AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Un fantôme déplaisant du passé. [Ft. Kyo Ji]

avatar
Kim Il Kwon
Âge : 30
Occupation : Psychologue
Quartier : Haeundae
Situation : Parlez lui d'amour, il vous vomira dessus.
Don : Contrainte verbale
Niveau : 4
Multicompte : Kim Ho Joo - Lee Jae Sun - Seo Myung Dae
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1707-kim-il-kwon-come-on-don-t-be-so
Dim 21 Jan - 3:01
Un fantôme déplaisant du passé.




Il se levait ce matin là avec un mal de crâne incroyable et une haleine à faire pâlir un mort. Non loin de lui, sur sa table de nuit, un cendrier plein de cendres froides et odorantes ainsi qu'un verre de scotch à moitié vide. Ou à moitié plein, qui sait ? Il ne savait même pas s'il avait commencé à boire dedans ou non. Tout ce qu'il savait c'est que la simple vue de ce verre lui donnait une nausée pas possible et d'ailleurs un rot remontait tranquillement le long de son œsophage pour s'échapper de ses lèvres. Il se dégoute à ce moment. Vraiment. Aurait-il mangé un cadavre de rat ? Il n'arrive même pas s'en souvenir. C'était probable après tout. Il faisait vraiment n'importe quoi quand il avait bu.

Il regroupe toutes ses forces pour se redresser. Il s'est encore endormi sur la table de sa salle à manger et son corps le fait souffrir. Fait chier. Il donnerait tout pour remonter en arrière et ne pas avoir bu autant mais bon. Ce qui est fait est fait pas vrai ? C'est impossible de faire un bond dans le temps. Et ça devrait aussi être impossible de se sentir si mal. Une de ses mains pousse le verre plus loin tandis que l'autre s'écrase mollement sur son front pour le masser légèrement. Qu'est-ce qui sent comme ça bordel de merde ? Un mélange de sueur et de vieux linge. C'était ses vêtements qui sentaient comme ça. L'odeur de quelqu'un de misérable. Il fallait qu'il se change et qu'il prenne une douche avant d'aller au travail. D'ailleurs quelle heure il pouvait être ? Sa fidèle montre était toujours à son poignet et il la consultait avec plaisir comme à chaque fois. Elle était belle sa montre et il l'aimait bien. C'était la seule chose sur lui qui n'était pas complétement dégueulasse à ce moment précis alors bon.

7h15. Il n'était pas en retard mais il n'était pas en avance non plus. Il se levait avec difficulté et devait marquer une pause une fois sur ses jambes pour prendre appui sur la table. Il pouvait le faire. Prendre une douche lui ferait le plus grand bien. Il titubait donc jusqu'à sa salle de bain laissant ses fringues sur le chemin comme s'il semait des graines dans un champ. L'eau, la divine eau chaude coulait enfin sur sa peau provoquant un frisson de bien être puissant qui parcourait tout son corps. C'était la meilleure des sensations à ses yeux enfin juste avant le brossage des dents pour se débarrasser de ce goût de cendrier et de brûlure d'estomac.

Une vingtaine de minutes plus tard il était fin prêt pour attaquer sa journée. Enfin ça c'était ce qu'il laissait paraître. Au fond de lui il était totalement mort. Vraiment. Cependant il avait atteint un tel niveau dans l'art de jouer la comédie que celui qu'il voyait dans le miroir juste avant de partir semblait être un autre. Impossible de se sentir comme ça au fond et d'être aussi frais en surface. Je m'impressionne de jour en jour.

Arrivé à l'hôpital il était grand temps pour lui de prendre un café. Ici il avait un goût de chaussette. Il était dégueulasse. Et pourtant il le prenait quand même ici tous les matins et tous les matins il savait que ses collègues allaient vouloir tailler le bout de gras avec lui et tous les matins il savait que ça lui briserait complètement les noisettes. Cette bande d'idiots content de boire leur café de merde, autour de la même table de merde, à raconter les mêmes merdes qui sont arrivées dans leurs petites vies de merde. Il souriait et semblait écouter passionnément les autres jusqu'à 8h15 avant de se rendre à son petit cabinet. Il avait encore le temps de consulter les rendez-vous de la journée en s'enfonçant dans son fauteuil de cuir et en croisant ses longues jambes. Le premier nom à apparaître sur sa liste : celui de Min Kyo Ji. Un policier dérangé. Super.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Min Kyo Ji
Âge : 27
Occupation : fonctionnaire de police & bénévole au refuge pour animaux
Quartier : Gangseo
Situation : éternellement célibataire, mais il y a ce petit jeune, mon premier slow...
Don : Médiuminité. Je vois et parle aux morts
Niveau : 5
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1356-min-kyo-ji-i-believe-in-nothing
Lun 22 Jan - 19:03
Un fantôme déplaisant du passé.




En me levant ce matin, je savais que la journée allait être longue. D'habitude je faisais le maximum pour ne pas trop trainer dans la salle de bain afin d'arriver à l'heure au travail. Mais comme mon patron avait décidé que je devais aller voir un psychologue...J'étais sur que c'était de la faute du duo de psychopathe. Comme je l'avais pensé, la nuit m'avait porté conseil et je m'étais soudainement redressé, les yeux grands ouverts. Mon esprit ayant fait tilt et enfin compris les propos de la morte. Bien évidemment, je n'avais aucune preuve contre l'avocat pourri et ma collègue qui sentait tout aussi mauvais. Depuis, je la gardais bien à l'oeil celle-là. Peut être l'avait elle sentie ? Je ne savais pas trop mais en tout les cas j'avais reçu une convocation pour aller me faire expertiser par un psychologue affilié au commissariat. Je détestais ces médecins qui avaient passé mon enfance à me dire que j'étais cinglé. Je n'avais cependant pas le choix cette fois ci, mais je comptais bien lui faire comprendre que tout allait bien dans ma petite tête.
Même si j'arrivais avec vingt minutes de retard. Cela dit, les psychologues n'étaient jamais à l'heure. Ce n'était pas ma faute, j'avais oublié où j'avais rangé mon nouveau tube de BB crème et retourné tous les tiroirs de la salle de bain avant d'enfin le trouver. D'ailleurs, je n'avais pas rangé et c'était le bordel du coup sur le carrelage.

Je me présentais à l'accueil, indiquant que j'avais rendez vous avec le docteur Kim. Il s'appelait tous Kim dans ce pays haha....Hem. Elle m'indiquait gentiment le chemin et je m'inclinais avant de me diriger vers la salle d'attente. Peu importe où j'allai, il y avait toujours ces cadres moches accrochés sur le mur blanc. Je soupirai, remarquant que j'étais tout seul à attendre. La porte ne tardait pas à s'ouvrir et je tirai un peu nerveusement sur mon pull blanc dans lequel j'étais noyé. La moitié de mes vêtements étaient trop grand pour moi mais c'était une façon de se dire qu'on avait maigri. Ca pouvait paraître idiot comme façon de pensée mais comme ça je me sentais un peu bien. Même si ça n'enlevait pas le fait que j'avais toujours cette petite bouée, imaginaire d'après mon meilleur ami. J'étais sur qu'il disait ça pour ne pas me vexer. Bref, je suivais le docteur Kim dans son cabinet, le saluant comme il se devait avant de prendre place. Je comptais pas plus de dix minutes de séances de toute façon.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kim Il Kwon
Âge : 30
Occupation : Psychologue
Quartier : Haeundae
Situation : Parlez lui d'amour, il vous vomira dessus.
Don : Contrainte verbale
Niveau : 4
Multicompte : Kim Ho Joo - Lee Jae Sun - Seo Myung Dae
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1707-kim-il-kwon-come-on-don-t-be-so
Mar 6 Fév - 19:34
Un fantôme déplaisant du passé.




Il Kwon détestait le retard. Le manque de patience était clairement à ajouter à la liste de ses nombreux défauts et ce matin Min Kyo Ji était en retard, d'une vingtaine de minutes, certes mais ça avait suffi à mettre en rogne le psychologue. Quand on lui avait enfin annoncé sa venue il avait dû se retenir de cracher un "pas trop tôt" amer dans le petit micro du téléphone. Il s'était contenté d'un "ok" avant d'aller chercher son patient dans la salle d'attente. Immédiatement il tendait sa main vers lui en souriant.

Min Kyo Ji, bonjour ! Allons-y.

Il faisait passer son patient en premier et posait même sa main sur son épaule pour le guider en refermant la porte derrière lui. Il lui indiquait le siège d'en face et s'installait à son bureau tranquillement, toujours un très léger sourire aux lèvres. Les premières minutes furent silencieuses car Il Kwon consultait la fiche qu'il avait sur son patient et mémorisait les quelques informations importantes dont il aurait besoin pour faire son analyse. Un jeu d'enfant.

Alors, dîtes moi, c'est votre patron qui vous envoie c'est ça ?, dit-il en lançant un rapide coup d'œil vers son interlocuteur. Ça ne doit pas être facile comme métier policier pas vrai ?

Ouais. Ça doit pas être facile d'être un pauvre connard qui s'amuse à faire chier les gens qui n'ont rien fait pendant que des ordures courent les rues hein ? à en juger par sa petite dégaine relativement faible celui-là ne doit pas en arrêter des tonnes. Enfin, j'imagine que face à un vrai criminel il n'aurait pas ses chances. Un seul coup de croc et Adieu le petit flic au pull trois fois trop large. Alors, de quoi il va se plaindre celui-là ? Il a vu trois gouttes de sang et ça l'a perturbé ? Est-ce qu'il avait seulement quelque chose à m'offrir ?

Il se munissait de son carnet et de son stylo qu'il faisait cliquer pour en sortir la mine avant de se laisser tomber dans le dossier de son fauteuil, toujours ce petit sourire amical aux lèvres. Il était prêt à coucher sur le papier tout ce que son patient aurait d'intéressant à lui dire mais en attendant il allait falloir qu'il l'invite à se livrer. Kyo Ji semblait faible à ses yeux mais il restait sur ses gardes. Il savait parfaitement que n'importe qui n'entrait pas dans la police après tout et que si ce type en face de lui pouvait porter l'uniforme ce n'était sans doute pas pour rien. La vigilance serait de mise pour ce rendez-vous.

Vous devez subir beaucoup de pression dans votre travail, est-ce que vous voudriez parfois juste, je ne sais pas, tout envoyer en l'air et vous sauver le plus loin possible d'ici ? Moi ça m'arrive !, dit-il en riant légèrement. Je plaisante. Allez-y, dîtes moi.

Là était la méthode de travail de Kim Il Kwon. Il aimait poser des questions simples en faisant croire à ses patients qu'il s'intéressait vraiment à ce qu'ils faisaient. Ses entretiens faisaient plus penser à des sortes d'interviews qu'à des vrais rendez-vous. Le but était de faire en sorte que la personne en face de lui se sente importante aux yeux de quelqu'un l'espace d'une demi-heure pour les mettre en confiance le plus possible. Il allait même jusqu'à se permettre des touches d'humour parfois ou encore glisser des petites informations réelles ou fictives sur lui-même. Jusqu'à aujourd'hui ça avait l'air de plutôt bien fonctionner.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Min Kyo Ji
Âge : 27
Occupation : fonctionnaire de police & bénévole au refuge pour animaux
Quartier : Gangseo
Situation : éternellement célibataire, mais il y a ce petit jeune, mon premier slow...
Don : Médiuminité. Je vois et parle aux morts
Niveau : 5
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1356-min-kyo-ji-i-believe-in-nothing
Ven 9 Fév - 18:29
Un fantôme déplaisant du passé.




Arrivé en retard pour un premier rendez vous, ce n'était pas forcément la meilleure manière de marquer des points. Mais ce n'était pas ma faute si je refusais de sortir de chez moi un minimum présentable. Surtout qu'en ce moment je dormais mal alors il n'y avait rien de mieux que de la crème pour masquer les cernes. Pas sur que l'excuse fonctionne cela dit avec un psychologue. Je pouvais toujours dire que j'avais eu une intervention d'urgence ou que j'avais été coincé dans les embouteillages.
J'étais aussi un peu nerveux. Je n'étais pas fan des médecins en général, surtout des psychologues. Je n'avais pas du tout confiance en leur diagnostic. Mais peut être que celui ci était différent ? Avant de venir je m'étais un minimum renseigner à son sujet. Globalement ses patients étaient satisfaits et affirmait qu'il arrivait à lire en eux comme dans un livre ouvert. Et bah...personnellement il n'y avait pas grand chose à regarder chez moi mais bon...
Le docteur Kim n'avait pas tardé à venir me chercher. Déjà lui, il était à l'heure. Pas de chance pour moi. Il m'avait tendu sa main avec un sourire pour me saluer. Je soupirai intérieurement, la lui serrant brièvement. Par contre si il comptait être aussi tactile avec moi ça n'allait pas le faire. Je prenais place sur le siège qu'il me proposait, croisant les jambes. Je sentais que cette séance allait être longue, le visage de mon vis à vis ne me disait vraiment rien qui vaille. Pas qu'il avait l'air d'un criminel mais pour moi, il dégageait quelque chose de bizarre. Mon instinct de policier surement.

- C'est ça

Confirmais je sobrement. C'était quoi cette question ensuite ? Evidemment que ce n'était pas facile. Courir après des fantômes toute la journée et des criminels, ça n'avait rien de reposant. Aish, je n'avais même pas envie d'y répondre tellement c'était aberrant comme question.

- Vous en connaissez vous, des métiers faciles ?

Rétorquais je en croisant les bras. Même le sien, écouter les problèmes des autres. Bon dieu déjà que moi ça me saoulait quand j'étais consigné aux plaintes alors je ne pouvais même pas imaginer ce que Mister Kim devait supporter toute la journée, et tous les jours. Encore, moi, ce n'était que de temps en temps quand je dépassai les bornes.

- De pression....? Non ça va. A part quand mon chef me crie dessus et que j'ai envie de lui couper la langue mais sinon tout va très bien. Bien que comme vous dites, il m'est déjà arrivé de vouloir me tirer. Mais qui n'y a jamais songé ? Gagner au loto et arrêter de travailler

En plus comme je m'occupais en majorité des affaires difficiles, je n'avais pas de temps limites. Si je n'existais pas, elle fermerait et serait classé sans suite. Bref, si le psychologue voulait chercher de ce côté là c'était loupé.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kim Il Kwon
Âge : 30
Occupation : Psychologue
Quartier : Haeundae
Situation : Parlez lui d'amour, il vous vomira dessus.
Don : Contrainte verbale
Niveau : 4
Multicompte : Kim Ho Joo - Lee Jae Sun - Seo Myung Dae
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1707-kim-il-kwon-come-on-don-t-be-so
Mar 13 Fév - 23:52
Un fantôme déplaisant du passé.




D'accord. Alors déjà, m'occuper d'un minable petit flic de bas étage n'était pas du tout, mais alors pas du tout une partie de plaisir pour moi. En plus celui-là était arrivé en retard et là il se permettait d'être arrogant ? Ça veut dire quoi ça "vous en connaissez des métiers faciles vous ?" ?! Et ma main dans sa gueule ça allait être facile aussi hein. Non mais franchement c'est quoi ce bordel ? Aish. Restons calme, restons positif. Ce n'est rien.

Malgré le fait qu'il était en train de bouillir au fond de lui, Il Kwon riait légèrement à la remarque de son patient en passant une main dans ses cheveux. Ce geste il le faisait souvent. Il lui permettait de baisser la tête et de pouvoir serrer la mâchoire sans pouvoir trop de se faire remarquer. Même s'il faisait de son mieux, il savait très bien que son corps avait certaines réactions qu'il ne pouvait pas effacer et qui ne trompaient personne alors au fil du temps il avait appris au mieux à les dissimuler pour que ses interlocuteurs n'aient aucun doute sur ce qu'il pouvait vraiment penser d'eux et de leurs sales manies à faire les malins comme ce petit con en face de moi.

Vous marquez un point ! Cependant je suis certain qu'en cherchant bien il doit y en avoir des moins pénibles que d'autres, bien que je n'irais pas jusqu'à dire qu'ils sont simples pour autant.


Un petit sourire se traçait sur ses lèvres alors qu'au fond il voulait juste lâcher un énorme soupire, prendre ses affaires et se tirer de son bureau. Il n'était pas idiot, il voyait très bien que Min Kyo Ji le policier avait un caractère assez fort visiblement. Il ne savait pas si c'était juste comme ça ou s'il ne le faisait pas exprès mais en tout cas ça n'allait pas être de la tarte de lui faire avouer ce qui ne tourne pas rond dans sa tête. Enfin, ce qui déconne assez pour que son patron l'envoi ici quoi. Ce n'était sûrement pas le fait de côtoyer des criminels tous les jours, Il Kwon en était convaincu. Kyo Ji semblait bien trop fort psychologiquement pour être atteint par ce genre de choses, pas comme la moitié des flics qui venaient le voir. Non c'était sans doute autre chose de bien plus pesant qui rendait son travail pénible. Il finirait par savoir ce qui cloche chez lui-même si pour ça il allait sans doute devoir se bouffer l'intérieur des joues jusqu'au sang tellement les paroles de son patient vont sans doute l'agacer. C'était le prix à payer.

En tout cas, il était un tout petit peu plus détendu à présent et se permettait de poursuivre en faisant preuve d'un peu d'humour même si cette blague cachait un fond de vérité. En fait, c'était la vérité, pure et dure. Sauf que ce n'était pas "parfois" qu'il avait envie de prendre ses jambes à son cou et partir, c'était tout le temps. Vraiment tout le temps. Et là ça ne faisait pas vraiment exception. Il serait mieux chez lui à boire un verre en écoutant un peu de musique mais bon. Il fallait bien gagner sa vie non ? Une fois qu'il eut fini sa petite réplique il laissait patiemment son patient répondre en faisant attention à chaque mot qui sortait de sa bouche. C'était important de faire attention au vocabulaire employé par l'interlocuteur. Réutiliser leurs mots leur donnait parfois la sensation d'être compris et écoutés. Enfin, ça c'était pour les plus facilement manipulable. Bien souvent après Il Kwon avait le droit à des "tout à fait ! Oh mon Dieu vous me comprenez si bien !" alors qu'il n'avait fait que répéter ce qui avait était dit. Escroc ou génie ? Il n'en savait trop rien.

Oh oui. Qui n'y a jamais songé ? Personne j'imagine, ajouta-t-il en souriant. Même les gens qui ont déjà tout voudraient toujours plus. Il s'enfonçait un peu plus dans sa chaise et croisait ses doigts. Alors, Kyo Ji, dîtes moi, au travail visiblement ça va malgré qu'un patron avec une langue en moins serait mieux, mais votre vie, disons, "personnelle", comment c'est ? Je ne vous demande pas de me la raconter, insista-t-il.

C'était important que le client ne pense pas tout de suite qu'Il Kwon voulait s'immiscer dans leur intimité au risque de les bloquer et de les fermer à la conversation. Bon, il pouvait quand même user de son petit "talent" pour les faire reprendre la parole mais il aimait aussi se débrouiller par lui-même.

En fait, je veux savoir si votre travail prend une place importante quand il n'a pas lieu d'être par exemple, est-ce que vous en rêvez ? Est-ce que soudainement pendant que vous cuisinez par exemple ou lorsque vous êtes avec, pourquoi pas, une petite amie, vous y pensez ? Si oui, quand ça arrive, est-ce que vous vous sentez angoissé ?

Il Kwon avait bien compris que le travail de Kyo Ji n'était de toute évidence pas son problème principal. Cependant toutes ces questions avaient pour but de doucement basculer vers sa vie privée.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Min Kyo Ji
Âge : 27
Occupation : fonctionnaire de police & bénévole au refuge pour animaux
Quartier : Gangseo
Situation : éternellement célibataire, mais il y a ce petit jeune, mon premier slow...
Don : Médiuminité. Je vois et parle aux morts
Niveau : 5
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1356-min-kyo-ji-i-believe-in-nothing
Ven 16 Fév - 19:39
Un fantôme déplaisant du passé.




Pourquoi est ce qu'il riait ? Ce n'était pas censé être comique. Décidément, je ne comprendrais jamais les psychologues. A croire qu'ils étaient eux même dérangés. Cela dit ce n'était pas tout à fait faux non plus. Il fallait avoir un grain pour passer sa journée à écouter les autres. Surtout que ca n'avait rien à voir avec ce que je voyais moi au commissariat. La vieille qui s'était fait volé sa tarte au citron ou un chat coincé dans un arbre. Bon après il y en avait qui amusait vraiment et se mettait à raconter sa vie. Généralement j'arrivais à écourter les choses en prétextant une urgence. Mais pour mon interlocuteur ça devait être plus délicat de faire court lors d'une séance. Surtout si on avait affaire à des cas dangereux. Il pouvait s'estimer heureux que je n'en fasse pas partie. Et que je sois un patient tout à fait normal. Pas du point de vue de tout le monde étant donné qu'on m'avais forcé à venir ici. Bref, pour moi il n'y avait pas de travail moins pénibles que les autres. Peut être ceux où on était en contact avec personne ? Mais je ne voyais pas quel genre de métier ça serait. Le gardien du cimetière ? Oh j'aurai pu faire ça et tenir compagnie aux fantômes. Mais il avait aussi ses défauts ce job. Se les cailler la nuit par exemple. Ou courir après des jeunes bourrés qui n'avaient pas d'autres idées que d'aller pisser sur la tombe d'un mort.

- Aucun métier n'est simple, ils ont tous leurs inconvénients...Certains plus que d'autres quand même. Vous vous êtes peinard assis sur votre fauteuil toute la journée alors que moi je passe mon temps à courir après des criminels...Chacun son truc

Dis comme ça on pouvait penser que je n'aimais pas mon travail. Ce qui était faux. J'adorais mettre des gens derrière les verrous, résoudre des affaires. C'était un peu moins cool parce que c'était mon boss qui recevait les éloges. Je ne faisais pas ça pour la gloire mais un peu de gratitude n'avais jamais tué personne. Je ne m'étais pas d'ailleurs inscrit au concours de fonctionnaire de police pour ensuite me la couler douce. C'était la seule chose que j'avais trouvé intéressante comme vocation. Serveur, ça allait bien deux minutes pour aider ma mère à payer les factures. Je lui transférais un peu d'argent quand je le pouvais mais j'étais souvent prêt du 0 sur mon compte bancaire. Miraculeusement, c'était jamais rouge. Je n'avais jamais cherché d'explication d'ailleurs là dessus même si ça m'avais paru bizarre. Bref, je n'avais donc pas vraiment envie de faire autre chose. Changer de chef par contre...Je voterais bien pour. Ca n'avait pas échappé au psychologue qui en avait profité pour s'attaque à ma vie privée.

- Ma vie personnelle ?

Répétais je d'un air automatique. J'en avais une ? Elle était aussi vide que le petit déjeuner de ce matin. Franchement, est ce que j'avais la tête de quelqu'un qui avait une vie sociale ? D'accord j'aimais beaucoup les animaux mais même ça c'était hors de mon territoire. J'avais bien une amie plante Fleur de Lune devant ma fenêtre, qui alléluia, était toujours vivante. Je ne comprenais pas vraiment en quoi ça avait un rapport avec mon "problème" tout ça. Petite amie ou non, cuisine ou pas. Je pensais certes, beaucoup au travail mais c'était pour le bien d'autrui. On allait me reprocher ça peut être ? Il n'y avait que quand j'étais au refuge que je laissais tout ça devant la porte.

- Non tout va bien. Je suis tout à fait épanouie dans ma vie privée et ma compagne aussi

Aka la Fleur de Lune. Après elle était éclot alors c'était un signe qu'elle se plaisait bien chez moi. Bon après le psychologue était pas censé savoir que je parlais d'une plante.

- Je n'ai aucune angoisse. Pourquoi j'en aurais ? Oh je ne doute pas que je me suis fait des ennemis mais bon, si je meurs, je meurs. C'est la vie. Façon de parler bien entendu

Quand on avait passé sa vie à fréquenter des personnes qui avaient trépassés, ça vous paraissait bien futile au final d'avoir peur de mourir.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kim Il Kwon
Âge : 30
Occupation : Psychologue
Quartier : Haeundae
Situation : Parlez lui d'amour, il vous vomira dessus.
Don : Contrainte verbale
Niveau : 4
Multicompte : Kim Ho Joo - Lee Jae Sun - Seo Myung Dae
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1707-kim-il-kwon-come-on-don-t-be-so
Jeu 15 Mar - 17:35
Un fantôme déplaisant du passé.




Après ce léger débat sur les métiers plus ou moins difficiles que l'on pouvait trouver aujourd'hui, Il Kwon avait simplement approuvé la dernière remarque de son patient d'un hochement de tête avant de laisser éclater un léger rire après sa remarque sur le fait que le psychologue était bien peinard comparé à lui. En effet ! Comme je suis chanceux.

Pardon ? Sérieusement ? Rien que pour supporter ce genre d'arrogance je mériterais une médaille pauvre petit con ! Pour qui il se prenait celui-là ? Il se croyait supérieur parce qu'il avait un badge, un uniforme et une matraque ? Pas besoin de tout ça pour exister et je me trouve bien plus important que ce minable !

Il préférait ne rien ajouter de plus. Ce n'était pas nécessaire de parler de ça pendant des heures. Le temps continuait de s'écouler et il était grand temps d'entrer dans le vif du sujet à savoir: pourquoi le patron de ce flic l'avait envoyé se faire ausculter par le vil Kim Il Kwon. Qu'est-ce qui faisait qu'il était assis là en face de lui ? Il décidait d'attaquer doucement sur le terrain de sa vie personnelle afin d'en savoir un peu plus sur lui, de doucement le mettre en confiance. Même si ce mec ne semblait pas être une lumière à ses yeux, il avait tendance à se méfier des employés des forces de l'ordre qui étaient parfois plus entraînés psychologiquement que ce à quoi il voulait s'attendre. Kyo Ji n'était pas son premier et sûrement pas son dernier alors bon.

"Ma vie personnelle ?" Ben oui ta vie personnelle ! Est-ce qu'il est sourd en plus de ça ou est-ce qu'il ne comprend simplement pas ma question ? Je dois lui faire un dessin avec lui au milieu et lui expliquer mieux que ça ? Pourquoi semble-t-il si perdu dans ses pensés d'un coup ? Est-ce que je viens de lui demander de me décrocher la lune ? Sa vie personnelle c'est quelque chose qui est censé l'entourer tous les jours alors pourquoi est-il si long ?

Il Kwon faisait gigoter son stylo en mordillant sa lèvre inférieure. Ce petit tic dénonçait son impatience lorsque Kyo Ji reprit enfin la parole pour simplement répondre qu'il était parfaitement épanouie dans sa vie. Les sourcils du psychologue se froissèrent un peu avant qu'il ne note quelque chose sur sa feuille gardant le silence. Le policier enchaînait tout seul en déclarant qu'il n'avait aucune angoisse et qu'il s'en sortait très bien, chose qu'Il Kwon notait encore une fois. Il se laissait ensuite aller dans sa chaise et portait sa tasse de café à ses lèvres. Alors dîtes moi, pourquoi vous êtes ici si tout va bien ? Un fin sourire se traçait sur ses lèvres. Vous êtes épanouie, heureux, n'avez peur de rien, vous vous sentez à l'aise dans vos chaussures... Peut-être que c'est votre patron qui devrait venir me consulter alors ? Il riait légèrement en reposant sa tasse. Il savait bien qu'il y avait un non dit mais comment arriver jusqu'à ce qui clochait chez ce type ? Combien de personnes avez-vous mis derrière les barreaux ?
lumos maxima


Dernière édition par Kim Il Kwon le Ven 23 Mar - 10:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Min Kyo Ji
Âge : 27
Occupation : fonctionnaire de police & bénévole au refuge pour animaux
Quartier : Gangseo
Situation : éternellement célibataire, mais il y a ce petit jeune, mon premier slow...
Don : Médiuminité. Je vois et parle aux morts
Niveau : 5
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1356-min-kyo-ji-i-believe-in-nothing
Dim 18 Mar - 19:13
Un fantôme déplaisant du passé.




Ok, soit ce mec avait le rire facile ou alors il était pas stable dans sa tête. Encore une fois il avait rit suite à ma réponse. Non mais, à la fin j'allai finir par craindre que le psychologue en face de moi était en fait un psychopathe qui tuait ses patients. Bon après, il avait pas l'air d'avoir saisi que je trouvais pas son travail comme une chance. Si je devais être coincé dans un bureau sur un fauteuil, je préférais nettement l'être tout en haut d'une tour avec zéro contact. Oh oui, ça serait vraiment le pied. Sauf évidemment que je pourrais pas éviter les fantômes mais à la limite, ils étaient plus supportable que les vivants. Bref, je ne voulais pas non plus m'attarder sur qui avait le meilleur job. Je n'étais pas venu pour ça. Pour rien d'ailleurs. Ma présence était seulement requise parce que c'était un ordre de mon chef.
Il allait regretter d'avoir pensé que j'avais des soucis une fois le compte rendu du médecin sous la main. Son employé n'avait aucun problème de santé. Juste en surpoids mais à ma connaissance, ce n'était pas un crime dans la police, si ? Et ne pas trainer avec ses collègues non plus. C'était de l'ordre du privée. Ma vie personnelle m'appartenait, même si elle était presque déserte. Je n'aimais donc pas forcément en parler, vu qu'il n'y avait rien à dire dessus. J'étais donc bien embêté quand le psychologue m'avais interrogé là dessus. Mettant surement trop de temps vu que je l'avais vu noter quelque chose sur son carnet. J'avais donc choisi au final de déclarer que tout allait bien dans le meilleur des mondes. Bien que ce dernier était chaotique dernièrement.
Mon travail ne me causait aucun stress. Oh bien sur il m'arrivait d'avoir une légère crainte. C'était le métier qui voulait ça. Mais mon job, je le faisait bien. Peu importe ce qu'en pensait le chef et les autres. C'était grâce à moi que les affaires non élucidés l'étaient.

- Pourquoi pas ? Je crois qu'il n'arrive pas à gérer sa colère

Rétorquais je à sa question sur mon supérieur. Faire du yoga ou des exercices de respiration lui ferait grandement du bien et au moins, il cesserait de me crier dessus pour tout et n'importe quoi. Ce n'était pas ma faute si les plaintes dont j'étais chargé étaient hyper ennuyantes et que je ne voulais donc pas m'en occuper.

- Combien ? C'est une question sérieuse Monsieur Kim ? Même si ça ne fait pas dix ans que je suis dans la police, je ne m'amuse pas à compter ce genre de chose. Ce n'est pas une compétition

J'avais haussé un sourcil. Me demandant vraiment où le médecin voulait en venir avec cette question stupide. En plus, bien avant d'être dans la police, j'avais aussi contribué à l'arrestation de criminel de façon anonyme, quand j'étais à Séoul.

- La raison pour laquelle je suis là, c'est parce que mon chef pense que je suis fou. Parce que j'ai la fâcheuse manie de parler tout seul. Vous ne réfléchissez jamais à voix haute vous ?

En vérité, j'étais loin d'être seul mais mon interlocuteur ne le savait pas.
lumos maxima


Dernière édition par Min Kyo Ji le Dim 25 Mar - 21:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kim Il Kwon
Âge : 30
Occupation : Psychologue
Quartier : Haeundae
Situation : Parlez lui d'amour, il vous vomira dessus.
Don : Contrainte verbale
Niveau : 4
Multicompte : Kim Ho Joo - Lee Jae Sun - Seo Myung Dae
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1707-kim-il-kwon-come-on-don-t-be-so
Ven 23 Mar - 13:14
Un fantôme déplaisant du passé.




Ce patient était spécial, pas le moindre doute là-dessus. En plus d'être flic, il avait un problème qu'Il Kwon avait beaucoup de mal à cerner pour l'instant. Il se permettait donc un peu d'humour car il sentait bien que l'ambiance devenait de plus en plus tendue et son but n'était pas de crisper son patient et de le fermer à tout dialogue, bien au contraire. Il voulait que cet homme en face de lui se confie afin d'en finir. Comme pour tous les autres, réussir à le faire parler ne lui apporterait rien. Les gens qui se battaient avec leurs démons et les problèmes qu'ils pouvaient rencontrer n'étaient pas les siens après tout, il s'en fichait bien lui et comme il était tenu au secret professionnel il ne pourrait pas aller se venter auprès du patron du jeune policier. Cependant on avait fait appel à lui alors il n'avait bien pas le choix.

Contre toute attente, cette fois Kyo Ji avait été un peu réceptif à son humour en confirmant que son boss avait du mal à gérer sa colère. Rien d'étonnant. Lui aussi devait être en proie à un stress plutôt gargantuesque jour après jour. Du peu qu'il avait discuté avec lui Il Kwon avait pu remarquer que c'était un homme qui avait du mal à garder tout ça en lui sans finir par exploser. Pas de chance pour Kyo Ji qui semblait en faire les frais.

Enfin bon, ils n'étaient pas là pour s'attarder sur le patron. Il Kwon se risquait donc à demander combien de personne Kyo Ji avait pu mettre derrière les barreaux. Sa réaction le fit d'ailleurs sourciller légèrement. Pour qui il se prend lui ? Il est définitivement trop arrogant à mon goût. S'il continue je vais peut-être l'assassiner avec mon coupe-papier tiens ! Il tapotait sa lèvre avec son stylo avant de noter quelque chose sur son carnet encore une fois. Certes. Je ne compte pas mes patients non plus après tout. Je ne m'attendais pas à un nombre précis, juste une moyenne, quelque chose d'approximatif. On m'a rapporté que même si vous êtes un drôle de type, vous prenez votre travail à cœur.

En réalité le psychologue avait fait quelques recherches avant de recevoir le policier. Il était tombé sur peu d'article de presse contenant son nom et ça l'avait un peu étonné. Bon, il était courant que ce soit les chefs qui s'approprient tout le mérite des affaires résolues par les plus "petits". En revanche, il était vrai qu'on lui avait dit que c'était un bon policier qui s'investissait dans son travail. C'était cette contradiction qui lui avait mis la puce à l'oreille.

Kyo Ji finissait par avouer les raisons de sa venue ici. Le patron s'était bien gardé de parler de ça à Il Kwon qui le notait sur son carnet. Je vois. Son interlocuteur n'avait pas tort. Il arrivait à tout le monde de parler seul, à Il Kwon peut-être plus qu'à d'autres d'ailleurs. Cependant ça devait vraiment être inquiétant si Kyo Ji le faisait au point que son patron l'envoie chez le psy. Ça vous arrive vraiment souvent ?
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Min Kyo Ji
Âge : 27
Occupation : fonctionnaire de police & bénévole au refuge pour animaux
Quartier : Gangseo
Situation : éternellement célibataire, mais il y a ce petit jeune, mon premier slow...
Don : Médiuminité. Je vois et parle aux morts
Niveau : 5
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1356-min-kyo-ji-i-believe-in-nothing
Dim 25 Mar - 21:41
Un fantôme déplaisant du passé.




Je le regardais à nouveau griffonner. J'étais curieux de savoir ce qu'il pouvait bien noter à mon sujet là dessus. J'essayais de ne pas faire de faux pas, pour sortir le plus rapidement possible de cette consultation inutile. Je me demandais si il savait que j'avais été déjà suivi dans mon enfance par ses compatriotes à Séoul ? Surement. Avec internet, c'était facile de se passer les dossiers. En tout les cas, il s'était renseigné sur mon travail manifestement pour dire que j'y tenais. Ah c'était certains que si je ne l'appréciais pas je ne m'embêterait pas autant à résoudre des affaires et à courir après des morts. Enfin, ça c'était la partie non visible de l'iceberg. Le médecin désirait une moyenne. J'en avais vraiment aucune idée. Je ne devais pas compter ma période d'auto entrepreneur, c'était sur. Le chiffre serait trop gros par rapport aux trois années passés dans la police de Busan.

- Un drôle de type ? haha, c'est vraiment tout ce qu'on vous a rapporté sur moi ?

Non vraiment. Mes collègues n'avaient pas fait mieux que ça pour me décrire ? C'était étonnant. Sauf peut être Bong vu tous les efforts qu'il faisait pour que je l'accepte comme ami.

- Enfin sinon, je sais pas trop combien j'en ai mis en moyenne derrière les barreaux...Une cinquantaine ?

Je ne me rendais pas compte si c'était beaucoup ou pas. Après tout j'étais surtout dans les affaires non élucidés, qui pouvaient me prendre des mois avant de trouver la réponse. Comme ma chasse sur le député Seo Ga Myung par exemple. Alors forcément je passais à côté des délits mineurs qui pouvaient augmenter mon compteur. Bien évidemment, le monde extérieure n'était pas au courant que c'était moi qui avait résolu des affaires ou coincé des assassins qui n'avaient laissé aucune trace sur le lieu du crime. C'était mon chef qui prenait toutes les éloges, pour ma sécurité. Je m'en fichais un peu, je ne faisais pas ce métier pour la gloire. Alors oui, peut être que je me mettais à courir sans prévenir mon partenaire, que je me mettais à crier sur des suspects, mais c'était pour la bonne cause. Et non parce que j'étais atteint d'une certaine folie.
Je me demandais bien d'ailleurs, ce que Docteur Kim penserait de mes discussions avec moi même.

- Trop souvent manifestement pour mon patron

Rétorquais je avec un petit sourire. Même si je faisais attention à ne pas le faire en public, ca pouvait arriver que je me fasse surprendre. Non, tout ça j'étais sur que c'était à cause de l'avocat et de In Na. Celle-ci avait dû souffler l'idée à notre supérieur que je n'allai pas bien. Et paf, direction la case psychologue. Remarque, mon médecin aussi voulait que j'y aille. Il était persuadé que je faisais une fixation sur mon poids. C'était ridicule. Je voyais très bien que j'avais des kilos en trop, ce n'était pas du tout utile de me mentir.

- Je peux vous poser une question docteur ? Comment vous me trouvez ? Je veux dire, physiquement. Et soyez honnête je ne vais pas vous frapper
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kim Il Kwon
Âge : 30
Occupation : Psychologue
Quartier : Haeundae
Situation : Parlez lui d'amour, il vous vomira dessus.
Don : Contrainte verbale
Niveau : 4
Multicompte : Kim Ho Joo - Lee Jae Sun - Seo Myung Dae
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1707-kim-il-kwon-come-on-don-t-be-so
Mer 28 Mar - 14:27
Un fantôme déplaisant du passé.




Oui. Un drôle de type. C'était ce qu'on lui avait dit sur Min Kyo Ji et plus la séance passait plus il comprenait pourquoi c'était ces mots là qui avaient été choisis pour le qualifier. Il n'avait pas froid aux yeux. Rien à voir avec certains de ses patients qui se terraient dans le silence jusqu'à ce qu'il soit contraint et forcé d'utiliser son don. C'était terrible cette manie qu'avaient les gens de se braquer totalement face à un inconnu même s'il fallait bien avouer qu'Il Kwon était loin d'inspirer la totale confiance même s'il s'efforçait de bien se comporter pour ne pas rencontrer ce genre de problème. Il souriait donc à la question du policier. Grosso modo oui, c'est ce qu'on m'a dit sur vous. Avec le fait que vous êtes un bon policier investi. Ne vous concentrez pas que sur le négatif. Je trouve ça bien que votre travail soit reconnu par les autres. Il était sincère. Certaines personnes ruinaient leurs vies à faire des efforts pour finalement toujours rester dans l'ombre et ne jamais sortir de leurs trous. Enfin bon, cette parenthèse avait permis à Il Kwon de comprendre une chose: Min Kyo Ji portait visiblement une attention particulière à ce qu'on pensait de lui et plus précisément sur l'avis négatif qu'on pouvait avoir de lui puisqu'il n'avait que relevé sur le "drôle de type". En soit il y avait pire comme critique mais bon.

Ils revenaient finalement sur une partie plus sérieuse de la conversation à savoir la carrière du jeune homme. Une cinquantaine de personne ? C'était un bon chiffre relativement impressionnant pour Il Kwon qui n'y connaissait trop rien. C'était possible que ce soit peu mais pour lui c'était énorme. D'ailleurs son expression légèrement étonnée trahissait le fait qu'il soit au fond de lui légèrement impressionné. Sentiment qu'il aurait aimé renier d'ailleurs. Ce n'était pas dans son habitude d'être impressionné par quoi que ce soit et encore moins par les autres mammifères qui vivaient à ses côtés que ça lui plaise ou non. C'est impressionnant. Je comprends mieux leurs dires dans ce cas. Il aurait aimé s'arracher la langue en se rendant compte que ce qu'il venait de dire il le pensait véritablement. Enfin bref. Ce n'était pas le moment de défaillir.

Il avait fini par lui avouer qu'il parlait seul ce qui avait mis la puce à l'oreille du psychologue. Parler seul était quelque chose de relativement courant que tout le monde faisait, certes, mais de manière trop courante, cela devenait un trouble qui traduisait quelque chose de plus profond. C'était pour cette raison qu'Il Kwon l'avait questionné sur la fréquence de ses discussions solitaires ce à quoi le policier avait répondu que c'était trop souvent sans doute pour son patron. Il Kwon notait ça bien sûr en hochant légèrement la tête. Tête qu'il relevait plutôt brusquement quand il entendait la question que lui posait le policier. Il venait de confirmer l'hypothèse qu'il avait émise mentalement plus tôt, Kyo Ji devait sûrement porter une attention capitale à l'image que les autres pouvaient avoir de lui pour oser poser ce genre de question. La situation devenait délicate. Le psy s'enfonçait dans son siège et regardait fixement le policier en réfléchissant aux mots qu'il allait employer. Comment je vous trouve ? Est-ce vraiment important ?

Ouais j'étais en train de faire traîner l'arrivée de mon jugement. Qu'est-ce que je peux bien lui dire ? Est-ce que je dois être honnête ou jouer la carte du "nous ne sommes pas ici pour discuter de mes goûts en matière d'esthétique" ? Je suis un peu perdu, je dois bien l'avouer. Aish ! Je déteste les flics ! Je n'ai pas pour habitude de juger physiquement mes patients mais si je dois vraiment vous donner mon avis je vous trouve... Mouais. Passable. Très bien comme vous êtes. Vous n'avez pas de crainte à avoir sur l'image que vous renvoyez.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Min Kyo Ji
Âge : 27
Occupation : fonctionnaire de police & bénévole au refuge pour animaux
Quartier : Gangseo
Situation : éternellement célibataire, mais il y a ce petit jeune, mon premier slow...
Don : Médiuminité. Je vois et parle aux morts
Niveau : 5
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1356-min-kyo-ji-i-believe-in-nothing
Lun 2 Avr - 22:13
Un fantôme déplaisant du passé.




Investi ? Reconnu ? Je me demandais si finalement le psychologue avait été voir le bon commissariat. Ou alors il avait interrogé que Bong. C'était impossible que mes autres collègues aient pu sortir ce genre de choses. Je ne faisais jamais aucune sortie avec eux en dehors du travail et j'étais très loin d'être agréable quand ils me parlaient. Surtout quand j'étais en punition. Difficile pour moi de croire donc ce que venait de sortir le médecin. Mais quelque part je désirais ne pas remettre ses propos en doutes et me sentir pendant un instant fier. N'importe quel être humain avait besoin d'un peu de reconnaissance. Même si ce n'était pas illustré par une médaille - je préférais d'ailleurs un bon chèque si possible. Je me battais becs et ongles avec mes affaires de crimes pour gagner plus d'argents. Mon compte en banque n'était pas vraiment des plus enrichis, demander donc à mon banquier qui m'appelais souvent.

- Je sais que je travaille bien, mais ils m'ont jamais dit ça

Expliquais je en retour. Tout le monde n'avait pas des encouragements ou des félicitations de la part de ses collègues. Et même en dehors d'ailleurs vu que je ne parlais pas vraiment de boulot avec les rares amis que j'avais. Quant à ma mère, et bien je ne voulais pas la faire paniquer alors je me contentais simplement de dire que c'était comme d'habitude : des rondes. Ce qui n'était pas entièrement faux cela dit. Bien que si je m'étais juste contenté de ça, je pourrais compter les criminels que j'aurais arrêté. J'avais donc dû improviser quand le psychologue m'avais posé la question. N'ayant pas vraiment de mesure sur la quantité, vu sa tête impressionné ça faisait beaucoup. Est ce que j'avais exagéré ?

- Enfin, tout ce que je peux dire c'est que ce n'est pas moi qui met le voleur d'orange en prison...Je suis plus ancré dans les enquêtes de meurtres...C'est d'ailleurs la dernière en date qui m'a valu cette petite visite. Je ne sais pas si vous suivez les actualités ? La serveuse retrouvé morte ? Les autres privilégient le suicide mais je suis sur que c'est un meurtre

Surtout que je savais qui était les coupables. Mon esprit avait eu un peu de mal à faire le lien entre les paroles de la défunte concernant mes "amis" et le duo de psychopathe. Quand je pensais qu'ils venaient juste de tuer une pauvre innocente et que je les avaient retrouvés en train de copuler dans l'allée. Erk. Rien que d'y repenser j'avais envie de vomir. Enfin bref, je n'étais pas venu là pour me plaindre que personne ne me croyais quand je disais quelque chose. Simplement pour prouver que tout allait bien dans ma tête. J'en profitais aussi pour questionner le médecin sur mon physique, sur ce fameux surpoids que j'avais et dont personne n'avais l'honnêteté de dire. J'hochais la tête à sa question. Si ça ne l'était pas je ne l'aurais pas posé idiot. Il mettait d'ailleurs un peu trop de temps. Tout ça pour quoi ? Je soupirais, croisant les bras sur mon gros ventre. Ah mais oui, vu que j'étais assis il ne voyait pas bien.

- Ce n'est pas ce que je demande...attendez

Je me levais du siège, reculant suffisamment du bureau pour que le psychologue ait eu une vue d'ensemble. Quoique avec le pull large que j'avais. Ca ne voyait pas trop que j'avais une bouée de sauvetage. Je décidais donc de retirer le vêtement, le gardant dans ma main.

- Vous n'avez vu que ma tête...maintenant vous voyez que je suis énorme

Mon médecin disait que c'était faux et que j'étais d'ailleurs plutôt en dessous. Que j'avais plus du muscle que de la graisse. Mouais. A d'autres.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kim Il Kwon
Âge : 30
Occupation : Psychologue
Quartier : Haeundae
Situation : Parlez lui d'amour, il vous vomira dessus.
Don : Contrainte verbale
Niveau : 4
Multicompte : Kim Ho Joo - Lee Jae Sun - Seo Myung Dae
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1707-kim-il-kwon-come-on-don-t-be-so
Sam 14 Avr - 16:47
Un fantôme déplaisant du passé.




Il Kwon savait que Kyo Ji était un bon policier. Après il n'avait parlé qu'à un seul de ses collègues et à son patron mais pas besoin de le préciser. Il savait bien qu'un peu de compliment de temps à autre ne faisait de mal à personne, alors bon autant dire que tout le monde était plus ou moins d'accord sur ses capacités en tant que membre des forces de l'ordre. Il souriait quand Kyo Ji Lui affirmait qu'il savait être un bon élément mais que ses collègues ne lui avaient jamais rapporté de tels propos. Si vous savez que vous êtes bon, c'est le principal. S'il n'est pas aisé pour tout le monde de recevoir des compliments, il n'est aisé pour absolument personne d'en faire. Ça Il Kwon était bien placé pour le savoir. Pour que lui lâche un mot gentil il lui fallait vraiment faire un effort surhumain. C'était le cas pour beaucoup de gens, montrer son admiration pour autrui pouvait facilement être perçu comme un signe de faiblesse surtout quand le compliment était porté sur les capacités de la personne visée.

Kyo Ji parlait ensuite de la dernière affaire à laquelle il était rattaché. Un suicide, même si lui était convaincu que c'était un meurtre. C'était visiblement ça qui l'avait conduit ici. Il Kwon secouait néanmoins la tête de gauche à droite. Il n'avait pas entendu parler de cette histoire. Lui, les actualités ça ne l'intéressait pas du tout en encore moins les histoires de morts. Et comment pouvez-vous en être si certain ?

C'est clair que si tout porte à croire que cette pauvre femme a juste décidé de mettre un terme à sa vie et que lui est convaincu que quelqu'un l'a tué alors il est sûrement fou ou au mieux psychopathe. Pourquoi se compliquer la tâche ? Il doit bien avoir une bonne raison ou un truc en béton pour prendre la peine de chercher plus loin alors que tout pourrait être simple.

Contre toute attente, le policier se mettait à questionner Il Kwon sur quelque chose de tout à fait différent de leur conversation jusqu'à maintenant : son physique. Il kwon n'avait pas pour habitude de regarder le physique des gens pour autre chose qu'une potentielle partie de jambes en l'air avec un ou une inconnue qui n'aurait de toute façon pas de lendemain. Étrangement il n'avait donc jamais été du genre à juger les personnes qu'il pouvait rencontrer sur leurs physiques. Enfin bon, puisque Kyo Ji le lui demandait, il était prêt à faire un effort et à regarder pour une fois le corps devant lui qui n'avait a priori rien de bien perturbant. Visiblement c'était important pour lui, il devait sûrement souffrir d'un complexe dont Il Kwon ignorait tout pour l'instant. Il lui avait donc simplement dit ce qu'il pensait.

Aish, qu'est-ce qu'il me fait avec ses bras ? Est-ce qu'il est en train de réellement bouder comme un gosse ou je rêve ? Sérieusement c'est quoi ça ? Et qu'est-ce qu'il fout là ? Est-ce que mon bureau ressemble à un podium de défilé de mode ? Ou alors à un club de strip-tease ?!

Le psychologue ne savait plus vraiment où regarder d'autant plus que son patient tenait des propos délirants. Il était loin d'être obèse. à mon avis vous n'avez jamais vu quelqu'un d'obèse. Enfin, au moins Il Kwon venait de découvrir que Kyo Ji avait un vrai problème avec son poids. Il Kwon ne serait même pas étonné qu'il souffre d'hallucinations quand il se regardait dans un miroir. Ça pouvait arriver chez certaines personnes notamment celles qui souffraient d'anorexie. Vous vous trouvez donc trop gros c'est ça ?
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Un fantôme déplaisant du passé. [Ft. Kyo Ji]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand les fantômes du passé reviennent vous hanter.
» Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn]
» Karuli ∞ Les fantômes ne sont que des fleurs fanées du passé.
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Wonder in Busan :: BUSAN :: HAEUNDAE :: Hôpital Moonhwa-
Sauter vers: