AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Problème technique.

avatar
Luo Feng
Âge : 26
Occupation : Vengeance
Quartier : Busanjin
Situation : Fatalement célibataire
Don : Réflexes surdéveloppés
Niveau : 4
Multicompte : Kang Eun Ji
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1835-luo-feng-just-in-case-my-faith-
Lun 26 Mar - 19:23
Problème technique
Kyo Ji & Feng
Journée tout à fait banale ; comme d'habitude, je n'avais rien prévu. Depuis quelques mois, c'était devenu parfaitement inutile. Quand bien même j'avais une paperasse à faire, c'est formidable comment tout s'organise naturellement. Ne plus avoir de travail avait cet avantage. Plus d'organisation, plus de stresse ; la vie rêvée des gens pressés. Paraît-il que le stresse est cancérigène ; je n'en ai même plus la force d'en rire, trop de connerie me dépasse. Voilà pourquoi je ne lis plus de magazines depuis trois ans, même en salle d'attente. C'est fatiguant, la connerie des gens. Et ça m'épuise ceux qui les lisent, qui les boivent comme une menthe-grenadine. La télé aussi. J'en ai une, mais même dans mes longues journées enfermé, je ne l'allume pas. Non, je ne m'ennuie pas. Je ne m'ennuyais pas quand ma mère m'a appelé, assez paniquée, en début de soirée. « ...le micro-ondes ne marche plus...tout est fermé à cette heure-ci... », non maman, les électriciens travaillent encore, ils travaillent généralement très tard, mais ils sont chers. Trop chers pour vos revenus. Je l'ai rassurée en disant que j'arrive.

J'habite à un pâté de maison du traiteur. Le temps d'enfiler ma veste en cuir par-dessus mon sweat gris, de descendre la cage d'escalier et de continuer sur ma droite, j'ai mis moins de dix minutes. Le restaurant de mes parents est très facile à reconnaître : la devanture et l'intérieur sont rouge, et deux statuts de dragons vous accueillent à l'entrée. « Nihao », fis-je à voix basse à ma mère derrière le comptoir en entrant. Je vois qu'il n'y a personne ; ah le lundi, c'est toujours un jour triste pour les commerçants. Les gens attaquent leur semaine, ils ont fait les courses samedi, alors ils restent chez eux. Tant mieux. Heureusement que ça arrive un lundi, je vais faire mes petites réparations sans dérangement .

J'avais démonté le derrière du micro-ondes quand on entendit quelqu'un entrer. Il y a une clochette qui sonne à chaque fois que quelqu'un franchit la porte de l'extérieur. J'entends ma mère l'accueillir chaleureusement en l'imaginant se courber poliment, ainsi que la gêne dans sa voix. Oui, c'était problématique. Pas de micro-ondes, pas de plat à emporter. Sauf s'ils ont des clients conciliants. Je me retourne...oh, ils ont de la chance. Lui, il vient très souvent. Maman est toujours contente quand il vient, elle le trouve très mignon ; regardez-la, elle sourit jusqu'aux oreilles. Ah, les quadra. Mais je sens qu'elle va galérer à lui expliquer, alors je me lance :

- Bonsoir, vous allez bien ? Par contre on est désolé, on a un petit souci technique. En lui montrant du pouce, légèrement décalé. Ça ne vous dérange pas de manger sur place ? On vous offre la boisson.

Bon, clairement je ne suis pas un commerçant, je ne suis pas très amical, mais j'essaye d'être le plus correct, pour mes parents, pour garder un habitué. C'est un lundi en plus, on en a besoin des gens comme lui. Je sais que ça fait un peu cher pour nous la boisson offerte, mais je suis sûr qu'elle lui aurait fait une belle remise quoi qu'il arrive, ma chère maman.  
© YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Min Kyo Ji
Âge : 27
Occupation : fonctionnaire de police & bénévole au refuge pour animaux
Quartier : Gangseo
Situation : éternellement célibataire, mais il y a ce petit jeune, mon premier slow...
Don : Médiuminité. Je vois et parle aux morts
Niveau : 5
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1356-min-kyo-ji-i-believe-in-nothing
Mer 28 Mar - 21:29
Problème technique
Kyo Ji & Feng
Chaque fois que je venais au restaurant Luo, j'étais fasciné par les deux statuts de dragons posés devant l'entrée du bâtiment. J'ignorais pourquoi, surement à cause de mes origines chinoises. Mais je n'avais que ça, autrement je n'y avais jamais mis les pieds. Je n'avais à vrai dire, pas beaucoup voyagé. Ma mère m'avais élevé toute seule, et l'argent qu'elle avait gagné lui avais permis de satisfaire nos besoins et de payer mes études. Et mes rendez vous chez le psychologue. Tant d'argent gaspiller pour rien. C'était un peu de ma faute alors je lui envoyait quand je le pouvais un peu de ma paie pour qu'elle se fasse plaisir de son côté, à Séoul. C'était un peu compliqué avec la distance de la couvrir convenablement de cadeau. Il me semblait que la dernière fois que je l'avais eu au téléphone elle m'avais dit être aller dans un salon de massage et qu'elle avait eu l'impression de rajeunir de dix ans à la sortie. J'étais heureux pour elle. Quelque part, elle me manquait. Je ne pouvais pas la voir aussi souvent que je le souhaitais. Busan était loin d'être une ville qui pouvait se priver d'un policier tel que moi. Sans me vanter. C'était surtout à mon don que je pensais.
Voir les morts m'avais permis de trouver une piste sur un tueur en série. Il y avait eu beaucoup de meurtres dans différentes professions. Aucuns liens entre eux. L'enquête avait tourné en rond. J'avais réussi à trouver quelques âmes des défunts mais ils étaient tous traumatisés. Ils parlaient de regrets et de culpabilités. Peu importe qui était le meurtrier, il était manifestement une "victime" d'un système. Ce n'était à mes yeux pas une raison pour tuer des gens. Heureusement, celui d'un professeur avait survécu à l'attaque psychologique. Me murmurant le nom de Luo. J'avais immédiatement pensé à ce restaurant chinois. J'avais fait des recherches, appris que le plus jeune qui travaillait là bas était arrivé récemment à Busan. Les morts ne mentaient pas. Alors j'avais un suspect sur ma liste. Le restaurant était donc devenu mon terrain d'enquête. La mère était très gentille, savait elle que son fils était un assassin ?
Bref, j'étais devenu un client régulier, appréciant la cuisine qui était servie dans l'établissement et surtout la nourriture à emporter. Ce n'était pas bon pour mon régime quand j'y pensais. Mais il fallait bien des sacrifices pour apprendre à connaître son ennemi. C'était la raison pour laquelle je m'étais infiltré. Pas d'uniforme, rien du tout qui pouvait me compromettre. Pour eux j'étais un serveur au chômage. J'inspirai un bon coup et entrait dans le restaurant, entendant la clochette annoncer mon arrivée. Il n'avait pas fallu longtemps à l'ajumma pour venir m’accueillir avec un sourire. Je le lui rendais poliment avant que le suspect ne  vienne m'expliquer qu'il y avait un soucis avec le micro-onde manifestement.

- Bonsoir, non ça ne me dérange pas. Surtout si vous m'offrez la boisson

Déclarais je avec un petit sourire forcé. C'était vraiment une chance quelque part. J'allai pouvoir l'observer tout en mangeant. D'autant plus que j'étais le seul client. La chance était de mon côté aujourd'hui. J'allai donc prendre place à une table qu'on m'indiquais avant de me retrouver avec le menu entre les mains. Ah, encore le dilemme du choix. Tout me faisait envie à vrai dire, mais je n'aimais pas trop le piquant. Je n'avais pas que l'air fragile, j'avais aussi le goût sensible. J'ignorais combien de temps j'avais réfléchis, au moins cinq minutes avant de relever la tête pour finalement jeter mon dévolu sur soupe épaisse à base de viande d'agneau.

- Je vais prendre un Yáng ròu pào mó
© YOU_COMPLETE_MESS

_________________
Darkness eyes ✽
I feel the weight of the world
Weighing on my mind
I can't carry the earth
I'm not strong enough

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Luo Feng
Âge : 26
Occupation : Vengeance
Quartier : Busanjin
Situation : Fatalement célibataire
Don : Réflexes surdéveloppés
Niveau : 4
Multicompte : Kang Eun Ji
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1835-luo-feng-just-in-case-my-faith-
Mer 4 Avr - 14:51
Problème technique
Kyo Ji & Feng
J'aime voir ma mère comme ça. Toute contente ; pétillante. Pas qu'elle soit que malheureuse avec mon père, mais elle me paraît tellement jeune quand elle a ses petits plaisirs simples. Son petit client à la gueule d'ange ici, quel bonheur. Je ne faisais même pas attention à sa jolie frimousse à celui-à, tellement j'aime la voir comme ça. Ma mère occupe tout mon espace mental actuellement. Mais je me connecte à la réalité le temps d'un instant, prévenir son petit client mignon.

Chance. Il le prend avec le sourire. C'est un client conciliant. Dites donc, c'est que s'annonce être une bonne soirée. C'est clair que je lui ai fait un beau geste. Valait mieux pour ma mère que ce soit qui le fasse plutôt qu'elle ; je sens que mon paternel en va être très fâché, mais tant pis. Ils ont besoin de moi. Je lui réponds d'un hochement de tête. Ça lui va bien le sourire à ce client, je comprends ce que maman lui trouve ; cependant, ça me fait chier de ne pas pouvoir le lui rendre. De base, je ne suis pas quelqu'un qui très souriant, et depuis trois ans c'est vraiment au-dessus de mes forces...mais un regard bienveillant vaut mille sourires, je trouve.

Comme le « à emporter » est compromis, ce soir ce sera à la carte. Je cherche les cartes du regard ; mince, ça fait vraiment longtemps que je n'ai plus fait ça, où est-ce qu'ils les rangent déjà ? Ma maman magique m'en tend une après s'être retournée. Je la prends, zieutant vers le bas ; ah oui, à gauche de la compta'. J'ouvre un tiroir, et sors mon calepin et mon stylo. Instant nostalgique. Si je suis derrière le comptoir, c'est plus pour des papiers, de la manutention, des cas ce soir, tout sauf le couvert. Ça, c'est plus ma sœur. Elle aussi met la main à la pâte de temps en temps, comme c'est une fille elle est au service. Je viens donc vers lui, lui tendant la carte. En attendant, je prépare ma feuille, prêt à noter.


Il se sent vraiment tout seul pour le coup. Maman devait se rincer l’œil. Avant, j'aurai pété un câble et pressé le client méchamment ; aujourd'hui, je sais gérer ce laps de temps. Je regardais à l'extérieur, jauger le flux client ; ouais, pas grand monde. Mais je n'aime pas le peu de monde qu'il y a. Les deux en face, je ne les sens pas. 14k. Je les observais. Ils jetaient un coup d’œil de temps en temps sur nous, mais rencontrant mon regard, ils le détournaient le leur, puis rebelote. Qu'est-ce qu'ils veulent encore ? Mes parents ont payé ce mois-ci. Une minute...ont-ils tout payer ? Putain, j'espère que oui. S'ils ont refait le coup du mois dernier, ça va être compliqué de les défendre. A ce moment, je sentis le mouvement fluet de la carte juste avant qu'on la pose ; le client. Mon don me ramène sur terre avant lui. Je le regarde. J'hoche de la tête, et écris en sinogramme le nom de la soupe ; dîtes-moi, il a une bonne prononciation. C'est l'habitude ou... ?

- Yáng ròu pào mó. Petit temps. Bien. Vous le prononcez bien, c'est rare. Je vous le mets à quel nom ?

Le mandarin et les coréens...ai-je besoin d'en parler ? Les voyelles passent encore, mais alors les [zh], [s], [x], [r], [p], c'est un carnage...et quand on leur dit qu'il y a des tons, ça y est on les a perdu. C'est plus facile pour un chinois d'apprendre le coréen qu'un coréen d'apprendre le chinois. Vous comprenez qu'il m'étonne, notre client. Mais je pense qu'en fait, il a juste l'habitude de la maison, et qu'à force de l'entendre dans notre bouche, il a appris la prononciation. Rien de plus. C'était la raison la plus plausible, mais je demande quand même ; on n'est jamais à l'abri d'une bonne surprise. Peut-être avait-il voyagé en Chine ? Je le voyais bien étudiant. Attendez, si je me souviens ma mère m'en a parlé une fois de lui...il était quoi déjà ?

- Quelle boisson ? Voulez-vous qu'on ra...joute quelque chose ?

Parce que ce n'est pas le plat le plus épicé, on peut faire à la carte les menus, je lui propose donc. Le « rajoute » à rallonge, ce n'était pas voulu, ma bouche a trop suivi mes yeux. J'avais senti un mouvement, de l'extérieur ; mon regard est passé de mon client à eux -putain, ils viennent, ils vont rentrer- puis est revenu sur lui, le temps d'une question. Vie de merde. Ce n'est pas très professionnel ni très poli, je sais, mais qu'est-ce-que je peux y faire ? J'ai un don, je ne peux pas aller contre.
© YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Min Kyo Ji
Âge : 27
Occupation : fonctionnaire de police & bénévole au refuge pour animaux
Quartier : Gangseo
Situation : éternellement célibataire, mais il y a ce petit jeune, mon premier slow...
Don : Médiuminité. Je vois et parle aux morts
Niveau : 5
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1356-min-kyo-ji-i-believe-in-nothing
Dim 8 Avr - 21:12
Problème technique
Kyo Ji & Feng
Concentré sur ma carte, et surtout sur le choix du repas je n'avais pas fait attention à ce qui se tramait devant le restaurant. En même temps je ne pouvais pas deviner non plus que ces hommes faisaient partis d'un groupe de la mafia. C'était très loin d'être mon don, de deviner qui était qui. En plus si j'étais là c'était plus pour Luo Feng - et me remplir aussi le ventre avec un bon dîner. Finalement j'avais fini par me décider, prononçant le nom du plat sans aucun soucis. Mon petit suspect semblait surpris de cette prouesse. Est ce que beaucoup de ses clients le disait mal ? Je n'étais pas bilingue en chinois mais je me débrouillai un peu. J'étais bien plus doué en anglais par contre, au plus grand étonnement de mes comparses et des touristes non bridés. Ma passion pour la musique m'avais poussé en dehors des murs de la Corée avec sa K-pop et tout ce qui va avec. Il était donc tout naturel de vouloir savoir ce que les Occidentaux racontaient dans leur chanson. C'était comme ça que j'avais appris petit à petit du vocabulaire et aussi avec les séries comme Game Of Throne. Parler plusieurs langues étaient aussi très utiles pour pouvoir communiquer avec les fantômes. Vous ne pouvez pas savoir combien d'étrangers étaient morts à Busan ou à Séoul.
Pour ce qui était du mandarin, hé bien. C'était un peu pareil. Avec internet maintenant on pouvait apprendre tout. Enfin bref, j'étais tout de même assez fier de moi de n'avoir fait aucune faute de prononciation. Même si le compliment venait potentiellement d'un tueur en série. Je ne devais donc pas dévoiler ma vraie identité non plus.

- Appelez moi Miko

Glissais je avec un sourire et petit clin d'oeil. J'avais commencé avec ce surnom sur une autre affaire alors autant l'utiliser à nouveau. Même si c'était évident que ce n'était pas mon vrai nom. De toute manière on était dans un restaurant et pas dans un commissariat, il n'y avait donc aucune obligation à lui montrer ma carte d'identité. Pour ce qui était du clin d'oeil, c'était pour faire passer la pilule plus facilement. Ensuite, la boisson. Ah, encore un choix à faire. Je me grattais la tête. Juste de l'eau ? Ou une bière ?

- Une bière, s'il vous plaît

Je n'avais pas envie de passer pour quelqu'un d'ennuyant avec mon verre d'eau. Je n'avais pas besoin qu'on me rajoute quelque chose à mon plat. Si c'était bien de ce dont Luo avait parlé. C'était moi où il avait agit bizarrement ? En fait, il me paraissait anxieux. Est ce qu'il m'avais grillé ? C'était impossible. J'étais un vrai civile actuellement et je n'avais même pas mon arme planqué quelque part.

- Tout va bien ?

Finissais je par demander. Une inquiétude venant d'un client, ça pouvait aussi marquer des points. Même si mon sixième sens me soufflait qu'il se passait vraiment quelque chose. Instinctivement, je jetais un regard dehors. Plus exactement sur deux mecs et en deux secondes mon cerveau sonnait l'alerte. Ca sentait très très mauvais. J'ignorais ce qui allait se passer dans la seconde mais...j'étais prêt à me réfugier sous la table.
© YOU_COMPLETE_MESS

_________________
Darkness eyes ✽
I feel the weight of the world
Weighing on my mind
I can't carry the earth
I'm not strong enough



Dernière édition par Min Kyo Ji le Dim 15 Avr - 19:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Luo Feng
Âge : 26
Occupation : Vengeance
Quartier : Busanjin
Situation : Fatalement célibataire
Don : Réflexes surdéveloppés
Niveau : 4
Multicompte : Kang Eun Ji
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1835-luo-feng-just-in-case-my-faith-
Ven 13 Avr - 1:22
Problème technique
Kyo Ji & Feng
Sur le moment, il me fait sourire. Un sourire amusé. Comme si je n'avais pas compris. Miko. Vraiment, tu t'appelles Miko ? Mh ? Je te l'écris comme ça alors, si ça te fait plaisir. Un surnom et un clin d’œil. Je ne m'y attendais pas trop...mais j'aime bien. Il m'a l'air de cacher son jeu mon p'tit client. Sous son regard doux il a l'air espiègle, polisson mais tout en sympathie. Son p'tit clin d’œil n'avait rien de sexuel, juste enfantin. J'aime les gens comme ça : spontanés, avec un brun de folie. Il y a pleins de gens qui n'auraient pas saisi et qui seraient restés de marbre, pas moi ; malgré mon air apathique, j'ai tout gardé de mon sens de l'humour. Il y a juste pas grand chose ni pas grand monde qui me fait vibrer. A part des petites étincelles de vie comme ce que vient de faire ce gars.

- Une bière ? Très bien, Mi-ko, en détachant bien les syllabes de son « nom », les yeux rivés sur ma feuille. Et j'ai écris tout ça en souriant. Je la regarde à nouveau, plus malicieux. Et Miko a-t-il déjà voyagé en Chine ?

C'est que je l'aime bien, mon p'tit client.  Que voulez-vous, il me fait rire, il me met de bonne humeur. J'ai envie d’entrer dans son jeu. Il n'a pas précisé quelle bière, mais c'pas grave : il aime jouer, j'aime jouer. Je lui prévois une bière-surprise, il va aimer. Je pourrais très bien demander à maman qu'est-ce-qu'il prend d'habitude comme bière, mais ça gâcherait tout. En parlant de gâchis, eux ils gâchent ma bonhomie. J'entends la clochette sonner derrière nous. Magnifique. Adieu mon sourire, on se reverra le jour de mon enterrement. Mon mâchoire s'est serrée. Putain que j'ai pas envie de leur parler. Ils ont trouvé leur moment. Comble de tout, mon p'tit client est très empathique, il a capté derrière le mur de glace que je suis que ça n'allait pas. Je lève les yeux sur lui, un peu lourd ; ouais, ça me casse un peu les pieds.  

- Oui, oui, tout va bien. Ne vous en faîtes pas. Bougez pas. avec assurance...et un peu de baba cool qui peut passer pour du je-m'en-foutisme.

Et je lui tourne les talons illico. Il ne faut pas que le vernis craque. Papier et stylo dans ma main gauche, je m'avance fermement vers eux, qui sont déjà au comptoir. Ma mère avait déjà reculé, et semblait prête à prendre la poudre d'escampette en cuisine ; les saligots, ils ont dû échangés deux-trois mots de menace derrière mon dos. Tellement facile d'impressionner une femme. En croisant son regard, je me rends compte qu'elle me fixait urgemment depuis tout à l'heure. L'un devait avoir mon âge, et l'autre facilement dix ans de plus que moi. Jeans et blousons en cuir ; comme beaucoup de mafieux ils ont l'air comme monsieur tout-le-monde, mais l'attitude ne trompe pas. Je ne connais pas bien le plus jeune, mais le vioc' oui. Je vais tout droit vers lui : c'est lui qui taxe mes parents depuis des années.

- * Un souci ? Y a des zéros manquants ? à voix basse, hostile.
- Et pas que petit, et pas que. mi-sarcastique, la voix graveleuse du vieux fumeur.

Il y a un temps où on se regarde. Il y a de la tension. On parle pas pour le moment, mais ça ne sert pas à grand chose : de un on ne va pas tarder à hausser le ton, de deux il n'y a personne ce soir...ça résonne donc très bien, « Miko » nous entend normalement.

- Regarde, c'est pas facile en ce moment, c'est la période creuse..
- Comme le mois dernier.
- Ça va venir.
- Oui, après le déluge ?
- Je te dis que ça va venir.
- Luo , durement, arrête de m'endormir. Ta famille est en tort, tu le sais, c'est toujours la même histoire quand ils ne sont pas réglos ! Alors soit tu ramènes ton père, soit tu prends d'ici , en frappant fort la caisse, tu te démerdes mais me faut quelque chose ! Vite !

- Hey, qu'est-ce qu'il fout l'autre ?

Je ne l’écoutais plus à la fin, mes sens m'ont orienté vers son médore qui fait n'importe quoi. Pourquoi il va vers notre client là ? J'avais senti qu'il était allé derrière moi, comme tout bon lâche ; mais non, faisons un truc encore plus rabaissant, allons intimider les gens lambdas. Je me doute de ce qu'il va faire : soit l'agresser, soit le racketter lui (ben oui notre argent c'est d'abord celui des clients), soit lui casser la table, soit plusieurs de ces possibilités à la fois. Bref, il faut que j'agisse. Ni une ni deux, je laisse le vieux qui m'interpelle ; je l'ignore, je continue ma route pour poser ma main fermement sur la table de Miko, m'interposant entre lui et l'abruti qui était déjà trop près. Échange de regard. Je lui sussure entre mes dents.

- Dehors.

* :
 
© YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Min Kyo Ji
Âge : 27
Occupation : fonctionnaire de police & bénévole au refuge pour animaux
Quartier : Gangseo
Situation : éternellement célibataire, mais il y a ce petit jeune, mon premier slow...
Don : Médiuminité. Je vois et parle aux morts
Niveau : 5
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1356-min-kyo-ji-i-believe-in-nothing
Dim 15 Avr - 19:47
Problème technique
Kyo Ji & Feng
Mon surnom prononcé ainsi, me paraissait encore plus ridicule. Il faudrait un jour que je pense à aller voir mes collègues chargé de l'infiltration pour qu'ils me fasse une fausse identité. Ca pouvait toujours servir en cas d'improvisation. Enfin bon, maintenant c'était trop tard pour le rôle que j'avais endossé avec le fameux Luo Feng. Maintenant j'étais "Miko" pour lui, et ma foi, ce petit nom semblait lui plaire. Etant donné le sourire qui était affiché sur son visage. C'était un bon point pour l'approche, le contact s'était bien passé. Pour une fois. C'était dingue quand même que mon vrai moi n'arrivais pas à se familiariser aussi aisément avec les autres. Est ce qu'il aurait fallu que je joue la comédie toute ma vie pour qu'elle soit rempli d'être vivants ? C'était un peu triste. Que peu de personnes arrivent à m'apprécier pour ce que j'étais.

- Malheureusement non...mais j'aimerai bien y aller un jour

Ca c'était la vérité. J'avais toujours eu envie de voyager mais je n'avais jamais le temps ou tout simplement pas les moyens de me payer un biller d'avion. La vie en Corée était chère et je n'avais pas le luxe de pouvoir dépenser dans des billets. Je ne pouvais que voyager à travers les films. Ou les images sur internet. Bien évidemment, il y avait aussi mon travail. Qui est ce qui s'occuperait des affaires dont personnes ne voulaient si je prenais plusieurs jours de congés ? Personne. Et les morts aussi s'ennuieraient sans moi.
Notre conversation aurait pu continuer ainsi gentiment. Mais deux lascars avaient manifestement décidés de saccager mon plan. Même si ce n'était surement pas moi qu'ils étaient venu voir. Luo me disait que tout allait bien mais je n'étais pas sourd ni aveugle. Clairement, ces hommes n'étaient pas les bienvenues dans ce restaurant. Génial. Je n'aimais pas me battre, alors je préférerais éviter de devoir me joindre à une quelconque baston. En gentil client, j'étais resté sur ma chaise, suivant la conversation qui avait lieu en mandarin. Je ne parlais pas couramment cette langue mais les images suffisaient pour me faire comprendre qu'il y avait de la tension dans l'air et que manifestement mon suspect n'avais pas rempli le contrat - ou tout autre chose vu comment son interlocuteur était en colère.
Son compatriote avait ceci dit décidé de faire son petit malin et de s'approcher de ma table. Qu'est ce que je devais faire ? Paraître effrayé ou non ? Après tout il avait pas l'air commode celui là. Pour le moment je ne faisais que le fixer d'un air las et ennuyé. Oui, c'était bien le mot. Cette petite scène m'agaçait un peu. Ce n'était pas prévu dans mon menu. Je me préparais à toute éventualité. Prêt aussi à me défendre avec pourquoi pas la chaise d'à côté. Enfin ça c'était avant que Luo ne s'interpose entre le baraqué et moi. Donnant l'ordre à l'autre de sortir.
Là, j'étais censé le regarder avec des étoiles dans les yeux en mode "mon héros !!!" ? Ou bien ? Je me retenais de rire, de mes propres pensées.

- On ne met pas dehors des clients voyons...Visiblement ce monsieur voulait manger avec moi. Que puis je y faire ? Je suis trop gentil pour refuser une invitation

Déclarais je en posant doucement ma main sur celle de Luo qui était sur la table. Décontenancé l'adversaire par des propos bizarre, c'était mon domaine de prédilection. A force de parler avec les morts, on entendait de tout. Et souvent les personnes avaient peur des fous, et disparaissaient presque en fuyant.

- Il n'y a aucune raison de se battre

Rajoutais en mandarin avec un petit sourire. Me remémorant les films pour dire quelque chose. Bon ça devait pas être la version la plus polie qui soit mais, ces abrutis allaient peut être croire que j'avais tous compris de leur conversation. Ce qui faisait de moi un public et un témoin en cas de bataille. J'avais décidément tous les bons rôles ce soir.
© YOU_COMPLETE_MESS

_________________
Darkness eyes ✽
I feel the weight of the world
Weighing on my mind
I can't carry the earth
I'm not strong enough

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Luo Feng
Âge : 26
Occupation : Vengeance
Quartier : Busanjin
Situation : Fatalement célibataire
Don : Réflexes surdéveloppés
Niveau : 4
Multicompte : Kang Eun Ji
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1835-luo-feng-just-in-case-my-faith-
Mer 25 Avr - 23:08
Problème technique
Kyo Ji & Feng

« Malheureusement non...mais j'aimerais bien y aller un jour. » Ô Seigneur, il vient de résumer l'un de mes regrets les plus secrets ; l'intonation, le ton, l'idée, tout était là. Un point commun pareil, s'en était fou. La Chine...je l'ai vécue qu'à travers les mots de mes parents. Je savais que toute ma grande famille y était, que j'avais mille et unes tantes et oncles, une infinité de cousins...que je n'ai jamais vus. Pour raisons économiques. Pour nous, comme pour eux. La pauvreté, vraiment, c'est héréditaire. Et qu'il est triste de voir que l'expatriation n'en guérisse pas.

Enfin, il y aura plus triste que cela dans pas longtemps. Hors de question. Ils peuvent fracasser n'importe quoi dans le restaurant, les tables, les chaises, les murs, on s'en fout on remontera tout ou on bricolera quoi qu'il arrive, mais les clients, ce n'est même pas envisageable. Vous allez me dire, c'est l'hôpital qui se fout de la charité vu que je l'ai moi-même fait sans problème de conscience à une époque, m'en prendre aux civils proches du mauvais payeur...oui, okay, mais c'est normal, de changer d'avis quand vous êtes de l'autre côté. Du bon côté. C'est donc en bon commerçant que j'ai dis à l'indésirable de quitter les lieux, sur le ton qu'il faut, et laisser tranquilles les clients corrects comme monsieur Miko ici présent assis à cette table. Je le fixai, mauvais. Je n'avais plus envie de discuter. Si l'autre a le malheur de me répondre, je vais le dégager de là avec une rage folle dont il ne s'attendait pas...mais c'est l'improbable qui se produisit.

Mon client, qui pose sa main -chaud- sur la mienne, et qui me sort...un truc totalement what the fuck, complètement à côté de la plaque. Ça nous surprend un peu sur le moment, prenant deux réactions opposées. Pauvre Miko, ça se voit qu'il n'a rien compris...sa candeur me fait un peu de peine, vu que je sais tout ce qu'il y a derrière. Alors que l'autre est en train de pouffer de rire, je le regarde avec pitié...non Miko, il ne veut pas manger avec toi, et si tu savais. Putain, tu sais que t'as perdu une occasion de te taire-là ? Pourquoi je suis méchant d'un coup ? Parce que ce qu'il vient de rajouter pèse lourd dans la balance. Le mafieux et moi lui jetons notre regard en même temps, sous la surprise de ses propos : Miko, tu sais parler chinois...tu nous as très bien compris, alors bordel pourquoi tu le fais savoir si tu sais ce qu'ils sont ?! Encore un Dae Sung qui a grandi chez les Télétubbies, qui croit qu'on règle tout sans violence en faisant...en faisant je-sais-pas quoi ! Mais d'où ils sortent ces mecs sans couilles ?!

Il y a un instant de silence entre nous. Mon visage reste marbre, mais la confusion se voit dans mes yeux. Moi et l'autre grand con -qui s'est arrêté net de rire- nous nous échangeons un regard ; lui aussi se dit la même chose. Un témoin, un civil dans les pattes. Ça faisait très longtemps que je ne m'étais retrouvé dans ce genre de situation. Et à Séoul, on ne cherchait pas longtemps quoi en faire : si c'est un homme on le tue et on garde le corps, si c'est une femme ou un gosse, on les refile à un trafiquant, comme le corps de l'homme. Trafic humain, proxénétisme, prostitution infantile, trafic d'organes, sans laisser de traces ils finissent tous dans nos affaires. Ah, je ne sais pas quoi dire...et sa main est toute mignonne, toute douce, fine avec de longs doigts, comme ceux d'un pianiste. Elle me déconcentre. Sans m'en rendre compte, j'étais en train de la regarder quand l'autre fdp prit la parole.

- Il a raison. Mettre dehors un client, enfin Luo. Fis l'autre, avec un sourire narquois en me fixant. Il s'asseoit à la table de Miko.
- Ben Luo enfin, qu'est-ce qui t’arrive ! Voilà l'autre qui se ramène et qui prend place, faussement enthousiaste lui aussi, avec son accent pourri. C'est comme chez nous ici. Allez, amène la carte, qu'est-ce-qu'il y a à manger ce soir ?

Mon regard passe lentement de l'un à l'autre, de l'autre à Miko, de Miko à...putain j'ai envie de les tarter tous les trois. A quoi ils jouent ? Ils se sont passés le mot ou ? Ils ont l'air bien cons comme ça. Allez tous vous faire foutre, j'ai envie de leur dire. Je regarde au loin ma mère. Elle n'est pas sereine. Papa, qu'est-ce-que t'as fait encore. Sans violence, je retire doucement la main de Miko avec la mienne, la posant gentiment à côté -cette petite main, on dirait presque celle d'une femme- et baisse poliment la tête face à notre client avant de les laisser. Je ne sais pas quoi dans quel délire ils se sont embarqués tous les trois, mais moi je vais craquer et perdre mon calme, alors ça ne sert rien. Je reviens vers ma mère, et lui dit le nom de la soupe qu'il a commandé. Je pose le calepin et le stylo en vrac dans un casier du comptoir, rapidement, et je reprends ma veste que j'avais posé en-dessous. Je la remets, je prends mon paquet de clopes dans ma poche machinalement et je fonce droit vers la sortie.

- Où tu vas comme ça ?
- Luo, tu nous quittes déjà ? 

Bande de fils de',  et ça fait de la provoc'. Vous aurez que mon silence méprisant, je les ignore donc tous les droit et  sors sans dire à revoir à personne. Je sais ce que va faire ma mère : aller en cuisine, voir mon père, pour lui expliquer ce qui se passe en salle. Pour le moment ils ne m'ont rien dit, donc je ne veux pas me mêler de leurs affaires. Je ne vais pas loin en fait : je reste près de l'entrée du resto', juste à côté du dragon de droite. Là, je prends une clope en bouche et je me l'allume, gardant un œil sur l'intérieur. Ce n'est pas très sur ce que je suis en train de faire, mais en fait si. On est à Busan, pas à Séoul. Quand il y a un mort ou une agression, c'est beaucoup plus visible. Ils doivent me voir d'où ils sont : ça doit leur rappeler qu'ils sont exposés au jour. Normalement ils ne devraient rien faire au petit Miko. Même si je suis de dos à eux, je garde un œil sur eux. Je fume et j'attends. Si mon père arrive, tout va se régler derrière le resto, s'il fait son faible...deux scénarii se dessinent. Impatients, énervés d'avoir attendu, soit ils s'en vont en jurant, soit ils cassent tout et reviennent me chercher des noises pour me casser les dents. Tous les cas valaient mieux que moi qui reste à l'intérieur : si ça ne tenait qu'à moi, là, je les emplâtrai tous, un par un. Et ce sera avec mes parents que j'aurai des problèmes.
© YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Min Kyo Ji
Âge : 27
Occupation : fonctionnaire de police & bénévole au refuge pour animaux
Quartier : Gangseo
Situation : éternellement célibataire, mais il y a ce petit jeune, mon premier slow...
Don : Médiuminité. Je vois et parle aux morts
Niveau : 5
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1356-min-kyo-ji-i-believe-in-nothing
Ven 4 Mai - 19:14
Problème technique
Kyo Ji & Feng
J'étais le roi pour me mettre dans des mauvaises situations. Ou alors la vie m'en voulait, je ne savais pas trop. En tout les cas, j'avais un don pour me mettre à dos les personnes qu'il ne fallait pas. Après la mafia coréenne, j'allai aussi avoir des embrouilles avec des chinois. Ce qui était beaucoup plus difficile à gérer étant donné que je ne parlais pas vraiment mandarin. Du coup, j'aurai surement dû continuer à faire mon ignorant plutôt que de leur dire que ce n'était pas le moment de se battre. Je m'étais donc attendu à me retrouver six pieds sous terre, mais pas du tout. L'un des deux hommes s'étaient assis à ma table rejoint deux secondes après par son camarade. Ok, je ne comprenais pas tout ce qui se passait en fait. A croire qu'ils avaient pris à la lettre ce que j'avais dit en premier. Visiblement ce retournement n'avais pas plus à Feng. Il avait doucement déplacé la main sur la table, comme si elle était en verre avant de quitter le restaurant sous la moquerie des deux lascars. Non mais il avait vraiment l'intention de laisser un pauvre client avec des délinquants ? Manifestement oui, même si je voyais qu'il était juste devant la porte, dehors. Je regardais les deux types qui étaient encore en train de se moquer de Feng. J'ignorais ce qui se passait, pourquoi ils étaient venu ici mais mon instinct de policier sonnait l'alarme. Je devais cela dit me contrôler car je n'étais qu'un simple civil actuellement.

- Pourquoi vous avez été méchant avec lui ? Feng est gentil, et susceptible

Je faisais genre que je le connaissais depuis des années alors que ce n'était pas du tout le cas. Mais je devais rester dans mon rôle d'innocent. Même si mes interlocuteurs n'en avaient surement rien à faire de mes histoires. Je devais les faire partir du restaurant, pour que Feng revienne à l'intérieur afin que je puisse continuer mon analyse. En tout les cas, ces mecs allaient pas attendre gentiment que le fils revienne. Un oeil sur la mère qui essayait de cacher ses tremblements, me faisait frémir légèrement de colère. La pauvre. Si elle savait que la chair de son sang était un meurtrier.

- Je vais le chercher

Déclarais je après quelques instants de réflexions. Je n'avais trouvé aucune solution pour me sortir de là, sans avoir à mettre en péril ma couverture. J'avais donc pensé que le plus simple était d'aller voir directement Luo pour avoir des informations. Je m'étais donc levé et alors que je commençais à m'éloigner de la table, je sentais qu'on m'avais attrapé par le poignet. Ce geste m'avais stoppé et j'avais tourné un regard glacial vers l'un des deux hommes qui avait osé me toucher. Manifestement il ne s'était pas attendu à ça, sa prise s'était légèrement dé-serré de surprise. L'effet de surprise m'avais permis de récupérer mon petit poignet et de continuer ma route à un rythme plus rapide au cas où. C'était comme un soulagement, après être arrivé dehors en un seul morceau. Feng était en train de fumer.

- Vous êtes vraiment sans coeur pour m'avoir laissé avec ces deux idiots

Il avait sérieusement penser que j'étais naïf, au point de vouloir vraiment manger avec eux ? J'avais juste endossé ce rôle pour pas finir avec un couteau sous la gorge.

© YOU_COMPLETE_MESS

_________________
Darkness eyes ✽
I feel the weight of the world
Weighing on my mind
I can't carry the earth
I'm not strong enough

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Luo Feng
Âge : 26
Occupation : Vengeance
Quartier : Busanjin
Situation : Fatalement célibataire
Don : Réflexes surdéveloppés
Niveau : 4
Multicompte : Kang Eun Ji
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1835-luo-feng-just-in-case-my-faith-
Lun 7 Mai - 1:38
Problème technique
Kyo Ji & Feng
De l'extérieur, je jetais de temps en temps un regard à l'intérieur. Papa, je t'adore, mais t'es vraiment chiant là. Quand ils s'imposent comme ça, c'est qu'il y a un versement urgent qu'il n'a pas fait. Vous vous doutez que ça ne pouvait pas être ma mère qui s'occupe de ça, mais je reconnais la patience de mon paternel pour s'occuper de tout ce qui est papier, gestion en général. Je le suis moins sur ça. Je sais aussi qu'on est dans la période creuse pour les restaurateurs. Vivement que les beaux jours arrivent, ils n'auront plus de soucis de ce genre.

Ma foi, ils ont l'air pas trop mal tous les trois. Je vois qu'ils se font un peu la conversation, c'est cool pour eux. Evidemment, je n'entendais rien, entre la vitre et la circulation, mais je pouvais lire un peu sur leurs lèvres. Miko pose une question, je distingue mon nom, il dit "gentil"...le plus vieux lui répond un truc aussi, que je comprends mieux. C'est fou comment nous les chinois avons tous la même manière de parler ; on n'a pas forcément d'accent, mais on prononce de la même manière certains mots, on met la même intonation dans les phrases, avec cette fâcheuse tendance à parler vite. Il lui dit en gros qu'il me connaît aussi, depuis longtemps...et une analyse un peu correcte de moi*. En même temps il me connaît depuis que je suis petit, c'est normal qu'il m'ait bien cerné depuis le temps. Juste qu'aujourd'hui, je n'aurais plus la force de m'emporter comme avant, mais ça il n'est pas censé le savoir.

Et merde, le client est en train de se lever...une vente en moins. Déprimant. Je me retourne pour ne pas voir ça. Je pense que je vais partir après, j'ai pas envie de me faire engueuler pour rien quand mon père va voir ça. Dans le fond, ce n'est pas ma faute, je suis juste là pour aider. Je reprends une bouffée pour digérer cette pensée, quand j'entends sa voix m'interpeller. Je ne le regarde pas de suite, pour ne pas l'enfumer.

- Mais non, regardez,  je suis là, avec un petit sourire malin en le regardant.

Mon côté baratineur qui ressort, et que je n'assume pas. Jamais aimé ça, jamais aimé ceux qui s'y adonnent allègrement et à outrance, mais je suis terriblement doué pour ça. Malheureusement pour moi, je suis doué pour les trucs les plus sales qui soient. Il y eut un petit silence. Qu'est-ce que je pouvais lui dire ? Il sait ce qu'ils sont, que le restaurant est mouillé, qu'il n'est pas sûr...je ne voyais pas trop d'arguments rassurants sur le moment, et c'était un peu malaisant ce qui venait de se passer. Je sais que ce n'est pas la première fois qu'il en voit, qu'il a déjà assisté à leurs visites, mais jamais il y a eu d'échange avec nos clients jusqu'à ce soir. Je me lance quand même, à quoi bon éviter le sujet ? Il devait se poser quelques questions quand même

- Je suis désolé, ce n'était pas prévu, ils passent un peu comme ils veulent, ces racailles... en le regardant ...mais s'il-vous-plaît, la prochaine fois ne leur parlez surtout pas. On ne sait pas ce qu'ils ont derrière la tête. D'accord ? Je mets ma clope en bouche et fouille dans ma poche ; je sors mon paquet et je lui tends en le regardant. T'en veux une ? On peut se tutoyer, on doit avoir le même âge.

Ouais non, pas du tout Feng, c'est évident qu'il est beaucoup plus jeune que toi, mais c'est pas grave. Je le vois bien début de la vingtaine, étant chinois je n'ai pas totalement intégré le concept de "hyung" et toutes ces conneries de respect de l'aîné. Pour moi, être dans la vingtaine c'est la même jeunesse, c'est pareil. Je continue, mais en reprenant mon mandarin.

- Tu parles chinois alors. Tu l'as étudié ? Qu'est-ce qui te plaît dans la langue ?

Je ne suis pas curieux de nature, du tout, c'est juste qu'avec lui le courant passe bien. Il est très sympathique. Je vais peut-être réussir à le faire rester, même si je m'en fiche dans le fond. Ça fait belle lurette que tout ce qui est argent m'est superficiel. Je le fais pour profiter de la soirée avec lui ; on s'est souvent croisé en fait, j'ai l'ai déjà servi plusieurs fois, mais on n'a jamais trop eu l'occasion d'avoir une vraie conversation.

La phrase du mafieux :
 

© YOU_COMPLETE_MESS


Dernière édition par Luo Feng le Dim 20 Mai - 21:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Min Kyo Ji
Âge : 27
Occupation : fonctionnaire de police & bénévole au refuge pour animaux
Quartier : Gangseo
Situation : éternellement célibataire, mais il y a ce petit jeune, mon premier slow...
Don : Médiuminité. Je vois et parle aux morts
Niveau : 5
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1356-min-kyo-ji-i-believe-in-nothing
Dim 13 Mai - 20:34
Problème technique
Kyo Ji & Feng
J'avais en effet remarqué que Feng n'était pas du genre à garder son sang froid. Sa réaction quand les deux hommes étaient entrés dans mon délire le démontrait. Cela dit, au fond, le jeune chinois était gentil. Avec sa famille. Mais il restait cependant un meurtrier. Je me demandais si c'était une bonne idée de le mettre derrière les barreaux. Visiblement il protégeait ses parents et ce restaurant des deux colosses. De quoi ? Je ne savais pas. D'argent surement. C'était ce que les groupes illégaux venaient réclamer le plus souvent. Surement que ma présence avait éviter que le bâtiment se retrouve sens dessus dessous.
J'avais fini par sortir du restaurant pour aller chercher Feng. Ce dernier était tranquillement en train de fumer et je lui reprochais de m'avoir laissé tout seul à table avec les "méchants". Il me rétorquait qu'il était bien là. Une léger rictus venait déformer mes lèvres face à cette petite "blague".

- Et qu'est ce que vous auriez fait si ils avaient essayé de me voler mon argent ?

Rétorquais je. Même si ils auraient été fort déçu en voyant ce que j'avais dans mes poches. Clairement, une grosse perte de temps pour eux. Feng avait enfin finit par s'excuser, pour le dérangement et ce qui s'était passé avec les deux mecs. Je jetais un rapide coup d'oeil à l'intérieur. Ils étaient partie dans une consommation de boisson visiblement.

- Je suis intervenu parce que j'avais senti que vous aviez des problèmes

Sans ça, je ne l'aurai pas aidé. Etait ce étrange d'ailleurs de secourir un criminel ? Surement. Son ton suppliant était cela dit, quelque part touchant. Et je lui avais lancé un petit sourire. Il me proposait même une cigarette. J'avais laissé un petit rire m'échapper en l'entendant dire que l'on devait avoir le même âge.

- Va pour le tutoiement, merci pour la cigarette

Déclarais je tout en en prenant une dans le paquet avant de l'allumer. Je n'étais pas un gros fumeur, mais parfois ça m'arrivais de m'en tirer une. Pour me fondre dans la masse par exemple. Dire qu'une cigarette pouvait rapprocher n'était pas un mensonge. Un langage connu venait soudainement me chatouiller les oreilles. Je fixais Feng, qui m'avais visiblement parlé dans sa langue natale. Zut, est ce qu'il avait vraiment pensé que j'étais polyglotte ? En vérité, j'avais saisi deux trois mots dans ce qu'il venait de me dire. C'était assez gênant.

- Je...je ne parle pas couramment mandarin...j'ai juste compris avec les gestes tout à l'heure...Je ne sais pas du tout de quoi vous avez parlé...

Le pauvre. Ils s'étaient fait une mauvaise image de moi. Cela dit elle était fausse depuis le départ vu que Feng pensait que j'étais un simple consommateur.
© YOU_COMPLETE_MESS

_________________
Darkness eyes ✽
I feel the weight of the world
Weighing on my mind
I can't carry the earth
I'm not strong enough

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Luo Feng
Âge : 26
Occupation : Vengeance
Quartier : Busanjin
Situation : Fatalement célibataire
Don : Réflexes surdéveloppés
Niveau : 4
Multicompte : Kang Eun Ji
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1835-luo-feng-just-in-case-my-faith-
Dim 20 Mai - 21:36
Problème technique
Kyo Ji & Feng
En parlant avec lui, j'essayais de me souvenir de ce que m'avait dit ma mère sur lui. C'était certain qu'il ne s'appelait pas "Miko", évidemment. Ça devait remonter pour que je m'en souvienne pas, j'ai bonne mémoire habituellement...habituellement. Je crois qu'il recherche du travail, ou recherchait...je ne sais plus. Non, je ne m'en souviens vraiment plus. Il n'y a que son visage qui me revienne. Son visage jeune. Mince et clair. Le genre de visage que les filles trouvent "so kawaiiii", "kyoptaaa"...mon opposé, quoi. Ça se voyait que de caractère, nous n'étions pas pareils. Il n'a pas mal pris ma "blague" d'ailleurs, vous voyez. A sa place, je l'aurais rembarré méchamment en l'insultant ce pauv' con qui fume. Il a un peu de réparti quand même, mais c'est un gentil. Tellement que je continue sur cette lignée.

- Je ne leur aurais même pas laissé le temps de le faire, avec un léger sourire en coin en le regardant.

S'il le prend bien, pourquoi pas continuer ? Je sens que le courant passe bien, vraiment. Je pense qu'on peut rigoler avec lui ; mais il m’excusera, je ne rigole plus depuis des mois. Mon humour n'a pas disparu, mais je n'en ai ni l'envie ni la force. C'est comme sourire, c'est trop. Trop...je crois qu'il a dit la phrase de trop, encore. Sérieux, il comptait vraiment m'aider ? Lui et son physique de faible, c'est une blague ? Je ne dis rien sur ça, le regardant de haut sur le moment -lui, m'aider, c'est invraisemblable- non je ne le remercie pas, sa volonté et son intervention étaient parfaitement inutiles. Lui me remercie pour la clope, il y avait intérêt ; ça fait péter un câble, le manque de respect. Il l'allume, il fume lui a aussi ; super, parlons de quelque chose de plus sympa, de plus intéressant maintenant. Et là...déception totale. J'ai un blanc sur le coup. Mais mec, arrête ça, arrête...désolé Miko, là je suis obligé de te regarder mal, de te toiser très hautainement.

- Okay...excusez-moi, je tire sur ma clope avant de lui répondre, le regard sur la route ; moment de vide dans ma tête pour la garder froide. Je reprends, la voix très calme, même assez bienveillante. J'ai l'impression que c'est ça ton problème : tu parles trop. Du moins, pas pour des choses intelligentes. Je le regarde à nouveau. Tu ne connais pas nos histoires, tu ne connais pas ces types, tu ne peux pas te mêler dans quelque chose...dont tu ne connais pas le fond, tu vois ce que je veux dire ? C'est gentil d'aider, d'aider les autres en général, mais là...tu ne sais pas dans quoi tu vas...il pourrait vraiment t'arriver quelque chose bêtement, surtout si en plus tu joues un rôle que tu ne peux pas tenir...là oui. C'est gentil, mais comment te dire... je mets la clope dans la bouche pour laisser mes mains libres de mimer. Si j'ai besoin d'aide, de quelqu'un : je demanderais. Tu vois ? Oui bon ça c'est faux, en vrai je préfère crever que de demander de l'aide à qui ce soit, mais passons. Et nous, chinois, on est un peu tous comme ça  : en plus, eux là-bas, ils le prendraient mal qu'un "étranger" s'en mêle.

Je cherche un peu mes mots, je suis peut-être un peu lourd avec mes explications à rallonge, mais j'essaye d'être le plus compréhensif possible. Je ne me voyais mal lui dire ma pensée à l'état brute (soit : non merci, j'en veux pas de ton aide, tu sers à rien) alors j'essaye de trouver la meilleure manière de lui expliquer sans l'offenser. Je respecte quand même son courage, de vouloir passer outre son physique pour malgré tout rendre service...mais je sais que la réalité l'allongera sec. J'aime bien les gens comme lui, dévoués ; dans mon monde parfait je voudrais que tout le monde soit comme lui ; mais la vie est une pute, je me sens responsable de le prévenir.

- Enfin, ce n'est pas grave...Miko. Dans un petit sourire à son surnom. Changement de sujet, plus léger. A part ça, qu'est-ce que tu fais dans la vie ? Tu recherchais du travail à un moment, il me semble.
© YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Min Kyo Ji
Âge : 27
Occupation : fonctionnaire de police & bénévole au refuge pour animaux
Quartier : Gangseo
Situation : éternellement célibataire, mais il y a ce petit jeune, mon premier slow...
Don : Médiuminité. Je vois et parle aux morts
Niveau : 5
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1356-min-kyo-ji-i-believe-in-nothing
Mer 23 Mai - 19:51
Problème technique
Kyo Ji & Feng
On ne pouvait pas reprocher à Feng de ne pas être confiant. Cela dit je doutais fortement que de là où il était, il aurait pu empêcher les deux autres de me maltraiter. A moins d'avoir la Speedforce ou de se découper en deux. Mais d'un côté, c'était touchant qu'un mec qui se disait vilain soit autant préoccupé par le sort des clients. Ce n'était pas comme si j'étais un élément important - vu mon portefeuille. Je ne dépensais pas des milles et des cents dans leur restaurant.

- J'ai donc loupé Superman en action

Rétorquais je en lui rendant son sourire en coin. Il n'y avait aucun mal à plaisanter avec un criminel n'est ce pas ? Tout ceci n'était qu'un stratagème pour me rapprocher de lui et gagner sa confiance. Je ne comptais pas non plus sur des aveux - il fallait être idiot pour dévoiler ses sombres secrets à qui que se soit. Et puis étonnamment, Feng était aussi généreux en me proposant une cigarette. Finalement, même sans le connaître, ce que j'avais dit à ces gars n'était pas totalement faux. Il n'était pas que rempli de noirceur. J'ignorais toujours pourquoi il avait tué ce pauvre mec - le seul témoin mort qui avait encore toute sa tête. Je commençais à apprécier le chinois malgré moi...enfin ça c'était avant qu'il me traite de boulet. Ses reproches n'étaient pas fait dans le demi-mesure. Si il savait que Miko était en réalité un flic qui en avait après ses fesses...Cela dit, je n'appréciais pas pour autant d'être traité comme ça - alors que j'avais éviter une guerre dans son restaurant. Si je n'étais pas intervenue, quelqu'un d'autre en aurait eu pour sa poire et je voyais bien la pauvre Madame Luo en victime.

- Je ne connais pas vos histoires, c'est vrai mais je ne suis pas idiot. J'ai très bien vu qu'ils n'étaient pas là parce que tu as oublié de payer des fleurs...Peut être que tu penses que tu peux te débrouiller tout seul, c'est ton droit - mais pense un instant à ta mère. Je les ai distrait - que ça te plaise ou non - pour éviter que ta famille ait à payer des frais de réparations - en plus d'un micro-onde

Rétorquais je en croisant les bras. J'étais légèrement agacé par ce petit con prétentieux maintenant. Même si après il certifiait que ce n'était pas grave, je n'avais pas l'intention de laisser couler.

- Pourquoi ? Si je te dis que je suis toujours sans emploi tu va me dire que je suis un incapable ?

Je soupirai, essayant de me calmer. Bientôt je pourrais le regarder à travers les barreaux et on verra bien à ce moment là, qui était le plus incapable des deux.

- J'étais serveur avant, à Séoul. Mais je ne trouve aucun café à Busan qui en cherche un. Ils préfèrent engager des filles ou des étudiants

Bien évidemment, c'était un mensonge - pour la partie embauche. J'avais vraiment été serveur avant d'être policier. Finissant ma cigarette, je l'écrasai avant de la jeter dans la poubelle juste à côté. Juste le temps de voir arriver l'un des gros bonhommes à la porte du restaurant et de manquer de faire une attaque lorsqu'il s’était mis à cogner la vitre de ses grosses mains. Casse là, aussi pendant que tu y es. J'allai me faire un plaisir d'envoyer un portrait robot de ces types à mes collègues demain tiens.

- Tes copains s'impatientent. Tu veux faire ta guerre ou bien me laisser agiter la drapeau blanc ?
© YOU_COMPLETE_MESS

_________________
Darkness eyes ✽
I feel the weight of the world
Weighing on my mind
I can't carry the earth
I'm not strong enough

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Luo Feng
Âge : 26
Occupation : Vengeance
Quartier : Busanjin
Situation : Fatalement célibataire
Don : Réflexes surdéveloppés
Niveau : 4
Multicompte : Kang Eun Ji
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1835-luo-feng-just-in-case-my-faith-
Lun 18 Juin - 21:59
Problème technique
Kyo Ji & Feng

"Superman en action"...voilà, c'est tout à fait ça, Miko. Il me fit un peu plus sourire. Il a de l'humour, j'aime ça. Il accepte ensuite ma cigarette, bon point aussi ; il boit, il fume, il aime s'amuser. Je commence à bien l'aimer. A défaut d'avoir de la force, c'est un gars sympa...et de confiance. Il faut être sacrément courageux -non, juste téméraire- pour se mouiller à des affaires louches juste pour aider des connaissances, alors je pense qu'on peut compter sur lui. Dire qu'à une époque ancienne, j'étais comme lui...le sourire en moins, la force en plus, mais ces valeurs-là. J'étais ainsi quand j'étudiais, quand j'étais avec Hyun Su...pour lui, j'aurais tout pris.

Mais à la différence de Miko, moi j'ai le physique. Okay, je ne suis plus ce que j'étais, mais même affaibli en force je vaux dix Mikos. Sans vous méprendre, j'en ai dans le coffre, et c'est juste la vérité. J'essayais de lui faire passer le message discrètement, sans être vexant, chose très difficile pour ma part ; je me connais, je suis trop cash, les gens me prennent tout le temps au premier degré. Ce n'est pas ma faute, je suis comme ça. On m'a appris à être comme ça. Au premier abord, je crus qu'il ne l'avait pas trop mal pris. Il reconnaît qu'il ne nous connaît pas, mais vite je sens qu'il a été pincé. Il veut me faire croire que son action a été utile pour ma mère...mais quel chevalier. Ma mère a enduré bien pire que ça dans sa vie...c'est juste que c'est une femme, et une femme ne s'habitue pas à ce genre de climat contrairement à nous les hommes. Et il me croise les bras en mode "je te boude, nah"...alala, s'il veut sauver ma maman, c'est pas avec ce genre de réaction qu''il y arrivera. Je me contente de le regarder de haut en bas et de hausser les épaules en lui répondant.

- Si ça t'plaît de le croire, okay. nonchalamment, avant de reprendre une bouffée.

Si ça ne servait à rien de débattre. Il y a des gens, ils ont besoin de se prendre des leçons pour connaître leurs limites. Concernant la force, chose très reliée à la virilité, on a souvent besoin de s'en prendre plein la tronche. Lui, il a besoin d'en passer par là, ça se voit. Alors soit, si c'est son karma. S'il n'est pas assez sage pour me croire, il l'apprendra de lui-même, mais moins gentiment. Par contre, là il commence à me taper sur les nerfs, on ne s'énerve pas sur moi sans raison. Mes sourcils ont commencés à se froncer.

- Hey tu te calmes, autoritaire. Je te demande juste ce que tu fais, si t'arrives pas à te faire embaucher c'est pas ma faute.

Un temps de pause, pour tirer sur ma cigarette, analyser les infos. Il m'a dit serveur...c'est intéressant, mais le reste est comique, j'ai envie de lui dire un truc là-dessus mais il va encore plus le prendre. Je ne vois pas ce que je peux lui dire sur ça. Je ne trouve pas les mots, pas tout de suite. En fumant, il y a quelque chose qui me distrait. Je ne sais pas quoi, quelque chose en arrière, d’indistinct mais qui bouge. J'espère que ce n'est pas ce que je pense...je relève les yeux sur Miko qui a sursauté. Il y a eu une sorte de "boom" sur la vitre, mais je sentais depuis quelques instants que c'était agité derrière nous. Des femmes ou des étudiants...tu en as tout le profil, qu'est-ce que tu veux faire avec ça ?

Je le regarde, ne répondant pas tout de suite à sa question. D'un côté ça ne lui ferait pas de mal, de l'autre je n'ai pas envie qu'il lui arrive ça...il a un petit visage, si fin, qui a l'air si fragile, ce serait tellement dommage de le déformer. Si je le laisse entrer dedans, il vont le bouffer avec son drapeau blanc. Vous allez trouver que je le regarde beaucoup, mais il a vraiment un joli visage.

- On va faire mieux que ça, d'un ton décidé.

J'écrase le reste de ma cigarette contre le rebord de la poubelle -il n'y en restait plus beaucoup- et la jette dedans. Je regarde à l'intérieur. Ma mère avait disparue -je sais où elle est passée- mais eux ont décidé de retourner les tables. Je cherche quelque chose dans ma veste, tout en lui parlant, les yeux sur ses connards.

- Prends ton portable. Fais semblant d'appeler quelqu'un. Reste là, je reviens.

Trouvé. Mes clés. Pas celles de chez moi, le double du restaurant que j'ai depuis mon adolescence...ah le temps où je travaillais pour mes parents -enfin plutôt leur esclave- en-dehors de mes cours. Sans rémunération. Qu'est-ce que je ne regrette pas ce temps-là. La restauration en soit est un milieu stressant, mais avec mes parents, en parallèle de mes études...Dieu seul sait comment j'ai fais pour ne pas craquer. Et sans être payé, le comble. Vous allez me dire que là non plus je ne le suis pas, mais c'est normal, j'en fais dix fois moins qu'à une époque. Mais pour eux je me mouille à présent.

Il va me trouver encore cruel, parce que je le laisse encore une fois ici. Seul. Avec une mission. Je franchis à nouveau la porte, mais je m'arrête, le regardant. Je crois qu'il veut me dire quelque chose ou il y a quelque chose d'autre dans la rue.
© YOU_COMPLETE_MESS
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Min Kyo Ji
Âge : 27
Occupation : fonctionnaire de police & bénévole au refuge pour animaux
Quartier : Gangseo
Situation : éternellement célibataire, mais il y a ce petit jeune, mon premier slow...
Don : Médiuminité. Je vois et parle aux morts
Niveau : 5
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1356-min-kyo-ji-i-believe-in-nothing
Lun 25 Juin - 17:23
Problème technique
Kyo Ji & Feng
Mon avis sur Feng était un peu comme un yoyo. A un moment je pensais que c'était au fond un type bien - quand il était venu s'interposer à ma table par exemple - et puis rapidement, c'était un gros connard - comme maintenant quand il me traitait de boulet. De façon moins direct certes, mais c'était ainsi que je l'avais pris. J'étais au courant qu'avec ma carrure je n'allai pas faire le poids face aux deux monstres qu'il y avait dans la restaurant. Mais Feng me sous estimait un peu trop. Pour être policier j'avais aussi dû suivre des cours de défense et donc, apprendre à mater un mec plus lourd que moi. Enfin, je n'allai pas pouvoir lui montrer de quel bois j'étais fait, vu que j'étais Miko et non Kyo Ji ce soir. C'était frustrant tout de même d'être sous couverture et je ne pouvais pas m'empêcher de piquer une colère face à ses insinuations. J'agissais peut être comme un gamin mais, je n'allai pas le laisser me descendre sans rien dire.

- Je relate simplement les faits - j'ai aucune envie de finir aux urgences non plus

Rétorquais je. Qui sait ce qui se se serait passé si je n'avais pas mis mon nez là dedans ? Ou tout du moins lancer une proposition étrange. Je n'avais aucune envie qu'on se batte pour moi non plus. Hélas pour mon interlocuteur, j'étais toujours légèrement énervé et lui répondais mal. Maintenant, j'étais prêt à l'entendre se moquer de moi parce que je ne trouvais pas de boulot. S'énerver ne servait à rien, et je soufflais pour contrôler mes nerfs avant de répondre, cette fois-ci - calmement à sa question.

- Désolé, je suis pas très rassuré avec les deux mecs à l'intérieur

C'était plausible comme excuse après tout. Et puis l'autre abruti m'avait vraiment fait peur lorsque sa main s'était brutalement abattu contre la vitre. Au moins les fantômes, eux, ils pouvaient pas faire ça. Leurs membres passaient à travers. J'essayais tout de même de faire que cette partie ne se termine pas en sang. Feng semblait étudier ma proposition avant de déclarer qu'il avait une meilleure idée. J'espérais que ça ne consistait pas à les égorger, c'était lui le criminel et non moi.

- Euh...tu va y retourner tout seul ?

Faire semblant d'appeler ? C'était bizarre. A moins qu'ils veulent faire croire à ses potes que j'étais en train d'appeler les flics. Enfin, je n'avais pas le choix d'obéir et le laissais rentrer dans le restaurant. Qu'est ce que j'étais censé faire moi ? Je les voyaient en train de retourner les tables. Je soupirai, et sortais mon portable. Si je faisais appel à du renfort j'allai me prendre une soufflante parce que j'étais pas censé faire des trucs de mon côté. Je suis cependant arrêté dans mes réflexions quand je vois un esprit se mettre juste debout à côté de moi. C'était un homme assez âgé, un grand père comme on pourrait dire. Je croisais rarement ces âges là, la plupart du temps ils étaient morts de vieillesse ou d'une maladie qu'ils avaient finis par accepté.

- J'adore venir regarder ce spectacle

- Spectacle ?

Répétais je. Pas vraiment sur d'être sur la même longueur d'onde que le pépé. Mais manifestement ce n'était pas la première fois que ces malfrats venaient ici. Terroriser la famille Feng.

- Ne t'inquiète pas petit, ton ami sait très bien se débrouiller

Ca ne me rassurait pas du tout, et en plus c'était loin d'être un ami. C'était un suspect, un coupable même que je voulais mettre derrière les barreaux.

- Je ne suis pas certains d'apprécier le spectacle autant que vous...

Je reportais mon attention sur le restaurant et croisais le regard de Feng de l'autre côté de la porte. Merde. Est ce qu'il m'avait vu parler tout seul ? Je lui faisais un petit coucou de la main - ridicule - et lui tournais ensuite le dos pour faire croire que j'appelais quelqu'un. Si il y avait un carnage je préférais pas le voir et puis le grand père à côté allait surement commenter.
© YOU_COMPLETE_MESS

_________________
Darkness eyes ✽
I feel the weight of the world
Weighing on my mind
I can't carry the earth
I'm not strong enough

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Problème technique.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» jaguar's buff = problème technique?
» Mission d'assassina = petit problème technique dans l'organisation [PV Lisbeth]
» Problème technique pour geek
» La LHVQ règle présentement un problème technique
» problème technique du simulateur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Wonder in Busan :: BUSAN :: BUSANJIN-
Sauter vers: