AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Beautiful nightmare [feat. Thara]

avatar
Jang Saren
Âge : 30
Occupation : Homme d'affaire (officiellement), Mafieux (officieusement)
Quartier : Haeundae
Situation : Célibataire
Don : Empathie accrue
Niveau : 5
Multicompte : Kim Sun Hi & Hwang Dae Seo & Lee Je Ha & Rhee In Na
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t740-jang-saren-ris-tout-le-monde-rir
Mar 26 Sep - 0:33
Le mafieux était au téléphone, sa discussion était un peu houleuse, mais il se fichait pas mal des paroles de la personne à l'autre bout du fil. C'était un docteur, le docteur qui s'occupait de Thara en fait. Saren ne lui avait pas téléphoné pour savoir comment avançait la grossesse de la Colombienne. De toute manière, il n'en veut pas de cet enfant, il le redoute, il lui fait presque peur. Ce qu'il désire, c'est que la jeune femme avorte, qu'elle mette un terme à cette mascarade pour que tout le monde soit tranquille. C'est ce qu'il y a de mieux, il en est certain. "J'en ai rien à foutre de votre avis ! Je vous paye déjà assez grassement comme ça. Alors, si vous voulez votre prime, vous allez ramener votre cul ici avec votre matos et la faire avorter ! Refusez et je vous garanti que j'irais kidnapper votre femme et que chacun de ses organes trouveras preneur ! Et son cadavre ira pourrir au fond de l'océan !" L'homme à l'autre bout du fil sembla protester, mais la menace était assez sérieuse pour qu'il accepte. Sa voix indiqua qu'il finissait ses rendez-vous et qu'il viendrait directement après, dans quelques heures. C'était parfait, il n'avait pas besoin de plus. Il raccrocha sans rien dire de plus. Il était énervé, mais pas que par cette conversation.

En fait, sa nuit avait été mouvementée, il n'avait pas réussi a trouvé le sommeil. Ses yeux étaient cernés de noir, ses traits plus tirés qu'il ne devrait l'être et sa fatigue le rendait grincheux. Fichu cauchemar... Le souvenir le hantait toujours, la vision de Thara sur un lit d'hôpital agonisant alors que le docteur lui ouvre le ventre tandis qu'elle est dans un état de parfaite conscience. Il l'entend... il l'entend crier quand en plus de ça on lui écarte sa chair pour voir l'intérieur de ses entrailles, des mains déjà ensanglantées plongées dans son ventre à la recherche de quelques choses. Lui est là, à ses côtés, la voyant agoniser, son visage plein de sueur et déformé par la douleur qui ne fait que s'intensifier. Le docteur commence à retirer ses mains qui tiennent quelque chose. Ca commence à bouger puis à faire du bruit, des pleures, c'est un enfant, son enfant. Son petit corps à la peau qui a un aspect entre le bleuté et le rougeâtre, couvert d'une substance à l'air gluante qui le dégoutte. La chose gesticule et hurle alors que Thara... Thara est là, inerte, les yeux totalement vitreux fixés vers le plafond, les mains pendantes de chaque côté du lit. Personne ne s'occupe d'elle, elle est ignorée, abandonnée, l'attention de l'équipe médicale étant focalisé sur cette monstruosité tout droit arraché de son ventre. Pourquoi personne ne fait rien ? Pourquoi il ne l'aide pas ? Et son ventre ? Vont-ils le laisser ouvert, ses entrailles visibles aux yeux de tous ? Ça le dégoûte ! Le pauvre Saren implore de l'aide, mais on se retourne vers lui en lui montrant cet alien, cet enfant qui n'est autre que sa progéniture. Mais il n'en veut pas, il veut juste que Thara soit soigné. C'est l'un qu'un rire s'élève, une sage femme toujours cachée derrière son masque : Elle est morte monsieur se moque t-elle. Sale garce ! C'est impossible, la Colombienne ne peut pas mourir. L'évidence le frappe en plein visage, elle est morte. Quel rêve horrible n'est-ce pas ? Depuis qu'il s'était réveillé ce matin, il se sent mal, effrayé par ce rêve qui sonne comme une prémonition à ses yeux. Cet enfant, il n'en veut pas, il refuse que cette abomination puisse prendre la vie de sa meilleure ennemie.

Sa colère monta d'un cran, il était dans son bureau son téléphone toujours à la main. De nouveau, il téléphona à ce fichu médecin. "C'est pas dans trois heures qu'il faut venir ! C'est maintenant, sinon je vous jure que je vous bute vous et toute votre putain de famille à la con !" hurla-t-il avant de balancer l'appareille à travers la porte. Attendre... non ! Impossible. Chaque minute qui passe le rapproche de ce cauchemar. Elle va dire adieu à cette chose qui grandit dans son ventre, il refuse que cette progéniture puisse la tuer. Saren est le seul à pouvoir ôter la vie de la jeune femme. C'est sa proie, la sienne, celle de personne d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hidalgo Thara
Âge : 30
Occupation : Fille unique du big boss de la mafia colombienne à la recherche d'un petit travail pouvant lui permettre de passer incognito.
Quartier : Haeundae
Situation : Dans un merdier monstre. Entre des sentiments éprouvés pour son plus grand rival: Jang Saren et une grossesse à assumée et dont le digne héritier est le sien. (5mois)
Don : Pas besoin de dons pour se débrouiller dans la vie.
Multicompte : Callum Anna & Park Sung Min.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 26 Sep - 1:00
Paisiblement, ses yeux se ferment. Les deux mains sur l'abdomen, la future mère peine à trouver le sommeil. Cela fait plusieurs jours que ses nuits sont bien plus longues que ses jours. Son corps gesticule dans tout les sens pour trouver une position potable pour l'aider à trouver ce sommeil réparateur dont elle a tant besoin mais rien n'y fait. Au fil des mois, ce ventre s'arrondit, de nouvelles douleurs font leurs apparitions, des douleurs lombaires qui lui décroche une vilaine grimace sur le visage à chacun de ses pas. Bientôt ils sauront si il s'agit la d'une petite fille ou d'un petit garçon qui prend forme au fil du temps à l'intérieur de cet abdomen. Curieusement, la colombienne avait fort hâte d'en apprendre plus sur cet individu qui partageait son corps et qui la mettait parfois dans tout ses états. Inconsciemment, elle offrit quelques caresses à ce ventre rond, comme ci ce tout petit bébé à l'intérieur pouvait les ressentir, les apprécier même. Cet instant partagé avec l'aida à trouver le sommeil et alors qu'elle commençait à sombrer peu à peu dans les bras de Morphée, elle fût de nouveau sortie de ses songes par une voix grave et hautaine, un cri pourfendant les cieux, des hurlements qu'elle aurait espéré ne pas avoir à entendre ce soir.

Cette voix, elle la reconnaissait entre milles. Saren. Lentement, elle se redresse de son lit pour tendre un peu plus l'oreille et tenter de percevoir quelques mots pouvant la mettre sur la voie de la raison de ses hurlements mais rien à faire, elle était bien trop loin pour pouvoir les comprendre. Curieuse et intriguée par ce chahut, elle finit par se lever complètement du lit pour entreprendre quelques pas en direction de la provenance de cette voix ou elle trouverait certainement un Saren en furie. A proximité immédiate du bureau dans lequel il se trouvait, la brune sursauta lorsqu'un objet semblait avoir été projeté sur la porte. Cet homme est fou, complètement fou même. Sans attendre plus, elle décide finalement à ouvrir cette pauvre porte pour faire face au coréen, le teint blafard, épuisée de ne pas savoir trouver le sommeil. «Et si t'arrêtais de gueuler un peu! Ça fait une heure que j'essaye de me reposer sans y arriver et quand je trouves enfin le repos, je t'entends hurler dans toute la maison!» Hurla à son tour la colombienne cernée en posant son regard sur l'ensemble du bureau encore en état, en revanche pour ce qui est du téléphone portable sur le sol, c'était une toute autre affaire. Sans une parole, elle s'abaissa pour le rattraper et le garder dans sa main, relevant par la suite les yeux sur l'homme face à elle. «Je peux savoir à qui tu étais en train de parler de cette façon, ou tu vas m'envoyé valser gentillement sur les roses comme tu viens de le faire avec cette personne?» Demanda t-elle cette fois d'une voix un peu plus calme.

Ce n'est pas comme ci elle l'était en temps normal, mais la fatigue commençait à être bien trop importante pour qu'elle n'ait l'envie de débattre ou de s'emporter comme Saren le faisait si bien seul. Au pire des cas, il avait qu'à s'en aller à la rencontre de cet individu et à en faire ce qu'il voulait tant qu'elle de son côté pouvait se reposer tranquillement de son côté. Oui, c'était bien ça qu'elle souhaitait le plus en ce moment; Se reposer pleinement pour avoir la force suffisante pour affronter ses journées souvent riches en rebondissements. Entre les rendez-vous médicaux et autres, la jeune Thara n'avait jamais eu sa vie aussi riche en événements que maintenant, et Saren le savait mieux que personne vu qu'il était celui qui payait toutes ses consultations et qui faisait en sortes qu'elle soit suivie par les meilleurs. Si seulement elle savait ce qui se tramait tout juste derrière son dos.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jang Saren
Âge : 30
Occupation : Homme d'affaire (officiellement), Mafieux (officieusement)
Quartier : Haeundae
Situation : Célibataire
Don : Empathie accrue
Niveau : 5
Multicompte : Kim Sun Hi & Hwang Dae Seo & Lee Je Ha & Rhee In Na
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t740-jang-saren-ris-tout-le-monde-rir
Mer 27 Sep - 0:55

La porte de son bureau s'ouvrit, chose qui n'était pas prévue, mais il allait devoir faire avec. C'était Thara, les hurlements qu'il avait poussés à travers le téléphone l'avait attiré. Quand on dit que la curiosité est un mauvais défaut c'est la vérité. Ce n'était pas à son avantage de la voir là. Parce que comme n'importe quel être humain, c'est une curieuse, elle va vouloir savoir ce qu'il s'est passé et lui... et lui va s'énerver encore plus, lui crier dessus, l'insulter peut être et pire encore, il pourrait être violent. Sa voix se fait entendre, elle l'engueule parce qu'il fait du bruit alors qu'elle tente de dormir. Putain, qu'est-ce qu'il en a foutre de son sommeil ? Lui-même n'a pas dormi de la nuit, il est dans un état pitoyable et elle vient tout ramener à sa petite personne. Pour qui elle se prend, le nombril du monde ? Son visage fait une grimace moqueuse, il est désagréable comme bien souvent et pire encore vu que là, il est grandement fatigué. "Au dernière nouvelle, je suis chez moi. Je fais ce que je veux. Alors, si je veux gueuler, putain je gueule !" lui balance t-il méchamment au visage toujours agité par la colère et la peur qu'on provoqué chez lui ce cauchemar.

Son téléphone, il le regard, gisant sur le sol, totalement détruit par le choc qu'il avait subi contre la porte. Ça ne sera que le deuxième à changer ce mois-ci, ce n'est pas si grave. La jeune femme le ramasse et l'observe, elle s'imagine qu'il doit y avoir un problème avec quelqu'un de l'extérieur. La pauvre, elle est loin d'imaginer que c'est elle le problème, que c'est cette maudite grossesse qui fait arrondir son ventre de jour en jour, la menant vers un destin funeste d'après le rêve qui l'a profondément marqué. Voilà qu'elle pose la question, qu'elle veut savoir qui était au téléphone. Elle ne devrait pas demander, la réponse ne lui plaira pas, elle n'aimera pas ce qu'il a prévu pour elle. Jusque là, il pouvait le supporter, il pouvait la laisser avoir cet enfant. Plus maintenant. Pour lui, ce bébé c'était le diable, le monstre ultime qui lui retirera sa Thara, qui lui volera la femme dont il est amoureux sans même le comprendre. Comme souvent, il est excessif, mais c'est ainsi qu'est Jang Saren. "C'était ton docteur ! Ton putain de connard de docteur qui refusait ma demande. Alors, c'est pour ça que je dois employer les menaces pour lui faire bouger son cul jusque ici !" déclare-t-il la voix sur un ton bien trop haut pour que sa réponse soit naturelle et normale. "J'en ai marre de tout ça !" annonce-t-il en montrant le ventre arrondis de la demoiselle. "C'est terminé ! C'est hors de question que tu aies cet enfant. Tu vas avorter aujourd'hui, d'accord où pas d'accord, j'en aie rien à foutre !" ajoute Saren en passant sa main dans ses cheveux, exténué de ne pas avoir dormi comme il faut et ayant toujours les visions cauchemardesques de Thara morte. C'est insupportable d'y penser. Et ce sentiment d'impuissance qu'il avait ressentit et qui est toujours là, coincé en lui, lui donnant à chaque instant l'impression qu'elle va mourir à cause de la chose qui se trouve dans son ventre. Hors de question ! Il ne peut pas laisser ça arriver. "Le docteur sera là dans pas longtemps. Tout sera bientôt réglé !" Ceci n'était pas dit pour elle, mais c'était pour lui, il cherchait à se rassurer, à trouver du positif dans tout ce négatif. Bientôt cet enfant ne sera plus qu'un lointain souvenir. La demoiselle ne risquera plus de mourir à l'accouchement, elle sera libérée d'une menace mortelle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hidalgo Thara
Âge : 30
Occupation : Fille unique du big boss de la mafia colombienne à la recherche d'un petit travail pouvant lui permettre de passer incognito.
Quartier : Haeundae
Situation : Dans un merdier monstre. Entre des sentiments éprouvés pour son plus grand rival: Jang Saren et une grossesse à assumée et dont le digne héritier est le sien. (5mois)
Don : Pas besoin de dons pour se débrouiller dans la vie.
Multicompte : Callum Anna & Park Sung Min.
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 27 Sep - 14:20
Retour à la réalité. Triste réalité. Les nuits chaudes et paisibles aux côtés de Saren disparaissaient de sa mémoire aussi vite qu'il ne s'était mit à lui hurler dessus. Bien évidemment, elle s'abstint de lui renvoyer la balle, elle qui semblait réellement morte de fatigue pour perdre patience contre le mafieux face à elle. A la place, elle se contenta de s'abaisser avec difficulté vu la lourdeur de son ventre, pour récupérer le téléphone portable qui semblait avoir tenu bon malgré le choc. Plusieurs questions lui vint alors en tête sur l'identité de l'homme ou la femme qu'il avait contacté et très vite elle eut droit à sa réponse. Une réponse qui risquait bien de la faire sortir de ses gongs. L'individu en question n'était autre que le médecin traitant qui suivait avec attention la grossesse de la demoiselle, un médecin qualifié, l'un des meilleurs même de la ville, parce qu'elle avait besoin de ça pour être au maximum préserver des aléas de la grossesse. Jusqu'à maintenant, l'homme avait joué son rôle à la perfection, pas de quoi énerver Monsieur Jang qui récompensait son travail par une coquette somme d'argent, alors pourquoi s'en prendre à lui si soudainement? «Et?» Demanda t-elle sérieusement, un regard neutre rivé sur celui du coréen.

Et tout bascula. Son petit monde s'écroulait soudainement lorsqu'il remettait sur le tapis cet avortement. Il était hors de question pour elle à quatre mois et demi de grossesse d'avorter. Sait-il seulement qu'il est impossible de le faire à partir d'un certains nombre de semaines? L'avortement devient alors un accouchement prématuré, il est souvent pratiqué quand l'enfant à une malformation quelconque qui pourrait lui coûter la vie et ce n'était pas le cas de l'enfant Jang se trouvant à l'intérieur de son abdomen. «Pardon?!» Sa main encerclant le téléphone portable resserra sa prise sur l'objet, la colère commençait peu à peu à la saisir, l'incompréhension aussi. Les mots lui manquaient, en inspirant profondément elle leva les yeux vers le plafond en laissant échapper un premier rire nerveux d'entre ses lèvres. «Tu t'fous de ma gueule, c'est pas possible autrement!» Ajouta t-elle avant de balancer à son tour le téléphone portable en direction de Saren. «Tu vas l'appeler et tu vas annuler parce qu'il n'y aura pas d'avortement Saren ! Tu m'entends? Il n'y en aura pas!» Hurla t-elle à son tour en posant sa main sur son abdomen instinctivement.

Elle ne se laissera certainement pas faire et si il fallait fuir de la demeure Jang pour être en sécurité et bien elle le ferait, laissant de côté ce mafieux qui ne pense qu'à sa petite personne. Orgueilleux personnage. Que pensait-il sérieusement? Qu'elle accepterait avec un sourire aux lèvres? Elle pensait qu'il accepterait, parce qu'elle, de son côté avait finit par s'y faire. Elle avait finit par se dire qu'il y avait bien un petit cœur innocent qui battait en elle, celui d'un enfant pur qui n'a rien demandé à personne, un cœur doux qui pourrait lui apporter tant d'amour et de fierté. Oui. Elle pourrait être fière d'avoir mit au monde un être aussi innocent qu'elle ne le sera jamais. Si elle de son côté était condamné à l'enfer, elle refusait que cet enfant le soit également et ce n'est certainement pas la moitié de son patrimoine génétique qui lui enlèverait cette raison suffisante qui pourrait l'aider à devenir quelqu'un de meilleur. «Tu ne toucheras pas à cet enfant Saren. Je te l'interdis formellement et si tu oses mettre la main dessus pour l'anéantir j'te tuerais sans remords.» Grogna t-elle la mâchoire serrée. Si elle devait se mettre l’univers tout entier à dos pour la survie de ce pauvre enfant et bien soit, elle le ferait, jusqu'à même se mettre l'homme qu'elle aime à dos parce que c'était bien de l'amour qu'elle éprouvait au fil du temps pour le mafieux, bien qu'elle n'ait jamais trouvé le courage pour le lui avouer. Il ne fallait pas être très intelligent pour le comprendre, en général, Thara se fichait éperdument des hommes, mais avec Saren, tout était différent. Saren était le seul capable de la mettre dans un tel état, de la faire passer du rire aux larmes, de l'amour à la colère, un amour puissant qui serait capable justement de tout anéantir sur son passage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jang Saren
Âge : 30
Occupation : Homme d'affaire (officiellement), Mafieux (officieusement)
Quartier : Haeundae
Situation : Célibataire
Don : Empathie accrue
Niveau : 5
Multicompte : Kim Sun Hi & Hwang Dae Seo & Lee Je Ha & Rhee In Na
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t740-jang-saren-ris-tout-le-monde-rir
Mer 27 Sep - 22:31
Comment pourrait-elle comprendre ? Son refus n'était pas étonnant, tout comme la colère qui commençait à émaner d'elle par tous les pores de sa peau. Cet enfant, elle ne voulait pas qu'on puisse y toucher, sauf qu'elle n'a pas vraiment le choix. Lui, il refuse de voir ce montre venir au monde et tuer la jeune femme, ça lui serait totalement insupportable. C'est pour ça qu'il se doit de prendre le taureau par les cornes et d'attaquer le premier. Le médecin va venir, quoi qu'elle en dise et il fera en sorte que ce fœtus ne soit plus. Cette chose difforme ne sera qu'un lointain souvenir, une sorte de mini cauchemar qu'il aura réussi à vaincre. Il regarda le téléphone qu'elle lui avait lancé, mais qu'il n'avait pas attrapé. Ce dernier avait échoué sur le sol se retrouvant dans un état encore pire que lorsqu'il a rencontré la porte de son bureau. Si elle pense qu'il va lui obéir, elle se trompe. Saren n'est pas aux ordres de la demoiselle. Sa décision est prise et s'il faut qu'il l'attaque pour qu'elle reste et qu'elle subisse cette torture, alors qu'il en soit ainsi. "Parce que tu penses sincèrement avoir le choix dans cette histoire ?" lui demande-t-il accompagné d'un petit rire nerveux. "Sur ce coup là, c'est pas toi qui décide ma belle. Cet enfant, ne viendra pas au monde, un point c'est tout !"

Comment pourrait-il être plus clair ? Est-ce qu'il doit lui faire un dessin pour qu'elle finisse par comprendre les sens des mots prononcés ? Elle va avorter, aujourd'hui même, dès que ce connard de médecin sera arrivé pour faire le sale boulot. Mais ça l'énerve, elle l'énerve à contester ses ordres. Le simple fait qu'elle ne puisse pas comprendre que c'est important, que c'est vital qu'elle se sépare de cette chose qui pousse dans son ventre. Elle a de la chance de ne pas ressentir ce qu'il ressent, car elle serait submergée par l'angoisse et la peur qui sont en train de lui torde l'estomac en ce moment même. Chaque fois qu'il la regard, il revoit ses yeux vitreux, dénué de toutes lueurs de vie, inerte et froid. Ce souvenir de son cauchemar le fit grimacer. Le pauvre se sentait si mal et elle qui ne comprenait rien à rien. Thara était catégorique, elle refusait qu'il puisse la toucher, qu'il puisse tuer cette enfant. Et si jamais il tentait de la faire, elle préférait largement tuer son amant. Mais bon sang, qu'elle idiote. C'était en train de le rendre fou de rage. "Putain ! Pourquoi tu veux pas comprendre ? Pourquoi tu veux ce gosse ? C'est quoi ton délire ? T'as juste envie qu'il te tue c'est ça ? T'as envie d'être sur un putain de lit d'hôpital, les tripes à l'air pendant qu'ils vont retirer ce... ce... cette chose de ton ventre ? C'est comme ça que tu veux partir ?" gronde-t-il avec violence."Tu veux mourir c'est ça ? Parce que si c'est vraiment ce que tu veux, dis le, je prends mon flingue et je te liquide sur le champ !" lance-t-il en ayant envie de dire d'autre chose aussi horrible. Son regard se pose sur elle, sur ce maudit ventre qui s'arrondit et qu'il maudit intérieurement. Il a fallu quelle tombe enceinte... Une seule fois avait suffis pour que ça se produise, si c'est pas de la malchance. Sur l'instant, il avait envie de la frapper, de lui faire mal pour qu'elle comprenne. Mais plutôt que de se venger sur elle, c'est le mur qui se prit un coup droit. Bien entendu, le mur était bien plus fort que le poing de Saren et il se fichait pas mal de s'être fait mal. "Tu pourras dire ce que tu veux, cet enfant ne viendra pas au monde ! J'essaie de te sauver la vie, mais t'es trop conne pour comprendre ça !" Son regard croisa celui de la jeune femme, il était à la fois énervé, mais un profond désespoir y brillait aussi.

Sans rien dire de plus, il quitta le bureau, passant devant elle, comme si la discussion était close. Sur son passage, de colère, il renversa un vase qui se brisa en un tas de petits morceau tout en répandant l'eau qu'il contenait. Les fleurs qui si trouvaient vint colorer le carrelage blanc, mais plutôt que de rendre cette couleur joyeuse, ceci ne fit que la rendre plus triste. Saren continua sa route pour aller dans sa chambre. Sa colère était trop importante, il était presque sur le point de suffoquer, il fallait qu'il explose. Une fois sa porte claqué comme le ferait un adolescent en colère, il commença à tout mettre sans dessus-dessous. Faisant voler sa lampe de chevet à travers la pièce, brisant sa commode à coup de pied, il était hors de lui. Elle ne peut pas mourir, il ne veut pas qu'elle meurt, pas elle, pas sa jolie Thara. Une fois la colère à son paroxysme, une autre émotion commença à se dévoiler, la tristesse, une peine profonde, un désespoir qui lui donnait l'impression de grimper le long de ses jambes pour tout doucement l'engloutir. D'un pas las, ayant perdu le goût de tout, il s'en alla dans sa salle de bain, tourna le robinet d'eau froide et se posta dessous, tout habillé. Est-ce que l'eau pourrait le faire revenir à lui ? Est-ce que ça va chasser sa peur extrême ? Des larmes se mirent à couler sur son visage, heureusement mélangées et cachées par l'eau qui lui ruisselait déjà dessus. Le jeune homme se laissa glisser le loin de la paroi pour se retrouver assit avec l'impression d'avoir été mit en pièce. Ainsi, elle a choisi la mort... c'est tellement triste et désolant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hidalgo Thara
Âge : 30
Occupation : Fille unique du big boss de la mafia colombienne à la recherche d'un petit travail pouvant lui permettre de passer incognito.
Quartier : Haeundae
Situation : Dans un merdier monstre. Entre des sentiments éprouvés pour son plus grand rival: Jang Saren et une grossesse à assumée et dont le digne héritier est le sien. (5mois)
Don : Pas besoin de dons pour se débrouiller dans la vie.
Multicompte : Callum Anna & Park Sung Min.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 28 Sep - 14:10
Comme ci elle n'avait pas le choix. Personne ne lui interdit quoi que ce soit et encore moins, ne lui donne des ordres. PERSONNE. Ce fût plusieurs rires nerveux qui s'échappaient de ses lèvres, à défaut de tout envoyer valser pour lui prouver qu'elle ne plaisantait pas elle aussi. Il fallait qu'il comprenne que peu importe ce qu'il dit, elle n'irait jamais dans son sens concernant cette interruption de grossesse soudaine. Elle refusait de se retrouver sur le billard, les tripes justement à l'air pendant qu'un médecin lui extirpe cet enfant à peine formé. Elle en souffrirait bien plus qu'en le mettant au monde naturellement, une fois les neuf mois passés. Mais lui non plus ne pouvait pas comprendre, après tout ce n'était pas lui qui mettrait au monde cet enfant, et heureusement pour lui d'ailleurs.

A nouveau Saren s'emportait. Il sortait des mots bien plus cruels que des gifles, à cette allure c'est ce qu'elle aurait préféré qu'il fasse. Son cœur bondissait en même temps qu'il énonça l'idée de sortir son arme à feu pour lui tirer une balle en pleine tête ou en plein cœur. «C'est bien la ce que tu souhaites?» Lui avait-elle demandé en sentant un mélange de tristesse et de colère poindre en elle. Son regard se fit beaucoup plus dur, plus intense même, elle avait mal terriblement, elle qui semblait se noyer dans l'incompréhension la plus totale. Il y a peu, Saren l'aurait presque caressé avec douceur cet abdomen, faisant en sortes que son enfant et celle qui le porte soient tout deux préserver du mal et aujourd'hui, il semblait mépriser cet enfant comme la peste. Il était la à lui hurler dessus, à le pointer du doigt en l'accusant de meurtrier, d'assassin, son assassin à elle. Ce pauvre petit être innocent ne demande que l'aide de sa mère pour survivre, elle qui est censé lui rapporter les nutriments nécessaires pour lui permettre de croître et de devenir un enfant comme les autres. Cet enfant ne demande que de l'amour et de l'attention, il ne mérite pas d'être insulter de la sortes et encore moins que quelqu'un le tue par orgueil comme son soit disant père était sur le point de faire.

Il campait sur ses positions, persuadé que la meilleure chose à faire était de tuer l'enfant pour se libérer d'un poids, d'une souffrance (?). A ses yeux, ce n'était plus devenu un besoin mais une nécessité, cet enfant devait mourir ce soir qu'elle soit d'accord ou non. Cet acte barbare dissimulé sous un pseudo sauvetage, lui fit froid dans le dos, elle en eut presque la nausée rien que d'imaginer la suite des événements. Dans tout les cas, il était hors de question pour elle que de se laisser toucher par le médecin autrement que pour des examens, qu'il range son scalpel et ses outils de malheurs car il ne touchera pas à son enfant ce soir. Sous le passage de Saren, la colombienne ferma les yeux pour retenir au maximum sa peine. Le bruit d'un fracassement de verre la fit sursauter et grimacer, la colère du coréen semblait s'être abattue sur un pauvre vase qui traînait sur son passage, mais pas que..

A cette allure, ce serait la maison entière qui y passerait. «Saren..» Souffla t-elle à voix basse dans un premier temps en continuant de percevoir de l'agitation, comme ci sa douceur soudaine aurait pût l'apaiser lui qui était si loin, qui semblait déconnecté de toutes réalités. De nouveaux bruits plus forts se firent entendre. Il partait loin, beaucoup trop loin. Sans un mot, la future maman s'élança jusqu'à l'endroit ou se trouvait le coréen, sans craindre une seule seconde de se manger un meuble ou une lampe de chevet en pleine tête. Son but était bien la de calmer les choses, d'apaiser les esprits à défaut de les échauffer. Une fois à proximité immédiate de la porte de sa chambre, elle l'ouvrit d'une poigne assuré et loin d'être craintive. Son regard finit par s'agrandir devant ce désordre monumental, Saren, lui, ne semblait pas sur les lieux, son ombre malheureuse déambula jusqu'à un jet d'eau perceptible aux oreilles de la demoiselle.

Elle ne savait pas ce qu'elle y trouverait, ni l'état dans lequel il serait, mais elle osa s'avancer vers lui malgré tout. «Hey! Qu'est-ce que tu fous la! » lui avait-elle demander d'une voix quelque peu inquiète. Ses deux mains se posaient sur les épaules du coréen trempé de la tête aux pieds, sans lui demander son avis elle l'attira jusqu'à elle pour l'éloigner de ce jet d'eau glacé qui à défaut de lui faire du bien risquait plus de le rendre malade qu'autre chose. Gentilement, elle l'incita à s'asseoir sur le sol de la salle de bain pour qu'il puisse reprendre ses esprits, tout en restant agenouillée à ses côtés. Au bout de quelques secondes à l'observer, elle finit par lui tendre deux trois serviettes de bain traînant par la pour qu'il puisse au moins se frotter le visage et les cheveux, les vêtements iraient directement dans le sèche linge.  «Et c'est moi qui a un problème..» Souffla t-elle en affichant une mauvaise grimace. Le temps qu'il se sèche et reprend ses esprits, la colombienne s'était levée pour se diriger vers la chambre à coucher ou le désordre régnait, visuellement, elle chercha la présence d'une arme, d'une quelconque arme que ce soit couteau ou autre, parce qu'elle le sentait capable de faire quelque chose de regrettable, lui qui l'avait menacée plus tôt de s'en prendre à elle si elle cherchait un peu de trop la faucheuse. Mis à part une lampe de chevet morte et quelques morceaux de verres à droite à gauche, rien ne semblait plus inquiétant que cela, enfin d'apparence. Après tout, seul Saren pouvait savoir ou il planquait ses petits jouets favoris capables d'ôter une vie en quelques secondes à peine.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jang Saren
Âge : 30
Occupation : Homme d'affaire (officiellement), Mafieux (officieusement)
Quartier : Haeundae
Situation : Célibataire
Don : Empathie accrue
Niveau : 5
Multicompte : Kim Sun Hi & Hwang Dae Seo & Lee Je Ha & Rhee In Na
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t740-jang-saren-ris-tout-le-monde-rir
Ven 29 Sep - 23:59

Sa colère était venue le posséder, le faisant agir au grès de son envie en cassant tout ce qui croissait son passage. Vase, tableau, meuble... il n'eut aucune pitié pour son appartement. Qu'importe, il avait juste besoin de passer ses nerfs sur quelques choses. Car s'il ne le faisait pas, il risquait de s'en prendre directement à elle, de la frapper pour lui faire comprendre à quel point il est hors de lui. Cette conne ne veut pas le comprendre. Merde, c'est pas si compliqué de l'écouter, non ? C'est pas si compliqué non plus de voir qu'il a raison. Ce gamin va la tuer. Le jour où il voudra quitter le confort de son ventre ou rien ne pouvait l'atteindre, il lui ôtera la vie de la plus vil des manières. Sauf qu'elle ne se rend pas compte de ça, elle ne sait pas ce que c'est. Stupide bonne femme. Pourquoi n'écoute t-elle rien ? C'est bien lui le père, non ? Alors, il a son mot à dire. Mais non, dans ce genre de situation c'est toujours la mère qui a les pleins pouvoirs. C'est frustrant, réellement. Et lui, il ne voit que sa mort, que ce jour funeste où il aura l'impression qu'on viendra lui arracher son cœur.

Malgré tout ce qu'il avait dit, il n'avait pas trouvé la force de prendre une arme pour la pointer sur elle. Ceci aurait été tellement facile. Il suffisait de lui faire face et de presser la détente pour que la balle ce charge du reste. A la place, il avait juste prit la fuite pour venir se terrer dans sa chambre et tout casser. C'était sa seule manière de pouvoir évacuer sa peur et cette frustration d'être totalement impuissant. De quelle manière peut-il lui faire comprendre ce futur macabre ? Tout comme lui, elle bornée et continuera de camper sur ses positions. Malgré le désordre qu'il avait mis, sa colère ne voulait pas s'en aller. Est-ce qu'il doit tout brûler pour arriver à retrouver un semblant de paix ? Finalement, c'est l'eau froide qui allait peut-être lui apporter un peu de réconfort. Totalement vêtu, il se glissa sous l'eau glaciale de sa douche. Il se fichait d'être habillé, il devait retrouver ses esprits c'est tout. Mais à chaque instant, ce cauchemar le hanté, le prenant aux tripes pour les lui retourner de mille façons différentes. Jamais ça ne finira ! Les prochains moins, va-t-il devoir les vivre dans l'angoisse du jour J ? Ça le fait tellement chier, il aimerait tellement que cela puisse se stopper maintenant... La froideur de l'eau ruisselant sur sa peau et transperçant petit à petit ses vêtements ne changeaient rien. La réalité restait la même. Thara était enceinte, voulant garder cet enfant qui risque de la mener à sa perte. Stupide idiote...

Perdu dans ses pensées, il n'avait pas entendu la jeune femme venir. C'est à peine s'il avait envie de la regarder et de lui parler. C'était plus blessant qu'autre chose de la voir. Car à chaque fois qu'il croise son regard, il revoit son regard vitreux dénué de la moindre parcelle de vie. Elle avait dit quelque chose, mais ceci avait sonné d'une manière lointaine. A présent, il était comme dans un état second, perdu entre colère et désespoir. Ce dont il est sûr, c'est qu'elle le fit bouger, il ne sentait plus l'eau froide couler sur lui. A présent, il était assit sur le sol, immobile, désabusé par tout ça. Aucun son ne sortit, il était muet, son regard fixant le vide. Est-ce une solution qu'il espérait trouver dans le néant ? A moins que ce ne soit une lueur d'espoir, quelque chose capable de le réconforter et de lutter contre cette peur insipide qui le ronge. Elle lui donna des serviettes, mais n'y fit pas attention, toujours plongé dans sa léthargie, qui laissa tout de même une larme rouler sur son visage déjà humide. C'était tout simplement perdu. Oui, c'est ça ! Il lui suffit de rendre les armes, de laisser tomber. A quoi bon la sauver si elle préfère mourir ? Au moins, il aura tenté, à sa manière c'est certain, mais vu qu'elle ne veut pas entendre raison. Alors, que cet enfant diabolique finisse de grandir dans son ventre pour lui arracher la vie quand il verra le jour. Un soupire traversa ses lèvres, c'est tellement dur de se résigner à ça. Ses mains vinrent se glisser dans ses cheveux mouillés avant de s'arrêter sur son visage. "Si tu veux partir, fais le maintenant !" parvient-il à dire assez fort pour qu'elle puisse l'entendre. "Plus tard... je ne serais pas capable de supporter de te perdre..." cette dernière phrase était été chuchotée, elle n'était pas censée l'entendre, il disait ça surtout pour lui-même. Là, il sait qu'il peut encore la voir partir, qu'elle peut encore l'abandonner sans que ça lui fasse trop mal. Mais après, ça sera trop tard, ça finira par le détruire et il ne veut pas. Le mafieux vaut rester fort, il ne peut pas se permettre d'être attendrit ou bouleversé. C'est hors de question qu'il vive la même chose que son père. "Reprend ta liberté et ne revient jamais !" ajoute-t-il une dernière fois en levant son visage plein de larmes face à elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hidalgo Thara
Âge : 30
Occupation : Fille unique du big boss de la mafia colombienne à la recherche d'un petit travail pouvant lui permettre de passer incognito.
Quartier : Haeundae
Situation : Dans un merdier monstre. Entre des sentiments éprouvés pour son plus grand rival: Jang Saren et une grossesse à assumée et dont le digne héritier est le sien. (5mois)
Don : Pas besoin de dons pour se débrouiller dans la vie.
Multicompte : Callum Anna & Park Sung Min.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 10 Oct - 15:57
Tout ce qu'elle voulait, c'était pouvoir se reposer. Simplement du repos sans prise de tête, sans chercher à comprendre la raison qui le poussait à littéralement péter les plombs sur elle. Elle avait tant de mal à le comprendre, tant de mal à chercher à le faire, parce qu'au fond, elle savait qu'elle n'y arriverait jamais. Saren était un mystère pour elle. Il avait tendance à se comporter comme le parfait des goujats avec elle, à la dénigrer, à l'insulter même, comme parfois il pouvait presque se montrer doux et tendre avec. Au final, la colombienne ne savait même plus sur quel pied danser avec lui et ça en était presque frustrant. Elle aurait aimé pour une fois le comprendre, et qui sait pouvoir l'aider à son tour à y voir plus clair dans cet immense bordel. Son cœur lui disait de l'aider, de rester avec lui pour tenter de, qui sait, former une famille. Son âme, plus noire et plus sombre souhaitait s'en aller, pour assouvir sa soif de sang et prouver au monde qu'elle n'a pas besoin de lui pour exister, ou du moins survivre dans ce monde hostile. Perdue dans ses pensées, elle ne leva la tête que lorsqu'il s'était adressé à elle. Sa voix était différente, craintive et presque triste. De nouveau elle haussa un sourcil face à ses dires. Il lui rendait sa liberté?Comme ci elle était prisonnière. Si elle était ici, à ses côtés c'est parce qu'elle en avait envie et rien d'autre. Si son souhait était de le fuir et d'être loin de lui, elle aurait déjà élaborer le plus sournois des plans pour s'en aller mais tout comme lui, Thara avait besoin de Saren dans son existence, pour se sentir; Humaine?

Doucement, elle tourna la tête en direction de la salle de bain ou elle l'avait presque forcé à se sécher pour éviter qu'il n'attrape froid. De nouveau il lui ordonna de s'en aller et de ne jamais revenir. Mais c'est quoi son foutu problème en fait? Le néant total s'empara d'elle. Elle avait du mal à le comprendre, encore plus que d'habitude. Il y a deux secondes de cela, il était prêt à la faire avorter de force, et voilà que maintenant il veut qu'elle s'en aille. Pire encore, il la supplierait presque de partir, le regard humide, abîmé par quelques larmes qui continuaient de perler sans son autorisation. Son propre regard s'agrandissait face à cette vision qu'elle n'aurait jamais cru voir un jour. Son pire ennemi et rival, celui qui a mit fin à la vie de bien des gens, est en train de pleurer devant elle? Serait-ce de la pitié ou de la tristesse qui s'emparait d'elle devant cette vision? Elle n'en savait rien mais c'est bien de la compassion qui la poussa à s'approcher une nouvelle fois du coréen pour le blottir contre elle. Sans un mot, sans une larme, elle l'attrapait fermement contre elle, ne trouvant pas les mots pour le rassurer. Le rassurer de quoi? Elle ne le savait pas, tout était encore trop flou, comme à chaque fois qu'elle faisait face à Saren. «Dis moi ce qui ne va pas. Dis moi qu'est-ce que j'ai fais de mal.» Elle pensait réellement qu'elle était la cause à tout cela et elle l'était au final, même si elle en ignorait la raison. C'était ses mots qu'elle lui souffla à l'oreille avec courage, au risque de se faire repousser violemment voir même pire.

A ce stade la, il aurait très bien pût la balancer contre un mur, la gifler et pire encore, mais il en avait pas la force Saren. Pas aujoud'hui. Saren, il avait besoin de repos, de se remettre les idées en place, d'affronter la réalité de la vie, d'affronter ses propres sentiments, ce qu'il éprouvait de l'intérieur et qui semblait avoir si mal à ressortir de l'extérieur. Elle voulait qu'il le fasse pourtant afin de comprendre pourquoi il se mettait dans de pareils états et qu'elle valeur à t-elle dans sa vie pour qu'il ait l'envie de la préserver à ses côtés et en même temps l'envie de la voir partir aussi loin que possible pour ne plus jamais lui faire face. Ce n'était pas dans le genre à Saren de laisser ses ennemis s'en aller aussi facilement. Cet homme n'a aucune clémence. Ses ennemis il les abats sans foi ni loi, froidement, sans un regard de pitié envers eux. Qu'en est-il pour sa pire ennemie? Celle qu'il est censé maudire et détester et qui aujourd'hui se retrouvait la, devant lui, à l'étreindre, à lui demander des comptes et à chercher à comprendre la raison du pourquoi il se comportait comme ça avec elle. Au fond, elle le savait, parce que cette même raison, elle même pouvait la ressentir. Aujourd'hui, elle avait du mal à s'imaginer tenant une arme à feu pour la pointer en sa direction, elle se demandait même si elle aurait le courage d'appuyer sur la gâchette pour mettre fin à son existence. Son âme trouverait la force de le faire, son cœur et sa raison beaucoup moins. Saren était devenu pour elle le poison le plus mortel qui puisse exister. Cet homme finirait par la tuer un jour ou l'autre mais pas d'une balle en plein cœur, il la tuerait d'amour. Un amour qui la rendrait folle, qui serait capable de tout détruire sur son chemin, jusqu'à même la femme qui le porte si chaleureusement à son cœur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jang Saren
Âge : 30
Occupation : Homme d'affaire (officiellement), Mafieux (officieusement)
Quartier : Haeundae
Situation : Célibataire
Don : Empathie accrue
Niveau : 5
Multicompte : Kim Sun Hi & Hwang Dae Seo & Lee Je Ha & Rhee In Na
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t740-jang-saren-ris-tout-le-monde-rir
Mer 11 Oct - 0:10

Quitte à devoir la voir mourir dans le futur, autant la laisser partir. Si elle s'en va, la séparation sera moins douloureuse et si elle rentre en Colombie, il ignora tout de ce qu'il advient de sa vie. Alors qu'elle s'en aille pendant qu'elle en a le choix, sinon, il ne sait pas comment il va réagir à l'avenir. Ce cauchemar, si réelle et si sombre l'a vraiment marqué. C'est la pire chose qui pourrait arriver pour lui. Voir Thara mourir à cause de cet enfant. Au fond, même s'il ne l'a pas encore avoué, il est amoureux, elle représente tout pour lui, bien plus que cette petite créature grandissant dans son ventre. Mais elle n'a pas l'air de comprendre, restant là à le regarder, surprise par ce spectacle totalement inhabituelle. Voir Saren dans un état aussi déplorable et pleurer ceci n'a pas dû arriver depuis le décès de sa mère.

La jeune femme s'approcha, le prenant dans ses bras. Fuis pauvre folle ! Sauf qu'elle restait là et qu'il trouvait un peu de réconfort auprès d'elle, même si elle était la source de son malheur. Ses paroles, il les avait dis à moitié sans les penser. Ce qu'il voulait c'est qu'elle reste et elle était là. Sa tête contre son épaule, il ferma les yeux, des larmes s'échappant encore. L'imagine de son cadavre lui apparaissait toujours et ça lui faisait vraiment peur. Sa voix demandant ce qui n'allait pas, elle voulait savoir la vérité ce qui semble tout à fait logique. Le mafieux resta silencieux plusieurs secondes. Devait-il lui parler de ce cauchemar ?

"Qu'est-ce qu'il se passera si tu meurs ?" demande sa voix légèrement étouffé par sa tristesse. "Est-ce que t'as pensé une seule seconde que ce bébé pourrait te tuer ?" Les mots lui faisant mal, il passa ses bras autour d'elle, comme si elle allait lui échapper, s'envoler et disparaître pour ne jamais revenir. "Cette nuit... j'ai rêvé que tu mourrais en mettant notre enfant au monde... C'était... affreux. Les docteurs n'en avaient rien à faire de toi, il ne pensait qu'au bébé. J'avais beau les implorer, leur crier dessus, tu étais morte..." Un frisson lui parcouru l'échine, il se sentait tellement mal, les images de son cauchemar lui revenaient en mémoire, lui donnant presque la nausée. Si c'est vraiment le futur qui est réservé à Thara, il préfère que ce bébé ne vienne jamais au monde. "Je veux pas te perdre, Thara !" souffle t-il si doucement qu'il n'est pas sûr qu'elle puisse l'avoir entendu. Il ne parla pas de sa mère, pas encore. Peut-être que ça viendra ensuite. Et si c'était une sorte de malédiction qui pèse sur les hommes de la famille Jang ? Voir leur femme mourir en couche ? Ça peut être également génétique ou quelque chose comme ça. Bon sang, ça lui fait si peur. Saren recula un peu sa tête pour pouvoir observer la Colombienne. Elle devait être surprise de tout ça, c'est normal. Mais il était vraiment accablé et presque inconsolable. "Je veux pas qu'il te tue ! J'ai besoin de toi Thara !" lui murmura-t-il en la regardant d'abord dans les yeux, puis fuyant son regard en sentant ses larmes revenir. Quelque part, il avait honte. Honte de sa peur et de sa tristesse qu'il ne pouvait pas contrôler. Sauf que c'était plus fort que lui, ça le prenait aux tripes, il était incapable de résister.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hidalgo Thara
Âge : 30
Occupation : Fille unique du big boss de la mafia colombienne à la recherche d'un petit travail pouvant lui permettre de passer incognito.
Quartier : Haeundae
Situation : Dans un merdier monstre. Entre des sentiments éprouvés pour son plus grand rival: Jang Saren et une grossesse à assumée et dont le digne héritier est le sien. (5mois)
Don : Pas besoin de dons pour se débrouiller dans la vie.
Multicompte : Callum Anna & Park Sung Min.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 21 Oct - 14:46
Dis moi ce qui ne va pas. Dis moi qu'est-ce que j'ai fais de mal. Incompréhension totale. C'était bien la première fois que la colombienne cherchait à comprendre son pire ennemi et rival de toujours, elle qui en général se focalisait que les certaines choses et rien d'autre. Voilà qu'il se trouvait la, face à elle, complètement détruit par quelque chose qui le ronge intérieurement. Pauvre petit. Ca aurait été si simple de le tuer, de profiter de sa faiblesse pour lui tirer une balle entre les deux yeux et pourtant.. Même si elle aurait très bien pût le faire, elle ne l'avait pas fait, bien au contraire. Elle avait cherché à le comprendre, à comprendre cette détresse qu'il pouvait ressentir, en allant jusqu'à s'abaisser à son niveau, à le prendre contre elle pour tenter de lui apporter un peu de réconfort. Pourtant, elle n'est pas comme ça, Thara, elle ne réconforte personne car jamais personne ne l'a fait pour elle en retour. Quand elle se faisait battre par son propre père, quand ses ennemis s'en prenaient à elle et qu'elle manquait de perdre la vie, étalée de tout son long sur le sol, son corps baignant dans une mare de sang, dans son propre sang. Personne n'était venue la voir pour s'assurer qu'elle allait bien, personne n'a jamais cherché à lui dire qu'elle finirait par s'en sortir, que tôt ou tard, elle allait pouvoir enfin devenir humaine et non pas ce monstre sanguinaire qui ne vit que pour tuer. Son regard se portait sur celui du coréen face à elle, elle aurait aimé qu'il l'affronte, qu'il lui dit clairement dans les yeux ce qui ne va pas, mais Saren n'a pas sût. Il n'a pas sût de suite le faire, se contentant de murmurer des choses à peine audibles.

Il parlait de mort. Il la voyait morte sans que ça ne soit lui qui lui ait ôté la vie. Il imaginait qu'elle serait capable de perdre sa précieuse vie en mettant au monde cet enfant, leur enfant. Elle avait déjà entendu parler de ça, des mères qui mettaient au monde leur progéniture avant de perdre la vie. Les causes étaient diverses et variés, mais la plupart du temps, c'était une hémorragie qui en était la principale cause. On ne peut pas dire que Thara n'ait jamais envisagé cette hypothèse. Bien sûr comme n'importe qu'elle femme enceinte elle s'était faîtes une idée de l'accouchement qu'elle vivrait. Elle se doutait bien qu'elle en souffrirait, que la douleur serait différente de toutes ses douleurs qu'elle a pût déjà ressentir mais elle n'en avait pas spécialement peur, du moins pas pour l'instant. Si elle avait déjà pût penser qu'elle perdrait la vie? Non. Cela ne lui avait pas traversé l'esprit une seule seconde. «Qu'est-ce que tu dis la? Pourquoi tu penses que cet enfant va me tuer?» Le questionna la belle avant d'apprendre qu'il en avait tout simplement rêver la nuit précédente.

Saren semblait totalement terrifié à l'idée de la perdre et cette réaction de la part la surprit énormément. Elle en fut presque touchée de se sentir, "aimer"? Non elle n'était pas que aimer, Saren tenait à elle et il était même capable de tuer cet enfant qui est aussi une part de lui pour que sa rivale de toujours survive. Aucun homme sur terre n'aurait pût lui prouver plus belle preuve d'amour. Elle pensait qu'une fois morte, il serait heureux de s'être débarrassé d'elle, mais ce n'était pas le cas. Saren avait besoin d'elle, tout comme elle avait besoin de lui. Affectueusement, elle leva ses deux mains de chaque côté de son visage pour les poser enfin sur ses joues, presque prise de pitié pour lui, elle vint silencieusement plaquer une première fois ses lèvres contre les siennes pour tenter d'apaiser ses mœurs et ses plus grandes craintes. Un baiser d'une douceur jamais auparavant démontrée par la colombienne qui ne vivait que de passion et de sauvagerie avec ce beau diable qu'était Saren. Elle voulait réellement qu'il sache qu'elle serait la, pour toujours, et même lorsque cet enfant viendrait au monde, elle serait forte. Saren ne se débarrassera pas d'elle aussi facilement. «Tu ne me perdras pas Saren. Il en faut tellement plus pour se débarrasser de moi.» Ajouta la brune un sourire discret sur les lèvres sans se défaire de son regard qu'elle cherchait à tout prit à braquer sur le sien. Il le sait mieux que personne, on ne vient pas à bout d'une Hidalgo aussi simplement. De tous, elle était la pire, l'enfer lui même n'en veut pas c'est pour dire. «N'oublie pas que ma vie t'appartiens. Seul toi peut me l'enlever.» Lui avoua t-elle en usant de sa langue maternelle qu'était l'espagnol pour s'adresser à lui. Il comprendrait, il le comprends très bien et rien ne pourrait lui faire plus plaisir que d'entendre ça. C'était bien d'ailleurs la première fois qu'elle lui avouait cela, sans craindre qu'il utilise cet information à son avantage. En même temps, ce n'est pas comme ci il l'ignorait. Ce qu'elle éprouve pour lui est bien plus fort et puissant que de la haine. C'est à peine si elle serait une femme comblée de savoir que le seul capable de la tuer c'est lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jang Saren
Âge : 30
Occupation : Homme d'affaire (officiellement), Mafieux (officieusement)
Quartier : Haeundae
Situation : Célibataire
Don : Empathie accrue
Niveau : 5
Multicompte : Kim Sun Hi & Hwang Dae Seo & Lee Je Ha & Rhee In Na
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t740-jang-saren-ris-tout-le-monde-rir
Mar 24 Oct - 0:48

Comment peut-il lui faire comprendre sa peur ? C'est impossible ! Il n'y a que lui qui a fait ce cauchemar horrible et tellement réel. Tout ceci avait l'air tellement réel qu'il aurait même l'impression d'avoir l'odeur du sang dans ses narines. Mais ce n'était qu'une vulgaire illusion, le fruit de son imagination un peu trop fertile. Thara n'était pas morte, du moins pas encore. Elle était là, juste devant lui, en bonne santé, avec son ventre rebondis qui est loin d'être aussi gros que dans son rêve. Son teint n'était pas blafard, elle n'avait pas le ventre ouvert et encore moins du sang partout. Malgré tout, cette image persistait dans sa mémoire. Ça le hantait, plus encore en sachant que sa mère est certainement morte de la sorte. Alors, vous savez... les gènes, ce genre de choses, ça pourrait le tuer aussi. Ce petit-être dans son ventre est à moitié à un Jang, il pourrait causer sa mort. Alors juste pour ça, il ne mérite pas de voir le jour, il refuse qu'une partie de lui sur laquelle il n'a pas le contrôle puisse ôter la vie de la femme qu'il aime.

Thara ne comprenait pas ses mots, elle s'interrogeait se demandant pourquoi l'enfant qu'elle portait pourrait la tuer. Elle ne comprenait vraiment pas et c'était triste. Pourquoi diable est-elle tombée enceinte ? Une seule fois... une seule fois avait suffi pour que cette petite graine se mette à pousser dans son corps. Saren pourrait presque ce haïr à présent. Il va causer sa perte de manière indirect. "Pourquoi tu ne veux pas m'écouter ? Juste pour cette fois, crois moi ! Cette... chose... elle va te tuer et je n'ai pas envie de vivre ça !" Quand il avait perdu sa mère, il n'avait que cinq ans, ce fut assez compliqué de réaliser qu'il ne pourrait plus jamais la voir sourire, la prendre dans ses bras... Et là, il est bien assez âgé pour comprendre et réaliser. Il refuse de la perdre, pas comme ça. C'est trop dur. Et que ferait-il de cet enfant survivant ? Contrairement à son paternel, il ne se voit pas du tout élever cette chose et l'aimer. D'ailleurs, en grandissant et comprenant ce qui est arrivé à sa mère, il a finit par haïr les jumeaux.

Quoi qu'il dise, elle semblait être certaine que rien ne lui arrivera. Elle tentait de le rassurer. Malgré le fait qu'il soit dans ses bras, il ne parvenait pas à repousser cette vision d'horreur qu'il apparaît sans cesse dans sa tête. Elle plongea son regard doux dans le sien, mais lui ne voyait que ce regard vitreux qui n'avait plus la moindre parcelle de vie. Il voulut la fuir, mais elle vint l'embrasser délicatement. Pourquoi ? Son cœur lui donna l'impression de se serrer et une nouvelle larme glissa le long de sa joue. Elle murmurait qu'il n'allait pas la perdre, qu'elle était bien plus solide que ça. Si seulement... Il aimerait la croire, mais c'est compliqué. Et ce qu'elle ajouta dans sa langue natal le fit lever les yeux vers elle. Ce qu'elle disait, ce qu'elle venait d'avouer c'était tellement fort et beau. Avant, elle n'aurait jamais dit ça, donnant du pouvoir au Coréen. Mais là... c'était une sorte de preuve d'amour, du moins c'est ce qu'il ressentait. Par la même occasion, ça l'attrista encore plus. Malheureusement, il se rendait un peu plus compte de ses sentiments pour elle, lui qui était censé être sans cœur. "Tu comprends pas Thara... J'ai peur. J'ai peur de te perdre !" Son regard pris la fuite, observant le sol qui s'offrait à lui, tout aussi pâle que le corps de la demoiselle dans son rêve. "Je ne veux pas revive ça... Ma mère... elle est morte en mettant au monde les jumeaux. Ils l'ont tué... Ce bébé... il va faire pareille !" Son cœur se serra encore plus, il avait vraiment l'impression que ce cauchemar allait devenir réalité. Après tout, pourquoi un type comme lui aurait de la chance ? C'est un homme mauvais qui fait du mal à tout le monde, ça serait logique que le karma ne soit pas de son côté pour une fois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hidalgo Thara
Âge : 30
Occupation : Fille unique du big boss de la mafia colombienne à la recherche d'un petit travail pouvant lui permettre de passer incognito.
Quartier : Haeundae
Situation : Dans un merdier monstre. Entre des sentiments éprouvés pour son plus grand rival: Jang Saren et une grossesse à assumée et dont le digne héritier est le sien. (5mois)
Don : Pas besoin de dons pour se débrouiller dans la vie.
Multicompte : Callum Anna & Park Sung Min.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 24 Oct - 11:26
C'est une preuve d'amour. Une superbe preuve d'amour. Elle n'avait cessé d'imaginer ce jour ou elle se tiendrait droite, devant lui, un sourire bête sur le coin des lèvres, une arme à feu pointer en sa direction. Elle voulait au plus profond d'elle même qu'il crève, pour tout ce qu'il a pût faire subir aux siens, pour tout ce qu'il a pût lui faire subir à elle. Et lui aussi le voulait, parce qu'il se tenait exactement dans la même position qu'elle avec lui aussi un jouet de prédilection capable de lui ôter la vie. Durant de longues minutes, ils s'échangeaient de beaux regards, de beaux sourires, presque doux avant de finalement appuyer sur la gâchette et ce en même temps. Leurs deux corps transperçaient par la balle s'effondrent sur le sol, elle a encore le temps de lui jeter un dernier regard, satisfait de se voir enfin partir en paix mais aussi de savoir qu'il la suivrait finalement jusqu'en enfer. Rien n'était plus beau pour elle que d'imaginer cette scène la. Thara, elle ne voulait pas partir par accident, elle ne voulait pas que ça soit le destin aussi cruel soit-il qui lui ôterait la vie. Elle voulait que ça soit lui qui décide de son sort, avant de se donner la mort à son tour.  Ce n'est certainement pas cet enfant qui aurait raison d'elle et ce quoi que puisse en dire Saren. Cet enfant ne la tuera pas elle en était presque persuadée car elle se sentait capable de tout supporter, les plus horribles et terrifiantes des douleurs juste pour survivre et voir la tête que Saren ferait en tenant sa progéniture dans les bras. «Mais tu m'emmerdes à la fin avec cet enfant! Pourquoi est-ce que toi, tu ne veux pas m'écouter? Il ne me tuera pas. C'est pas aussi compliqué que ça à comprendre!» Grogna la colombienne en détournant les yeux quelques secondes. La vérité c'est que la démarche du mafieux était bien plus profonde et belle que ça. Si il voulait voir cet enfant mort, c'était bien pour ne pas perdre celle qu'il semble réellement aimer du plus profond de son être. Cette femme qui est l'exception à la règle, celle qu'il avait mise enceinte.

Durant plusieurs secondes, elle se tût, ne relevant les yeux que lorsqu'il se confia à elle sur ce tragique accident qui avait ôté la vie de la première et véritablement unique femme de sa vie. Sa propre mère avait perdue la vie en mettant au monde les frères et sœurs de Saren. Elle ne pût imaginer la tristesse qu'il a pût ressentir ce jour la, quand il s'est rendu compte que rien ne sera jamais plus pareil. Qu'il ne reverrait jamais celle qui la enfanté, qui a était la pour lui et qui l'aime d'un amour démesuré car quoi de plus puissant dans ce monde que l'amour d'une mère pour son enfant. Ceci explique cela. Saren devait certainement manquer d'affection et d'amour pour être devenu le monstre qu'il était aujourd'hui, à moins que ça ne soit autre chose. Au fond, Thara remerciait le ciel de ne pas avoir pût connaitre sa mère qu'elle avait toujours maudit. Pour elle, ce n'était qu'une vulgaire catin qui profitait de la chair des hommes sans se rendre compte des conséquences de ses actes. Elle n'avait pas cherché à reprendre des nouvelles de cet enfant qu'elle avait mise au monde avant de l'offrir presque naturellement à son père pour qu'il en fasse ce qu'il veut. La petite Thara aurait certainement été bien différente de ce qu'elle est aujourd'hui si elle avait bénéficié de l'amour d'une mère quand elle en avait terriblement besoin. Que pouvait-elle dire au garçon désormais? "Je suis désolé?" Non, ça ne lui ressemblait pas de s'excuser. «Je savais pas Saren..» Se contenta t-elle de dire en cherchant son regard. Elle n'avait pas envie qu'il la fuit, pas maintenant alors qu'il avait besoin d'elle à ses côtés.

Désormais les choses étaient beaucoup plus simples à comprendre et elle comprenait parfaitement la raison qui le pousse à vouloir mettre un terme à cette grossesse mais en a t-elle envie elle? Pas vraiment. Les mois passent à grande vitesse et plus ils passent et plus la jeune femme tente de lier un lien avec ce bébé qui partage son corps. Il n'est pas rare qu'elle lui parle même, lorsqu'elle se retrouve seule à partager un repas quelconque. C'est dans la plus grande des discrétions qu'elle s'adresse à lui, ne voulant pas que quiconque l'entendes et pense qu'elle est devenue complètement folle de s'adresser à un ventre rond mais cet enfant à deux belles oreilles, un cœur lui aussi pour entendre la voix de celle qui deviendra sa mère. Elle tente de le rassurer, bien que jamais elle ne changerait pour lui. Cette femme restera une meurtrière toute sa vie, et plus encore lorsqu'il viendra au monde car quiconque oserait s'en approcher perdrait aussitôt la vie. «Dans tout les cas, il est trop tard pour que j'avortes Saren. Si tu veux te débarrasser de lui il va falloir que je l'expulse naturellement ce qui comporte encore plus de risques qu'à une grossesse arrivée à terme. C'est vraiment ce que tu veux Saren? » Son index se posa délicatement sur le bord de son menton puis d'une douce impulsion elle le lui releva pour croiser son regard ténébreux et entendre véritablement sa réponse. La vraie réponse. Il fallait qu'il comprenne qu'avorter à ce moment de la grossesse comportait vraiment des risques autant qu'à un accouchement à neuf mois avec les mêmes risques d'hémorragie et autres. Dans tout les cas, Thara était bel et bien bloqué et si quelque chose il devait y avoir alors que ça soit maintenant ou au bout des neuf mois, ça arrivera quoi que Saren puisse en dire ou encore le craindre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jang Saren
Âge : 30
Occupation : Homme d'affaire (officiellement), Mafieux (officieusement)
Quartier : Haeundae
Situation : Célibataire
Don : Empathie accrue
Niveau : 5
Multicompte : Kim Sun Hi & Hwang Dae Seo & Lee Je Ha & Rhee In Na
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t740-jang-saren-ris-tout-le-monde-rir
Dim 29 Oct - 23:56

Est-ce possible de faire comprendre à quelqu'un une angoisse ? Une peur profonde et incontrôlable ? Là est la question. Depuis le début, il veut se débarrasser de la chose qui grandit dans le ventre de Thara. Au début, peut-être pas à cause de sa peur, mais juste, car il n'y avait aucune raison qu'il ait un enfant avec elle. Que dirait les gens ? Que dirait son père surtout ? Et puis, est-ce que Saren se voit comme un père ? Absolument pas. Il n'a rien d'un homme qui va aimer son enfant et le rendre heureux. Et plus le ventre de la Colombienne c'est arrondi, plus le souvenir de sa défunte mère refaisait surface. Si cette chose lui arrache Thara, il n'est pas d'accord. Par le passé il a déjà vécu ça et il refuse que ça arrive une fois de plus. C'est tellement difficile... Et là, ça serait pire encore, car il est adulte et pleinement conscient. Ce n'est plus un enfant de cinq ans pouvant avoir du mal à réaliser que sa mère va finir dans une boite six pieds sous terre et qu'elle n'en ressortira jamais. C'est hors de question que la jeune femme devienne un lointain souvenir. Pire encore, personne ne peut l'éliminer hormis lui. C'est une promesse qu'il s'est fait. Dans ce genre de moment, il comprend totalement le personnage de Keyser Söze dans le film Usual Suspect ayant tué sa femme et ses enfants. Quoi de mieux que de tuer soit même sa propre famille plutôt que de laisser une tierce personne. Au moins, il a pu faire ça proprement sans les faire souffrir. On peut penser que ce personnage, qu'on pourrait nommer comme le plus grand de tous les méchants est un monstre. Peut-être que finalement, il était juste profondément humain et que ça aurait été bien plus douloureux de les voir mourir d'une main ennemi. Certes, ce petit être qui grandit dans ce ventre n'est pas un ennemi. Mais s'il retire la vie de Thara, alors il est tout comme. Alors, comment il peut faire comprendre ça ? Ça lui semble impossible.

Bien que c'est le genre de choses dont il ne parle jamais, il fut obligé de parler de son passé. Personne ne sait ça, du moins il n'a jamais dit à quel point ça l'avait touché. Une mère est dieu aux yeux de son enfant. Il avait perdu la meilleure partie de lui même, celle qui voulait qu'il devienne un homme bien et juste hors du trafic et du monde violent de son paternel. Hélas, elle n'a pas pu faire ce qu'elle voulait de lui. Son père et ses sbires se sont occupés de l'éducation du petit et sans mère pour freiner leurs idées, il était logique qu'il grandisse comme le digne successeur de son père. Saren espérait qu'elle puisse comprendre ses raisons, qu'elle voit à quel point il se sentait mal à cause de tout ça. Ce n'était pas quelque chose de passager et léger, c'était la vérité, une peur viscéral qui le rend dingue un peu plus chaque jour. C'était normal qu'elle ignorait cette histoire. Aucun Jang ne parle de ce jour, ni son père, si les jumeaux. Même leur anniversaire n'est pas un jour de fête. Au final, c'est peut-être eux qui ont le moins de chance, non ? Quoi qu'ils n'ont jamais connu leur mère, alors la douleur que peut ressentir Saren leur est inconnu et juste ça c'est injuste.

Est-ce qu'avec cette triste histoire elle va comprendre et accepter ce qu'il dit ? Hélas, non. Elle disait qu'il était trop tard pour un avortement à présent et que ça serait même bien trop risqué de tenter ce genre de choses. C'est fou, il avait l'impression que son cauchemar allait vraiment se réaliser. Il voulait comprendre, la croire, mais c'était trop dur. Alors qu'est-ce qu'il veut ? Si seulement il le savait. A présent il est perdu, complètement paumé. Elle le força à la regarder en posa un doigt sous son menton. Sa tête se releva, mais il ne la regarda pas directement, déviant son regard triste sur le côté. Puis il vint poser ses mains sur ses cheveux avec un air de désespoir. "Je sais plus... je suis perdu..." annonce-t-il avant de regarder le sol. "Je... je crois que ça me fait peur !" C'était d'ailleurs énervant et frustrant. Car en plus d'avoir peur, il a cette impression d'être impuissant, de ne rien pouvoir faire contre tout ça. Ce n'est pas comme dans un combat où il a le pouvoir de faire ce qu'il veut. Là, quoi qu'il arrive, il ne pourra rien faire pour la sauver. C'est un sentiment qu'il déteste et qui lui donne envie de tout casser. "Qu'est-ce que je peux faire ? J'ai l'impression que quoi qu'il arrive, ça va de nouveau se transformer en cauchemar. Et cette fois, ça sera ma faute !" souffle-t-il. Oui, ça sera sa faute si elle meurt, car c'est lui qui l'a mise enceinte. Alors, c'est lui ce monstre qu'il devrait détester.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beautiful nightmare [feat. Thara]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» « You can be a sweet dream or a beautiful nightmare. » feat.oberyn
» His greatest dream or ... a nightmare ? FEAT :: Jim T. Reed.
» (F) BEHATI PRINSLOO ☼ sweet dream or beautiful nightmare ?
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Wonder in Busan :: BUSAN :: HAEUNDAE-
Sauter vers: