AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 The Lady and the Grumpy - (ft. Lee Luna)

avatar
Zimmermann Alex
Âge : 33
Occupation : Lutteur de Sambo & Propriétaire d'un dojo à Gangseo
Quartier : Gangseo
Situation : Célibataire, il ne cherche absolument pas à s'engager depuis qu'il se sait condamné.
Don : Aucun
Multicompte : Lim Yong Kyu & Shim Wenxia
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1584-alexander-zimmermann-your-time-
Lun 13 Nov - 12:22

The Lady and the Grumpy


« Voilà, c’est bien comme ça ! Bah vous voyez quand vous voulez … ! Nam Sin, ta garde. Fais gaffe, elle a tendance a être trop basse. Yu Hee, tes appuis. Plus solides, sinon il va te … . Eh bah voilà ! On enchaîne. Travail au sol. Immobilisation. Prise de soumission. Parfait ! Allez, on se relève et on recommence. Non, non Min Hwa pas comme ça. Jamais le poing fermé, ce n’est pas réglementaire. Avec la paume, les atemis avec le dos de la main, coup d’avant-bras, coup de coude mais jamais avec le poing fermé. Ok ? ». Et dire que j’en suis là maintenant. A enseigner à des gamins. On m’aurait dit ça il y a encore un an, je pense que je me serais bien marré. Non pas que j’ai les gosses en horreur, loin de là. C’est juste que je pensais cruellement manqué de pédagogie, pour pouvoir dispenser des cours. L’autorité et la fermeté, ça ok pas de problème je l’ai, je l’ai toujours su et n’en ai jamais douté. Mais la pédagogie en revanche … là, je dois vous avouer que j’avais de sérieux doutes ! Je croyais que je ne disposais pas suffisamment de patience pour cela. Eh bah contre toute attente, si mon vieux ! Ouais sur ce coup là, j’admets que je m’impressionne moi-même. Quand on m’a diagnostiqué cette putain de tumeur cérébrale il y a maintenant … un an et neuf mois très exactement, je n’avais dès lors plus qu’une seule envie : continuer à mener une vie de barreau de chaise. Une vie dissolue, décousue et faîte d’excès. Aucune contraire, aucune responsabilité. Juste faire ce que je veux, quand je veux sans aucune limite ni restriction. Bref, profiter pleinement et entièrement du si peu de temps, qui me restait à vivre. Quoi ? J’étais dans mon bon droit. On venait de m’inviter instamment de mettre un terme à carrière. Après de telles nouvelles, je pense qu’on peut se permettre d’envisager son avenir sous ce jour. Mikhail a mis fin à sa carrière quelques semaines après moi. La raison ? Des douleurs chroniques et persistantes dues à des multiples blessures. Quand il est venu me trouver, pour reprendre un dojo à Gangseo qui allait fermer et former la relève du Sambo coréen … je crois que je lui ai gentiment ri au nez et l’ai prié poliment, quoi que, d’aller se faire foutre. Ah ça pour sûr, ce n’était clairement pas dans mes plans !

Toutefois, le salaud m’a eu à l’usure. Bah oui, à force de me tanner et de me travailler au corps, j’ai fini par céder histoire qu’il me fiche la paix. Qu’il a bien fait d’insister ! Aujourd’hui, je ne me vois absolument pas faire autre chose. Si pour au moins une fois dans ma vie, je peux faire un truc bien, c’est sans conteste à présent. La rédemption par le sport. Ca a marché pour moi. Alors, pourquoi cela ne fonctionnerait pas avec tout ces gamins paumés et sans repère ? Je sais bien que cela ne suffira pas pour racheter mes fautes mais … ça donne un sens à ma vie. Du moins, au si peu qu’il en reste. Leur offrir une seconde chance. Comme Monsieur Soltnikov l’a fait avec moi, des années auparavant. Voilà tout ce qui m’importe désormais. Je jette un œil à la pendule accrochée au mur en face de moi. Déjà ? Je n’ai clairement pas vu le temps passer. Je tape dans mes mains afin d’avoir l’attention de tout le monde, et déclare à voix haute sur un qui fait très coach : « Ok tout le monde, c’est tout pour aujourd’hui. On se dit à la semaine prochaine, même heure et surtout, même motiv’ ! Je n’entends rien ! ». Les gosses déclament à l’unisson un second « Oui, Coach ! », après un premier qui était beaucoup trop faiblard à mon goût. J’opine du chef en arborant une petite moue de satisfaction. Leurs parents les attendant sûrement à l’extérieur, ils quittent donc tous le dojo, sans prendre le temps de faire un détour par les vestiaires. En passant devant moi, chacun prend congé de moi en le ponctuant à sa façon : « Au revoir Alex. » ; « A la semaine prochaine Alex. » ; « Bye Alex. » ; « Ciao Alex » et j’en passe. ‘Sont sympas ces gamins n’empêche. Je commence même à récolter les fruits de mon travail. Certains sont moins en conflit avec leurs parents, et ne sont plus, ou presque plus, en décrochage scolaire. Lorsqu’une mère ou un père vient me voir, limite les larmes aux yeux, et me remercie d’avoir « sauver » leur môme : je me dis que j’ai tout gagné. Ca, cela vaut toutes les médailles d’or et les titres de champion du monde. Bon, je ne vous cache pas que certains ont plutôt la tête dure et ne sont pas encore prêt à mettre un terme à leur crise de rébellion. Un peu comme moi au même âge quoi.

Cela dit, je ne désespère pas. Tôt ou tard, j’arriverais bien à trouver le mot juste qui finira par leur donner le déclic. Il le faut. Je n’ai pas le choix. J’aimerais avoir plus de temps devant moi, mais ce n’est pas le cas. Arrête de douter ! Je n’ai pas le temps pour douter. Tout ce que j’ai, c’est encore beaucoup de travail. Pfffiou, c’était le dernier cours. Pas mécontent que la journée soit finie. Ca commençait à tirer sérieusement sur la fin. On a instauré une sorte de roulement avec Mikhail. Il s’occupe d’un groupe, je m’occupe du suivant et ainsi de suite. Tiens justement, quand on parle du loup … ! L’immigré et orphelin d’origines kazakhes, s’avance vers moi en applaudissant dans ses mains et en arborant un expression faussement admirative. Il me chambre là. Oui, il est entrain ni plus ni moins, de se foutre ma gueule ! Il s’immobilise à quelques mètres de moi, et se met en garde. Oh non pitié … . Pas ce soir. Je ne suis pas vraiment pas en jambes pour ce genre de conneries. Dans un soupir, je lève les yeux au ciel et termine le contenu de la petite bouteille d’eau, que j’avais laissé sur un banc non loin. Sachant pertinemment quoi faire pour que je réagisse, le jeune homme de sept mois mon cadet se met alors à me provoquer. Oh alors là … ! Il n’en fallait pas moins pour que je relève le défi. Je broie la bouteille en plastique dans ma main et la bazarde au loin, avant de finalement me mettre en garde à mon tour. Round d’observation. On se tourne autour, se jauge et se toise du regard. Cela fait dix-huit ans que l’on se fréquente. Autant dire que depuis le temps, on se connaît sur le bout des doigts. Néanmoins lorsqu’on s’affronte, jamais on ne fait l’impasse sur cette étape. Je lève et avance une main dans sa direction, lui proposant ainsi une épreuve de force. Un domaine dans lequel je suis quasiment certain d’avoir le dessus. A ma grande surprise, il accepte et vient saisir la main que je lui tend. Attentif et vigilant, j’avance la seconde niveau de la ceinture. Là aussi, il s’en empare sans hésiter. Toutefois, je n’ai pas le loisir de le repousser en arrière. Tel un footballeur taclant un ballon, il glisse agilement sur le tatami passant entre mes jambes et arrivant ainsi dans mon dos. Sans tergiverser, il agrippe mes chevilles et les tire vers lui. Résultat : je m’étale de tout mon long comme une merde au sol.

Hé, ce n’est pas réglo ça ! Hum, ce que tu peux être prévisible mon pauvre ami ! Je te connais, comme si je t’avais tricoté. Ni une ni deux, il opte pour une prise dont j’étais certain qu’il userait. Un collier arrière, ou prise du sommeil. Pour ceux qui ne voit toujours pas, il tente de m’étrangler en pliant son bras autour de mon cou. Je tente de me relever, mais cesse finalement de me débattre lorsque je constate qu’il met tout son poids dans la prise. Roulant afin de me retrouver à plat ventre, je parviens finalement à me libérer et à revenir sur mes pieds, en exécutant un truc à mi-chemin entre une roulade avant et un saut carpé. Mikhail se relève et me regarde d’un air perplexe, suite à cette évasion peu protocolaire et académique. Je me contente uniquement de hausser les épaules et d’arquer les sourcils. Bah, quoi ? Je croyais qu’on ne se fiait pas aux règles. Et puis au risque de paraître puéril et grotesque : c’est lui qui a commencé ! On poursuit donc. Pas de prises. Uniquement un échange de coups. Atemis, coups d’avant bras, coups de coudes, droites, gauches, manchettes. Roundhouse Kick, Spinning Heel Kick, Front Kick, Side Kick. Là, je prends cher. Un coup me fait d’ailleurs tituber et voir trente-six chandelles. Je porte ma main à lèvres. Pas de sang. On continue. Un de ses coups de pied au visage manque de peu de m’atteindre. J’ai juste le temps de mettre ma main sur ma joue afin d’éviter les dégâts. Son pied reste coincé sur mon épaule. Une ouverture. Si j’en crois son regard, il sait qu’il vient de creuser sa tombe et que c’est mort pour lui. Sourire en coin, je m’empare de sa cheville et de sa jambe en extension, puis bondis en ligotant tout mon corps autour de ce membre inférieure. Chute au sol. Tentative de soumission avec un Ankle Lock. Une torsion de la cheville dans le sens inverse de l’articulation. Il abandonne en tapant trois fois sur le tatami. Bouya, j’ai gagné ! Prend ça dans ta face ! Bon en revanche, aucun mérite. C’est à cause de multiples fractures à cette cheville que Mikhail a arrêté sa carrière. Une victoire, mais au goût amer donc. En nous relevant, mon plus vieil ami me pointe du doigt et me dit sur un ton résolument joueur : « Ok, tu gagnes pour cette fois. Mais la prochaine fois, je te mets une misère dont tu te souviendras pendant longtemps. ».

Nous lâchons de concert un rictus, avant qu’il ne s’en aille. Ouais, ouais, ouais tu as raison tiens … ! L’espoir fait vivre comme on dit. Je m’empare d’un serviette éponge, reposant elle aussi sur le petit banc, et m’essuie le front, les joues et les pommettes. En rouvrant les yeux et lâchant la serviette là où je l’avais prise, j’aperçois une toute jeune femme portant un sac à dos sur l’épaule. Oh merde … c’est vrai, on est Lundi. Légèrement pris au dépourvu, je dis sur un ton trahissant ma surprise. « Oh Luna. Je ne t’ai pas entendu entrer. Vas-y, je te laisse aller au vestiaire pour te changer. Je reviens d’ici cinq petites minutes. ». Je suis quasiment certain d’être aussi blanc que mon kimono. Putain … . J’ai un haut de cœur. Non pire, carrément une nausée. J’accélère le pas en direction d’une porte menant à notre bureau. Enfin, « bureau » … . Un bien grand mot ! Repaire suintant et fleurant bon la testostérone ainsi que le mâle Alpha, me semble être plus approprié. J’arrive finalement aux toilettes. Il était temps. Un peu de plus et je redécorais tout le carrelage. A genoux le nez dans la cuvette, je dégueule tripes et boyaux. L’acidité me fait monter les larmes aux yeux. Putain d’Oncologue de mes deux ! « Vous allez voir, c’est un traitement léger et sans effet secondaire. ». Mon cul ouais ! Mon mal terminé, j’attrape un tube de pilules coincé dans la doublure intérieure de mon kimono. Sans la moindre hésitation, j’en jette le contenu dans les toilettes. Pas pour moi. J’ai déjà donné et ai retenu la leçon. Hors de question de me retrouver de nouveau dans un état pitoyable. Pas question, c’est fini ! D’un geste rageur, j’appuie sur le bouton poussoir de la chasse d’eau, et pousse bien malgré moi un cri de colère. Je m’adosse contre la porte, pose ma tête contre le bois laqué et ferme les yeux, tout en me concentrant sur ma respiration afin de me calmer. Lorsque c’est le cas, je me relève et part vers le lavabo afin de me rincer la bouche et de me passer un peu d’eau sur le visage. De retour dans la salle principale, mon « Petit Scarabée » n’est visiblement pas encore changée et prête. Ah les gonzesses, je vous jure … ! Je m’installe donc sur le banc où sont entreposées mes affaires, et passe comme je peux le temps en pianotant sur mon portable.

©️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
 
The Lady and the Grumpy - (ft. Lee Luna)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Luna Scamander [ACCEPTEE] ~ Auror
» LUNA X GRIFFON FEMELLE 1 - 2 ANS (34) ADOPTEE
» Single Lady - Timberlake Parody
» Vient demander à Guillaume de renouer avec Luna
» Luna Lovegood(Serdaigle)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Wonder in Busan :: BUSAN :: GANGSEO-
Sauter vers: