez. Mon plan était parfait, tellement que j'écoutais à peine en classe. Tellement que j'en dormais à peine la nuit.
   
Vendredi, le 14 janvier 2011. Ho Joo a quinze ans, aujourd'hui, mais l'idée de fêter son anniversaire ne l'emballe pas du tout. Obstinée, quelques heures après l'école, je révise mon plan que j'avais préparé depuis des jours. C'était peut-être idiot, finalement. Sortir mon meilleur ami de chez lui en douce pouvait lui causer d'énormes ennuis, mais est-ce que j'allais réellement le laisser tomber? Non. Il est bien trop important pour moi. Le plan s'est mis en branle, et j'étais chez lui, habillée plus ou moins chaudement, lançant des roches à la fenêtre de sa chambre. Je lui fais signe de sortir, il me fait signe que non. Je lui crie que c'est non négociable, et il flanche finalement. C'est à l'arcade que je veux le trainer, un de mes endroits préférés. Mais, comble de malheur, l'endroit est exceptionnellement fermé pour la journée. Plan B : Le parc. C'était un peu enfantin comme endroit, mais Ho Joo semble apprécier l'idée. Bataille de boule de neige, courses dans le parc, acrobaties avec les jeux glacés du parc... tout y est passé. C'est même allé jusqu'à une première chute de sa part, et ue autre de la mienne. Rien de bien dramatique, mais quelque chose qui laissera sans doute une bonne marque. L'important, c'est son bonheur. Et même si, au final, ses parents furieux nous ont retrouvé, Ho Joo était heureux. Il se retourne vers moi, le sourire aux lèvres. Un sourire que je partage à mon tour.
   
Son sourire était, à ce moment, la chose la plus merveilleuse du monde à mes yeux.
   
part iii - the lies.
   
À l'aube de mes dix-sept ans, le bonheur et les célébrations furent troquées par des cris, des menaces et des portes qui claquent. Jamais ma mère ne m'avait parlé de mon père, ce qu'il était devenu, et pourquoi il n'a jamais été là. La famille agissait comme s'il était mort, et jamais elle n'osa répondre à mes questions. Ce simple geste à lui seul était capable de me frustrer, mais pas assez pour que je me dispute avec ma mère. Après tout, si elle ne me parle pas de lui, peut-être qu'elle a une bonne raison... ou du moins c'est ce que j'essayais de croire. C'était un peu comme nous qui cachions le fait que je souffrais d'un cancer depuis ma tendre enfance, après tout. Sauf qu'à force de remplir le vase de mensonges, il finira bien par déborder. « Je... vois qu'au dossier vous avez un jumeau non identique ? » Ma mère se fait toute petite dans son siège, et moi je la poignarde du regard. Un jumeau? « J'imagine qu'il ne souffre pas des mêmes complications ? Rien d'autre n'est écrit à son sujet dans le dossier, comme je ne suis pas familier avec votre cas je m'informe. »
   
« Un jumeau ?! » Aussitôt de retour à la maison, aussitôt les questions sortaient avec violence de ma bouche. Ma mère, elle, n'osait même pas me répondre. Elle savait pertinemment qu'aucune excuse n'était valable. « J'ai un jumeau que quelqu'un a adopté direct après qu'il soit né, j'ai pas de père, je- eh, c'est quoi, tu vas me dire que oi aussi j'ai été adoptée ? Que t'es pas ma vraie mère ? » À ce moment, elle essaie de rattraper le coup. Mais j'ai toujours été impulsive et explosive; et elle n'était pas capable de placer un seul mot. « Va te faire foutre ! » furent les derniers mots que j'ai prononcé avant de claquer la porte de ma chambre avec force, le tout suivi d'un coup de poing dans le mur. Geste tout à fait idiot si vous voulez mon avis; même la régénération ne pouvait pas me sauver d'une fracture aux jointures, et d'une deuxième visite à l'hôpital dans la même journée. Sans ma mère, cette fois-ci. C'était mieux ainsi. Et lorsque la nuit vint, et toutes les autres qui suivèrent pendant plusieurs mois, je rêvais avec effroi que mon jumeau était également malade, mais qu'il n'avait pas la même chance que moi.
   
« J'ai envie de partir », laissai-je échapper à Ho Joo, le lendemain. Lui aussi, terriblement. Mais où ? « Le plus loin possible. Genre Busan. » Il acquiesce. C'était le plan, maintenant. Il planifiait déjà partir le jour de ses dix-huit ans, alors je n'aurais qu'à le suivre. Un plan complètement idiot pour deux personnes aussi jeunes que nous, mais nous avions l'impression que rien ne pouvait nous arrêter, à ce moment. Plus que sept mois, et nous serions libres.
   
part iv - the renewal.
   
En silence, je faisais mes bagages sans écouter ce que ma mère avait à dire. Elle connaissait mes intentions de quitter, mais sans cesse elle tentait de m'en dissuader. Avec raisons, j'imagine. Mais Kang Yu Jin n'a qu'une parole, et je n'allais certainement pas dévier de la date prévue. Ni moi, ni Ho Joo n'étions certains de ce qui nous attendait à Busan. Après tout, l'impulsivité aura gagné une énième fois. Mais rapidement, nous avons trouvé un appartement et un travail : lui en tant que fleuriste, moi en tant qu'employée au karaoké au centre-ville. Et puis vint l'inscription à l'université, tous les deux en langues comme une étrange coïncidence. Peu à peu, le bonheur brut semblait s'installer à l'intérieur de chacun d'entre nous. Il avait Dae Won, et j'ai rencontré Somi; est-ce que quelque chose pouvait vraiment briser notre cocon utopique? Pas vraiment, sauf peut-être les moments de plus en plus rares où mon corps ne se regénérait pas comme il le devait. Malgré mes efforts pour maîtriser ce don le plus possible, je savais pertinemment que ma vie ne tenait qu'à un fil. Alors, même à Busan, les suivis continuent.
   
Franchement, c'est un moindre mal. Et ce qui semblait être une mauvaise idée au départ a finalement porté ses fruits. La vie ne peut qu'aller mieux, à partir de maintenant.



ANECDOTES

Yu Jin souffre de la leucémie lymphoïde chronique depuis sa tendre enfance; un type de cancer du sang incurable à ce jour. Les médecins l'ont diagnostiqué assez rapidement, mais ce n'est pas la vitesse du diagnostic qui la garde en vie: c'est plutôt son don de regénération, qui s'efforce de soigner ses cellules souches du sang au fur et à mesure que la maladie se développe. Son don ne fait pas toujours des miracles par contre, comme elle ne le maîtrise pas; elle est donc une fidèle cliente des hôpitaux, tant à Séoul pendant les dix-sept premières années de sa vie, qu'à Busan.
Malgré le fait que souffrir d'un cancer incurable devrait faire partie des premières choses à savoir chez elle, il n'y a que sa mère et, bien évidemment, le personnel médical qui savent qu'elle est malade. C'est qu'elle a peur d'inquiéter les autres, et Yu Jin garde son secret pour se protéger elle-même. Ce n'est pas tout le monde qui apprécient ceux avec un don. Soyons réalistes : souffrir d'un cancer et avoir l'air en pleine santé ? Il ne faut pas être un génie pour pouvoir faire le lien.
Ironiquement, elle avait une peur bleue des hôpitaux lorsqu'elle était plus jeune. Avec le temps elle s'y est habituée, bien évidemment, mais elle ressent toujours un malaise lorsqu'elle doit y rester pour une durée un peu plus prolongée que les quelques minutes ou heures dont son médecin a besoin pour évaluer son état de santé et la retourner chez elle.
À l'école, Yu Jin a toujours été meilleure en langues que dans n'importe laquelle autre matière. Elle parle donc couramment l'anglais en plus de son coréen natif, ainsi que le japonais, qu'elle étudie à l'université. Effrayée de perdre le sens de la parole aux mains de la leucémie, elle apprend également le langage des signes à temps perdu, et avait commencé l'apprentissage du français. Pourquoi? Oh, principalement pour pouvoir parler de tout et n'importe quoi à sa meilleure amie Rosalee sans que personne ne le sache...
C'est quelques mois avant ses dix-huit ans qu'elle a découvert qu'elle avait un frère jumeau, et pas de la bouche de sa mère. C'est un médecin, différent de celui qui la suivait d'habitude, qui lui a mentionné ce détail à son dossier médical. Même si Yu Jin est passée maître dans l'art du mensonge pour pouvoir cacher à quiconque ses problèmes de santé, c'est ce genre de mensonge important qui a fait qu'elle a quitté Séoul pour Busan avec son meilleur ami Ho Joo. Elle s'est sentie trahie par sa mère, après tout. Yu Jin ne connait toujours pas l'identité de son frère, mais au moins une fois par jour elle s'inquiète. Est-il malade, lui aussi?
C'est un rêve pour Yu Jin de posséder un ou plusieurs chats. Elle aime parfois croire qu'elle est similaire à eux, avec toute l'histoire des neufs vies; Yu Jin est également convaincue qu'elle est incapable de s'occuper d'un animal et aurait peur de le faire souffrir. Pour compenser, elle aide Beverly au refuge animal de temps à autres.
Contrairement à plusieurs qui se servent des films, émissions de télévision ou livres pour pratiquer une langue, Yu Jin préfère les jeux vidéos. Préférant vivre une vie plus sédentaire qu'active pour s'éviter des problèmes, elle a donc un réseau d'amis en ligne probablement plus important que d'amis à Busan. C'est de là qu'elle connait Rosalee, et c'est une de ses meilleures amies. La distance ne peut pas être utilisée pour mesurer l'importance d'une amitié, selon elle.
Sur le sujet des jeux vidéos, elle joue principalement sur PC. Toutefois, elle possède à peu près toutes les consoles Nintendo possible. Même la Wii U, qu'elle a fait importer du Japon comme elle n'a jamais été vendue en Corée. Côté Nintendo, elle joue surtout à n'importe laquelle itération de The Legend of Zelda, Pokémon ou Super Mario. Sur PC, elle est adepte des RPG japonais, des jeux à monde ouvert ou aux jeux FPS en ligne. Elle est loin d'être la meilleure, mais elle est tout de même extrêmement fière d'avoir atteint le rang de Master dans Overwatch en jouant principalement Zenyatta. Elle y est restée pendant peut-être trois matchs et n'a jamais réussi à refaire l'exploit, mais c'est à jamais inscrit dans son profil.
Yu Jin aimerait se faire tatouer quelques trucs tous aussi significatifs les uns les autres, mais elle a peur que sa maladie complique les choses, ou que son don fasse obstacle au processus de guérison. Des exemples? Le symbole Mipha's Grace de The Legend of Zelda : Breath of the Wild, un as de pique, ou encore un proverbe dans une langue quelconque dans la même veine que carpe diem (tout aussi cliché, mais moins évident)... et des chats, dessinés de façon minimalistes.
Malgré le fait qu'elle veut vivre la vie pleinement, Yu Jin évite de boire trop d'alcool, d'utiliser des drogues, etc... enfin, c'est surtout sous importante recommendation médicale. Bon, elle se laisse parfois tenter par le vice, mais qui ne le ferait pas? Est-ce que ça va revenir la hanter dans le futur? Probablement. Par contre, elle se gâte dans les boissons sucrées. Elle a voyagé une fois au Québec pour aller visiter Rosalee, UNE fois, et ça a ruiné sa vie. Yu Jin est maintenant complètement accro au Mountain Dew. Elle qui croyait que c'était le Tim Hortons' qui aurait raison d'elle... Au moins, son pancréas fonctionne bien?
Elle a hérité de la gérance du Rakhyu d'une drôle de façon. En effet, le gérant a quitté le pays pour des études à l'étranger, et l'assistant-gérant a été arrêté pour vandalisme au sein même du karaoké et immédiatement renvoyé. Étant non seulement l'employée avec la plus d'ancienneté de l'établissement mais également une personne que le propriétaire considère fiable malgré tout, c'est elle qui a reçu la promotion. Par contre, avec tout l'argent que le Rakhyu a du dépenser pour se débarasser des conneries que l'assistant-gérant avait fait, l'augmentation salariale de Yu Jin était presque nulle... eh. Au moins, ça rend bien sur un CV. En plus, ce qui est cocasse, c'est que Yu Jin ne sait absolument pas chanter. On ne peut pas tout avoir dans la vie !


I SING TO THE RAIN
can you feel it too?
(c) exordium


Dernière édition par Kang Yu Jin le Dim 13 Jan - 18:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kang Yu Jae
Kang Yu Jae
Âge : 23
Occupation : Professeur de langues, à l'université
Quartier : Nam
Situation : Veuf
Don : omnilinguisme
Niveau : 4
Multicompte : Park Beverly
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t2183-kang-yu-jae-our-page
Dim 6 Jan - 12:25
face

Bonjour toi 👀
Revenir en haut Aller en bas
Choi Jung Hwa
Choi Jung Hwa
#fate stay night
Âge : 26
Occupation : anciennement étudiante au conservatoire de Séoul où elle y étudiait le violon, elle travaille aujourd'hui en tant qu'escorte pour le compte de Nō Qiang
Quartier : Buk
Situation : célibataire
Don : régénération
Niveau : 2
Multicompte : Suh Jin Ho feat. Min Yoon Gi (Suga - BTS) & Kang Jin Hee feat. Seo Soo Jin (GI-DLE)
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t2194-choi-jung-hwa
Dim 6 Jan - 12:28
scream scream scream scream scream Finalement Chanmi survive face
Revenir en haut Aller en bas
Rivera Saki
Rivera Saki
Âge : 24
Occupation : Professeur de danse
Quartier : Nam
Situation : célibataire
Don : Perception instinctive
Niveau : 2
Multicompte : Yang Somi ft. Shin Hye Jeong
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t2125-rivera-saki-o-don-t-be-like-a-p
Dim 6 Jan - 20:15
heart eyes heart eyes heart eyes heart eyes heart eyes heart eyes heart eyes heart eyes heart eyes heart eyes heart eyes heart eyes heart eyes heart eyes
Revenir en haut Aller en bas
Choi Kwang Tae
Choi Kwang Tae
Âge : 23
Occupation : Pâtissier & co-propriétaire d'une pâtisserie-chocolaterie, Spoonful of Sugar
Quartier : Nam
Situation : Cruellement célibataire, considérant que son coeur est pris
Don : Manipulation des rêves
Niveau : 6
Multicompte : Son Ha Yan
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t2098-choi-kwang-tae-sweet-dreams-are
Dim 13 Jan - 19:39
Ton aventure peut commencer.


Bravo, tu fais à présent partie de la fabuleuse famille qu'est AWIB !

Tu peux dès à présent aller poster ta fiche de lien afin de faire connaissance avec tes collègues, tes voisins et te créer pleins d'amis ou d'ennemis, et peut-être même trouver l'amour de ta vie. Pense aussi à ouvrir ton listing rps pour recenser toutes tes réponses et montrer ton activité. Et si tu ne sais pas à qui demander un lien ou un rp particulier, n'hésite pas à aller faire une requête ici ! Aussi, tu peux nous rejoindre sur discord pour discuter de tout et de rien. Et puis si tu sais pas ce que c'est discord, y a des explications qui traîne par ici.

Tu devras également remplir ton profil. Pour rester en contact avec tous tes amis, tu peux également aller ouvrir un topic pour ton téléphone, mais également pour ton twitter. Parce que c'est toujours sympathique de discuter avec les autres.

Une fois toutes ces démarches effectuées, il ne reste plus qu'à t'amuser parmi nous.

Yu Jin 2.0!! Super Yuyu est plus super que jamais!

Plus sérieusement, j'ai vraiment aimé l'emphase sur l'état de santé de Yu Jin sans que cela soit le seul focus de ta fiche. Elle est beaucoup plus que sa leucémie et ça se traduit bien dans la façon que tu as écrit le tout.

Pour le niveau, considérant depuis combien de temps le don est existant en elle et quel point il est sollicité, sans être à toute épreuve bien sûr, je t'accorde un joli niveau 4.

Tu connais les lieux mieux que moi, donc il ne me reste plus qu'à te souhaiter d'avoir beaucoup de plaisir avec ce reboot!  heart 2
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
kang yu jin ♠ out of time, but still i rise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Kang-Dae Cheong
» All Time Low
» 07. It's Coffee Time !
» In my Time. Dick Cheney.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Wonder in Busan :: PERSONNAGES :: Présentations :: Fiches validées-
Sauter vers: