AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Show me what i am supposed to do. [Ft. Chae Sang Won]

avatar
Kim Il Kwon
Âge : 31
Occupation : Psychologue
Quartier : Haeundae
Situation : Parlez lui d'amour, il vous vomira dessus.
Don : Contrainte verbale
Niveau : 4
Multicompte : Kim Ho Joo - Lee Jae Sun - Seo Myung Dae
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1707-kim-il-kwon-come-on-don-t-be-so
Mer 7 Fév - 15:39
Show me what i am supposed to do.




Pour Il Kwon cette journée avait été vraiment longue et pénible. Il n'avait qu'une envie qui était de rentrer chez lui ou encore d'aller boire un verre dans un quelconque bar avant. Il ne savait plus vraiment où en était le niveau d'alcool que contenaient encore les bouteilles qu'il stockait chez lui. Il allait sûrement devoir faire quelques courses d'ici peu car de toute façon son frigo était presque vide. Il avait mis ce qu'il restait dedans dans son fidèle tupperware qu'il emportait tous les midis. Son repas c'était donc composé d'un peu de riz réchauffé, de quelques légumes frits et d'une poire. Ce n'était pas énorme et ce soir il avait un peu faim mais quand trouverait-il le temps de remplir son frigo ? Il n'en avait pas la moindre idée. Il fallait qu'il le fasse, c'est tout. Puis il manquait aussi de lessive. Il avait dû reprendre sa chemise de la veille et il la portait actuellement. Il se sentait mal en pensant à ça. Il avait horreur de ne pas avoir des vêtements propres et fraichement lavés sur lui mais que voulez-vous ? Il passait sa journée au travail et quand il n'y était pas il buvait ou comatait quelque part. C'était là la vie qu'il avait décidée de mener. Rien ne pressait pour lui temps que ses bouteilles contenaient un niveau d'alcool suffisant.

Il lisait encore une dernière fois les notes qu'il avait prises aujourd'hui. Il n'y avait rien de grandement intéressant. Une journée relativement banale en somme et ça le mettait un peu en colère. Il aimerait que toutes ses journées soient bonnes mais en ce moment c'était pas forcément le pied. Il commençait à avoir du mal à jongler entre ce qu'il était et ce qu'il laissait croire. C'était toujours un peu compliqué de jongler avec deux personnalités si différentes et la vérité était qu'il avait du mal à se calquer sur les autres qui étaient toujours trop ceci ou trop cela pour lui. La personnalité qu'il montrait aux autres humains, il voulait qu'elle soit absolument parfaite et il avait toujours un peu de mal à réagir comme quelqu'un de normal. Pas facile d'adopter une réaction opposée à celle qui lui venait naturellement de manière spontanée.

Aish. Un jour je vais juste tout envoyer balader voilà ce que je vais faire. Les autres sont idiots. Comment je peux m'inspirer d'eux pour perfectionner mon jeu enfin ? Leurs réactions sont parfois si puériles, j'ai l'impression de partager mon travail avec des rejetons sans cervelles tout justes bons à chouiner et à faire la sieste. Non. Il faut que je trouve quelqu'un que la majorité apprécie. Quelqu'un de spontané et qui n'a pas de soucis particulier avec le monde qui l'entoure. Mais ou trouver une telle perle ? C'était presque impossible non ? Puis il allait falloir que je fasse encore entrer une personne dans mon cercle social ? Bon sang, tout ceci me semble ennuyeux à mourir.

Il faisait mentalement et rapidement le tour des personnes qu'il connaissait dans sa tête, cherchant celui ou celle qui lui servirait de "guide de comportement à adopter en présence des autres mammifères". C'était compliqué. Pour quelqu'un qui n'aimait pas les autres, il connaissait pas mal de monde et ce n'était pas une mince affaire que d'essayer de se souvenir du comportement de chacun d'eux. Tant pis, peut-être que la personne en question lui tombera toute crue dans le bec. Pourquoi pas ?

Il fermait enfin sa petite mallette et jetais un rapide dernier coup d'œil à son bureau impeccablement rangé. Il aimait bien que quand il arrivait le lendemain tout soit à sa place et qu'il n'ait plus qu'à accueillir ses patients. Quel ennui ce serait de devoir encore ranger en plus avant qu'ils n'arrivent. Un soupir s'échappait de ses lèvres. Il allait enfin pouvoir quitter cet hôpital puant le désinfectant. Autant il avait pas mal personnalisé son cabinet avec diverses babioles en tous genres pour se sentir chez lui, autant l'odeur de l'hôpital persistait vraiment. C'était un problème qu'il n'avait jamais réussi à résoudre malheureusement.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chae Sang Won
Occupation : Interne en chirurgie
Quartier : Buk
Situation : Célibataire
Don : Immunisation
Niveau : 1
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1730-chae-sang-won-finished
Mer 7 Fév - 16:58


Quel jour était-il ? Quelle heure ? Sang Won avait complètement perdu la notion du temps. Il avait l’impression d’avoir passé une semaine à l’hôpital, mais certainement ce n’était pas possible... N’est-ce pas ? Cela faisait-il trois jours ou deux qu’il avait commencé sa garde ? Et quand est-ce qu’il avait commencé sa garde déjà ? Son cerveau bourdonnait entre ses oreilles et lorsque son chef de service lui annonça qu’il pouvait rentrer chez lui, il aurait pu s’écrouler et dormir là. Mais non, il fallait qu’il aille se changer et qu’il rentre chez lui. Le temps de passer par le vestiaire des internes pour se défaire de sa blouse et de son bleu pour revêtir jeans, baskets, un t-shirt surmonté d’une vieille chemise en jean et une veste molletonnée censée le protéger du froid, et voilà qu’il n’avait presque plus envie de dormir. Plus envie de rentrer chez lui, même.

Depuis le tremblement de terre, les choses étaient redevenue normale. Si l’on pouvait parler de normalité. Sur la touche pendant quelques semaines après la catastrophe, son temps passé dans l’aile psychologique l’avait aidé à se remettre de son premier mort, mais la présence le hantait toujours de temps en temps. C’était pour le mieux, il n’avait pas envie d’oublier, ou de devenir indifférent au souvenir de cette jeune étudiante pour qui la médecine n’avait rien pu faire. Depuis cet événement, il en avait vu d’autres, mais les cas aussi troublant étaient rares et on ne pouvait pas dire qu’il s’y était habitué. Peut-on seulement s’habituer à ce genre de chose ? Sang Won espérait que non; le jour où le cynisme l’emportera, la race humaine sera véritablement irrécupérable.

Il avait développé ses nerfs, mais il fallait avouer que ces derniers jours à l’hôpital avaient été éprouvants. Pas sur le plan émotionnel, mais la charge de travail lui avait parue plus dure à supporter que d’habitude. Entre le type que s’était coupé le doigt en tentant de crâner devant sa copine en coupant du poisson comme un chef japonais, l’homme vieillissant et ivre qui avait foncé en voiture dans une vitrine (de nuit, fort heureusement), le gamin irascible qui avait pour Dieu-sait-quelle raison mangé des cacahuètes malgré son intolérance et la pré-ado en pleine crise d’apendicite aiguë, il avait eu les bras pleins, que ce soit pour les soins, le suivi des patients ou encore la paperasse - surtout la paperasse. Et sans oublier la police qui s’était ramenée pour gérer la plainte contre le vieil automobiliste ivre. Mais bon, personne n’était mort. Sauf lui; mort de fatigue.

C’était inhabituel, mais il avait vraiment envie de se plaindre. Il voulait râler, casser du sucre sur le dos de son référent, déplorer la froideur de Yoo Myeong Hee à son égard (oui, même un an après) ou de patients mal élevés. Mais il pouvait difficilement rentrer chez lui et se plaindre à sa famille de ce genre de chose. Même Hyun Joo. Surtout pas Hyun Joo, il serait capable d’aller tout raconter à la mauvaise personne. Quant à sa mère, Jang Ri et sa soeur, elles lui diraient certainement «C’est toi qui a choisis de faire ça, ne viens pas râler maintenant.» ou encore «sois déjà heureux d’avoir un travail».

En plus il dormait mal en ce moment. Ses gardes l’avaient complètement déréglé. Lui qui suivait des horaires de sommeil précis, il n’avait pas pu effectuer ses siestes quotidiennes, loupaient ses horaires d’endormissement et il sentait bien que s’il se couchait maintenant il dormirait certainement dix heures d’affilées, ce qu’il voulait absolument éviter.
Mais à qui parler ? Qui pourrait le conseiller en ces temps troublés ?  Un regard aiguisé lui traversa l’esprit. Son portable lui indiquait qu’il était 19h00, peut-être était-il encore là ? Quittant le vestiaire, il se mit en marche vers le pôle psychologie, saluant au passage ses collègues, les infirmières ou ses supérieurs, souhaitant bonne chance à ceux qui venaient commencer leur garde. Après quelques minutes, il aperçu le nom de la personne qu’il cherchait joliment plaqué sur une porte à laquelle il toqua hâtivement avant d’entrer sans attendre de réponse.

«Oh, génial, tu es là.» dit-il au Dr. Kim Il Kwon sans plus de cérémonie, poussant un long soupir et s’affalant sur un fauteuil.

«J’ai eu une journée de fou. Enfin une semaine. Je sais plus en fait, j’ai l’impression que ça fait un mois que je suis pas sorti. Je savais même pas s’il faisait jour ou nuit avant de regarder mon téléphone, t’imagines ? Ha !»

Il se passa une main sur le visage en soupirant, chassant le brouillard qui commençait à embrumer sa conscience. Ceux qui le connaissaient ne s'étonneraient pas de son ton familier. En vérité, les politesses le mettaient mal à l'aise, ce pourquoi il avait tendance à devenir rapidement familier avec les personnes de son âge.

«Y a des jours comme ça ... Tu vois ce que je veux dire ? J’avais l’impression que tous les patients en avaient après moi, sans parler de Yoo Myeong Hee qui me lâche toujours pas la grappe à cause du coup du «noona»... Je sais pas si je te l’ai déjà ra...» il s’interrompit pour observer Il Kwon, le psychologue qui l’avait suivi après son breakdown suite à la perte de la patiente du tremblement de terre. Il avait son manteau sur le dos, sa malette en main...

«...Oh. Tu partais ? »  il interrogea le jeune homme de quelques années son aîné d’un regard surpris et un tantinet désolé, mais aussi presque plaintif; il avait vraiment besoin de parler à quelqu’un.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kim Il Kwon
Âge : 31
Occupation : Psychologue
Quartier : Haeundae
Situation : Parlez lui d'amour, il vous vomira dessus.
Don : Contrainte verbale
Niveau : 4
Multicompte : Kim Ho Joo - Lee Jae Sun - Seo Myung Dae
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1707-kim-il-kwon-come-on-don-t-be-so
Sam 10 Fév - 13:59
Show me what i am supposed to do.




Il était impatient de rentrer chez lui. Il lançait un dernier coup d'œil à son bureau impeccablement rangé et soupirais de bien-être devant ce tableau pourtant familier. Tous les soirs c'était comme ça. Il vivait dans une routine qui pouvait facilement tuer un homme, mais pas lui. Dans un sens ça lui plaisait bien. Les surprises c'était pas trop son truc. Cependant quelqu'un toquait soudainement à la porte de son bureau. Ses sourcils se froncèrent alors qu'il se tournait vers le dit rectangle de bois qui s'ouvrait sans qu'il n'ait eu le temps de donner une quelconque indication au perturbateur qui venait d'arriver. C'était Sang Won, un interne en chirurgie qui venait souvent discuter de ses tracas avec Il Kwon. Pourquoi ? Il n'en savait rien. Ou alors peut-être était-ce parce que c'était tout simplement son travail. Travail qui soit dit en passant s'arrêtait à dix-neuf heures et pourtant son collègue était bien là en train de se laisser tomber dans le fauteuil destiné aux patients.

Yah... Pour qui il se prend celui-là ?! Ça ne va pas de venir déranger les gens à cette heure-ci ? Puis quelle impolitesse d'entrer alors que je n'avais pas donné le signal ! S'il n'avait pas fait ça j'aurais simplement pu faire le mort, il aurait pensé que j'étais parti et serait lui aussi parti. Mais non. Il avait fallu qu'il entre et fasse comme chez lui. "Génial" ? Mon cul ouais ! Lui semble content que je sois là mais et moi dans cette histoire ? Je n'ai aucunement l'envie ni le temps de l'écouter. C'est bien ma veine, il a l'air déterminé à rester. Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça enfin ?

La surprise se lisait clairement sur le visage d'Il Kwon qui suivait du regard chaque geste de son confrère en chirurgie qui commençait à lui raconter sa journée éprouvante. Moi aussi je suis fatigué je te signale ! Il déglutissait et posait sa mallette sur le bord de son bureau avant de s'y asseoir tranquillement. Enfin, tranquillement, ça c'était en extérieur car au fond de lui il était en train de bouillir. Cependant il hochait la tête d'un air compatissant en soupirant et en croisant ses bras sur son torse.

Ne m'en parle pas. En ce moment les gens sont d'un pénible. Vivement le printemps.

Les gens sont pénibles et tu ne fais pas exception coco. J'espère qu'il a compris que cette remarque le vise aussi. Par contre le fait que j'attends le printemps n'a rien à voir. J'en ai juste marre du froid et rien que de penser que je vais devoir sortir quand il sera enfin décidé à me lâcher la grappe me fait frissonner. J'en ai pas vraiment envie, mais pour rentrer chez moi, je n'ai pas vraiment le choix. Heureusement que je n'habite pas si loin.

Sang Won posait son regard sur le jeune psychologue qui penchait légèrement la tête sur le côté. Visiblement le chirurgien venait de remarquer qu'Il Kwon était sur le point de partir. Non non, je comptais dormir ici tu vois ? Non mais sérieux. Il haussait les épaules d'un air légèrement détaché en souriant et en passant une main dans ses cheveux.

En effet, j'allais partir. Mais je t'en prie continu, je suis là pour ça.

Mais quel connard je suis. Je ne suis pas là pour ça, mon job est terminé et je veux aller boire un verre. Putain pendant combien de temps je vais devoir me le coltiner maintenant hein ? Bravo Il Kwon, tu mérites la palme d'or du plus gros idiot de l'histoire de l'humanité.

Une idée lui traversait soudainement l'esprit. Il n'avait pas l'habitude de faire ce genre de chose mais tant pis. À la guerre comme à la guerre pensa-t-il. Il avait terriblement envie de partir mais il ne voulait pas prendre le risque de vexer son collègue pour garder une couverture parfaite alors bon.

Sinon, nous pouvons aller discuter dans un endroit un peu plus décontracté. Allez viens, je t'invite à boire un verre pour oublier cette désastreuse journée. Qu'est-ce que tu en dis ?

Il souriait à son collègue de manière chaleureuse en se relevant de son bureau. Boire en même temps qu'il l'écoute l'aiderait sans doute à supporter le récit de sa si longue journée. Puis au moins pour une fois il ne serait pas seul. L'être ne le dérangeait pas, bien au contraire mais souvent il passait pour un piètre alcoolique ou encore il donnait l'impression de pouvoir être abordé par des inconnus, chose qu'il n'aimait pas trop. Au moins, en compagnie de Sang Won peut-être que les autres traceraient leurs routes.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chae Sang Won
Occupation : Interne en chirurgie
Quartier : Buk
Situation : Célibataire
Don : Immunisation
Niveau : 1
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1730-chae-sang-won-finished
Dim 11 Fév - 1:49


Evidemment qu’il allait partir, abruti. Les psychologues avaient l’avantage d’avoir des horaires fixes et adaptés au genre humain. Sang Won afficha une grimace gênée, malgré l’invitation cordiale d’Il Kwon. Le jeune interne fut prit d’un élan de sympathie. Il Kwon était vraiment un type bien, à l’écouter se plaindre comme un ado sans broncher alors qu’il n’était techniquement plus son patient. En vérité Sang Won lui même ne se voyait pas comme un patient et cherchait surtout une épaule sur qui s’épancher, et Il Kwon en avait fait les frais.

Il se passa une main sur la nuque, gêné, se levant en bafouillant une excuse «Non non, tu dois être fatigué, je vais te laisser rentrer.» avant que celui-ci ne propose de l’inviter à boire un coup. Le jeune interne cligna des yeux quelques instants. Bien qu’ils se soient vu de nombreuses fois au sein de l’hôpital, ils ne s’étaient jamais retrouvés en dehors, et sans cette espèce de contrainte de patient/médecin ou de hiérarchie (Il Kwon le précédant de quelques années).

Un sourire s’étira sur ses lèvres, répondant à celui de son confrère.

« C’est une excellent idée. Et tu en profiteras pour me raconter ta journée toi aussi. Il ne faut pas qu’il y en n’ait toujours que pour moi, hein ? »

Il se leva et se dirigea vers la porte, suivi de son aîné. Ils dressaient un portrait pour le moins intéressant, marchant côté à côte dans les couloirs. Kim Il Kwon dans son impeccable costume, le regard aussi aiguisé que sa mâchoire et son allure fière et distinguée, et Sang Won avec son charme ... «boyish» dirons nous, plus décontracté, mais néanmoins efficace. Il va sans dire que quelques têtes se retournaient sur leur passage, mais c’était certainement plus Il Kwon qui attirait le regard, pensait Sang Won.

Une fois dans les rues, et dans l’air frais du mois de février, ils se dirigèrent vers une rue parallèle d’apparence quelconque illuminée par une unique enseigne à cette heure-ci. Le verre teinté de la vitrine ne laissait pas voir avec précision l’intérieur, mais l’établissement dégageait une ambiance cosy et chaleureuse. En ouvrant la porte, un paisible air de jazz se répandait dans la rue. À l’intérieur, il y avait quelques clients. Pas assez pour que le lieu soit envahi de vacarme et en perde son intimité, mais assez pour qu’il semble vivant. Les deux collègues s’installèrent au comptoir et Il Kwon, visiblement habitué, passa sa commande derechef. Sang Won quant à lui prit quelques instants pour parcourir la liste de cocktails et de bières écrite à la craie sur une ardoise au mur. Il se décida finalement sur un Russe Blanc. Il était rare de voir ce cocktail proposé dans les bars qu’il fréquentait habituellement, et il se sentait d’aplomb pour quelque chose de bien lourd et de bien fort.

Pendant que le barman préparait d’une main experte sa boisson, il inspecta l’établissement avec une certaine admiration. La décoration était principalement de bois et de cuirs sombres, donnant à l’endroit un côté très jazz club américain des années 50. La clientèle semblait en général plus âgée, et surtout mieux habillée que lui. A vrai dire il dénotait légèrement (c.à.d. Beaucoup) avec le décor.

Il Kwon, lui, complétait le paysage à merveille, avec son regard sombre et sa posture élégante, il avait l’air tout droit sorti d’une pub pour un whisky ou un cognac de luxe. En vérité, maintenant qu’il y pensait, Il Kwon était vraiment le modèle de l’homme parfait : cultivé, élégant, raffiné, sympathique, altruiste... Les qualités ne finissaient de s’empiler dans son esprit.

« C’est ... Vraiment chouette comme endroit. »

Chouette. Ton collègue stylé t’emmène dans un bar chic et tout ce que tu trouves à dire c’est «chouette» ? CHOUETTE ?!

Sang Won secoua la tête en se fustigeant intérieurement, il saisit le verre qui venait d’être posé devant lui et le leva vers Il Kwon, trinquant en silence. Il commença véritablement la soirée en prenant une longue gorgée. Le liquide riche et sucré roula sur sa langue et il l’y laissa poser quelques instant, en savourant la douce de la crème liée à l’amertume de la liqueur de café et la force de la vodka.

« Bon, je suis sûre que tu as hâte de m’entendre te parler d’un type qui s’est coupé le doigt en jonglant avec des couteaux pour impressionner une conquête, mais avant ça, euh... il prit une autre gorgée, tapant son doigt sur le comptoir, gêné, Merci de m’inviter. Et, euh, de m’écouter râler... Je me rend compte que notre relation a toujours été à sens unique alors... Je veux pas qu’on soit juste un psy et son patient un peu perturbé. Sincèrement si tu veux parler, vider ton sac, ma porte te sera aussi toujours ouverte.» Il plaça une main amicale sur son épaule un bref instant avec un sourire. Mais son regard se reposa bien vite sur son verre. C’était super cul-cul ce qu’il venait dire. Et quoi d’autre ? Le pouvoir de l’amour et de l’amitié soignerait les patients ? Etaient-ce les 30 heures de gardes qui l’avaient ramolli ou le juste les années à bouffer des dramas ? Mais même si la formulation laissait à désirer, il était honnête. Il avait envie de rendre à Kim Il Kwon pour tout les services qu’il lui avait rendu. Son pied tapait inconsciemment contre le repose-pied du tabouret sur lequel il était assis, au rythme du doux air de jazz qui emplissait la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kim Il Kwon
Âge : 31
Occupation : Psychologue
Quartier : Haeundae
Situation : Parlez lui d'amour, il vous vomira dessus.
Don : Contrainte verbale
Niveau : 4
Multicompte : Kim Ho Joo - Lee Jae Sun - Seo Myung Dae
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1707-kim-il-kwon-come-on-don-t-be-so
Mar 13 Fév - 23:55
Show me what i am supposed to do.




Il Kwon avait jugé qu'il était plus adéquat d'inviter son collègue à boire un verre avec lui plutôt que de rester encore et encore à l'hôpital alors que sa seule envie était de prendre ses jambes à son cou et de partir de son lieu de travail. Il n'était pas tellement fatigué, non, il avait juste envie de partir et de boire alors il avait fait cette proposition qui semblait ravir au maximum son confrère. Hourra. C'était déjà mieux que de rester ici. Quitte à l'écouter se plaindre, autant le faire dans un lieu sympa avec un verre à la main.

Sang Won lui demandait de lui raconter sa journée à lui aussi. Un rire échappa à Il Kwon. Un vrai rire. Rien qu'il n'avait contrôlé avant. Un simple rire, naturel, spontané et qui l'avait même étonné. Il n'avait plus ri véritablement pour quelque chose depuis bien longtemps alors il était un peu choqué qu'une simple remarque de son interlocuteur provoque cette réaction. Cependant il n'était pas sûr d'avoir la moindre envie de lui raconter sa journée.

Pourquoi pas, allez en route !

Il Kwon levait sa main vers la porte pour indiquer à son camarade de sortir en premier. Il le suivait de près et fermait son bureau une à clef une fois sorti de ce dernier. Il le faisait toujours sans savoir pourquoi. Il lui était arrivé d'oublier une seule fois et personne ne s'était introduit à l'intérieur pourtant il s'était senti mal toute la soirée. Depuis ça ne lui était plus arrivé. Il Kwon avait horreur qu'on touche ses affaires ou qu'on pénètre dans son intimité. Son bureau était un peu comme un deuxième chez lui alors il ne pouvait pas supporter l'idée qu'on s'y introduise sans y avoir été invité ou sans qu'il ne soit là. C'était normal non ? En tout cas lui trouvait ça normal et c'était le principal. Moi je ne rentre pas chez les gens sans leur demander leur avis alors on ne fout pas ses sales pattes dans mon cabinet. C'est tout.

Pendant qu'ils marchaient dans le couloir, certains les saluais, d'autre se tournaient silencieusement sur leur passage. Il Kwon répondait par un sourire et un petit signe de main à tous ceux qui leur adressaient un salut. Il n'était même pas sûr d'en reconnaître la moitié. Enfin, il connaissait leurs visages vu qu'ils se voyaient tous les jours mais il n'était pas certain de pouvoir les associer à des prénoms ou à un quelconque élément de leur personnalité. C'était triste, mais il n'avait jamais été doué pour ce genre de chose. C'était aussi pour ça qu'il prenait sans doute un peu plus de notes que ce dont il avait besoin pendant ses entretiens. Bon, Sang Won lui il pouvait le reconnaître entre mille ne serait-ce qu'avec une indication basique sur sa façon de marcher. C'était comme ça, il ne l'expliquait pas.

Enfin. Ils étaient enfin dehors tous les deux. Ils n'avaient plus qu'à trouver un bar sympa. Pendant le trajet ils ne parlaient pas tellement. Il Kwon gardait ses forces pour les confessions de Sang Won. Puis il n'était de toute façon pas très bavard en dehors des consultations. Il ne savait juste pas ce qu'il fallait dire au cours d'une conversation normale. Heureusement ils arrivaient enfin dans un petit bar d'apparence sympathique et calme qu'Il Kwon connaissait. Il ne savait pas si c'était un choix de son collègue ou s'il l'avait inconsciemment guidé là mais en tout cas il était bien content d'y être et une fois qu'ils furent installés il commandait une cass comme si c'était une évidence. Il aimait bien commencer par une simple bière fraîche et pétillante à souhait. Son collègue lui mettait plus de temps et le psychologue fut légèrement étonné de son choix. Il avait choisi un cocktail pas mal. Enfin chacun sa manière de démarrer la soirée.

Il Kwon regardait du coin de l'œil Sang Won qui regardait dans tous les sens. Aish ne m'a-t-il pas dit qu'il était complétement exténué ? Comment fait-il pour avoir encore autant d'énergie cet avorton ? Regardez-le avec son air hébété, il n'a jamais vu un bar ou quoi ? Franchement ! Son regard se concentrait à nouveau sur le barman qui préparait les boissons. Il valait mieux pas que Sang Won le voit le regarder. Ce serait gênant. Il laissait naître un faux et léger sourire sur son visage quand il entendait la remarque de son collègue.

Je trouve aussi. Vraiment, c'est sympa. J'aime bien le fait que ça ne soit pas trop éclairé. Comme un rat qui aime vivre dans l'ombre. Il ne savait pas pourquoi il lui avait dit ça mais bon, c'était trop tard. C'était sorti maintenant. Ça donne vraiment un style à l'endroit.

Ils se saisissaient tous les deux de leurs verres et trinquais silencieusement d'un commun accord avant de boire une première gorgée moins importante pour Il Kwon que pour Sang Won. En fait il avait à peine bu mais ce premier contact avec le liquide frais, gazeux et amer lui faisait le plus grand des biens. Il sentait sa gorge devenir humide à nouveau et frissonnait presque tant c'était agréable. Bon sang, il était temps. Sang Won reprenait la parole. Sa première remarque fit encore une fois rire Il Kwon. Eh... Il est drôlement bon ce petit ! Si spontané avec sa diarrhée verbale... Il ne réfléchit pas. Il dit juste les choses. Intéressant. Mais pour que je me confie à lui il peut toujours courir. Il Kwon se calmait un peu et lui offrais un sourire à demi tendre.

C'est noté t'en fais pas. Je garde ça dans un coin de ma tête et un jour qui sait peut-être que je viendrais chez toi me coucher sur ton canapé et te raconter mes problèmes. Impossible, mais il voulait le mettre en confiance. Alors dis-moi, sérieusement ? Ce type s'est coupé en voulant impressionner une nana ? Il Kwon gloussait légèrement. La bêtise humaine n'a donc aucune limite ? Tiens donc, il a vraiment éveillé ma curiosité ?
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chae Sang Won
Occupation : Interne en chirurgie
Quartier : Buk
Situation : Célibataire
Don : Immunisation
Niveau : 1
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1730-chae-sang-won-finished
Ven 16 Fév - 11:23


Sang Won sentait bien cette soirée. Il avait beau n'avoir pas dormi, il se sentait reposé. Peut-être était-ce grâce à l'ambiance feutrée du bar ou à la douceur de sa boisson ou simplement grâce la bonne compagnie qu'il avait avec lui. Il se félicitait de provoquer des rires chez Il Kwon. Bien que son aîné soit amical, il était cependant toujours calme et zen, ou du moins il le semblait. Lorsque Sang Won pensait à Il Kwon, la première image qu'il lui venait à l'esprit était lui, assis dans son fauteuil dans son bureau à l'écouter avec un air concentré et intéressé, en pleine réflexion. C'était agréable de le voir se lâcher un peu, et cela permit au jeune interne de se sentir plus à l'aise aussi. Il relâcha la tension qu'il n'avait pas remarqué dans ses épaules. Un sourire menaçait le coin de ses lèvres.

En tout cas, il espérait bien qu'un jour il retrouve Il Kwon sur son canapé pour se confier à lui. Ok, Sang Won n'était pas psychiatre ou psychologue, mais c'était un grand frère, et tout le monde sait que les grand frères sont toujours de bon conseil. Non ? Peut-être avait-il imaginé ce diction.

Encouragé par Il Kwon et ragaillardit par ce moment de franche camaraderie, il commença le récit de celui qu’il avait affectueusement surnommé «l’homme aux sushis».

« Alors, je commence par le commencement. C’est un peu long, mais tu verras, ça en vaut la peine: les ambulanciers reçoivent un appel, une fille en panique qui hurle «OPPA S’EST COUPÉ LE DOIGT, Y A DU SANG PARTOUT !», évidemment, il ponctue son récit des intonations appropriées pour chaque personnage, ici une voix suraiguë et stridente, donc le standardiste lui dit de mettre le doigt dans de la glace, elle a pas apprécié apparemment mais bon, elle l’a fait.»

Il prend une petite gorgée de russe blanc, le visage déformé par un sourire.

«Le type arrive, seul. Il est complètement en panique, y a du sang partout sur sa chemise. J’essaie de le rassurer, tu sais, je lui dit que tout ira bien, la coupure est nette on pourra le rattacher facilement, et puis je lui demande comment c’est arrivé. Il me raconte qu’il avait suivi genre un atelier de cuisine de sushi et qu’il voulait impressionner sa copine. Et tu as déjà vu les chefs japonais qui jonglent avec leurs couteaux, le type, avec quelques verres dans le sang se dit «bah tiens, ça doit pas être trop compliqué, je vais essayer aussi, qu’est-ce qui peut bien arriver !» et évidemment le pire arrive, il lance le couteau et TCHAC. Il retombe pointe en bas et coupe le doigt net. Mais sa copine est toujours nulle part en vue, apparemment elle a appelé les secours et l’a laissé avec un «bon bah... On s’appelle hein, bonne chance.».»

Il lui faut une petite seconde pour cesser de ricaner, attendant la chute de l’histoire.

« Fastforward après l’opération, qui s’est bien passé, il attend tranquillement dans son lit d’hôpital, en chambre individuelle évidemment. Je remplis son dossier et en sortant je tombe nez à nez avec une dame d’environs... 35 ans je dirais ? Qui s’apprête à rentrer et me dit «Je viens voir machin !», je me dit «AH. Ca doit être sa copine, elle a changé d’avis au final.» et donc pour la détendre parce qu’elle a l’air un peu stressée, je fais une tentative vaseuse d’humour et je lui dit «J’imagine que vous mangerez plus de sushis pendant un certain temps.»»

Il reprend une gorgé, rictus au visage, avisant les réactions d’Il Kwon.

« Elle me regarde, perdu «... Quoi ? - Bah, des sushis, qu’il était en train de préparer quand il s’est coupé... - Mais pourquoi est-ce qu’il préparait des sushis ?» En y repensant c’est un peu zarb comme question, mais bon elle devait être stressée, je la regarde et je lui dis «Excusez-moi, mais ... Qui êtes-vous ...?» et là...» il se passe une main sur le visage, reprenant une gorgée «Elle me hurle dessus «JE SUIS SA FEMME».»

Il laisse à la chute le temps de faire un peu son effet avant de conclure.

« J’ouvre la porte, et le type à l’intérieur, qui a tout entendu, a la tête au fond de ses mains et me jette un regard que j’oublierais jamais, s’il avait pu il m’aurait égorgé je crois. Sa femme s’approche de lui, larmoyante et lui dit «Mais pourquoi tu faisais des sushis ... ?» comme si c’était la chose la plus tragique qui lui soit jamais arrivé. Et encore, ça c’était que le début de la garde.»

Et la partie la plus agréable. Il lâche un petit rire, chassant le stress des 30 dernières heures et soupire en s’affaissant légèrement sur le tabouret. Évidemment, il n’avait donné aucun nom et aucun véritable détail sur l’état médical ou les problèmes que présentait son patient, tenu au secret professionnel. Relatif. Mais il avait confiance en Il Kwon et savait qu’il n’irait pas répéter leurs discussions ailleurs.

«Enfin bon, les urgences ne sont jamais de tout repos de toute façon. Et je préfère avoir ce genre de cas que des accidents mortels. Au moins ça fait de la conversation. Honnêtement, si j’avais pas été son médecin je crois que j’aurais tout déballé à sa femme, je supporte pas les gens qui trompent et se servent des autres comme ça. S’il ne l’aime plus qu’il ne reste pas avec et qu’elle puisse se trouver un homme qui la mérite vraiment.» Il ponctue sa déclaration d’un reniflement désapprobateur et d’une gorgée de russe blanc.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kim Il Kwon
Âge : 31
Occupation : Psychologue
Quartier : Haeundae
Situation : Parlez lui d'amour, il vous vomira dessus.
Don : Contrainte verbale
Niveau : 4
Multicompte : Kim Ho Joo - Lee Jae Sun - Seo Myung Dae
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1707-kim-il-kwon-come-on-don-t-be-so
Lun 5 Mar - 16:43
Show me what i am supposed to do.




Sans qu'il ne puisse l'expliquer, il y avait quelque chose chez ce Sang Won que le jeune psychologue trouvait d'intéressant. Il avait même réussi à attiser assez sa curiosité pour le relancer sur le sujet du patient qui s'était coupé le doigt et, aussi surprenant que cela puisse paraître, certains des sourires qu'il lui adressait n'étaient pas faux. C'était juste des réactions spontanée qu'Il Kwon ne comprenait et ne contrôlait pas. C'était intriguant pour lui, son collègue était l'une des rares personnes avec qui ça lui arrivait. Et maintenant il écoutait l'histoire du type avec attention non sans inconsciemment analyser le comportement de son interlocuteur et noter mentalement chacun de ses gestes. Il était si naturel, si tranquille. Le sujet parfait sur lequel calquer son comportement pour sembler juste ce qu'il faut de sociable sans déborder dans le "casse-pied qui parle trop pour se rendre intéressant".

Mon Dieu que ce type est patient. Déjà rien qu'en entendant la nana au téléphone, moi j'aurais eu envie de me tirer une balle. C'est vrai quoi, si son imitation, fort amusante d'ailleurs, est fidèle à la voix qu'elle avait mon Dieu j'en aurais profité pour la faire entrer à l'hôpital aussi pour l'opérer des cordes vocales.

Il Kwon avait ri face à la dite imitation de Sang Won. Il avait vraiment rit. Il trouvait original que ce petit bout d'homme ponctue son récit de différentes mimiques d'après les personnages qui parlaient. C'était un peu comme s'il jouait une mini pièce de théâtre à lui tout seul en incarnant chacun de ses personnages et cette représentation plaisait bien au psychologue qui n'en perdait pas une miette en sirotant de temps en temps un peu du breuvage frais qu'il avait commandé et en ponctuant quant à lui son silence par quelques hochements de tête, signe qu'il était toujours attentif aux mots que débitait son camarade.

Je trouve cette histoire tout bonnement hallucinante et vraiment amusante. Bien fait pour ce type qui a perdu son doigt. Non mais franchement, vouloir imiter un chef diplômé pour impressionner une gonzesse sans cervelle et avec une voix de casserole ? Dommage que ce ne soit pas carrément sa main qui soit partie avec voire tout son bras.

Bien sûr, Il Kwon gardait ces remarques pour lui. Hors de question que Sang Won le prenne pour un monstre en entendant le fond de sa pensée. D'ailleurs bien souvent c'était comme ça avec beaucoup de monde. Il se contentait donc de secouer la tête de droite à gauche en souriant, son verre proche de ses lèvres.

Quelle histoire !, ajoute-t-il avant de reporter son attention sur son camarade qui visiblement n'a pas encore terminé. Nous pourrions penser que notre psychologue finirait par vite se lasser et en avoir marre mais étrangement non. Il veut entendre la fin de ce récit. En soi, ce n'est pas tellement comment les choses se sont finies pour l'emputé du pouce qui l'intéressent. Ça il s'en fichait royalement. Mais Sang Won semblait vraiment avoir un don pour capter son attention. D'ailleurs quand il s'arrête pour boire un coup de vin, le sourcil droit d'Il Kwon se lève et son regard se fait plus insistant comme pour l'inviter à se dépêcher de continuer. Ça non plus il ne s'en rendait pas compte. Comment Sang Won faisait pour s'arrêter de sorte à tenir son spectateur en haleine ? Il n'en savait rien. Mais c'était vraiment intéressant. D'ailleurs quand il hurlait la chute de cette terrible histoire, le corps d'Il Kwon eut un mouvement de recul.

Yah ! Te fous pas de moi ! Sa femme, sérieux ? Alors la nana pour qui il cuisinait les sushis c'était sa maîtresse ?

Non mais regardez moi. Je parle dans un bar avec un type comme si nous parlions de la dernière série à l'eau de rose qui passe à la télé. Putain de merde. Je me sens affreusement gêné et humilié au fond de moi d'avoir posé cette question mais qu'est-ce que je pouvais bien faire d'autre hm ? Allez Il Kwon, il faut rester sociable. Ce type là a un fort potentiel, tu ne veux pas tout gâcher hm ?

Ce n'était définitivement pas l'histoire qui captivait Il Kwon, mais la façon d'être de son collègue. C'était aussi ça qui l'avait poussé à poser cette question. Son objectif était de le faire parler et réagir un maximum mais pour ça il ne pouvait pas se contenter de rester face à lui tel un mur inébranlable. D'ailleurs il riait avec Sang Won quand il eut enfin clôturé son récit. Il buvait encore une gorgée d'alcool en soupirant.

Ils t'en font vraiment voir des vertes et des pas mûres hein ?, ajouta-t-il en tapotant l'épaule du jeune interne. Il prenait un air de compassion et soupirait avec lui à la fin de son petit discours de morale sur l'infidélité. Dans le fond, il n'avait pas tort. Il Kwon était bizarrement assez d'accord avec lui. Je pense que finalement ta petite gaffe était quelque chose de bien. Au moins maintenant sa femme doit sûrement savoir ce qu'il en est. Sauf s'il lui a menti et qu'il a inventé une quelconque histoire. En tout cas, sa propre bêtise lui servira sans doute de leçon. Il y réfléchira à deux fois avant de tromper sa femme la prochaine fois. Sinon le stop pour lui c'est fini.

Bon d'accord, je n'étais sûrement pas fait pour être humoriste à mes heures perdues mais moi je trouvais ma petite blague assez drôle pour qu'un petit sourire se trace sur mon visage. En tout cas, maintenant je comprenais pourquoi il était fatigué. Je me plaignais de mes patients aux vies aussi passionnantes que celles des arbres mais au moins c'était juste ennuyeux, pas fatiguant. En tout cas lui semblait tellement... Heureux comme ça. Bon sang, comment faisait-il ?
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Show me what i am supposed to do. [Ft. Chae Sang Won]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retro Taco Show.
» Rétro Taco Show 2011.
» Armée démon best of show peinture Throne Of Skulls
» Chris Sabin Vs Big Show
» The Uchuu Show e Youkoso

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Wonder in Busan :: BUSAN :: HAEUNDAE :: Hôpital Moonhwa-
Sauter vers: