AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Don't look at me like that. | Ft Lee Aaron

avatar
Oh Mirae
Âge : 23
Occupation : Assistante photographe
Quartier : Busanjin
Situation : célibataire
Don : Clairevoyance
Niveau : 2
Multicompte : aucun
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1866-oh-mirae-who-am-i
Mer 30 Mai - 1:06
Don't look at me like that.Oh Mirae x Lee AaronDis-moi, Mirae, n'apprécies-tu pas ta routine ? Tu ne détestes pourtant pas le confort et tu as travaillé fort pour obtenir la stabilité que tu as présentement, alors pourquoi la mettre constamment en péril ? Tu as de grandes responsabilités, tu le sais, pourtant, il t'arrive encore d'agir comme une enfant en manque d'attention. Tu comprends les enjeux, tu commences à très bien les connaître, alors pourquoi prendre des risques inutiles ?  

Cette journée avait commencé comme n'importe quelle autre journée de ta vie d'adulte. Tu étais debout bien avant le soleil, te préparer le matin a toujours été long. Tu fais partie des gens qui préfèrent se mettre au lit sale et prendre une douche tiède le matin pour bien se réveiller. Ce n'était pas ton voyage sous le jet de ta minuscule douche qui était longue le matin, après toutes ces années, tu détestes encore avoir la tête sous l'eau alors c'est toujours le plus rapide possible, c'est plutôt tout le reste que les femmes font le matin avant de sortir. Choisir la tenue parfaite qui s'agence non seulement avec la saison et la météo, mais qui est aussi confortable et pratique pour l'esclave de photographe que tu es. Oh, tu adores ton travail, tout le monde le sait, mais on ne va pas se mentir sur ce que "assistante" signifie vraiment. Appliquer un maquillage léger et naturel qui ne cache pas ta beauté naturelle, mais qui camoufle aussi les cernes que tes nuits blanches ont créés. Finalement, manger, car le petit-déjeuner est le repas le plus important de la journée. Voilà un matin comme tous les autres. Un matin synonyme de stabilité, un matin comme on les aime.

Le travail te sembla particulièrement long, entre les courses et les corvées données par ton grand-maître, il y avait eu de long temps mort. Le studio n'avait pas trop de réservations pour la journée et le ciel gris ainsi que l'air lourd et humide avait fait reporter les photos shoots extérieurs que tu attendais avec impatience. Heureusement pour toi, même si le temps semblait parfois s'être arrêté, ta journée de travail se terminait enfin. Tous les jours ne pouvaient pas être nouveaux et excitants au travail, tu le savais bien. Mais pour le reste d'aujourd'hui, c'était foutu, l'ennui, la paresse et la fatigue s'étaient déjà installé. Pourtant, tu ne pouvais pas retourner chez toi et broyer du noir.

Ce qui nous mène donc à maintenant. Maintenant, dans les rues de Busanjin, tu explores les veines du coeur de la ville que tu connais du bout des doigts. Armé de ton fidèle Canon et équipé, sur ta tête, d'un casque d'écoute Sony relier à ton téléphone, tu captures l'animation, les palpitations de la vie. Certaines photos seront peut-être postées sur ton blog sur la vie urbaine de Busan, mais la majorité finira dans un fichier compressé perdu de ta dropbox que tu ne rouvriras probablement jamais. Pourtant, observer la vie des autres et découvrir des trésors cachés restait une de tes activités préférées quand tu te sentais d'humeur a procrastiner ta vie, mais que tu n'avais pas envie de rester dans ton lit à fixer le plafond

Le soleil se couche, laissant à Busan la possibilité de se rafraîchir un peu et même si le ciel ne s'est pas dégagé, il ne semble pas vouloir pleuvoir. Tu décides de ranger ton appareil dans ton sac pour enfiler ta veste, elle est légère, parfaite pour te couvrir, puis, tu entres dans la première supérette sur ton chemin. Une bouteille d'eau bien froide n'est jamais de refus alors tu t'arrêtes au frigidaire pour contempler tes options. Pourquoi y a-t-il autant de marque différente ? Ne sont-ils pas toute la même chose ? Un sourire de satisfaction naît sur ton visage quand tu aperçois l'étiquette rose de ta bouteille préférée. C'était de l'eau, oui, jusque-là il n'y avait rien de spécial, mais celle-là à un goût de pêche superbe. Tu prends la bouteille puis une idée te frappe.   Et si... je la laissais "subtilement" tomber dans mon sac? Est-ce que je serais capable de sortir sans me faire prendre ? C'est-ce qui te traverse l'esprit. Tu balais le magasin du regard, le mur vitrer offre une vue sur toi, mais les gens sont déjà bien occupés avec leur vie pour porter l'attention à la tienne. La caissière ? C'était la seule vraie menace. Heureusement pour toi, c'était une adolescente trop occupée par son téléphone pour porter l'attention au client. La technologie, quelle merveilleuse invention.

Alors, tu mets ton plan à exécution. Tu ne penses pas aux conséquences de ton acte, après tout, ce n'est qu'une vulgaire bouteille d'eau qui ne vaut presque rien. Tout ce qui occupe ton esprit, c'est le coup d'adrénaline l'idée te procure. Tu glisses la bouteille froide dans ton sac et tu l'échanges pour la première chose que tu touches, ton téléphone. Peu importe. L'important, c'est que tu as quelque chose dans les mains. Ton coeur bas si fort et tu ne peux pas t'empêcher de sourire, cette sensation, tu la connais, tu l'adores. Elle te fait sentir extatique, oh, tu te sens en vie ! Ta vision se brouille puis tu es soudainement amené à l'extérieur. Tu regardes une femme par la fenêtre, une femme bien familière. Cette femme, c'est toi, Mirae. Et là, tu comprends. Tu comprends que quelqu'un à l'extérieur t'observe, qu'il y a un témoin à ton acte immoral et que tu avais tort, oh comme tu avais tort. Ce n'est pas tout le monde qui était trop préoccupé par leur vie pour t'observer. Tu veux retrouver tes sens, mais tu ne sais pas comment ton don a tendance à en faire à sa tête. Ça ne dure jamais très longtemps et ta vue se brouille à nouveau avant de te ramener à l'intérieur de cette supérette.

Tu es foutu, ton plan était vraiment nul. Tu as l'impression que ta tête va exploser tellement, la pression y est montée, tes oreilles bourdonnent, tu réussis tout de même à mettre un pied devant l'autre. La sortie est tout près, mais elle te semble être à des kilomètres. Tu enlèves rapidement ton casque pour plutôt poser ton téléphone sur ton oreille et feins une conversation avec un ami imaginaire. Ce truc n'a sûrement jamais fonctionné dans l'histoire de l'univers, mais au moins il te permet d'avoir l'air plus naturel et non paniqué. Quand tu franchis la porte, il n'y a personne pour t'arrêter et aucune alarme ne retentit. Ah ! Tu savais bien que tu serais capable de t'en sortir. Maintenant, tu dois mettre de la distance entre ce potentiel témoin et toi, malheureusement, dans ta panique, tu n'as pas pris soin d'examiner l'angle avec lequel il t'observait. Il pouvait être n'importe où... Tu ranges ton portable dans une poche de ta veste et tu accélères le pas en lançant des regards un peu nerveux derrière toi. Tu tournes un coin de rue et tu as à peine eu le temps de penser à courir que le stress pousse des jambes s'emmêler et tu percutes un mur. Enfin... Pas littéralement un mur, plutôt un homme d'environ une dizaine de centimètre de plus que toi Oh, Mirae, tu es beaucoup trop maladroite pour ta propre santé. Ce n'est pas avec une grande force que tu tombes dans le bras du bel homme, mais c'est assez pour te déboussoler complètement. Le choc te vole un petit gémissement, une plainte causée par la surprise. Ce n'est pas tous les jours que Mirae tombe, cette fois littéralement, dans les bras d'un prince charmant.

L'embrassement est indescriptible, et même si tu te redresses rapidement pour quitter ses bras -qui sont vachement plus confortable que le béton-, tu ne peux pas effacer ce qui vient de se produire.

Oh my... Je suis... vraiment... vraiment désolé.. Je... Je ne regardais pas où j'allais.

Tu t'inclines poliment comme le veulent les conventions sociales puis une fois redressé, tu replaces nerveusement tes vêtements. Tu lèves la tête pour le regarder, mais tu n'oses pas croiser son regard.

Vous allez bien?... Est-ce que vous êtes blessé ? C'est ma faute, je suis vraiment désolé.

Alors que tu tentes de sortir toute sorte d'excuse sincère envers l'inconnu pour les torts que tu lui as causés, tu joues nerveusement avec tes mains. Pauvre toi, Mirae, tu ne te doutes même pas que la personne que tu tentes de fuir est juste devant toi.

©️  YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
 
Don't look at me like that. | Ft Lee Aaron
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The third temptation [Aaron]
» Yamaneko , Mentali...
» Elvis Presley
» Cynthia
» présentation de Gobou*

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Wonder in Busan :: BUSAN :: BUSANJIN-
Sauter vers: