AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 If it doesn't challenge you, it won't change you | Ft. Eun Ae ♥

avatar
Kim Hyun Jun
Âge : 29
Occupation : Entraîneur d'arts martiaux
Situation : Célibataire
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t2101-kim-hyun-jun-o-with-the-new-day
Mer 19 Sep - 16:30

Eun Ae & Hyun Jun

If it doesn't challenge you,
it won't change you


Après cette soirée, Hyun Jun n’avait pas revu ses amis pendant plusieurs jours. Si tous avaient été étonnés dans son attitude à ce moment-là, tous le connaissaient assez pour savoir qu’il avait besoin de s’isoler, que ça finirait par lui passer et qu’il reviendrait naturellement vers eux lorsqu’il aurait fait le point avec lui-même. S’il était sociable, amicale, toujours le premier à faire le pitre et amuser la galerie, il était également quelqu’un de mystérieux dont il était difficile de cerner. Malgré le temps qu’ils le côtoyaient, l’entraîneur parvenait encore à les surprendre sans qu’ils ne soient en mesure de savoir comment ils étaient censés réagir. Ce fut le cas, ce soir-là, quand il avait quitté l’appartement pour rentrer chez lui alors qu’une drôle d’expression, perdue et mélancolique, était dessinée sur son visage encore un peu endormi. Au vue de comment il s’était adressé à l’institutrice, cela n’aurait pas été si étonnant de le voir s’énerver contre elle seulement ce fut tout le contraire. Hyun Jun avait été très calme, beaucoup trop calme et tous n’avaient pu s’empêcher de s’interroger. Personne n’avait douté de sa sincérité quant à ses mots prononcés toutefois ils s’étaient inquiétés pour leur ami qui paraissait plus perturbé que jamais par la présence d’une jeune fille qui n’avait pas le souvenir de lui avoir fait quelque chose de mal. Jamais, ils ne parviendraient à deviner la véritable raison de son mal-être et si cela aurait été plus simple de s’expliquer, lui ne le pouvait pas. Il fuyait son passé, il souhaitait l’oublier, l’enfermer à double tour très loin dans son esprit et ne plus jamais être torturé par ce dernier… Et à chaque fois qu’il croisait Eun Ae, il n’en était tout bonnement pas capable puisqu’elle lui rappelait cette époque douloureuse qui l’avait tant marqué. S’il avait déclaré que son attitude envers elle n’était pas de sa faute, une partie de lui pensait légèrement l’opposée puisque cette demoiselle avait été là autrefois, elle avait ri comme les autres, ne prenant pas conscience de l’ampleur que ses paroles – gentilles ou non – avaient pu avoir sur son âme et le blesser profondément. Il était mignon ? Il était plus « belle » qu’elle ? Ce n’était pas le genre de remarques qu’il avait besoin d’entendre et ce, même si cela ne partait pas d’une mauvaise intention… Du moment que la personne ne se sent pas bien dans sa peau, ce genre de réflexion est plus que blessante pour la concernée qui à chaque qui les entendait ne désirait que s’enfoncer un peu plus dans un trou pour ne jamais en ressortir. Donc oui, en quelque sorte, Eun Ae avait également son lot d’erreurs et lui ne pouvait s’empêcher de lui en vouloir... Parce qu’il s’agissait d’une période qui l’avait tant meurtri, une période où nombreux avaient été ceux à se moquer, à le ridiculiser, à le martyriser et le harceler, voire pire encore… Elle n’avait pas été son bourreau, elle n’avait pas été celle qui avait levé la main sur lui à plusieurs reprises, qui lui avait volé ses affaires de rechange, qui l’avait enfermé dans les toilettes pour l’arroser et mieux rire de lui, qui avait profité de sa faiblesse pour faire ce qu’on voulait de lui et le réduire plus bas que terre. Toutefois, rien que la voir lui rappelait tout ça parce que… Elle était là. Parce qu’elle avait ri comme n’importe quelle adolescente de son âge aurait ri avec innocence, sans avoir réellement conscience de l’impact que pouvait avoir ses actes.

Certainement qu’une part de lui était désolé pour elle plus que ce qu’il n’accepterait de l’admettre ouvertement… Puisque quoi qu’elle fasse, elle ne pourrait rien faire pour apaiser l’amertume qu’il éprouvait à son égard. Ils avaient grandi, ils avaient changé et même si elle devait s’excuser de son comportement de cette époque, ça ne changerait rien. Son seul défaut  à présent était d’exister, une rétorque que Hyun Jun ne serait jamais en mesure de déclarer à haute voix, ayant parfaitement conscience de l’ampleur que de telles paroles pouvaient avoir sur quelqu’un. Hors, c’était la vérité… C’était ce qu’il lui reprochait, de se montrer devant lui alors qu’elle représentait tout ce qu’il espérait oublier.

Heureusement pour lui, comme toujours, bien que son passé ne cessait jamais de le hanter, il avait fini par se reprendre et envoyer un message à son amie qui s’inquiéter pour lui donner de ses nouvelles. Ensemble, ils étaient allés boire un café, discutant de tout et de rien cependant Eun Bi n’avait pas résisté à le questionner, avec précaution, sur sa relation avec l’institutrice. Que lui avait-elle fait de mal ? Pourquoi avait-elle l’impression qu’il était autant braqué en sa présence et constamment sur la défensive ? Elle avait ajouté qu’elle l’avait toujours connu si chaleureux, si doux et si avenant qu’une telle attitude de sa part était surprenante. Hyun Jun n’avait pas répondu, expliquant que c’était compliqué et qu’il s’agissait d’une chose dont il n’avait pas envie de parler. Sa camarade le respectait, elle n’était pas du genre à insister si elle savait que cela ferait de la peine à son vis-à-vis toutefois elle-même pensait qu’en gardant autant de rancœur en lui, il était celui à qui il faisait le plus de mal. Tout ce qu’il s’était contenté de dire avait été de répéter que ce n’était pas de la faute de cette demoiselle, qu’il y avait simplement parfois des physiques qui ne revenaient pas…

Peut-être la jeune femme n’aurait pas dû s’en mêler néanmoins en l’écoutant, elle avait ressenti cette étrange impression… Comme si, si elle n’agissait pas, la peine de son camarade ne s’estomperait jamais et à garder tant d’amertume pour lui, il ne serait pas en mesure d’avancer. Il ne ferait que souffrir un peu plus. Puis, Eun Ae était également son amie, elle ne pouvait pas faire de choix entre les deux. C’était impossible. Elle avait conscience que l’entraîneur lui en voudrait sûrement cependant qui savait, peut-être qu’à l’avenir, il la remercierait pour avoir pris les devants et les aider à apprendre à s’entendre. Donc, quand le jeune homme lui avait proposé – comme à leurs autres amis – un week-end dans son chalet à la montagne, elle n’avait pas résisté de lui demander si elle pouvait emmener une copine à elle. Naïvement, alors qu’il aurait sûrement dû s’attendre à une telle manigance de la part de la demoiselle, il avait accepté. S’il avait su d’avance, probablement qu’il aurait choisi d’inviter personne et serait parti se relaxer seul dans cette maison qui lui appartenait.

En attendant que les invités n’arrivent, il avait rangé soigneusement l’entièreté de l’habitation avant de préparer plusieurs en cas qu’il déposa sur la table de son salon. C’était à cet instant que la sonnerie retentit, annonçant ainsi l’arrivée de ses amis qu’il se pressa d’aller accueillir dans un sourire chaleureux. S’étant décalé légèrement afin de les laisser passer, il les saluait gentiment, riant parfois cependant son éclat s’éteignit aussitôt lorsque ses yeux se posèrent sur cette jeune femme qu’il connaissait si bien. Il ne lui laissa même pas le temps de répondre qu’après avoir levé ses yeux au ciel, signe apparent de son agacement quant à cette nouvelle situation, il lui avait tourné le dos pour s’échapper à l’intérieur. Plus qu’à elle, il en voulait particulièrement à son amie de l’avoir invité alors qu’il avait été clair avec elle, qu’il lui avait fait comprendre comment il ne la supportait pas… Sans parler du fait, qu’en plus, de cette façon, elle devait également blesser l’autre demoiselle qui n’avait rien demandé. Se servant un verre d’eau qu’il but d’une traite, il fusilla du regard Eun Bi qui venait d’apparaître dans la pièce. « Jun, écoute… » Ne lui donnant pas l’occasion de terminer, l’entraîneur pointa son doigt en sa direction alors que son amertume se reflétait clairement dans ses prunelles. « Tais-toi. » Certainement que son amie s’était préparée à le voir en colère seulement elle n’avait pas pensé qu’il l’aurait été autant. Sa rancune se lisait à des kilomètres alors que son ton avait été extrêmement froid, glacial même. « Désolé, mais je pensais que… » Sa main déposa son verre brusquement sur l’évier avec lui, la faisant légèrement sursauter tandis qu’il la coupait dans ses paroles. « Tu pensais mal ! » Pourquoi lui imposait-on toujours une présence qu’il ne supportait pas et qu’il détestait plus que tout ? « Je croyais avoir été clair l’autre jour, mais non toi, carrément, tu l’as invité ?! » Chez lui, en plus de ça. C’était sûrement ce qui l’exaspérait le plus d’ailleurs. « Qu’est-ce qui ne va pas chez vous sérieusement ?! » Pour sûr que sa camarade ne l’avait jamais vu s’énerver de la sorte et la culpabilité commença à apparaître dans ses iris, remarquant que le problème était sûrement encore plus gros que ce qu’elle avait pu imaginer. « Faîtes ce que vous voulez, je rentre chez moi. » Pour le coup, ce n’était même pas à cause de la présence de la jeune femme mais parce qu’il en avait marre de l’attitude puéril de ses amis et qu’il leur reprochait à tous d’avoir manigancé cela dans son dos. La panique brilla dans les yeux de sa vis-à-vis, connaissant que trop bien l’entraîneur pour savoir qu’il ne lui pardonnerait pas de sitôt. Elle n’avait pas réfléchi, ses phalanges s’entourant aussitôt autour de son poignet pour le retenir, pour l’inciter à l’écouter… Une emprise de laquelle le garçon se retira prestement avant de l’interroger du regard. « Je suis désolé d’accord ? T’en vas pas... Et passons quand même un bon week-end… » Il était énervé, cela se voyait, cela se ressentait. Probablement même que leurs amis qui étaient au salon pouvaient entendre quelques bribes de leur conversation. « Un bon week-end ? Vous trafiquez dans mon dos et vous espérez que je passe un bon week-end ? » Pas à un seul moment, ils n’avaient essayé de se mettre à sa place et c’était ce qui leur reprochait le plus. « C’est la dernière fois. » Sa voix était sèche, pleine de reproches et Eun Bi n’en doutait pas une seconde, Hyun Jun pensait ses mots. S’ils agissaient encore contre sa volonté, il était tout à fait capable de sortir de leur vie pour toujours.

Sans rien ajouter d’autres, le jeune homme sortit finalement de la cuisine d’un pas pressé, tombant nez à nez face à l’auteur de tous ses tourments. Tout ce qu’il fit fut de lui lancer un regard noir avant de la devancer puis de s’échapper à l’extérieur du chalet. En plus d’avoir beaucoup d’espace à l’intérieur, il avait également un grand terrain au dehors qui s’étendait sur plusieurs mètres. Il s’était arrêté de marcher qu’une fois qu’il arriva près des balançoires installées au loin, s’asseyant sur l’une des deux avant de se balancer légèrement, la tête baissée. Peu importait ô combien il essayait, il ne parvenait pas à éteindre ce feu virulent qui s’échauffait dans son coeur et le rendait un peu plus en colère que ce qu’il n’était déjà.  
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lim Eun Ae
Âge : 26
Occupation : Maîtresse de maternelle
Situation : Célibataire
Multicompte : Nous ne sommes qu'un pour le moment.
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t2102-lim-eun-ae-o-teacher-i-prefer-t
Jeu 20 Sep - 16:28

Eun Ae & Hyun Jun

If it doesn't challenge you,
it won't change you


Dire qu’elle avait digéré cette soirée catastrophique serait un peu exagérée. Eun Ae s’était contenter de rentrer chez elle après le départ de Hyun Jun. Le malaise qu’elle avait senti dans son regard au moment où il l’avait assuré qu’elle n’avait rien fait, avait laissé dans sa mémoire une marque au fer rouge. Si elle avait déjà vu des gens souffrir, jamais encore elle n’en avait été la cause et ce sentiment nouveau qui naissait en elle la faisait souffrir. La jeune femme se demandait même comment on pouvait avoir envie de faire souffrir les gens si c’était pour se sentir aussi mal après. Elle avait beau avoir pris le fait qu’elle n’était pas fautive en compte, le savoir en souffrance par sa faute la rendait malade. Elle était une véritable éponge à émotion, dès qu’un enfant dans sa classe pleurait, la jeune femme devait se contenir pour ne pas pleurer également et ça peu importe la cause de la crise de larmes. C’était sûrement pour ça que pendant les jours qui suivirent cette soirée, un mal être constant lui vrillait l’estomac. Elle se doutait qu’elle en faisait trop, qu’elle aurait pu se contenter de l’oublier, mais ça aurait été beaucoup plus facile s’ils n’avaient pas habité dans la même résidence. Si elle avait confié à ses amis qu’elle lui faisait face coûte que coûte dans l’espoir qu’il se décide à lui expliquer le malentendu, après la soirée elle fit tout son possible pour ne plus le croiser, elle refusait de lui apporter cette souffrance qu’ils avaient pu deviner dans son comportement. Aussi reprit-elle le cours de sa vie de manière légèrement plus différents, s’efforçant de ne pas provoquer à son voisin de désagrément. Heureusement pour elle, son travail qu’elle adorait suffisait à lui faire retrouver le sourire et oublier, le temps de la classe, qu’il la haïssait sans qu’elle ne puisse rien y faire. Les escargots et la graphie qu’elle travaillait avec les grands lui occupaient bien assez l’esprit pour qu’elle ne pense plus à lui de temps en temps.

Elle se décida au bout de quelques jours à recontacter Eun Bi, elle était partie tellement précipitamment de la soirée après Hyun Jun que ses amis se faisaient du souci. Elle rassura son amie, lui certifiant qu’elle n’y pensait déjà plus et qu’il fallait plus que ça pour la rendre malheureuse. C’était tout à fait faux mais elle ne voulait pas avoir à rediscuter de lui avec Eun Bi. Les deux jeunes femmes se donnèrent rendez-vous pour passer soirée ensemble. Eun Bi, qui était perspicace, devina facilement que son amie était tracassée, aussi lui proposa-t-elle de venir se détendre avec elle et leurs amis, à la montagne dans le chalet d’un de ses copains. Si au départ Eun Ae avait hésité, son amie avait tant et si bien insisté qu’elle avait finit par se dire que l’air de la montagne la détendrait sûrement. Il faisait encore beau et l’automne ne se faisait pas trop sentir, c’était le moment idéal pour aller se réfugier dans les hauteurs. Eun Ae n’aimait pas s’imposer chez les gens mais son amie lui avait assuré un nombre incalculable de fois que son ami n’y voyait pas d’inconvénient. Le jour du départ, Eun Ae reposa encore la question en posant son sac dans le coffre de la voiture qu’ils allaient tous partager et Eun Bi râla, disant que si elle posait encore la question elle l’abandonnait sur une aire d’autoroute. Cette remarque mit tout le monde de bonne humeur et le trajet se passa sans encombre.

La demeure devant laquelle ils se garèrent étaient superbe, Eun Ae pris une grande bouffée d’air frais et sourit. C’était tout à fait le genre d’endroit qu’elle adorerait avoir, loin de tout, spacieux et lumineux, un joli jardin en pente douce et à perte de vue, la montagne et les pins. C’était un bel endroit, vraiment. Récupérant son sac, elle suivit la joyeuse troupe jusqu’à la porte ou on leur ouvrit. Instantanément elle eut envie d’étriper Eun Bi sur place. C’était quo i encore ce plan ? A croire que sa remarque et le départ précipité de Hyun Jun la dernière fois ne lui avait pas servi de leçon. Le jeune homme la regarda et alors qu’elle ouvrit la bouche pour s’excuser il fit demi-tour et se réfugia à l’intérieur. Eun Ae posa son sac près de ceux des autres et lui emboîta le pas pour lui parler, mais Eun Bi l’avait devancé et elle entendait désormais leurs vois derrière la porte de la cuisine. Jamais elle ne se serait permise d’écouter aux portes, rester là n’était d’ailleurs pas son but, elle souhaitait seulement s’excuser auprès de Hyun Jun, elle partageait parfaitement sa colère et compatissait pour lui. Se voir imposer sa présence devant le faire se sentir mal. Eun Ae n’éprouvait aucune compassion pour Eun Bi en ce moment, rien que la colère et cette colère elle la partageait avec Hyun Jun. A croire qu’ils appréciaient la voir se faire rejeter, humilier, le voir souffrir et se comporter d’une manière qui, selon eux, n’était pas habituelle. La jeune femme serra les poings, elle tendit la main vers la porte mais celle-ci s’était déjà ouverte sur un Hyun Jun. Il la fixa furieusement mais pour une fois, elle sentie qu’elle n’était pas la cause de ses maux… Non pour une fois il en voulait aux autres, pour une fois c’était comme s’ils étaient dans le même panier. Elle le suivit des yeux un moment et regarda Eun Bi. « Tu as eu tord Eun Bi… Moi aussi je me sens mal pour lui. J’aurais détesté qu’on me fasse subir ça. Mais il te pardonnera alors ne t’inquiète pas trop. » Elle ne chercha pas à la consoler plus que ça, elle tourna les talons et pris la suite de Hyun Jun, tirant la baie vitrée derrière elle. Elle ne pouvait pas faire en sorte qu’il l’aime, mais elle pouvait au moins faire en sorte qu’il comprenne que la situation la dérangeait aussi et qu’elle comprenait sa colère, peut être en serait-il un peu apaisé. La jeune femme observa longuement son dos, il avait l’air si triste, comme un petit garçon blessé. La maîtresse de maternelle qui était en elle se sentit touchée par cette image. Instantanément c’était comme si elle comprenait que son mal être était réel et remontait à bien plus longtemps que leur rencontre sur la route du supermarché. Elle s’avança lentement et pris place sur la balançoire près de lui, silencieusement elle commença à mouvoir ses pieds d’avant en arrière dans un petit mouvement lent, ne souhaitant pas aller trop haut. Pendant quelques minutes il n’y eut que le grincement de sa balançoire et le léger cliquetis de celle de Hyun Jun puis enfin Eun Ae s’arrêta et posa sur lui un regard bienveillant emprunt de gentillesse. « Eun Bi n’arrive pas vraiment à concevoir qu’il n’y ait rien à faire je crois… Elle ne cherche pas à nous blesser mais en insistant c’est ce qu’elle fait. » Elle balança doucement ses pieds à nouveau, s’amusant avec l’herbe haute qui bougeait au rythme de ses mouvements. « Ils sont casse-pied à ne pas vouloir comprendre, ils ne peuvent pas t’obliger à m’aimer… » Même si cette idée lui brisait le cœur. Elle regarda le paysage autour d’elle, appuyant sa joue sur la balançoire et pris une grande inspiration. « C’est vraiment un bel endroit… Même si tu ne m’as pas invité je te remercie quand même Hyun Jun. » Elle garda ses yeux plantés sur les pins qui leurs faisaient face et sourit un peu. « C’est un trop bel endroit pour qu’on se dispute, tu n’as qu’à faire comme si je n’étais pas là, je ne m’imposerais pas, mais je n’ai pas envie que tu passes un mauvais moment alors que tu es chez toi… Même si j’ai conscience que ça va être difficile et que je parle sûrement pour rien. » Sur ce elle se remit à se balancer calmement, estimant qu’il ne fallait pas qu’elle parle plus.  
 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kim Hyun Jun
Âge : 29
Occupation : Entraîneur d'arts martiaux
Situation : Célibataire
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t2101-kim-hyun-jun-o-with-the-new-day
Jeu 20 Sep - 21:49

Eun Ae & Hyun Jun

If it doesn't challenge you,
it won't change you


Sérieusement, il avait beau y réfléchir encore et encore, Hyun Jun ne comprenait pas ses amis. Ce n’était pas par faute de l’avoir répété pourtant, ce n’était pas par faute de l’avoir assez montré non plus. On pouvait lui reprocher de s’emporter et faire une crise pour pas grand-chose mais à ses yeux à lui, c’était important. Une amitié est fondée sur un lien fort, sur une relation de confiance et de respect hors quand il analysait la situation, il n’avait pas l’impression d’être respecté… Tout comme sa confiance en avait pris un coup alors que ses camarades avaient osé trafiqués dans son dos en sachant pertinemment qu’il s’agissait d’une chose qui le blesserait forcément. Mais le pire… Le pire dans tout cela, ce n’était même pas qu’Eun Ae soit venue avec eux. C’était qu’on avait construit tout un plan, comme l’autre soir, pour s’assurer à ce qu’ils se côtoient et apprennent à s’entendre. N’avait-il pas été assez clair à ce moment ? Il n’y avait rien à faire pour les aider à se lier. Le problème, c’était lui, rien que lui. C’était un passé qu’il ne mentionnait jamais, c’était une douleur physique et psychologique qui ne s’était jamais effacée… L’institutrice avait ses torts bien sûr toutefois, le problème venait avant tout de lui et de son vécu. Il ne s’agissait pas d’une chose qu’il pouvait surmonter en un claquement de doigt et il en voulait sérieusement à ses amis de ne pas avoir réfléchi avant d’agir. Ils savaient que Hyun Jun ne détestait pas une personne sans raison, que s’il en venait à le faire, c’était qu’il y avait quelque chose de grave et de profond qui se cachait derrière mais on le forçait à l’affronter. On ne lui demandait même pas son avis, on le mettait dans le fait accompli sans qu’il ne puisse répliquer quoi que ce soit. Surtout que, aussi étonnant que cela puisse être, si on lui avait posé la question, même s’il aurait râlé et montré son mécontentement, il n’aurait pas refusé la venue de cette jeune femme chez lui. Il n’était pas idiot, et plus mature qu’il n’y paraissait. Tous deux partageaient des amis en commun et il ne pouvait pas les obliger à faire un choix tout comme lui devrait prendre sur lui puis faire avec. Puisque cela se passait dans son chalet, il pouvait facilement refuser seulement si cela leur faisait plaisir, il n’aurait pas dit non. Il se serait contenté de faire sa vie de son côté, de l’ignorer comme il avait tenté de le faire au début de cette soirée cependant c’était certain que s’ils s’amusaient à toujours essayer de les rapprocher et les mettre mal à l’aise, lui ne serait pas d’accord. Il n’aimait pas cette jeune femme ou du moins, il était plus juste de dire qu’il n’aimait pas ce qu’elle représentait et ce qu’elle lui rappelait. Il ne pouvait pas empêcher ses camarades de l’apprécier cependant, s’il respectait leurs volontés, à eux de respecter les siennes. Mais pas une seule fois, ils n’avaient essayé de le comprendre, créant leurs plans en douce pour au bout du compte le blesser plus qu’il ne l’était déjà à l’origine. C’était pour cette raison qu’il leur en voulait, pour ne pas l’avoir prévenu, pour avoir agi dans son dos à nouveau… Il n’aimait vraiment pas ça et malheureusement pour eux, Rancunier, Hyun Jun l’était énormément. Amis ou pas, si on touchait un point sensible, qu’on ne s’attende pas de sa part à ce qu’il pardonne facilement.

Ses bras autour des cordes qui tenaient la balançoire, son visage était rivé vers le sol sans qu’il ne le regarde réellement tandis que se balançant très légèrement, ses pieds s’amusaient à triturer la terre. Sincèrement, cette histoire l’avait épuisé, physiquement mais aussi mentalement. Cela l’agaçait autant que ça l’attristait à cause de cette époque qui ne cessait de le hanter. Perdu dans ses réflexions, il n’avait pas de suite entendu la jeune femme qui était sorti à l’extérieur à son tour. Il n’avait capté sa présence que lorsque ses pas s’approchèrent et qu’elle s’installa sur le siège vide à côté de lui. Bien qu’il savait de qui il s’agissait, l’entraîneur était resté silencieux, continuant à marteler la terre et se balancer subtilement… En toute franchise, il n’était pas certain d’être d’humeur à discuter ni même à entendre quelques mots qui étaient censés l’apaiser et l’aider à compatir. La raison pour laquelle quand l’institutrice prit la parole pour parler d’Eun Bi, il ne releva pas, ses doigts se crispant machinalement plus forts autour des cordes qu’ils empoignaient. « Ce n’est pas le problème. » Avait-il répondu ensuite d’un ton neutre sans daigner la regarder. Non, ils ne pouvaient pas l’obliger à l’aimer mais encore une fois, ce n’était pas sa présence qu’il reprochait, c’était bel et bien le fait qu’on choisisse de se mêler de sa vie sans même lui demander son accord.

Ses prunelles s’égarèrent finalement en sa direction lorsque la jeune femme le remercia sans qu’il ne cherche à lui répondre à cette rétorque. Pour ce qu’elle répliqua ensuite toutefois, c’était autre chose. Un soupir franc s’échappa naturellement de sa bouche avant qu’une expression plus sévère, pleine d’amertume étincelait dans ses pupilles. « Parce que tu crois vraiment que c’est toi le problème là ? » Son intonation était sèche, probablement même plus que ce qu’il aurait désiré tandis qu’il avait replacé son regard devant lui. « Je suis énervé car on ne prend pas en compte ce que je pense et ce que je dis. Pas parce que t’es là ! » Certes, peut-être l’était-ce un peu également cependant en ce moment précis, c’était vraiment le dernier de ses soucis. « Je n’aurais même pas refusé si on me l’avait demandé plutôt que de trafiquer dans mon dos. » Râla-t-il, commençant aussi à se balancer avec un peu plus d’élan.  « Ils se disent amis mais ils ne respectent rien ! C’est vraiment la dernière fois. » Ses sourcils se froncèrent durement sur ses propos alors qu’il songeait que c’était également la dernière fois, avant un long moment tout du moins, qu’il les invitait chez lui en espérant profiter et passer un bon moment. Ils avaient tout gâché parce que quoi qu’on essaie de lui dire, il était trop rancunier et en avait trop lourd sur le cœur pour apprécier pleinement ce week-end.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lim Eun Ae
Âge : 26
Occupation : Maîtresse de maternelle
Situation : Célibataire
Multicompte : Nous ne sommes qu'un pour le moment.
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t2102-lim-eun-ae-o-teacher-i-prefer-t
Ven 21 Sep - 17:27

Eun Ae & Hyun Jun

If it doesn't challenge you,
it won't change you


Aller à la montagne lui avait paru une si bonne idée au départ, pourquoi fallait-il que rien ne se passe comme elle le désirait en ce moment ? Son petit ami l’avait trompé, elle avait dû le quitter en pleine préparatif pour leur mariage, elle avait dû déménager, se trouver un nouvel emploi, elle devait supporter Hyun Jun et sa haine injuste, son grand-frère qui allait accueillir son premier enfant n’avait pas pu venir à Busan pour la date anniversaire de la mort de son frère et de ses parents. Elle avait vu dans ce week-end à la montagne une solution pour se ressourcer, penser à elle, se sentir mieux mais finalement c’était à Hyun Jun qu’elle pensait, au mal être que sa vue lui causait. Une fois de plus, la jeune femme ne pouvait s’empêcher de penser aux autres avant de penser à elle. Elle s’était sentie si mal à l’aise en le découvrant dans l’encadrure de la porte, elle avait pu ressentir jusque dans son silence le poids de la douleur qu’elle lui causait. On pouvait bien lui reprocher d’être trop gentil, trop investie, mais elle n’arrivait juste pas à regarder aveuglément les autres souffrir. Depuis le décès de ce petit frère qu’elle devait protéger, elle était incapable d’assister à la souffrance de quelqu’un sans chercher des solutions. Hyun Jun ne faisait pas exception à la règle. Elle avait ressenti tout le poids de son malaise rien qu’en l’entendant parler avec Eun Bi de l’autre côté de la porte de la cuisine, elle l’avait entendu claquer le verre sur l’évier, elle avait compris le poids de ses mots et elle avait vue dans le regard de Eun Bi, le malaise qu’elle ressentait pour avoir causé cette pagaille. C’était pour cette raison qu’elle n’avait tout simplement pas pu résister et qu’elle avait suivi Hyun Jun dehors. Après tout, il pouvait dire ce qu’il voulait mais en ce moment même, elle était celle qui était plus à même de le comprendre car finalement sa situation n’était pas plus enviable.

Elle regardait la montagne en se balançant doucement. Ces décors lui rappelaient Jae Hwan, il adorait la montagne, elle se rappelait de leurs vacances au sky, il était doué, peut-être qu’il aurait fini professionnel ? Parfois elle s’amusait à imaginer la vie qu’aurait eu son petit frère si elle n’avait pas causé sa mort et alors les souvenirs resurgissaient, lourd et douloureux. La jeune femme papillonna un instant des yeux pour chasser les larmes qui commençaient à poindre et reporta son attention sur l’homme qui se balançait près d’elle. Il croisa un instant son regard et tout le mal que lui causait cette situation la heurta avec violence, si bien qu’elle manqua de se mettre à pleurer pour lui. C’était du Eun Ae tout craché, trop empathique, trop gentille, il ne l’aimait pas mais elle pleurait pour lui, par moment elle se trouvait pathétique. Elle ne manquait pas de force de caractère pourtant, pas du tout. Mais face à la détresse des gens, elle était toujours perdue. La jeune femme avait sursauté légèrement, sa voix n’était pas forte, mais elle reflétait toute sa colère et ça avait suffit à la surprendre. Oui dans un sens elle pensait être le problème, il devait bien y avoir un début à cette histoire et ce début, ou qu’il soit, devait commencer avec elle. Elle comprenait parfaitement qu’il soit fâché pour ça, elle-même se sentait terriblement fâchée et humiliée, toujours humiliée, surtout humiliée. Mais les paroles de Hyun Jun lui remontaient un peu le moral, au moins pour une fois, il lui parlait sans qu’elle soit la cible de sa colère. Il se balançait et elle le suivait des yeux, il était gentil de ne pas forcer leurs amis à se départager entre eux, elle aussi l’aurait invité chez elle si elle avait été à sa place, elle en fut un peu rassurée. Au moins leur différend ne l’éloignerait pas de ses amis.

La jeune femme se remit à se balancer, il fallait dire que c’était relaxant comme activités. « Je suis fâchée aussi… Et surtout humiliée, je n’aime pas que l’on m’impose et encore moins de cette manière. Je me suis sentie vraiment mal pour toi parce c’était impoli de leur part, ils ont fait ça en connaissance de cause et ça me vexe. A croire qu’ils pensent que je suis trop gentille pour me fâcher… C’est faux. » Ils le savaient pourtant, que la jeune femme était du genre à encaisser pendant un moment. Pourtant le jour ou elle s’énervait, ce n’était jamais à moitié. Elle se balançait avec plus de vigueur, profitant des rayons du soleil qui les réchauffait encore un peu et du vent frais sur son visage, c’était relaxant finalement, même avec lui à côté. « Moi je prends en compte ce que tu dis… Et puisque tu dis que ce n’est pas de ma faute et bien alors je suis désolée si je te rappelle de mauvais souvenirs. Tu as le droit d’être fâché ou triste quand tu me vois et de te venger sur moi si ça te soulage. Dans le fond ça ne me dérange pas si je peux au moins me rattraper comme ça… En t'apaisant » La jeune femme ne perdait pas son sourire, elle était trop positive, la journée était trop belle, elle ne voulait pas que tout soit gâché. « Mon petit frère aurait adoré un tel endroit ! Petits, on allait se rouler dans les champs de fleurs je ne connaissais rien de plus relaxant. » Penser à Jae Hwan était à la fois une source de tristesse et de joie, elle se rappelait les bonnes choses pour se sentir mieux. Soudain elle tapa dans ses mains comme si elle avait eu une idée. « Hyun Jun ! Tu fais quoi pour te relaxer ? Qu’est-ce que tu pourrais faire qui te remonterait le moral ? Une balade ? » C’était Eun Ae, elle était comme ça, toujours a essayé de trouver le bon compromis pour remettre les gens de bonne humeur et là ce qu’elle voulait c’était que Hyun Jun profite un minimum de son week-end.
 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kim Hyun Jun
Âge : 29
Occupation : Entraîneur d'arts martiaux
Situation : Célibataire
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t2101-kim-hyun-jun-o-with-the-new-day
Sam 22 Sep - 11:28

Eun Ae & Hyun Jun

If it doesn't challenge you,
it won't change you


Il était censé être ici pour se relaxer, pour ne penser à rien d’autre qu’au moment qu’il passait et à la nature qui l’entourait. A chaque fois qu’il allait à la montagne, c’était pour se reposer, pour se couper du monde et oublier pendant un temps ses maux qui le tiraillaient et qu’il ne parvenait pas à éteindre peu importait ô combien il essayait. Probablement que plus que l’énervait, ses amis le décevaient… Il avait confiance en eux, il espérait qu’ils ne lui cacheraient rien et lui diraient ce qu’ils avaient sur le cœur comme ils l’avaient toujours fait jusqu’à présent. Hyun Jun n’était pas idiot, il comprenait leur point de vue et ne leur reprochait pas de s’entendre avec une personne que lui n’était pas en mesure d’apprécier à sa juste valeur. Et il leur en voulait de croire, certainement, qu’il les empêcherait de la voir si on lui demandait. Pour qui le prenaient-ils ? N’était-ce pas pire et plus risquer d’agir dans son dos ? Ils le connaissaient assez pour savoir à quel point l’entraîneur était une personne rancunière et qu’il ne pardonnait pas facilement. Il avait beau être doux, chaleureux, sociable, avenant également, il avait une forte personnalité et il n’était pas aussi gentil qu’il n’y paraissait. Il y avait des tas de choses que le garçon n’était pas en mesure d’excuser, que cela soit une attitude ou des mots répliqués sur un sujet sensible. Plus secret que jamais, tous se doutaient que derrière cette expression joviale et souriante, se cachaient de nombreuses choses qu’eux-mêmes ne pourraient guère imaginer. Néanmoins, malgré tout, ils ne s’étaient pas mis à sa place et n’avaient pas eu peur de le blesser. Ne sommes-nous pas censés tout se dire par amitié ? Ne sommes-nous pas censés pouvoir compter sur les autres quoi qu’il arrive et se soutenir dans les moments les plus douloureux ? Il avait le souvenir d’une amitié qui n’égalait aucune autre, une amitié si forte qu’elle paraissait inébranlable mais que les aléas de la vie ont fini par éloigner… Une amitié qui lui manquait terriblement, particulièrement en ce jour alors que les seuls en qui il pensait pouvoir s’appuyer n’avaient fait que le décevoir plus que de raison.

Perché sur sa balançoire, un faible soupir s’était échappé de ses lèvres tandis que ses pieds avaient commencé à s’élancer doucement en avant et en arrière. L’auteur de ses tourments était installée à ses côtés cependant en cet instant précis, cela n’avait pas l’air de le déranger tant que cela… Sûrement qu’il ne pouvait pas être plus blessé qu’il ne l’était déjà. Un bon week-end ? Quelle bonne blague. C’était vrai qu’il y avait des choses qu’il prenait bien plus à cœur que d’autres et qu’il lui fallait des jours et des jours avant d’être en mesure de les digérer. Il était ainsi, un détail sur son caractère qui ne changerait certainement jamais et assurément que ce qui s’était passé aujourd’hui, cela n’estomperait pas d’un claquement de doigts. L’écoutant tout d’abord en silence, son regard était rivé devant lui, sans qu’il ne cherche à répondre à ses propos même si elle avait raison dans ce qu’elle racontait. Leurs camarades avaient agi en connaissance de cause et qu’en plus d’être impolis, ils n’avaient pas pris en cause leurs sentiments à tous les deux. En vérité, Hyun Jun n’avait pas envie de compatir pour sa voisine ni de la comprendre toutefois puisqu’ils étaient tous les deux dans la même situation, il ne pouvait pas nier le contraire non plus.

Lorsque la jeune femme repris la parole, déclarant qu’elle prenait en compte ce qu’elle disait, lui avait automatiquement cessé de se balancer, ses prunelles s’égarant en sa direction alors qu’elle continuait de s’exprimer. Ses phalanges se crispèrent fébrilement autour des cordes, n’étant certainement pas aussi touché que Eun Ae n’aurait voulu qu’il le soit par ses paroles. « M’apaiser comme ça ? » Répéta-t-il d’un ton sec. « Est-ce que je suis censé te remercier pour ça ? » Non parce que c’était complètement stupide et elle n’avait pas besoin de jouer à la gentille fille avec lui, encore moins celle qui compatissait sa douleur alors qu’elle n’y connaissait rien. Il ne voulait pas ça d’elle puis ce qu’elle disait, peu importait ô combien il tournait ses dires dans sa tête, il n’aimait pas ça. La violence gratuite, blesser quelqu’un volontairement, il détestait ça… Cela ne l’empêchait pas d’agir comme il le faisait certes cependant c’était plus compliqué et lui-même souhaiterait être en mesure de surmonter ses propres démons. Hors, qu’elle ne lui parle de droit ni ne sous-entende qu’elle était d’accord avec le fait d’être blessé si ça pouvait le soulager. Qu’est-ce que c’était que ça ?! Personne ne désirait se faire harceler pour le bien des autres, qu’on ne lui dise pas le contraire et il était certainement le mieux placé pour rétorquer ce genre de choses.

Sans un mot de plus, l’entraîneur replaça son regard devant lui, se remettant ensuite à se balancer légèrement. S’il l’écoutait malgré lui, il n’avait rien dit de plus à la mention de l’endroit dans lequel ils se trouvaient. Hors, c’était vrai, lui aussi appréciait les lieux. Il aimait ces paysages à perte de vue, la douceur de la nature, les oiseaux qui chantaient à longueur de journée, le son des feuilles qui volaient avec le souffle du vent, la suave odeur des pins. Rien qu’y être et écouter le silence était relaxant. « Je ne fais rien. » Finit par déclare plus calmement – mais toujours aussi neutre – le jeune homme sans jamais détourner ses iris en sa direction alors qu’il parlait. Lui était du genre à s’allonger puis s’isoler… Dans ces moments-là, il était tout bonnement incapable de s’occuper l’esprit. « Je me détends comme maintenant. Pas plus, pas moins. » Peu à peu, il avait cessé de se balancer, sa tête se calant confortablement contre sa main qui tenait l’une des cordes. La fatigue se faisait amèrement ressentir tandis qu’il fermait ses paupières afin de se reposer, appréciant un peu plus les sons qui résonnaient à l’extérieur. « Tu devrais rentrer. Ne t’inquiète pas pour moi. » Ce n’était pas comme si elle pourrait y faire quoi que ce soit de toute manière. « J’aime bien être seul, ça me détend. » Et c’était la vérité. Bien sûr que non, il n’en était pas au point de dire qu’il appréciait la solitude cependant lorsque quelque chose le perturbait, la plupart du temps ça ne l’aidait pas forcément d’avoir quelqu’un à ses côtés.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lim Eun Ae
Âge : 26
Occupation : Maîtresse de maternelle
Situation : Célibataire
Multicompte : Nous ne sommes qu'un pour le moment.
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t2102-lim-eun-ae-o-teacher-i-prefer-t
Sam 22 Sep - 23:34

Eun Ae & Hyun Jun

If it doesn't challenge you,
it won't change you


Si on lui avait dit, qu’elle se retrouverait assise sur une balançoire à converser tout à fait normalement avec Hyun Jun, jamais elle n’y aurait cru. Elle aurait traité le petit plaisantin de fou et se serait moqué de lui. Et pourtant, elle était là les cheveux au vent, à profiter de l’air montagnard avec ce jeune homme qui était le centre de son attention depuis déjà quelques temps. Ce week-end à la montagne qui se profilait bien, était peu à peu en train de se transformer en catastrophe. Elle était tout de même étonnée de constater le calme avec lequel le jeune homme avait accueilli sa présence près de lui sur le jouet dans le jardin. Eun Ae avait pensé être rejeté mais contre toute attente, il avait exprimé le besoin de parler de la situation et dans un certain sens elle en était touchée. Ils échangeaient calmement pour la première fois depuis qu’ils se connaissaient, ou tout du moins depuis la première fois qu’elle se rappelait le connaître. Les deux jeunes gens se balançaient alors que Eun Ae lui parlait pour tenter de l’apaiser. Les paroles de la jeune femme était pleine de sens et de bons sentiments, mais la colère rendait ses mots inutiles aux oreilles de Hyun Jun qui était bien trop fâché pour entendre ses sous-entendus. Aussi ne préféra-t-elle pas répondre à ses remarques, elle ne souhaitait pas envenimer la situation. Elle espérait cependant qu’il repenserait à tête reposée à leur échange et qu’alors il comprendrait ou elle souhaitait en venir. Bien sûr qu’elle souffrait de cette situation et qu’elle n’aimait pas ça, d’autant plus que de son point de vue, le traitement qu’il lui infligeait était injustifié. Personne ne méritait de souffrir, que ce soit gratuit ou pas. Mais ce qu’elle essayait de lui dire et qu’il était trop fâché pour comprendre c’était qu’elle espérait qu’en tant voulu il prendrait tout seul conscience que sa colère était une source de fatigue inutile, il pourrait chercher à se venger autant qu’il le voulait sur elle, elle ne lui apporterait aucune satisfaction au bout du compte. Il ne serait soulagé qu’un temps mais la douleur persisterait jusqu’à ce qu’il cesse de vouloir lui faire du mal. En cela elle voulait bien le laisser l’attaquer car tôt ou tard il finirait bien par comprendre. Elle estimait en plus de cela qu’il n’était pas nécessaire qu’elle riposte car ce ne serait que l’encourager à être infecte avec elle. Quand elle se montrait calme comme en ce moment, lui-même semblait moins enclin à être désagréable avec elle. Finalement, Eun Ae prit à parti de ne pas revenir sur le sujet qui les blessait tous les deux et tenta de trouver une activité qui puisse soulager ses peines. La jeune femme le regardait en coin, il semblait en effet beaucoup plus détendu maintenant, peut être l’air de la montagne et le balancement régulier l’avait-il un peu calmé. Elle sourit, quelque peu attendri par cette image. Bien sûr qu’elle lui en voulait toujours de lui faire de la peine mais en tout cas elle ne le détestait pas. Sans un mot de plus elle se leva pour le laisser tranquille. Les paroles qu’il venait de lui adresser étaient presque gentilles, aussi préféra-t-elle le laisser profiter du silence de la nature pour se calmer.

Une fois de retour à l’intérieur elle demanda à Eun Bi se qu’ils pouvaient bien cuisiner. Tout le monde était partant pour une pizza au four mais la jeune femme voulait faire à manger, c’était sa manière à elle de se détendre. Aussi demanda-t-elle a ses amis quel plat pourrait éventuellement plaire à Hyun Jun. Après un court débat, tout le monde opta pour un Japchae. C’était relativement facile à faire tout en étant vraiment, Eun Ae s’enferma dans la cuisine, les sommant de la laisser tranquille. Elle aussi avait besoin de sa dose de silence pour s’occuper l’esprit et se détendre. Après une trentaine de minutes de dur labeur, à couper le bœuf, les champignons et tout ce qui garnissait le plat, la jeune femme appela ses amis pour qu’ils mettent la table mais garda deux assiettes. Hyun Jun devait avoir faim et elle-même n’avait pas réellement envie de manger en compagnie de ses amis. Aussi leur posa-t-elle le plat sur la table et rejoignit-elle Hyun Jun dans le jardin. Il était allongé dans l’herbe à regarder les étoiles, elle afficha un petit sourire et s’assit près de lui. Lorsqu’elle lui tendit l’assiette, il se redressa lui prit des mains. « Les autres m’ont dit que tu aimais le Japchae alors… Je me suis permise de fouiller dans ta cuisine pour nous faire à manger… Enfin, je voulais surtout te faire quelque chose que tu aimais… » En disant cela elle avait légèrement rougi, elle aimait bien faire des choses pour les gens et elle ne l’avait pas fait dans le but qu’il se mette à l’apprécier mais parce qu’elle trouvait normal de lui remonter le moral du mieux qu’elle pouvait. Elle ramena ses genoux contre elle et posa l’assiette dessus pour se réchauffer un peu. « Tu regardais les étoiles ? Quand j’étais petite mon père nous racontait des tas d’histoires… Je ne m’en rappelle plus très bien, ça fait si longtemps que je ne les ai plus entendus mais… Je crois me rappeler que… » Lui montre du doigt en souriant, le bout du nez rendu rouge par la fraîcheur du soir. « La grande ourse est juste là… Il nous disait toujours que c’était une nymphe qu’on avait transformé en ours et placé dans les étoiles avec son enfant et que c’est pour ça qu’il y avait une petite ourse et une grande ourse… Mais je ne me rappelle plus de toute l’histoire. » Elle souffla doucement sur son plat et le regarda en coin un petit sourire nostalgique aux lèvres. Elle n’était pas triste de repenser à son père de cette manière. Ce dont elle était triste c'était de ne plus se rappeler de ces histoires. Plus jeune quand il lui parlait des étoiles, l'adolescente écervelée qu’elle était, levait les yeux au ciel en soupirant et se fendait d’un « Papa, tu me l’as déjà raconté mille fois » Aujourd’hui elle regrettait de ne pas l’avoir écouté à chaque fois, même quand ses histoires étaient inlassablement les mêmes. La jeune femme essuya ses joues sur lesquelles avaient roulé quelques larmes et renifla un peu, sa voix était légèrement enrouée par les sanglots aussi se racla-t-elle un peu la gorge et lui demanda d’une petite voix. « Tu t’y connais toi en étoiles Hyun Jun ? »

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kim Hyun Jun
Âge : 29
Occupation : Entraîneur d'arts martiaux
Situation : Célibataire
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t2101-kim-hyun-jun-o-with-the-new-day
Dim 23 Sep - 13:36

Eun Ae & Hyun Jun

If it doesn't challenge you,
it won't change you


S’il avait entendu la jeune femme se lever puis rentrer à l’intérieur du chalet, Hyun Jun n’avait pas cherché à la retenir, gardant ses paupières closes et sa tête appuyée contre la corde tandis qu’il se balançait légèrement. Il n’avait pas menti quand il déclarait aimer être seul, particulièrement quand il avait des tas de choses qui lui accaparaient l’esprit. Certains avaient besoin de compagnie et de soutien pour se calmer, lui avait besoin de tranquillité puisque tous ce qu’on pourrait lui dire ne ferait que l’énerver un peu plus alors que l’intention n’avait pas été mauvaise. Et encore plus si la personne en question était quelqu’un pour qui il n’accordait pas une grande importance dans son cœur. Certainement qu’une partie de lui, lui était reconnaissante d’avoir essayé de le réconforter cependant avec lui, ce genre de choses ne fonctionnait pas vraiment et ça n’avait pas effacé le poids qui pesait toujours sur son âme. Il en voulait à ses amis d’avoir agi sans rien lui dire, il leur en voulait de ne pas s’être intéressé sur le pourquoi il ne supportait cette demoiselle ni ô combien la voir le blesser énormément. Elle était la représentation de tous ses mauvais souvenirs d’antan, ses souvenirs qu’il essayait durement de surmonter mais qu’il ne parvenait pas à oublier quoi qu’il fasse. Ses séquelles étaient marqués au fer rouge et peu importait le temps qui s’évanouirait, elles ne disparaîtraient jamais complètement, elles seraient toujours là pour lui rappeler ce qu’il avait vécu, pour lui rappeler qu’il ne devait pas oublier, que son passé reviendrait toujours le hanter.

Un faible soupir traversa ses lèvres alors qu’il se redressait correctement sur sa balançoire, dansant ses pieds de plus en plus en avant et en arrière. L’air frais de la montagne cognait sur sa peau découverte alors que le vent soulevait doucement ses cheveux pendant qu’il se balançait. Cela le relaxait plus que de raison, principalement cette odeur agréable qui lui chatouillait les narines et qu’il appréciait particulièrement. S’arrêtant après quelques minutes, ses yeux observaient les mouvements dans la maison avant qu’il ne se décide à se lever pour aller s’allonger plus loin dans l’herbe, les bras croisés derrière la tête. La nuit était finalement tombée, l’espace était d’une obscurité fascinante alors que peu à peu les astres venaient dessiner le ciel. Un spectacle que l’entraîneur adorait énormément, un spectacle qu’il pourrait observer pendant des heures sans s’y endormir à cause de cette beauté qui le captivait. Parfois, il s’amusait à donner des noms aux étoiles qu’il ne connaissait pas, à trouver celles qu’il avait étudiées et leur inventer des histoires. Lorsqu’il était plus jeune, il se plaisait à dire que les astres étaient les personnes défuntes qui avaient rejoint le ciel et le peignaient de leurs âmes. C’était une façon de voir les choses et ça avait un côté emblématique même si la vérité était en réalité toute autre.

Installé confortablement sur le sol, il n’avait pas prêté intérêt au temps qui s’était écoulé, appréciant probablement un peu trop le paysage qui brillait devant ses yeux et qu’il pourrait admirer encore et encore. Son attention fut toutefois détournée par son ancienne « camarade » qui était revenue à l’extérieur, une assiette en main. Il n’en dit rien, se contentant de se saisir du plat avant d’hausser les épaules. Si elle espérait obtenir un « merci » de sa part, elle risquait d’attendre longtemps. Sans daigner la regarder, en silence, il commença à prendre quelques nouilles de ses baguettes… Il n’a jamais réellement été un gros mangeur, peut-être à cause du régime stricte que sa mère lui imposait à l’époque alors qu’il n’était qu’un enfant. Probablement que son organisme avait fini par s’y habituer. Bien qu’il ne disait rien, il n’avait pas d’autres choix que d’écouter ce qu’elle lui racontait, que ça lui plaise ou non et si auparavant sa présence ne le dérangeait pas tant que ça, celle-ci semblait plus le préoccuper désormais. Il n’avait pas envie de discuter avec elle, encore moins de passer du temps à ses côtés et surtout pas pour l’entendre lui parler de son histoire. Qu’elle lui parle de la grande ourse était intéressant, bien plus que ce qu’il n’exprimait seulement connaître sa vie de famille, il ne le souhaitait pas. Que son petit frère aurait aimé cet endroit, que son géniteur lui racontait des tas d’anecdotes quand elle était plus petite ou dieu ne savait quoi d’autres, il n’avait pas envie de savoir. Lui n’avait pas eu d’enfance, son père était aux abonnés absents, sa mère était folle et en plus, il était fils unique. Eun Ae n’y était pour rien la pauvre mais c’était vrai que, quoi qu’elle pouvait lui rétorquer, Hyun Jun trouverait toujours un moyen d’être agacé par ses propos… Puisque pour sûr que si ça avait été quelqu’un d’autre, il n’aurait pas été aussi pointilleux sur de tels détails. Peut-être parce qu’elle avait été l’une des sources de son mal-être autrefois et qu’apprendre qu’elle avait eu ce que lui avait été privé pendant des années le frustrait plus qu’il ne l’avouait.

Se morfondant dans son silence, concentré sur l’assiette qu’il tenait et sur la nourriture qu’il mangeait lentement, il n’avait rien dit sur ses explications. Hors, quelle n’avait pas été sa surprise lorsque, détournant discrètement son regard, il l’avait vu essuyer des gouttes qui avaient coulé sous ses yeux. Un sentiment de malaise naquit dans son esprit tandis qu’il replaça aussitôt ses prunelles sur le plat devant lui, un fin souffle s’enfuyant de ses lèvres. « Un petit peu. » Qu’il lui répondit alors d’un ton détaché, égarant quelques secondes ses iris en direction du ciel. « Par exemple, puisque tu parlais des ourses, il y a une étoile nommée Arcturus. » Une remarque d’ailleurs qui lui prouvait que s’il n’avait pas relevé, il l’avait quand même écouté. « Cela veut dire, le gardien des ours, à cause de sa proximité de la grande et la petite ourse. Si tu observes bien, il est possible de la voir en cette saison. » Si son intonation restait neutre, on pouvait assurément ressentir l’intérêt qu’il éprouvait pour un tel sujet, encore plus avec ses yeux qui ne cessaient de fixer le ciel. « Je trouve que l’astronomie a un aspect intrigant et fascinant. Quand j’étais petit, je m’amusais souvent à leur donner des noms moi-même. » Un moyen comme un autre de se couper de ce monde dans lequel il vivait et qu’il ne supportait pas. Puisque l’être humain lui-même ne le comprenait pas, il avait l’impression de pouvoir dialoguer et s’entendre avec ce ciel étoilé qui veillait sur lui. Cela pouvait sembler étrange pour certain mais pour lui c’était sa façon de ne pas flancher.  


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lim Eun Ae
Âge : 26
Occupation : Maîtresse de maternelle
Situation : Célibataire
Multicompte : Nous ne sommes qu'un pour le moment.
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t2102-lim-eun-ae-o-teacher-i-prefer-t
Mar 25 Sep - 16:32

Eun Ae & Hyun Jun

If it doesn't challenge you,
it won't change you


Si faire la cuisine l’avait détendu, la jeune femme n’était pas prête pour un repas en tête avec ses amis. Elle avait, malgré son sourire, encore de la rancœur quant aux événements de la journée. S’il était vrai qu’elle était douce et gentille, Eun Ae n’en était pas moins humaine et la blessure de leurs actes n’étaient pas encore refermée. Comprendre la raison pour laquelle ses mais la poussait sans arrêt dans les bras de Hyun Jun était une vraie source de fatigue pour elle, c’est pourquoi elle avait fini par laisser tomber. De toute façon, il l’avait dit lui-même, elle n’y pouvait rien, alors à quoi bon lutter. S’il voulait la blesser et bien qu’il le fasse, il y arrivait très bien, mais elle ne lui ferait pas le plaisir de lui montrer à quel point elle était touchée. Si elle lui avait lancé des pics la première fois, désormais, tout ce cirque l’épuisait. Si elle l’ignorait, les choses irait sûrement mieux. Seulement maintenant, elle se sentait mal pour lui aux vues de la situation. Il avait beau dire qu’il aimait la solitude elle ne pouvait pas croire qu’il soit vraiment heureux comme ça. Et puis, si lui mangeait dehors, elle ne pouvait décemment pas le laisser seule alors qu’elle lui avait été imposée. Hors de question que la petite intruse qu’elle était s’amuse chez lui si lui-même n’était pas là.

Assise près de lui, elle se rendit compte qu’elle était presque mieux qu’à l’intérieur, pas parce qu’elle était avec Hyun Jun, mais parce que regarder les étoiles lui avait manqué. Elle ne l’avait plus fait depuis des années par peur du malaise que cela créerait en elle. Mais ce soir, le ciel était si dégagé qu’elle ne pouvait résister à l’envie de lever les yeux vers le ciel. Ses yeux étaient embués de larmes, tant à cause de la beauté du ciel qui l’émouvait que parce que les souvenirs affluaient par centaine, lui remémorant une époque lointaine à jamais révolue. Elle essuya sa joue et renifla un peu, avec la fraîcheur et les larmes son nez allait couler si elle n’y prenait pas garde. Elle reporta son attention sur son assiette, la fumée s’évaporait dans l’air noir de la nuit et le spectacle l’hypnotisa quelques secondes. Ou peut être juste avait-elle besoin de se focaliser sur autre chose pour ne pas se mettre définitivement à pleurer. La jeune femme n’avait pas prévu une réponse à son discours, elle s’était imaginé qu’il resterait taciturne et qu’ils mangeraient tout deux dans un silence gênant coupé par les hululements des chouettes. Aussi le regarda-t-elle en coin avec intérêt. On sentait dans sa façon de s’exprimer une certaine fascination pour le sujet qui fit naître un fin sourire sur les lèvres de l’institutrice. La jeune femme suivit le regard de son interlocuteur et pointa son doigt vers le ciel avec un immense sourire. « Celle qui ressemble à une espèce de gros poisson ? » Cette idée la faisait un peu rire, mais c’est vrai qu’elle ressemblait un peu à un poisson, ou à un cerf-volant. La jeune femme écouta attentivement, elle se demanda un instant qu’elle genre d’enfant avait put être Hyun Jun, qu’elle avait put être sa vie, peut-être qu’ils avaient vécu dans le même quartier ou dans des villes différentes, elle se sentait curieuse mais garda ses questionnements pour elle.

« Quand j’étais petite… Mon père me disait que les gens qui étaient morts allaient au ciel et que c’était leurs âmes qui continuaient de briller et que tant qu’on pensait fort à ces gens, les étoiles ne pouvaient pas s’éteindre. J’ai beau savoir que ce sont des grosses boules de feu à des années lumières… Je préfère continuer de croire que ceux que j’aime continue de veiller sur moi. C’est beaucoup moins triste comme ça ! » Elle le regarda en coin, les joues étaient rosies par la fraîcheur de la nuit, mais elle n’éprouvait plus autant de tristesse à parler de ces choses-là. Le ton de sa voix était empreint de nostalgie mais non plus de tristesse et un petit sourire étirait ses lèvres. La jeune femme reposa son assiette près d’elle et mis ses mains en visière en cherchant un moment dans le ciel. « Je n’en reconnais plus autant qu’avant… » Et elle trouvait cela triste, elle aurait dû être plus attentive aux cours d’astronomie de son père. Elle se rappelait que son père aimait aller à Séoul pour le plaisir de se rendre à l’observatoire de Jungmisan, lors de leur dernier voyage, elle avait refusé d’y aller, prétextant un mal de tête et était restée chez sa grand-mère. Si elle avait su que ce serait son dernier tour là-bas avec lui, peut-être aurait-elle était moins casse-pied et y serait-elle allée avec lui. La jeune femme se rappelait s’être plein auprès de ses anciennes camarades de la fascination de son père pour les étoiles qui devenait une obsession et d’a quel point elle trouvait ça débile de se fasciner pour des boules de feux qui finiraient par s’éteindre et qui n’étaient même pas proche de nous. Comme elle avait été stupide, elle ne pensait même pas la moitié de ces paroles, elle adorait les étoiles elle aussi. Mais quand on a 13 ans, l’avis de vos camarades de classe a tendance à plus compter que le vôtre.

AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kim Hyun Jun
Âge : 29
Occupation : Entraîneur d'arts martiaux
Situation : Célibataire
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t2101-kim-hyun-jun-o-with-the-new-day
Ven 28 Sep - 17:51

Eun Ae & Hyun Jun

If it doesn't challenge you,
it won't change you


Haussant les épaules, les yeux fixés vers le ciel, Hyun Jun n’avait pas relevé la question de la jeune femme. Il avait accepté de donner quelques explications, sa façon à lui de détendre l’atmosphère qui lui semblait trop morose à son goût mais ça s’arrêtait là. Il n’était pas prêt de partir dans une longue discussion avec une demoiselle qu’il n’appréciait pas plus que ça. Hors, c’était vrai, il ne cachait pas sa fascination qu’il avait pour l’astronomie. Il s’agissait d’un sujet sur lequel il serait capable de débattre pendant des heures. S’il n’en donnait pas l’air, il était quelqu’un de très cultivé, qui s’intéressait à des tas de choses, que cela soit l’astronomie, les sciences ou même l’histoire, il était quelqu’un de particulièrement curieux. Certainement le pourquoi, à l’étage de son chalet se trouvait une immense bibliothèque avec des tas de livres, provenant des quatre coins du monde. C’était une façon comme une autre qu’il avait de se détendre lorsqu’il venait ici… Il n’aurait guère pu l’expliquer toutefois dans cette maison, plus que dans son immense appartement à Busan, il se sentait plus à l’aise, plus relaxer. Peut-être était-ce l’air de la montagne, le calme qui régnait autour de lui, ses arbres qui décoraient le paysage… Il aimait la nature, énormément. Il l’avait toujours aimé puisque au bout du compte, c’était elle qui le rassurait à l’époque quand personne n’était là pour le consoler et le soutenir. Il ne comptait plus les nombres de fois où il était resté allongé dans l’herbe à observer le ciel, ou à s’asseoir sur le sable à contempler la mer qui s’agitait doucement. Cela l’apaisait, lui permettant un tant soit peu d’oublier les malheurs qu’on lui infligeait à l’école ou à la maison. Et ça ne l’avait jamais quitté depuis, même après avoir été adopté par Monsieur Kim, Hyun Jun avait toujours éprouvé ce besoin de s’évader au loin du centre-ville… Son cœur n’était apaisé à cent pourcents que quand il s’éloignait du monde et des grands buildings. La raison pour laquelle il avait acheté ce chalet et essayait de s’y rendre le plus régulièrement possible, dès qu’il en avait l’occasion. Tous ses maux paraissaient ne plus exister et ça lui faisait du bien.

Son regard s’égara discrètement sur l’institutrice installée à ses côtés, écoutant sagement ses paroles avant de détourner ses yeux de nouveau vers l’espace. Lui aussi, plus jeune, considérait les astres comme des personnes qui, fut un temps, avaient vécu sur Terre et que puisque la vie n’avait plus voulu d’elles, elles peignaient désormais le ciel. C’était une façon assez poétique et symbolique de voir les choses. Cela le rassurait de songer ainsi, lui donnant l’impression de pouvoir communiquer avec eux, de pouvoir être compris et ça le soulageait. Il ne pourrait plus compter le nombre de fois où silencieusement il s’était mis à discuter avec eux, leur inventant à chacune des vies différentes. Il avait appris assez rapidement qu’il ne s’agissait pas des âmes des personnes défuntes cependant ça ne l’avait pas empêché de continuer à les observer, de leur donner des noms et de leur souhaiter de vivre convenablement là où elles se trouvaient à présent. Au contraire de cette jeune femme, lui n’avait personne de proches pour veiller sur lui toutefois il avait toujours eu cette réflexion que les étoiles, au moins elles, pouvaient le comprendre et l’encourager par leur lumière qui étincelait fortement. Elles étaient son principal soutien et en y pensant, c’était à la fois beau, à la fois tellement triste.

Hyun Jun était resté enfermé dans son silence, finissant tranquillement son assiette jusqu’à ce que Eun Ae décide de retourner à l’intérieur, non pas sans lui avoir demandé où elle pouvait dormir. Seul, il se rallongea sur l’herbe, continuant d’observant le ciel étoilé avec ses bras croisés derrière la tête. Lui qui s’endormait pourtant si facilement n’importe où n’avait trouvé le sommeil que très tôt dans la matinée, lorsque l’espace s’éclaircit légèrement, plus aucun astre ne dessinant ce paysage qu’il aimait tant.

Quand il se réveilla, le ciel était d’un bleu éclatant, un vent frais soufflant sur ses joues et sur sa peau dénudé avant qu’un frisson ne traverse son corps entier à cause de la basse température à cette heure de la journée. Ses phalanges frottèrent fébrilement ses yeux, ces derniers explorant les alentours tandis qu’il se redressait lentement. Un faible soupir s’échappa de ses lèvres lorsqu’il comprit l’endroit dans lequel il avait dormi, toussotant doucement. C’était typiquement lui ça, de sommeiller profondément à l’extérieur, sans prendre conscience de la fraîcheur qui résidait au dehors. Se relevant après quelques minutes, il tapota ses mains contre son pantalon afin de le défroisser avant de ramasser son assiette puis de rentrer à l’intérieur de la maison où tous semblaient déjà levés. Si on l’avait salué, lui s’était contenté d’hocher légèrement la tête en guise de réponse. Dean lui expliqua qu’ils avaient décidé la veille de faire une randonnée dans la montagne, lui proposant gentiment de venir avec eux néanmoins comme tous s’attendaient, l’entraîneur avait refusé, leur déclarant de faire comme bon leur semblait, que lui n’en avait que faire.

Voilà pourquoi, après qu’ils aient pris leur petit déjeuner, ils s’en étaient tous allés, le laissant seul dans son chalet. Personne n’avait insisté pour le faire venir avec eux, le connaissant que trop bien pour savoir que ce n’était pas une bonne idée de lui imposer leur présence dans son état actuel. Un peu plus de deux heures s’écoulèrent depuis le moment où ils étaient partis, lui en avait profité pour se prélasser dans un bain chaud avant de se caler confortablement dans son canapé où, lunettes de repos posées devant ses iris, il lisait un livre. Toutefois, le calme fut de courte durée si bien qu’il sursauta à l’entente de la porte de sa maison qui s’ouvrait brusquement et que ses amis l’appelaient d’une voix paniquée. Inquiet, l’entraîneur ne réfléchît pas qu’il se précipita à l’entrée, ayant rapidement deviné que quelque chose semblait s’être passé. « Eun Ae a disparu ! » s’était exclamée Eun Bi, ses prunelles brillantes d’angoisse alors qu’elle lui attrapait prestement le bras pour le supplier de les aider à la retrouver. Contrairement à eux, lui connaissait les lieux… Ils avaient eu l’espoir que la jeune femme ait simplement fait demi-tour puis soit rentrée au chalet mais ce n’était vraisemblablement pas le cas. Agacé, Hyun Jun se saisit prestement de sa veste avant de s’emparer de son sac à dos dans lequel il disposa différente chose à l’intérieur, ordonnant ensuite à ses amis de rester ici au cas où elle revenait, qu’il y allait seul. On lui proposa de l’accompagner, que s’il lui arrivait quelque chose à lui aussi, personne ne pourrait le savoir seulement après avoir aperçu la lueur qui se reflétait dans ses pupilles, ils s’étaient résignés. Ce n’était pas une disparition qui le ferait changer d’avis sur la rancune qu’il éprouvait pour eux, aussi stupide son comportement soit-il. Hors, il pouvait se débrouiller sans l’aide de personne et s’ils venaient avec lui, ils seraient de toute manière contraint de se séparer, il y aurait ainsi donc plus de risques d’en perdre d’autres. Il était encore plus énervé qu’il ne l’était avant et il s’était sincèrement retenu de ne pas les assener de question. Comment avaient-ils pu la perdre ? Comment pouvaient-ils être aussi inconscients ? Oui, il était agacé néanmoins la vérité était que peu importait ô combien ne portait pas cette demoiselle dans son cœur, il était inquiet à l’idée qu’il ait pu lui arriver quelque chose. Il n’était pas aussi cruel au point de lui vouloir du mal.

Une fois dans la forêt, pendant que ses pas avançaient, passant par les chemins que lui avaient décrits ses amis, ses yeux vaquaient tout autour de lui. Eun Ae n’avait pas pu s’envoler soudainement, ce n’était pas possible… Au vue de ce qu’on lui avait raconté, elle était certainement tombée et il espérait sincèrement que rien de grave ne lui soit arrivé.
Des minutes, des heures même s’écoulèrent sans qu’il n’en trouve la moindre trace, marchant encore et encore, l’angoisse grimpant en lui de plus en plus. Devait-il faire demi-tour et appeler la police ? Puis, juste au moment où il songeait cela, ses prunelles se posèrent sur la silhouette assise à terre, en bas du ravin, avant de se redresser aussitôt vers le ciel et qu’un soupir ne franchisse la barrière de sa bouche. « Tu aurais dû le dire que tu comptais faire du camping sauvage. » S’exclama le jeune homme assez fort d’un ton sarcastique, lui signalant ainsi par la même occasion sa présence. « Tu n’arrives pas à remonter ? » Face à cette question, l’institutrice parut vouloir essayer mais il n’était pas idiot, remarquant bien vite les difficultés que celle-ci avait à escalader la pente. Etait-ce une farce ? Soufflant discrètement, l’entraîneur n’attendit pas une seconde de plus que, déposant son sac au sol, il commença à descendre le vallon avec précaution jusqu’à ce qu’il arrive à sa hauteur. Son premier réflexe fut de détailler la cheville qu’elle s’était blessée et bien qu’il n’en soit pas très enthousiaste, il lui fit comprendre qu’il allait l’aider. Le pourquoi, lui tendant doucement la main, il la redressa avec délicatesse avant de lui tourner le dos et lui ordonner calmement de s’accrocher à lui afin qu’il puisse la porter. C’était dangereux, il en avait conscience… S’il ne faisait pas attention, tous deux pouvaient trébucher et créer un accident plus grave encore. La raison pour laquelle, il prêtait un profond intérêt à chaque pas qu’il effectuait, ses mains s’appuyant contre la terre qu’il escaladait, faisant confiance à la demoiselle qui elle prenait appui sur lui.

Une fois en haut, il la déposa délicatement sur le sol avant de reprendre son souffle et de sortir une bouteille d’eau fraîche qu’il avait pris avant de partir. Il en but quelques gorgées, la donnant ensuite à sa vis-à-vis afin qu’elle en boit un peu. « Ça va ? » Qu’il l’interrogea de son ton neutre, ses prunelles s’égarant sur le corps de la jeune femme pour s’assurer que celle-ci n’était pas blessée autre part. Et en plus des quelques égratignures visibles, certainement causées par sa chute, il pouvait clairement remarquer les tremblements qui accaparaient l’institutrice. Depuis quand était-elle là ? En plus d’avoir peur, elle avait dû avoir froid… La température n’étant pas la même qu’en plein centre-ville, encore maintenant elle était d’ailleurs plutôt basse. Ne se souciant pas de lui-même, il retira la veste qu’il avait sur ses épaules pour la lui placer sur les siennes. « Reposons-nous un peu et après on rentrera. » Puisque si elle ne pouvait pas marcher, il n’avait pas d’autres choix que de la porter jusqu’à son logement. En silence, il sortit de la nourriture de son sac, des petits encas que lui-même avait préparés la veille et qu’il n’avait pas pu manger avec les évènements récents. Toujours sans rien, il lui en donna plusieurs afin qu’elle reprenne des forces, surtout que l’heure du déjeuner était passé depuis un moment à présent, puis de son côté, il en grignota également un petit peu. Il n’y avait rien autour d’eux, hormis cette immense forêt qui les entourait et ses oiseaux qu’ils entendaient siffler entre les arbres. Bien que la situation ne s’y portait pas réellement, l’ambiance autour était des plus agréables.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lim Eun Ae
Âge : 26
Occupation : Maîtresse de maternelle
Situation : Célibataire
Multicompte : Nous ne sommes qu'un pour le moment.
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t2102-lim-eun-ae-o-teacher-i-prefer-t
Lun 8 Oct - 15:17

Eun Ae & Hyun Jun

If it doesn't challenge you,
it won't change you


Les étoiles avaient toujours eu quelque chose de fascinant à ses yeux. Petits points scintillants, grosses boules de feu à des années lumières, déjà éteinte pour certaine depuis l’époque préhistorique mais donc la lumière scintillait encore de nos jours et qui finiraient par s’éteindre sans crier gare quand leur dernier rayon atteindrait la terre. Lorsqu’elle regardait le ciel elle se sentait infiniment petite. Dans un sens, elle était heureuse de se trouver un intérêt commun avec Hyun Jun pour les étoiles, peut-être un jour finirait-il par oublier ses mauvais souvenirs pour se concentrer sur elle, peut-être découvrirait-il qui elle était vraiment. En attendant, elle ne forcerait rien, serait elle-même et vivrait sa vie de la même manière qu’elle l’avait toujours fait. Pourquoi changer pour une personne qui ne l’aimait pas ? C’était ridicule. Elle le regarda, comme il la regardait, en silence. Se demandant ce qu’il pouvait bien avoir comme secret pour la détester autant, car d’aussi loin qu’elle s’en souvienne, il n’y avait pas eu de Hyun Jun dans sa vie, tout du moins, pas dont elle puisse se rappeler. Peut-être l’avait-elle blessé un jour ? Peut-être avait-elle été méchante avec lui à la maternelle ? En camp de vacance ? Pourtant il était plus vieux qu’elle d’au moins 3 ans de ce qu’elle en savait, tout cela lui semblait donc compliqué. Elle espérait un jour avoir des réponses à ses questions. Pour l’heure, la jeune femme décida de le laisser en paix pour aller se coucher. Il fallait respecter le besoin de solitude des gens, elle comprenait ça mieux que personne. Ainsi, une fois qu’il lui eut indiqué ou elle pouvait dormir, la jeune femme remonta silencieusement la pente douce vers la maison et le laissa dans l’air frais de la nuit, seul.

Au petit matin, Eun Bi sauta sur le lit de son amie, la maison était en effervescence. La veille, le petit groupe avait décidé qu’une balade en montagne s’imposait et aux vues du temps radieux qu’il faisait, l’occasion semblait trop belle pour rester à flemmarder au lit. La jeune institutrice se leva donc, non sans rechigner un peu, mais se promener l’enchantait réellement, aussi ne resta-t-elle pas de mauvaise humeur bien longtemps. La soirée s’était dans l’ensemble pas si mal déroulée que ça, elle avait juste parlé avec Hyun Jun de la plus calme des manières, leur conversation n’avait rien eu de particuliers mais elle estimait avoir franchi un petit cap dans leur tolérance mutuelle. Lorsqu’elle descendit, habillée et motivée, tout le monde était en train de se préparer dans un brouhaha infernal. La jeune femme salua ses amis et remercia encore Hyun Jun pour son hospitalité. Durant le petit déjeuner ou tout le monde conversait de bon train, elle remarqua que l’hôte de la maison se murait dans un silence obstinait, refusant même de partir en promenade avec eux. C’était mieux que d’avoir un grognon dans le lot après tout. Mais dans un sens, Eun Ae se sentait mal pour lui, elle aurait pu refuser de partir aussi, par solidarité mais, quelque chose lui disait qu’il préférait qu’elle parte avec les autres. C’est pourquoi, sac de nourriture sur le dos, elle suivit la joyeuse troupe non sans avoir souhaité une bonne journée au grognon de service qui resterait à les attendre au calme dans son chalet.

La montagne était un endroit qu’elle avait toujours trouvé relaxant, l’odeur des pins et de la rosée sur l’herbe fraîche la mis instantanément de bonne humeur, encore plus que quand elle avait appris qu’il partait se promener. La forêt était agréable et le chemin de randonnée, bien qu’escarpé n’était pas si difficile que ça. La jeune femme prenait garde à ne pas marché trop au bord et regardait ou elle mettait les pieds. Comme on dit, prudence est mère de sûreté. Eun Bi, carte en main guidait la joyeuse troupe vers un mont boisé ou il pourrait tranquillement pique-niquer. On y trouvait, selon ses recherches, un joli petit vallon avec un lac et si on y prenait gare, on pouvait y voir la faune du coin. C’était une idée qui l’enchantait et elle se félicitait d’avoir embarqué ses jumelles avec elle, même si la jeune femme devinait d’avance que Dean jouerait plus avec que les autres. Tout le monde rigolait, les garçons couraient dans tous les sens dès que le terrain le permettait et Eun Bi et elle se moquait gentiment de leur immaturité. Par moment, elle avait l’impression d’être en sortie avec sa classe « ne touche pas si tu ne sais pas ce que c’est. », « cours pas au bord du ravin comme ça », « attention aux chutes de pierres » mais surtout, elle riait. Elle n’avait plus été aussi heureuse depuis un moment, depuis qu’elle s’était séparée de son ex-fiancée en réalité.

Sur la route Eun Ae ne pu s’empêcher de s’extasier une fois de plus sur la beauté des lieux. Les oiseaux chantaient, par-ci par-là on entendait les animaux détaler dans les fourrés et si on était attentif on pouvait apercevoir quelques lapins et chevreuils gambader sur les chemins ou en contre-bas. C’était là, ce que la nature avait de meilleur à offrir et c’était tout bonnement magnifique. Tout en marchant, Eun Ae, qui s'était mise légèrement en arrière pour profiter des bruits de la nature, aperçue un petit chevreuil. L’animal était assez proche d’elle et la jeune femme, ne voulant pas l’effrayer essaya d’appeler ses amis qui marchaient à un bon rythme à quelques mètres d’elle. Comme personne ne l’entendit et qu’elle désirait vraiment leur montrer l’animal, elle sorti son portable de sa poche dans le but de prendre la bête en photos. Accroupie sur le chemin, elle prit plusieurs clichés du petit animal qui finalement la remarqua bien vite et détala vers le bas de la pente qui était tout de même bien escarpé. Tout sourire, la jeune femme se releva et pressa le pas pour retrouver ses amis. Elle qui n’avait pas arrêté de veiller à la sécurité de ses derniers en oublia la sienne. Un petit éboulis de pierre roula sous ses pieds, l’entraînant dans la petite ravine le long de laquelle ils marchaient. Elle n’eut pas le temps de se rattraper et sous la surprise elle poussa un cri aigu et dévala la pente sur quelques mètres avant de réussir à s’accrocher à un arbre pour stopper sa descente.

Elle cria, pleura, fit autant de bruit qu’elle put, mais personne ne vint. Son téléphone qu’elle tenait en main avait dévalé la pente et elle ne pouvait donc pas le récupérer. De toute manière, elle se doutait qu’elle n’aurait sûrement pas eu de réseau. Là, accroché à son arbre, elle se sentait pathétique. L’institutrice aurait pu remonter la pente si elle n’avait pas eu horriblement mal à la cheville. Dans sa chute, elle s’était visiblement blessée et dès qu’elle posait le pied par terre, la douleur la foudroyait. Elle était retombée plusieurs fois après avoir essayé, et chaque fois elle était un peu plus descendu le long de la pente, elle avait donc abandonné, de peur de tomber trop bas pour qu’on puisse la voir. De là ou elle était, heureusement, elle apercevait encore le chemin, si bien que si quelqu’un passait elle pourrait le voir et l’interpeller, mais les heures défilaient et personne ne vint. Tout d’abord elle avait eu chaud, mais elle s’était mise à grelotter et cela malgré son pantalon et sa veste en polaire. Peut-être que le choc, la fatigue et la faim y était pour quelque chose, car elle n’était pas frileuse de nature. Elle essaya de ne pas faire l’enfant, mais elle avait peur et forcément, les larmes vinrent couler sur ses joues. C’était angoissant de ne pas savoir si quelqu’un allait finir par vous retrouver.

Alors qu’elle n’attendait plus rien et tentait de se réchauffer, se préparant mentalement à passer la nuit dans les feuilles mortes et l’air nocturne froid de la montagne, une voix vint troubler le silence. Ses yeux se levèrent et aussitôt un sourire vint fendre son visage. Jamais de la vie elle n’avait été aussi heureuse de le voir. Hyun Jun était là, il allait la sauver elle en était sûre. Les larmes se remirent à couler sur ses joues, mais cette fois, il s’agissait d’une manifestation de son soulagement à la vue du jeune homme. La jeune femme, ne voulant pas prendre le risque de le faire descendre jusqu’en bas du ravin se releva du mieux qu’elle pu mais une fois de plus, lorsqu’elle tenta de prendre appuie sur sa cheville droite, la douleur traversa sa jambe et elle retomba encore à terre. Elle frappa le sol de son poing de frustration et allongée à plat ventre elle planta ses yeux sur Hyun Jun qui descendait pour l’aider. Bien que sachant que ce n’était pas sa faute, la jeune femme se maudissait intérieurement de le mettre en danger. Eun Ae se rassit correctement, le temps que Hyun Jun observe sa cheville. Elle était visiblement enflée et de ce qu’elle en savait c’était surement une entorse ou une foulure, difficile de remonter la pente escarpée dans cet état. Pendant un instant, la jeune femme l’imagina remonter la pente tout seul et la laisser là, mais elle savait qu’il n’était pas cruel et qu’il l’aiderait. Ce que, bien sûr, il fit. Une fois sur son dos, alors qu’il remontait lentement mais sûrement la pente du vallon, la jeune femme profita de sa chaleur corporelle pour se réchauffer. Pour l’heure elle ne préférait pas encore le remercier, il avait besoin de concentration et lui parler doublerait les risques de chutes.

Arrivé en haut de la pente, il la déposa sur le sol avec une délicatesse qu’elle ne lui connaissait pas. Mais après tout, leurs amis communs avaient tant insisté sur la gentillesse de Hyun Jun, qu’elle n’en fut pas tellement étonnée. Sa surprise vint surtout du fait que pour une fois, sa gentillesse était tournée vers elle. Cependant, la jeune femme n’avait pas songé un seul instant que sous prétexte qu’il ne l’appréciait pas il la laisserait dans le pétrin mais, si elle avait dû parier sur un sauveur, elle n’aurait pas cité Hyun Jun en tout premier. Le jeune homme vint s’assoir à côté d’elle et but quelques gorgées d’une bouteille d’eau avant de lui tendre, la jeune femme la prit et fit de son mieux pour ne pas boire trop vite, elle ne voulait pas se sentir mal. « Oui… Je crois que j’ai juste la cheville en vrac mais j’ai mal nulle part ailleurs… ». Ses mains étaient écorchées et pleine de terre et son pantalon était déchiré au niveau du genoux, mais rien ne semblait plus grave que ça. Ce qui était le plus dure à supporter n’était pas les petites brûlures qu’elle ressentait au niveau de ses écorchures, ni même sa cheville, car tant qu’elle ne bougeait pas assez allait. Non le plus c’était le froid qui s’infiltrait par tous les pores de sa peau et la faisait trembler comme une feuille. Hyun Jun dû s’en rendre compte car il retira sa veste qu’il posa sur les épaules de la demoiselle. Eun Ae le regarda un moment, surprise, mais sans un mot, elle passa ses bras dans les grandes manches chaudes et respira discrètement son odeur. Elle était agréable et douce. Refermant prestement le tissu sur elle de peur de perdre de la chaleur du corps de son sauveur elle se remit à pleurer en bégayant des excuses et des remerciements. Elle était si soulagée qu’elle n’arrivait plus à calmer ses larmes. « Je suis terriblement désolée Hyun Jun… Je ne te cause que des soucis et en plus tu dois être fatigué à cause de moi… J’ai été prudente pourtant je suis si désolée… Le terrain s’est dérobé sous moi et j’ai eu la peur de ma vie, j’ai cru que j’allais mourir de froid ici, que les animaux allaient me manger ou je sais pas… ». Les sanglots de la demoiselle semblaient intarissables tant elle était soulagée, elle n’avait pas beaucoup pleuré plus tôt, mais là, les larmes roulaient à gros flots, il fallait qu’elle évacue tout ce qu’elle ressentait.

Une fois que la jeune femme se fut un peu calmée, elle put enfin avaler ce qu’avait ramener Hyun Jun, ils n’allaient pas passer la nuit là tout de même et elle voulait rentrer le plus vite possible pour que Hyun Jun n’ai pas trop froid. Il n’était peut-être pas frileux, mais le vent était frais elle ne voulait pas risquer qu’il attrape froid. Aussi quand elle eut fini son deuxième encas et essuyé ses larmes la jeune femme insista pour partir le plus vite possible. Comme pour remonter la pente, Hyun Jun n’eut pas le choix que de reprendre la demoiselle sur son dos, ils rentreraient plus vite ainsi et au moins elle ne risquait pas de se faire plus de mal. Le silence qui régnait entre eux n’était plus aussi gênant que ceux des autres fois, il était plein de reconnaissance et de soulagement. La jeune femme s’accrocha fermement au jeune homme et posa son menton sur son épaule pour être à son aise, ils allaient devoir marcher longtemps et elle était courbaturée à cause de sa chute. Tout en marchant elle regardait la piste, ses bras encerclant doucement le cou du jeune homme, ses yeux s’égarant par moment sur le visage fermé et concentré de son porteur. Il était beau, c’était indéniable et en ce moment ou elle le voyait comme son sauveur, elle le trouvait encore plus beau. Superman n’a qu’a bien se tenir. Accrochée à lui de la sorte elle prit conscience que derrière cette façade de frêle garçon se cachait un homme svelte tout en muscle et elle se rendit compte qu’elle ne savait vraiment rien de sa vie, de ses habitudes. Il faut dire qu’ils n’avaient jamais eu le temps de vraiment converser alors la jeune femme se dit qu’après tout, comme ils avaient bien deux heures devant eux, elle pouvait se risquer à l’interroger un peu sur sa vie. « Hyun Jun… Tu fais quoi dans la vie ? On m’a dit que… tu étais prof de sport je crois ou quelque chose comme ça… ».


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
If it doesn't challenge you, it won't change you | Ft. Eun Ae ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Challenge Elite, descriptif et explications : à lire !
» Challenge Cup Dragons vs BPA
» The Big Challenge Règlement
» Challenge Volat Ciclista a Mallorca (2.1) => Karsten Kroon (BMC Racing Team) MAJ
» [*] FDJ 2017 CHALLENGE 3 GT POUR PINOT 2/3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Wonder in Busan :: AUTRES HORIZONS :: Corée du sud-
Sauter vers: