AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Et pourquoi pas un cours de langue juste toi et moi ? [Ft. Mejika Mio]

avatar
Kim Ho Joo
Âge : 21
Occupation : Fleuriste/étudiant en lettres/dragueur à temps plein.
Quartier : Busanjin
Situation : Libre à 50% d'un commun accord qu'il a de plus en plus de mal à supporter
Don : Acuité des sens.
Niveau : 5
Multicompte : Im Chae Rin / Lee Jae Sun
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t357-kim-ho-joo-you-can-call-me-monst
Mer 20 Sep - 23:22
Et pourquoi pas un cours de langue

juste toi et moi ?


Depuis un petit moment j'étais pris d'un sentiment plutôt étrange quand je me rendais à mes cours de japonais. Avant je m'en battais clairement les steaks de ce qui pouvait bien se passer dans ce cours mais tout avait changé quand j'avais remarqué que la prof était plus intéressante que l'apprentissage de la langue lui-même. Mme Mejika avait de loin le plus joli minois de tous les profs de cette université. C'était sans doute pour ça que j'insistais encore à ses cours. J'avais choisi le japonais un peu malgré moi parce qu'il n'y avait pas de place ailleurs mais ça ne m'intéressait pas initialement. Jusqu'à maintenant je m'étais toujours contenté du coréen et de l'anglais. Je ne voyais pas trop l'intérêt d'apprendre des autres langues. Cependant j'avais clairement changé d'avis. Elle pouvait même essayer de m'apprendre l'espagnol si elle le voulait.

Je ne savais pas trop à quoi m'en tenir cependant. Certes elle était l'héroïne de certains de mes fantasmes durant mes plaisirs solitaires. Il y avait ce côté relation prof/élève complètement interdit qui avait le don de bien m'exciter comme il le fallait. J'avais l'impression d'être un vulgaire petit ado tout juste pubère qui fantasme sur sa prof entre deux épisodes de la maison de Mickey à la télé. Un vrai gamin moi je vous le dis mais la différence c'est que j'étais adulte, grand et beau. Si je voulais l'avoir c'était possible. D'autant plus qu'elle n'avait pas l'air beaucoup plus veille que moi. Pour être tout à fait franc elle faisait même plus jeune. Enfin bon. Tout ça ce n'était qu'un détail vraiment peu important.

Ça faisait donc quelque temps que je l'attaquais de loin. J'étais bien souvent installé au fond de la classe mais je n'étais pas comme tous les autres qui se mettaient là parce qu'ils s'en foutaient du cours. Je me mettais là et je ne bougeais pas. Je n'étais pas turbulent. Je me contentais juste de la fixer sans cesse et quand son regard avait l'audace de croiser le mien plus d'une demie seconde je lui offrais un sourire bien spécial dont j'avais le secret tout en baissant un peu mes yeux sur elle avant de les remonter jusqu'aux siens. Je ne savais pas si elle avait remarqué ces attentions. Sans doute que non. C'était trop peu. Alors j'étais décidé. Aujourd'hui j'allais aller la voir pour de bon. J'avais réfléchi tout le long du cours à ce que j'allais lui dire non sans la fixer comme à mon habitude. Je ne devais rien lâcher... Je ne m'étais encore jamais amusé avec quelqu'un qui était supposé m'apprendre des choses et pas me toucher.

L'heure était enfin arrivée. C'était le moment pour nous tous de quitter la salle et d'aller à notre prochain cours mais j'en avais décidé autrement moi. Donc une fois qu'ils furent tous partis je m'approchais d'elle en glissant mon sac sur mon épaule. C'était un moment où la gestuelle était plus qu'importante. Je voulais qu'elle comprenne que ma démarche n'avait pas réellement pour but d'en apprendre plus sur cette magnifique langue qu'était le japonais.

Autant être honnête avec vous, ça fait un moment que je n'en pige plus une à vos leçons.

Parce que je suis bien trop occupé à réfléchir à un moyen de faire des folies de votre corps.

J'ai entendu dire que vous donniez des cours particuliers ?
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mejika Mio
Âge : 26
Occupation : Professeur de japonais à l'université de Busan. Elle peut aussi donner des cours particuliers. Malgré elle, elle a également décroché le job de "messagère" pour les fantômes souhaitant communiquer avec leurs proches encore en vie. Plutôt fun !
Quartier : Haeundae
Situation : Un véritable petit électron libre. Fascinant ainsi que parfaitement incorrigible.
Don : Médiumnité
Niveau : 3
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1167-mio-we-going-ko-ko-bop
Ven 22 Sep - 23:25
Et pourquoi pas un cours

de langue juste toi et moi ?

De "langue" hein... ? Hum.
Son regard avait quelque chose de perturbant. Mais sur le coup, elle ne s’était pas réellement attardée dessus. Au départ, il n'était rien d'autre qu'un élève de plus plutôt qu’un physique à retenir. Il avait pourtant suffit d’un seul échange de regard entre eux. Un seul, plus poussé que d’habitude pour que Mio réalise soudainement ce qu’elle avait face à elle. Une véritable friandise. Une beauté insolente, dangereuse et imprévisible. Kim Ho Joo était le cliché de l’étudiant naturellement populaire et charismatique sur qui toutes les filles craquaient et à cause de qui ces mêmes filles pleuraient en se faisant briser le cœur. Scénario classique qui n’arrive plus lorsqu’on devient une femme assez expérimentée. Et Mejika Mio était plus qu’expérimentée. Mais si elle avait eu cinq ans de moins… Han. Bon sangs ce qu’elle aurait aimé avoir le cœur brisé par lui, elle aussi…

Et ça, elle l’avait compris malgré elle, après ce fameux contact visuel plus qu'équivoque. Elle n’avait pas pu contrôler ses rêves cette nuit-là. Ces rêves où Kim Ho Joo apparaissait soudainement sans prévenir pour lui faire passionnément l’amour sur le bureau de sa salle de classe. Ces rêves où les lèvres pulpeuses du jeune homme s’écrasaient inlassablement sur les siennes, tellement envieuses, gonflées de désir, brulantes à souhait . Ces rêves où, il venait dans son lit pour la faire tendrement grogner de plaisir et l’apprivoiser. Où pour la première fois, un homme parvenait à la dominer réellement, elle, la fille si fière et si orgueilleuse sexuellement parlant. Cette nuit là, dans son sommeil, chaque coup de reins infligé par ce gamin diaboliquement beau avait été ressenti de façon quasi-réaliste. Et lorsqu’elle s’était soudainement réveillée, haletante et trempée, Mio s’était sentie aussi bête qu’adorablement honteuse. Faire un rêve horriblement érotique avec un élève, ça ne lui était jamais encore arrivé…

Ça l’avait troublée. Mais bien évidemment, rien ne se voyait. Trop mature et forte pour se montrer faible ou gênée de quoi que ce soit. Sauf que quand Ho Joo donnait l’impression de l’observer avec un peu – trop ?- d’insistance, la belle métisse se demandait si elle n’était pas en train de dérailler. Parfois, elle se risquait à l’observer à son tour, subtilement, avant de finalement tourner ses yeux de biche ailleurs en ayant l’impression que ce démon angélique la jugeait de son regard sombrement divin et envoutant.

Encore aujourd’hui, lors de ce cours, c’était arrivé. Et lorsqu’elle sentit qu’il semblait vouloir être le dernier à partir pour s’entretenir avec elle, Mio jura intérieurement. Et merde. Pourquoi ? Se tournant vers lui avec un visage en apparence posé et agréable, la jeune prof écouta donc ce que cet élève avait à lui dire. QUOI? Rien piger à ses cours ? « Mais pourquoi n’as-tu rien dit ? » Demanda t-elle en haussant ses jolis sourcils, sincèrement désolée pour ce problème. Elle en oublia presque ses petits tourments. Enfin, jusqu’à ce que… « J'ai entendu dire que vous donniez des cours particuliers ? » Haha. Non. No way. Impossible. C’était bien trop dangereux pour elle. Rien que le fait de lui parler là et pour seulement cinq minutes la rendait bizarre. Alors, lui donner des cours… seule avec lui ? Ce serait du suicide. « Ça m'arrive, oui. Tu serais intéressé?»  Et merde, fichue  conscience professionnelle ! Putain Mio, t’es en train de signer ton arrêt de mort là !

« C’est quand même étonnant… »
Ne put-elle pas s'empêcher d'ajouter tout en soutenant le beau regard du brun avec une jolie moue interdite. « Tu sembles très attentif en cours pourtant. » Plus qu’attentif même… « Quand voudrais-tu commencer les cours particuliers? »


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kim Ho Joo
Âge : 21
Occupation : Fleuriste/étudiant en lettres/dragueur à temps plein.
Quartier : Busanjin
Situation : Libre à 50% d'un commun accord qu'il a de plus en plus de mal à supporter
Don : Acuité des sens.
Niveau : 5
Multicompte : Im Chae Rin / Lee Jae Sun
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t357-kim-ho-joo-you-can-call-me-monst
Jeu 5 Oct - 20:57
Et pourquoi pas un cours de langue

juste toi et moi ?


Ma prof me faisait tourner la tête ouais. C'était le cas de le dire. Elle semblait bien faite dans ses petits vêtements classiques que j'aurais aimé à plusieurs reprises lui retirer sans me soucier du reste. Je l'aimais bien ouais c'était le mot. Elle semblait douce. Elle semblait avoir besoin d'un peu de chaleur. Une chaleur que je me ferais un plaisir de lui apporter. J'avais toujours été assez curieux sur la vie que pouvaient bien avoir les profs en dehors des cours. Ils étaient humains comme tout le monde je m'en doutais mais je voulais en savoir plus et sur la sienne en particulier. Puis pourquoi pas en faire partie ? On ne ferait rien de mal juste elle et moi dans mon lit ou le sien à travailler la langue. J'étais adulte, elle aussi, quel était le problème ? De toute façon on s'était mis d'accord avec Dae. Pour le coup je n'avais rien à me reprocher. Enfin je crois.

C'est pour tout ça que ce jour là j'avais décidé de passer à l'attaque me permettant de la regarder un peu plus. Me permettant de regarder son corps à la place de ses yeux en espérant que ça la trouble, de prendre mon temps pour ranger mes affaires et finalement d'aller le voir pour lui confesser sans honte que je n'avais strictement rien capté de tout le cours. Si elle avait remarqué mon petit manège elle comprendrait sans doute pourquoi je n'avais rien pigé, même inconsciemment et sinon ça restait bénéfique. Au pire des cas, un refus, je pourrais vraiment combler mes lacunes dans la langue. Elle réagissait bien à ce que je venais de lui dire d'ailleurs. Étonnant pour une prof de fac qui a des centaines d'élèves sous la main. Je me sentais bien dans un sens, elle semblait même un peu inquiète. Face à ça je me contentais d'un haussement d'épaule indifférent et d'une main passée dans mes cheveux.

Je ne sais pas. J'ai du mal à travailler à la maison tout seul je pense que c'est pour ça. Il me manque des trucs alors je comprends rien et j'abandonne.

Faut. C'était totalement faux. J'arrivais parfaitement à travailler chez moi tout seul. Je n'avais aucun problème dans les autres matières mais je n'avais également pas d'autres profs aussi sexy dans les autres matières. De toute façon j'avais largement dépassé toutes les frontières de ce qui était morale alors un petit mensonge de plus ou de moins ce n'était pas grand-chose j'imagine.

Bingo, deuxième bonne nouvelle. Elle donnait bel et bien des cours particuliers. C'était le moment de sauter sur l'occasion d'ailleurs à ces mots je ne pus m'empêcher de lâcher un petit sourire ainsi qu'un rire nasal qui voulait dire "non j'avais juste envie de vous faire perdre votre temps et le mien". Bien sûr je ne répondais pas ça, je ne voulais pas la froisser. Je n'étais pas fou.

Ce serait vraiment sympa ouais. S'il le faut je peux payer. En nature. Je veux vraiment avoir mon année. Et votre corps.

J'espérais de tout mon coeur que ça allait marcher. Ce serait intéressant comme relation. Je me demandais bien comment elle réagirait si ça venait à se faire quand je me ramènerais en cours tout fier avec un sourire arrogant sur les lèvres qui auront exploré sa poitrine la veille. Enfin Ho Joo, ne t'emballe pas. J'avais des idées et des images tellement intense en tête que je pourrais bien finir dans un état étrange devant elle chose à éviter absolument pour l'instant.

Sa remarque ensuite me donnait envie d'exploser de rire. Mais je me contenais. Je me contentais de baisser le regard un instant le temps de réfléchir et de le replonger dans le sien ensuite toujours avec ce sourire enjôleur au visage.

Ce n'est pas parce que je vous regarde que mon esprit ne vagabonde pas ailleurs.

Bon pas très loin soi dit en passant vu qu'il restait quand même concentré sur elle dans un sens. Sur elle, mais pas sur ce qu'elle disait. J'avais inconsciemment appuyé mon propos par un regard global et rapide de son corps de ses pieds à son cou avant de me concentrer sur ses yeux à nouveau. Quoi ? Le langage du corps aussi ça se travaille.

Je suis libre ce soir disons vers dix-neuf heures. Je pourrais vous recevoir si vous n'avez pas trop de travail ou si ce n'est pas trop tard pour vous. Sinon il y a la bibliothèque de la fac.

La réponse qu'elle donnait allait être très importante pour moi. C'était soit elle venait chez moi auquel cas j'étais bien plus proche de mon but que ce que je pensais, soit elle préférait jouer la sécurité et allait à la bibliothèque qui serait, de toute façon, peu fréquentée à cette heure donc j'aurais quand même possibilité d'avancer un peu les choses avec elle.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mejika Mio
Âge : 26
Occupation : Professeur de japonais à l'université de Busan. Elle peut aussi donner des cours particuliers. Malgré elle, elle a également décroché le job de "messagère" pour les fantômes souhaitant communiquer avec leurs proches encore en vie. Plutôt fun !
Quartier : Haeundae
Situation : Un véritable petit électron libre. Fascinant ainsi que parfaitement incorrigible.
Don : Médiumnité
Niveau : 3
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1167-mio-we-going-ko-ko-bop
Mar 10 Oct - 16:52
Et pourquoi pas un cours

de langue juste toi et moi ?

De "langue" hein... ? Hum.
Regardez-moi ce visage. Irrésistible. Ses beaux yeux bruns en amande qui dévisagent avec impudeur et arrogance, ses traits si fins, si délicats… Et puis cette bouche. Mon dieu, cette bouche pulpeuse à souhait, s’étirant malicieusement tout en laissant cette part de mystère, autant irritable que désireuse. Oh. Putain. Mio. T’es en train de véritablement fantasmer sur un élève. Bravo. T’es foutue. Et tu seras encore plus foutue si tu acceptes de lui donner des cours particuliers ! C’est ce qu’elle se disait, tentant intérieurement de se maitriser.  Et heureusement, extérieurement, rien ne se voyait. Elle paraissait confiante, paisible. La seule chose pouvant la trahir, c’était peut être son beau regard noisette. Parfois, il s’attardait sur la bouche du jeune homme. Une simple seconde de plus. Une simple seconde qui la ramenait à ce moment où elle lui bouffait les lèvres, en rêve. Les suçotant, les mordant avec ses petites canines de vampirette… les savourant à leur juste valeur. Rien que d’y penser... Raaah. Non, Mio. Ne mordille pas la tienne, il va le remarquer et trouver ça louche. Restes droite, poses ton regard ailleurs. « Payer ? » répéta t-elle en arquant un sourcil. « Ah… non, pas la peine.» Sa voix avait sonné comme un joli grognement et ses yeux s’étaient finalement détournés pour voguer ailleurs. Hum hum, c’est fou comme ces petites bottes vernies étaient jolies dites donc ! Elle ne regrettait pas de les avoir achetés. «Ce n'est pas parce que je vous regarde que mon esprit ne vagabonde pas ailleurs ». En entendant cela, ses prunelles remontèrent lentement vers le visage du plus jeune et se planta droit dans son regard. Qu’est ce que ça signifiait, ça… ? Le scrutant sans rien dire sur le coup, elle laissa le silence dominer un instant. Mystérieuse. Interdite. Mais malgré tout, quelque peu amusée. Une esquisse étira faiblement le coin de ses lippes faiblement glossées. « Ça... ce n’est pas très sérieux. » Se contenta-t-elle simplement de rétorquer, en croisant les bras, se moquant alors gentiment de lui. Et après, il s’étonnait de ne pas comprendre. « La bibliothèque c’est parfait, je donne un cours à une élève juste avant. On fait comme ça, alors. » Oui parce que chez lui… dans son intimité de jeune étudiant probablement célibataire et séduisant. Oh non. Elle ne pouvait pas se le permettre. C’était clairement dangereux. Un terrain miné de partout. La bibliothèque, c’était bien. Plus rassurant. Plus safe, surtout.  « Hum. Bon aller, files. ..Tu vas louper ton prochain cours ! » Gronda t-elle gentiment en le poussant doucement vers la sortie, ne prenant pas attention au sourire amusé sublimant son si beau visage tanné.

~

D’une certaine façon, la journée passa étrangement lentement. C’en était presque pénible… Mais finalement, l’heure du fameux rendez-vous finit par arriver. Ho Joo arriva même un peu en avance, alors que la bibliothèque devenait de plus en plus déserte. Elle le remarqua au loin, tandis qu’elle terminait d’aider la fameuse étudiante qu’il allait succéder. Un bref salut de la tête, une dernière vérification avec la demoiselle… et ce fut enfin à son tour de s’installer à la table. « Je t’en prie, assieds-toi. » Dit-elle en lui indiquant le siège, restant pour sa peine encore debout le temps de changer de cours. Arrangeant sa jolie jupe plissée au passage, elle finit par venir le rejoindre avec une certaine appréhension qu’elle cachait néanmoins à la perfection. « Alors, que fait-on ? » Elle était mignonne, comme ça. Avec son air si sérieux, ses ravissantes lunettes de vue posées sur le bout de son nez qui lui donnait des allures de jeunes femmes chics et enfantines à la fois. Qu’allaient-il faire, hein… ? Hahaha, Mio, si tu savais. Son regard de métisse remonta jusqu’au visage du jeune homme qui semblait plus près que d’habitude. Merde, ce qu’il était beau, ce sale gosse… « ...Tu veux voir quelque chose en particulier ? »

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kim Ho Joo
Âge : 21
Occupation : Fleuriste/étudiant en lettres/dragueur à temps plein.
Quartier : Busanjin
Situation : Libre à 50% d'un commun accord qu'il a de plus en plus de mal à supporter
Don : Acuité des sens.
Niveau : 5
Multicompte : Im Chae Rin / Lee Jae Sun
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t357-kim-ho-joo-you-can-call-me-monst
Mer 8 Nov - 15:30
Et pourquoi pas un cours de langue

juste toi et moi ?


Le regard, le langage du corps, l'odeur, les hormones, le désir. Tout était important. Il ne fallait rien laisser de côté. C'était ma manière de voir les choses et ça faisait quelque temps que je la travaillais pour marquer son esprit et imprimer mon image dans son inconscient. Je ne savais pas si ça avait fonctionné ou non. Je m'en fous que ça ait fonctionné ou non. Ce qui comptait maintenant c'était le fait que je sois en train de lui parler, en train de négocier des cours particuliers, en train de négocier une potentielle partie de jambe en l'air, que dis-je ! Une aventure passionnante, excitante, enivrante et surtout pimentée. Elle était toute douce en apparence, certes, mais j'avais hâte de découvrir si elle se serait tout autant avec mes mains sous son pull. Un frisson me parcourait. Il fallait que je calme mes ardeurs. Il fallait que je reste concentrer sur la conversation. Je proposais de la payer pour me donner ces fameux cours particuliers qui étaient plus une couverture qu'autre chose. Sa réponse par contre me forçait à sourire encore un peu plus. Pas la peine de payer. Elle avait une bonne conscience professionnelle. J'étais vraiment bien tombé. J'allais avoir des cours avec elle. Juste avec elle. C'était parfait.

C'était dingue le fait qu'elle ne puisse pas garder le contact visuel avec moi. Ouais j'avais bien remarqué qu'elle avait baissé les yeux vers ses bottes puisque les miens ne quittaient presque jamais son regard. Est-ce que ma prof serait gênée ? Est-ce qu'elle était comme ça avec tous les hommes ? Est-ce que j'étais un peu trop imposant pour elle ? Peut-être que c'était un peu des trois, je n'en savais trop rien mais chacune de ces propositions était plus alléchante que l'autre de toute façon.

Puis là, contre toute attente, elle me tendait la plus grande perche de l'histoire du flirt. Elle faisait une remarque sur à quel point j'étais "attentif" à ses cours ce qui me permettait d'enchaîner sur une réplique on ne peut plus lourde de sens. En effet je lui confiais que ce n'était pas parce que mes yeux étaient concentrés sur elle que mon esprit, lui, n'était pas ailleurs. Bien sûr dit comme ça, ça sonnait comme une simple remarque arrogante, le jeune con qui n'écoute pas en cours et qui est fier de lui en plus. Cependant, cette phrase couplée au regard que je lui lançais avait un tout autre sens. Elle voulait clairement sous entendre qu'elle était au centre de mon attention mais que le japonais lui était bien loin, il était resté au Japon. Je ne savais pas comment elle l'avait pris elle. Elle se contentait de me rétorquer que ce n'était pas très sérieux. Second rire nasal de ma part.

Ce n'est pas comme si c'était de ma faute. Je lui lançais encore un regard global et appuyé. Disons qu'il y a plus intéressant que le japonais.

Le bureau sur lequel je m'étais déjà imaginé lui faire l'amour. Ses jambes que j'ai déjà imaginées s'enrouler autour de mes hanches. Ses mains que j'ai déjà imaginées dans mon dos griffant légèrement ma peau foncée. Sa bouche que j'ai déjà imaginée explorer mon cou me faisant grogner d'impatience. Bref. Tout était plus intéressant que le japonais.

Elle optait pour la bibliothèque donc. C'était compréhensible. Et tant mieux. Ça me laissait un peu plus le temps de jouer, de la séduire, de faire grimper mon désir qui était pourtant déjà bien avancé. J'étais déjà impatient d'être ce soir et je réfléchissais déjà à une technique d'attaque. En fait j'y réfléchissais tellement que j'en oubliais que j'avais d'autres cours. C'était elle qui me le rappelait. J'approuvais d'un signe de tête et lui lançais un dernier sourire enjôleur.

Vous me sauvez la vie. Merci et à ce soir.

-*-*-*-*-*-*

Dix-huit heures quarante-cinq, j'entrais dans la bibliothèque. C'était rare pour moi d'être en avance. J'avais les cheveux encore humides de la douche que j'avais rapidement prise avant de venir. Je m'étais changé également pour enfiler quelque chose de sobre et confortable. J'étais fin prêt, finement parfumé, testostérone au maximum et un petit sachet dans la main qui contenait quelques paquets de pocky et des canettes de jus de fruit. Elle m'avait dit que ce n'était pas nécessaire de la payer mais je voulais la remercier tout de même d'avoir accepté de me donner des cours. C'est vrai quoi, même si je n'arrivais pas à la séduire plus que ça au moins je comblerais quand même mes lacunes.

Je croisais enfin le regard de cette divine créature qui me servait de prof. Elle était encore avec l'autre nana alors j'attendais patiemment mon tour en regardant un peu les livres. Quand la fille fut partie je m'installais à la table en souriant et y posais mes provisions.

Merci encore de m'aider.

Mon regard suivait ses mains qui arrangeaient sa jupe. Mon cerveau m'imaginait en train d'arracher sa jupe. Elle était charmante, certes, mais elle était de trop. Et merde, moi qui comptais essayer d'être presque sage c'était trop tard. Puis elle finissait par s'asseoir à côté de moi toujours avec cette douceur qui me faisait doucement tourner la tête. J'étais proche d'elle. Vraiment proche d'elle. Je remerciais intérieurement la jeune fille qui était passée avant moi d'avoir posé sa chaise aussi proche. Quand elle me demandait ce qu'on pouvait faire je posais mon visage sur ma main. Je pourrais commencer par retirer ces petites lunettes sexy avec mes dents.

Je ne sais pas trop. Ça fait un petit moment que je comprends plus rien alors on a le choix.

Je prenais un crayon et j'en mordillais distraitement le bout en la regardant. J'ai vraiment envie de la croquer, maintenant, tout de suite. Elle était si charmante avec la faible lumière de la bibliothèque derrière elle et son regard innocent qui cherchait mon attention. Ça allait être vraiment difficile de se contenir mais j'allais devoir le faire. Je ne pouvais pas me permettre de lui faire peur. Juste de la séduire au mieux.
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mejika Mio
Âge : 26
Occupation : Professeur de japonais à l'université de Busan. Elle peut aussi donner des cours particuliers. Malgré elle, elle a également décroché le job de "messagère" pour les fantômes souhaitant communiquer avec leurs proches encore en vie. Plutôt fun !
Quartier : Haeundae
Situation : Un véritable petit électron libre. Fascinant ainsi que parfaitement incorrigible.
Don : Médiumnité
Niveau : 3
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1167-mio-we-going-ko-ko-bop
Lun 13 Nov - 23:01
Et pourquoi pas un cours

de langue juste toi et moi ?

De "langue" hein... ? Hum.
« Disons qu'il y a plus intéressant que le japonais. » Plus intéressant que le japonais…  cette phrase n’arrêtait pas de se rembobiner dans son esprit depuis qu’ils s’étaient quittés. Ces mots l’avaient perturbé. En temps normal, cela ressemblait  plus à une parole de jeune con, arrogant et tête à claque qu'autre chose. Le genre d’étudiant adorant rendre chèvre ses professeurs pour se faire mousser auprès des copains. Et en temps normal, au vu de son caractère de feu, Mio se serait pas gênée pour remettre ce grand dadais à sa place, bien comme il fallait. Seulement… il y avait eu ce regard. Profond. Beau comme la nuit. Ce regard accompagné de ce sourire. Malicieux, charmant, troublant…  ces lèvres étirées qui disaient tout et rien à la fois. Cela l’avait perturbé. La façon dont Ho Joo l’avait regardé avait été beaucoup trop perturbante. La façon dont il lui avait souri avait été merveilleusement intriguante. Il y avait cette impression de sous-entendu soudain. Ce besoin de lier les mimiques aux mots. Se pourrait-il que… ? Que c’était elle qui l’intéressait plus que le japonais ? Elle ? Sa prof ? En osant supposer cela un quart de seconde, la jolie métisse sentit son cœur se serrer, d’une façon aussi désagréable que monstrueusement tendre. Mais la seconde suivante, sa tête se secoua vivement de droite à gauche pour éviter de penser à ce genre de chose. Non, Mio. Non.  Pas bien. Vraiment pas bien. Tu te fais des idées, ce gosse veut juste faire des efforts pour ne pas foirer ses examens. Il souhaite s’améliorer. Il est juste un peu taquin. C’est tout, voilà ! Taquin et… mon dieu, ce qu’elle pouvait adorer voir cet air insolent sur son beau visage typé. Ce visage de diable maquillé en ange… Rah. Il allait vraiment falloir  qu'elle fasse quelque chose pour se calmer. Fantasmer sur un élève, c’était trop dangereux pour son pauvre petit cœur.

Et ce même pauvre petit cœur eut bien du mal à se contrôler en le voyant débarquer plus tard, dans cette bibliothèque aux lumières tamisées. Son regard croisa le sien, ses lèvres se pincèrent discrètement. Merde. Ce qu’il était beau, ce sale gosse. Avec ses cheveux encore humides et son sourire si particulier... Son parfum enveloppait délicatement la pièce et la faisait sombrer de plus en plus dans une spirale infernale. Et lorsque la gamine qu’elle aidait en cours du soir libéra la place, le monde sembla s’arrêter de tourner.

« Je t’en prie, c’est normal. Merci à toi pour tout ça ! »

Une esquisse aimable étira ses lèvres en disant cela. Non seulement il était sexy mais en plus il lui amenait des Pocky. Non mais vraiment, ce gamin était l'homme parfait ou quoi ? C’était un piège, c’est ça ? Revenant s’assoir à la table avec quelques fiches de cours, Mio tenta de se faire violence pour penser à autre chose. Lui demandant ce qu’il souhaitait faire avant tout, elle fit tout son possible pour se concentrer sur le japonais et uniquement sur ça. Pas sur sa bouche qui appelait avidement la sienne, ni sur son parfum qui lui donnait terriblement envie d’enfouir son visage dans son cou. Ce cou dont la peau mate semblait délicieuse. Cette peau mate sur laquelle, elle crêvait d’envie de laisser de douces marques d'appartenance par milles et un baisers langoureux… « Oh, je vois. » Souffla t-elle en prenant une petite moue embêtée face à sa réponse, essayant de trouver un sujet sur lequel ils pourraient étudier. Mais comment réfléchir avec cette bombe face à vous qui mord son crayon en vous dévisageant sans la moindre retenue ? C’est pas vrai, il le faisait après ou quoi ? Raclant joliment sa gorge, gênée malgré elle, la nipponne proposa alors, avec douceur « On pourrait essayer de revoir tes katakanas pour commençer ? » Excellente idée. Au moins il serait concentré à écrire. Et pas à la regarder comme ça…

Il sembla d’accord. Et tandis qu’il commençait à faire ses premiers kanji, elle l’observait sagement, piochant avec gourmandise dans la boite de Pocky à la fraise fraichement ouverte. En le voyant buter sur l’une des écritures - une esquisse gentiment moqueuse et amusée - elle termina le biscuit et murmura, en machouillant « Attends, comme ça… » Ses mains allèrent se poser délicatement sur celle du beau brun qui tenait le stylo et, après l’avoir mieux mise, laissa une seule des siennes dessus puis commença à le guider. En douceur. Beaucoup de douceur. Elle ne s’en rendait pas compte. Elle ne réalisait pas ce qu’elle était en train de faire pouvait devenir très dangereux. « Tu t’en sors bien ! » S’exclama t-elle avec un beau sourire, finissant par remonter son visage et... tomber nez à nez avec le sien.

Un silence.

Un silence aussi étrange qu’envoutant, tandis que son esquisse se fane peu à peu et que ses joues rosisent malgré elle. Jo Hoo est proche. Vraiment proche. Et sans qu’elle ne puisse s’en empêcher, ses beaux yeux de métisse se perdent dans ses prunelles brunes. Pour la première fois de sa vie, la grande et fière Mejika Mio se sent aussi peu sûre d’elle qu’une gamine au collège, devant le garçon pour qui elle a le béguin. Son cœur bat un peu plus en réalisant que sa main est toujours posée sur celle du plus jeune et que sa peau tout contre la sienne lui offre une agréable et délicieuse sensation…


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Kim Ho Joo
Âge : 21
Occupation : Fleuriste/étudiant en lettres/dragueur à temps plein.
Quartier : Busanjin
Situation : Libre à 50% d'un commun accord qu'il a de plus en plus de mal à supporter
Don : Acuité des sens.
Niveau : 5
Multicompte : Im Chae Rin / Lee Jae Sun
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t357-kim-ho-joo-you-can-call-me-monst
Mer 15 Nov - 15:18
Et pourquoi pas un cours de langue

juste toi et moi ?


Je savais très bien que ce soir ça allait être décisif pour moi. J'allais devoir jouer d'absolument tous mes charmes si je voulais qu'elle défaille. Ce n'était pas évident après tout. Je ne connaissais rien de sa vie. Elle était peut-être mariée, avait peut-être un petit ami, n'aimait peut-être même pas les hommes. Tout ce que je savais c'était que je la trouvais charmante. Vraiment charmante. Et que je n'avais jamais tenté ce genre d'aventure avec une prof ce qui ne faisait que la rendre plus charmante encore. Qui n'a jamais voulu goûter à cette divine sensation d'interdit ? Moi en tout cas je voulais y croquer, à pleine dent, et ce n'était pas la seule chose que j'avais envie de croquer d'ailleurs.

Elle était magnifique, là dans la bibliothèque à enseigner à une chanceuse que je n'avais d'ailleurs jamais vu de ma vie. Une petite nana simple et banale qui, je l'espérais, allait vite me laisser la place. D'ailleurs quand ce fut chose faite je ne me faisais pas attendre. La chaise était encore chaude mais pas autant que moi en la présence perturbatrice de ma ravissante prof. C'était le moment. Une main dans les cheveux, les pocky sur la table, le programme annoncé, nous pouvions commencer à revoir mes leçons. Je pouvais commencer à la séduire.

J'avais enfin l'occasion de lui parler plus que ça, d'être proche d'elle, de sentir son parfum, d'observer sa peau qui me semblait vraiment douce, de détailler sa mâchoire que j'avais envie de mordiller et de caresser du bout de mes lèvres. En théorie c'était quelque chose que je pouvais faire de loin aussi mais là tout était plus intense. Elle était juste à côté de moi, elle vérifiait que j'assurais dans le traçage de mes kanjis. Je m'appliquais bien sûr même si je trouvais ça vraiment compliqué de me concentrer avec la douce odeur de fraise qui venait chatouiller mes narines et me distraire. Elle était vraiment mignonne quand elle dégustait ces gâteaux. De temps en temps je relevais le regard et lui offrais un sourire de gratitude. Je ne la remerciais pas pour le cours, je la remerciais d'être aussi belle et de m'offrir une telle image.

Tout se passait trop bien évidement. Mes lacunes finissaient par me rattraper et je bloquais sur quelques caractères qu'elle m'aidait à tracer. Elle posait ses mains sur les miennes pour me guider et ma peau devenait instantanément plus chaude. Elle était vraiment douce aussi bien dans ses gestes que dans ses mots. Quand elle me complimentait je remontais mon visage vers elle. Je ne disais rien. Je laissais juste les choses se faire et pour une fois le destin était avec moi puisqu'elle aussi remontait son visage vers moi. Nous étions vraiment proches. Je sentais son souffle sur ma peau et j'étais presque sûr que ce n'était pas qu'à cause de mon don. J'étais certain qu'elle aussi pouvait sentir le mien. Et ses joues rougissent. Et mon regard la pénètre. Et ma pomme d'Adam sursaute. C'est dans ces moments que les deux acteurs s'embrassent dans les films avant de faire l'amour de manière torride. C'est dans ces moments que toutes les barrières tombent. J'ai envie de l'embrasser. J'en ai vraiment envie même. Sa main est toujours sur la mienne. Je sens que ses doigts se crispent peu à peu. Ce serait tellement facile de poser mes lèvres sur les siennes et de lui voler un baiser en cet instant. Tellement facile. D'ailleurs je sens qu'on se rapproche encore. Je me rapproche encore. Mon corps bascule dangereusement, doucement et tout seul vers elle. Je ne le contrôle pas vraiment. Mais je ne peux pas. La vieille bibliothécaire est pas loin. Elle peut nous pincer et je ne veux pas faire virer ma prof non plus. Alors je lui offre un sourire et j'attrape une boîte de gâteaux.

Faisons une pause.

C'était le moment de s'éloigner un peu et de respirer. Aussi bien pour elle que pour moi. Je croque un gâteau et le mâchouille en regardant ma feuille. Il n'y a pas grand-chose dessus. D'ailleurs ça ne fait pas si longtemps que je suis là avec elle mais ce que nous venons de vivre... J'ai l'impression que ça a duré des heures entières. Je suis déçu d'avoir dû couper le contact mais maintenant j'en sais un peu plus. Si elle n'était pas un minimum intéressée elle aurait couper ça avant moi non ? Elle avait sans doute remarqué l'espace entre nos lèvres qui devenaient de plus en plus étroit. Elle avait sans doute remarqué l'alchimie entre nos deux corps. Je devais faire en sorte que ça se fasse encore une fois. Je devais faire en sorte que nous ne soyons que tous les deux et que la vieille dégage pour de bon. N'avait-elle pas des livres à ranger ? Bon sang. En attendant je tendais un de mes pocky à ma charmante voisine en souriant.

Ceux au chocolat restent les meilleurs, tenez !
lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mejika Mio
Âge : 26
Occupation : Professeur de japonais à l'université de Busan. Elle peut aussi donner des cours particuliers. Malgré elle, elle a également décroché le job de "messagère" pour les fantômes souhaitant communiquer avec leurs proches encore en vie. Plutôt fun !
Quartier : Haeundae
Situation : Un véritable petit électron libre. Fascinant ainsi que parfaitement incorrigible.
Don : Médiumnité
Niveau : 3
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1167-mio-we-going-ko-ko-bop
Ven 17 Nov - 0:00
Et pourquoi pas un cours

de langue juste toi et moi ?

De "langue" hein... ? Hum.
Cette situation était bien trop ambiguë. Cette tension naissante, déjà trop palpable. A cet instant, le temps semblait s’être arrêté. Bloqué pour l’éternité. Mio ne put s’empêcher de déglutir intérieurement. Le souffle de Ho Joo s’échouait faiblement contre sa joue et elle savait fatalement que le sien faisait de même. Pourquoi avait-elle relevé son foutu visage vers le sien... Pourquoi diable avait-elle fait une pareille bêtise ? Elle savait pourtant que ce serait dangereux. Et maintenant, ils étaient là, leurs visages à quelques centimètres l’un de l’autre. Leurs bouches, bien trop près l’une de l’autre. Ses lèvres s’entrouvrirent faiblement, laissant passer malgré elle cette divine odeur de biscuit à la fraise. Son regard noisette plongeait sans relâche dans l’océan brun du jeune étudiant. Elle avait l’impression de s’y noyer merveilleusement, l’impression d’y mourir d’envie et de désir. Son cœur n’arrêtait pas de battre, toujours plus fort, toujours plus intensément.

Et c’est là. Là qu’elle réalisa quelque chose de véritablement important. Elle était peut être dans le déni mais elle n’était pas bête pour autant. La façon dont Ho Joo la dévisageait, inlassablement, puissamment … Mio comprenait qu’elle n’était pas la seule à rêver d’interdit. Que ces langoureux regards qu’il lui avait discrètement adressés lors de ces dernières heures de cours ne sortaient pas tout droit de son imagination. Non, elle ne déraillait pas. Elle ne rêvait pas. Elle lui plaisait. Elle n’était pas naïve et pas aveugle non plus. Elle, pauvre lionne, elle était en train de s’enticher d’un agneau visiblement pas si blanc que ça. Et tandis qu’elle prenait le temps pour encaisser le choc, tandis qu’elle tentait d’apprivoiser cette révélation aussi déroutante que délicieusement dangereuse, la belle eurasienne sentait ses joues rosirent de gêne et de plaisir. Ho Joo la défiait de son regard sombre et pourtant si chaleureux, la pénétrait tout en lui envoyant de tas de signaux interdits et à peine traductibles.

Et puis, elle vit le bas de son visage commencer à s’approcher du sien. Ses yeux de biche s’abaissèrent pour observer ces lèvres brunes si pulpeuses et séduisantes qui semblaient vouloir se confronter aux siennes. Son pauvre muscle vital rata un battement de surprise. Non. Il ne fallait pas. Il ne fallait pas faire ça… C’est ce que son esprit lui disait tandis que son pauvre corps, à contrario, réduisait peu à peu cette distance déjà trop étroite, millimètre par millimètre. Sa main toujours posée sur celle du plus jeune se crispa de peur et d’excitation. Les secondes semblaient lourdes, merveilleusement éprouvantes. Si elle se rapprochait encore, s’il se rapprochait encore… ce serait le point de non retour.

Le bruit de pas se rapprochant vers eux les fit soudainement revenir dans la réalité. Un ascenseur émotionnel, c’est que Mio éprouva en réalisant la présence de Madame Choi,  la vieille bibliothécaire qu’elle connaissait bien. Un soupir, discret. Silencieux. Puis bien vite, une gêne. Une honte. Que s’apprêtait-elle à faire, à l’instant… ? Raclant sa gorge tout en prenant un semblant de contenance, la jolie métisse approuva alors que le beau brun proposa de faire une pause, sans même oser le regarder. Faussement concentrée sur les cours, elle tentait de calmer son cœur qui battait toujours trop fort, lui faisant véritablement mal à la poitrine. Avec autant de délicatesse que de frustration, elle alla remettre une mèche de ses cheveux châtains derrière l'oreille ; jouant avec le joli bijou en anneau  ornant son cartilage. Puis, elle arrangea sa petite frange, pinçant ses lèvres encore désireuses de celles de ce garçon. Ce garçon qui lui tendit un autre biscuit, cette fois-ci au chocolat. Attrapant le pocky avec une jolie vivacité sans même répondre au regard ou au sourire du beau brun, Mio s’empressa de grignoter la friandise aussi rapidement qu’un écureuil rongeant sa noisette. « Je préfère quand même ceux à la fraise. » Grommela-t-elle adorablement, le visage toujours baissé sur ces foutus cours. Ces cours qu’elle rêvait d’envoyer valser par terre afin de libérer la table pour s’allonger dessus et entrainer Ho Joo à sa suite.

Et là, finalement. La voix de la vieille dame résonna dans la pièce. « Ma petite Mio, j’y vais !  Tu pourras fermer la porte lorsque vous aurez fini ? » Hum. « Pas de problème Madame Choi. A demain. » Répondit la concernée à la bibliothécaire qui leur souriait aimablement tout en prenant congé. Le bruit de ses pas s’éloignant eut raison de la belle dont le cœur s’affolait toujours plus. Et lorsque la porte se claqua et qu’ils comprirent ensemble qu’ils étaient à présents plus seuls que jamais, cette énervante et enivrante tension se fit encore plus ressentir. Un silence. Lourd et léger à la fois. Amer. Doux. Et là, ce sentiment de tendre danger. Cette envie de lui sauter au cou. De tirer sur son col afin de l’amener à elle et de dévorer sa bouche de rêve. D’être aussi tendre que bestiale avec lui. « Je… » Commença t-elle à dire, de sa belle voix cassée et mélodieuse. Son regard voulait l’admirer, le bouffer des yeux passionnément. Comme si… elle était accro à cette beauté masculine et juvénile, insolente et sensuelle à souhait. Mais alors qu’elle était sur le point de céder, Mio résista. Bêtement. Maladroitement. « Je connais un super livre sur les kanjis qui pourrait t’aider. Je vais essayer de le retrouver… Toi, continues de t’exercer okay ? » Un petit sourire timide et elle finit par se lever et s’éloigner rapidement parmi les étagères géantes.

Une fois arrivée dans le rayon approprié et bien cachée, l’eurasienne put enfin respirer et tenter de retrouver un semblant de calme. Soupirant longuement tout en enlevant ses lunettes de vue qui commençaient à l’agacer, la jeune professeur tentait de comprendre. Pourquoi… pourquoi avait-il fallu qu’elle avance aussi son visage ? Pourquoi avait-il fallu qu’elle montre ce semblant d’attirance ? Pourquoi avait-elle déjà envie de le retrouver ? Pourquoi ce gamin la hantait autant ?  Une main posée sur le front, la jolie nipponne ferma les yeux quelques secondes… « Putain mais à quoi tu joues Mio… » Pesta t-elle dans un murmure, en colère contre elle-même.



[size=32]Made by Neon Demon[/size]
Revenir en haut Aller en bas
 
Et pourquoi pas un cours de langue juste toi et moi ? [Ft. Mejika Mio]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un cours de langue un peu particulier... | Fauve | /!\ pour public averti | END
» Cours de Langue avec Mlle Ambre (Classe A)
» Prix des Cours
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !
» Cours de Breton: pourquoi pas vous?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Wonder in Busan :: BUSAN :: BUK :: Université Nationale de Busan-
Sauter vers: