AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Guess what? I think you like that, you little bitch. [Ft. Kang Yu Jin]

avatar
Kim Il Kwon
Âge : 31
Occupation : Psychologue
Quartier : Haeundae
Situation : Parlez lui d'amour, il vous vomira dessus.
Don : Contrainte verbale
Niveau : 4
Multicompte : Kim Ho Joo - Lee Jae Sun - Seo Myung Dae
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1707-kim-il-kwon-come-on-don-t-be-so
Dim 21 Jan - 4:06
Guess what? I think you like that,

you little bitch.





Une figure paternelle, tout le monde en a une. Que ce soit le père biologique ou non chacun s'identifie à un modèle masculin plus ou moins proche de soi. Protecteur, réconfortant, admirable. Une sorte de héros vivant qui servirait d'exemple ou de refuge pour quiconque en a besoin. Kang Yu Jin a grandi sans père, sans cette figure paternelle. Certains pensent que ça a laissé des séquelles sur ce qu'elle est aujourd'hui. Il Kwon n'est pas d'accord. Il pense qu'il n'est jamais trop tard pour choisir quelqu'un qui pourrait endosser ce rôle. Elle est sa patiente, il est son médecin. Cette fille n'est rien de plus à ses yeux jusqu'au jour où cette idée germe dans un coin de son cerveau : il veut tester ses capacités, ses "talents". Il veut voir s'il est réellement possible de s'identifier à n'importe qui pour n'importe quelle raison. Il veut voir s'il est assez fort pour que cette petite s'attache suffisamment à lui pour créer un tel lien. Il veut entendre ce lapsus de sa bouche. Le lapsus, vous savez ? On a tous appelé un professeur papa ou maman sans le faire exprès. Il veut que ça arrive, qu'elle se sente gênée, qu'elle rougisse, qu'elle en pleure même dans l'idéal. Yu Jin est un rat de laboratoire de plus à ses yeux.

_________

Il Kwon avait passé sa journée à l'hôpital comme d'habitude à écouter les pauvres tourments de chacun de ses patients avec une flamme d'attention dans ses yeux qui lui valait d'être presque qualifié de meilleur psychologue de tout Busan. Il n'y croyait pas mais un collègue lui avait dit que c'était ce qu'on disait de lui. Tant mieux. C'était le genre de truc qui faisait plaisir et qui lui redonnait confiance car finalement la vérité était bien loin de ça. En effet, il s'en foutait bien de ce que les humains qui passaient sur son divan pouvaient lui raconter. Tout ce qui l'intéressait lui c'était de leur faire cracher leurs plus noirs secrets et désirs sans leur consentement. Il s'entraînait à longueur de journée là-dessus et il trouvait fascinant que les gens reviennent encore et encore le voir alors qu'il les mettait si mal à l'aise. Une mécanique humaine intéressante qui valait la peine d'être creusé même si le prix à payer était l'ennui et la souffrance au moins jusqu'à seize heures car oui, son don ne fonctionnait pas toujours et parfois les journées étaient longues quand il ne trouvait rien à se mettre sous la dent. En plus d'être une ordure assoiffée du pouvoir qu'il pouvait exercer sur autrui, il raffolait des côtés sombres de ses patients et chaque petite confession vraiment horrible le régalait. Il en avait entendu des vraiment sales, mais il n'avait pas de limite après tout.

Seize heures. Enfin. La libération. Je quittais l'hôpital plus vite que je n'y étais arrivé pour ne pas avoir à parler à tous ceux que j'avais salué ce matin en arrivant. Le faire une fois par jour était largement suffisant pour ne pas dire déjà de trop. Vraiment. Voir leurs sales gueules encore une fois avant de rentrer chez moi non merci.

Il sortait et le froid s'engouffrait sous sa longue veste. Il allumait une cigarette avec difficulté car ses doigts avaient du mal à protéger la petite flamme de son briquet du vent. Une fois la tâche accomplie, il pouvait se mettre en route. Le trajet n'était pas long. Il habitait new town, tout près de l'hôpital. C'était pour cette raison qu'il avait choisi cet appartement. Pas de frais d'essence trop importants ou je ne sais quoi d'autre de pénible, se disait-il à l'époque. Il était ravi d'avoir fait ce choix et encore plus quand la circulation était aussi fluide qu'aujourd'hui et qu'il se retrouvait chez lui avant même d'avoir fini sa cigarette qu'il terminait de toute évidence en se servant son premier verre de scotch. Il était encore tôt, certes. Mais sa journée était terminée alors où était le mal ? Nulle part. Puis vu la montagne de rangement qui l'attendait il valait mieux qu'il se mette à boire maintenant.

Trois heures plus tard, son appartement ressemblait enfin à quelque chose. Son linge était fait, le sol était propre, tout allait bien. Il avait réellement mis trois heures car il prenait assez régulièrement des pauses. Pourquoi ? Remplir son verre. Il ne supportait pas de voir son verre vide comme il ne supportait pas de voir une feuille traîner après qu'il se soit presque tué à la tâche. Il voyait rouge, fonçait en titubant vers le carré de papier qui semblait le narguer sur la table. Pourquoi il l'a posée là ? Pourquoi il ne l'a pas jetée tout simplement ? Il avait déjà beaucoup bu et ne s'en souvenait déjà plus. Ses yeux qui voyaient flou peinaient à lire les inscriptions sur le papier. Il arrive à discerner un nom. Kang Yu Jin... Kang Yu Jin... ça lui revient maintenant. C'est son ordonnance pour des vitamines et quelques autres trucs supposés être importants vu qu'il n'a pas jeté la feuille. La garce je lui avais demandé de passer chercher sa putain d'ordonnance. Il se mit à chercher son téléphone. Il savait qu'il avait son numéro. Il lui avait donné son personnel pour l'expérience et il avait gardé le sien. Ce n'était pas dur de la trouver d'ailleurs, il n'avait pas énormément de numéro. Tonalité d'appel. Au moins cette sombre conne a son téléphone d'allumé. Décroche maintenant.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kang Yu Jin
Âge : 22
Occupation : Étudiante (langue étrangère appliquée) / Assistante et modèle photo pour Hyun Su
Quartier : Haeundae
Situation : She makes my heart beat loud enough to make me feel alive ♥
Don : Omnilinguisme
Niveau : 10
Multicompte : Yang Emily, Lee Dae Won, Nobira Takuya, Ban Min Hwan
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t212-kang-yu-jin
Jeu 7 Juin - 5:00


► january 2018, new town, haeundae ♠ i did wrong, i'm sorry
Guess what? I think you like that, you little bitch
yu jin & il kwon
À force de passer de psychologue en psychologue, on pourrait croire qu'il n'y a plus d'espoir.

C'est ce que je me suis mise à croire, éventuellement. Ce n'était jamais directement de ma faute si je devais recommencer le processus du début. L'un partait à la retraite, l'autre avait eu l'offre d'une vie ailleurs. Éventuellement, il a fallu qu'on m'assigne un énième psychologue, et que je recommence une énième fois mon histoire. Que je repasse au travers de tout. Un docteur Kim parmi tant d'autre, qui se trouvera sans doute une bonne raison d'arrêter de me voir lorsqu'il se rendront compte à quel point ce qui se passe dans ma tête est terrible. Un gros clusterfuck difficilement expliquable et complètement indésirable.

Mais celui-là, il n'a pas lâché le morceau. Du moins... par encore? C'est suffisant pour me donner un peu d'espoir. Au départ, il me paraissait un peu froid, impersonnel. Ce que j'ai cru être de la froideur n'était qu'en fait une couche de professionnalisme, et rapidement j'ai eu l'impression que je pouvais lui faire entièrement confiance. J'ai tout déballé mon sac, j'ai même pleuré par moments; mais jamais il ne m'a jugé. Que ce soit le peu d'amis que j'avais à Séoul, que ce soit le jour où Seul Gi m'a rejeté pour mon don, ou le jour de ma fugue vers Busan, ou encore quand j'ai finalement accepté ma sexualité comme qu'elle est et que je ne me suis pas sentie bizarre parce que je pouvais éprouver des sentiments pour une fille. Non, pas une once de jugement. Il était là pour m'écouter, m'appuyer, me conseiller, me guider. Mais pas pour me juger, pas pour me donner l'impression que je suis conne ou que je mérite ce qui m'arrive parce que j'ai fait des mauvais choix.

C'est étrangement une peur qui m'habite souvent, lorsque j'aborde quelqu'un à propos d'événements un peu plus personnels. Qu'on me juge pour les réactions impulsives ou non que j'ai eues, et qu'on me dise que tu sais, Yu Jin, peut-être que si tu avais fait les choses autrement, rien de tout cela ne se serait passé. Au final, c'est entièrement de ta faute, ou n'importe laquelle autre connerie du genre. Pas que mes précédents psychologues m'ont fait le coup. Au contraire, ils étaient professionnels, eux aussi... jusqu'à ce qu'ils partent. Et à ces moments-là, je croyais dur comme fer que leur départ était entièrement de ma faute. Au moins, docteur Kim Il Kwon n'est pas comme ça.

Il a un espèce de don d'arriver à me rendre à l'aise. Il sait que les hôpitaux m'effraient un peu, et il m'a même offert qu'on continue les rencontres chez lui. Pour que je me sentes mieux, pour que je sois plus ouverte et que la thérapie aie plus de succès. L'idée me semblait intéressante, mais... je ne sais pas. D'un sens, j'aimais presque mieux que ça soit à l'hôpital. Dans un lieu public. Ça m'évitait d'avoir peur qu'une situation comme celle avec lui arriverait et que je ne réussisse pas à appeler à l'aide. Pas que j'imaginais que docteur Kim était comme ça. C'est probablement juste ma paranoïa interne. Au moins, j'ai son numéro de téléphone personnel, et il a le mien. Ça permet des rapprochements un peu plus... humain?

Le téléphone. Il sonne depuis un petit moment, et lorsque j'ai réalisé il était presque trop tard. J'ai répondu aussi rapidement que possible, un peu nerveuse, sans même regarder sur l'afficheur de mon portable qui appelait à une heure pareille. La voix du docteur Kim retentit, plus ou moins chaleureuse. Une prescription oubliée. Il veut que j'aille la chercher, c'est important. « Uhm... o-oui, j'arrive », dis-je avec la confirmation de l'adresse.

Il habite New Town, Haeundae. Tout... tout comme moi. Son appartement n'est qu'à quelques rues du mien, alors il n'aura pas à attendre trop longtemps ma visite, et je ne le dérangerai pas très longtemps non plus. Le meilleur des mondes, non? Je m'habille assez chaudement, la température n'étant pas habituellement clémente en hiver à Busan, et je me mets en marche sans trop réfléchir. C'est facile, Yu Jin. Tu cognes chez lui, tu prends la prescription, tu t'excuses de l'avoir oubliée, tu le remercies et tu retournes chez toi. Facile, super facile, me dis-je en cognant à la porte du psychologue avec une touche de nervosité.
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne

_________________
i sing to the rain, i swear to the rain
can you feel it too? ▬ can you feel it by looking at my eyes? does your breath stop when you’re next to me? does your head go blank and dizzy? a feeling that wraps around your body like hot fireworks; do you feel the same way?
(c) bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kim Il Kwon
Âge : 31
Occupation : Psychologue
Quartier : Haeundae
Situation : Parlez lui d'amour, il vous vomira dessus.
Don : Contrainte verbale
Niveau : 4
Multicompte : Kim Ho Joo - Lee Jae Sun - Seo Myung Dae
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1707-kim-il-kwon-come-on-don-t-be-so
Ven 22 Juin - 15:15
Guess what? I think you like that,

you little bitch.





Il Kwon était assis sur son fauteuil, l'ordonnance de sa cliente posée sur la table basse en face de lui. Elle semblait le narguer, lui dire qu'elle était toujours là et qu'il n'avait pas de possibilité de la ranger pour le moment sinon il savait très bien qu'il finirait par l'oublier totalement. Il avait pourtant été clair, il voulait qu'elle passe la prendre au cabinet avant seize heures, heure bénie de la fin de journée. Et pourtant elle ne l'avait pas fait.

Se croyait-elle tout permis pour ne pas respecter mes demandes ou même mon travail ? J'avais dû user de mes connaissances pour pouvoir établir un diagnostic et pouvoir lui proposer les médicaments adéquats et pendant ce temps, mademoiselle oubliait de récupérer ça, son ordonnance que j'ai dû rédiger, imprimer, signer. Et le pire de tout c'est que maintenant, à cause d'elle, mon appartement est propre mais cette feuille, qui m'obsède et que je ne peux cacher dans un coin... Elle est toujours là. À l'attendre.

Il avait finalement décidé de l'appeler pour qu'elle passe la récupérer. Elle ne pouvait définitivement pas rester ici alors qu'il s'était décarcassé à tout ranger. Ce n'était même pas envisageable pour lui. Une sonnerie, puis deux, puis trois. Il commence à croire qu'elle ne répondra pas et sa mâchoire se serre malgré lui. Il grince des dents et serre les poings. Mais elle finit par répondre et instantanément il se détend. Il prend la voix la plus naturelle possible pour qu'elle ne puisse pas déceler qu'un certain degré d'alcool s'écoule dans son corps. Il lui explique le problème et lui demande de venir le plus rapidement possible pour pouvoir commencer à prendre ses vitamines dès le lendemain. Heureusement, elle accepte de venir.

Encore un verre pour fêter ça. Fêter l'arrivée de cette idiote qui va me débarrasser de la dernière chose qui m'encombre, là, tout de suite. Après ça, je pourrai me coucher, ou regarder la télévision, ou boire encore un verre ? Peu importe. Tout dépend du moment où elle voudra bien passer ma porte. Je sais qu'elle habite relativement près. Je connais tous les dossiers de mes patients par cœur, elle ne devrait donc pas être trop longue.

Il regardait sa montre encore et encore. Les aiguilles ne bougeaient pas beaucoup malgré que lui avait l'impression que des heures entières se passaient. La fatigue commençait à jouer sur sa perception du temps. Et cette feuille sur la table... Elle le rendait de plus en plus dingue. Aussi quand il entendait enfin toquer à sa porte un soupir s'échappait de ses lèvres. Il allait ouvrir et accueillait sa patiente avec un sourire plus ou moins chaleureux. Yu Jin, entre donc. Ta prescription est au salon. Son ton était calme, son sourire un peu crispé mais presque naturel. C'était deux fois plus difficile d'agir de la sorte avec quelques verres dans le ventre. Cependant il n'oubliait pas son rôle, ni son projet.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Guess what? I think you like that, you little bitch. [Ft. Kang Yu Jin]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tamao no... BAKA! {T-d-T, libwe I guess...}
» Knock Knock ! Guess who's there ?!
» GUESS YORK FEMELLE DISPARUE DANS LE DEPARTEMENT 38
» 08. I guess this is goodbye
» Guess who I am - Lily

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Wonder in Busan :: BUSAN :: HAEUNDAE :: New Town-
Sauter vers: