AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Mon club? Jamais. [Pv. Saren]

avatar
Lee Yon
Occupation : Proprio d'un club d'host
Quartier : Busanjin
Situation : Célibataire
Don : Aucun
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t995-lee-yon-mirror
Ven 14 Juil - 23:43
Fuck You BoyUne musique veloutée s’élevait dans cette grande salle, venant à peine couvrir les rires de ces gentes dames. La soirée venait tout juste de commencer et quelques clientes étaient déjà sur les lieux, profitant d’un moment de répit. Dans un coin, derrière le comptoir la maitresse des lieux s’occupe de préparer quelques cocktails, prenant le temps de discuter avec chacune de ses clientes. Elle affiche un indescriptible sourire alors qu’elle passe le regard sur la salle. Un léger soupir vient ensuite sortir d’entre ses lips, elle était bien heureuse de ce qu’elle avait accompli jusqu’ici. Elle replace une de ses mèches rebelles, venant ébouriffer ses cheveux. Comme à son habitude pendant ses heures de travail, elle n’était plus Lee Yon la femme confiante, mais elle revêtait ce costume d’homme et cette perruque. Elle était bien différente, on pourrait presque s’y méprendre. Elle jouait le parfait gentleman chaque soir pour ses dames qu’elle respecte tant. Mais elle était avant tout cette femme avec un fort caractère qui a horreur de se faire prendre de haut par la gente masculine. Heureusement ses employés sont de ceux qu’on ne peut pas détester. Par contre elle en connaissait un autre qu’elle aurait bien envie de remettre à sa place. Le genre de mec détestable qui se joue des femmes tout le temps, qui les jettent sans aucun remords. Le genre d’ordures de première qu’elle ne peut pas se voir. C’est bien pour cela qu’elle prenait un malin plaisir à jouer avec eux. Elle n’avait jamais été sérieuse avec les mecs. Elle se joue d’eux, en soit elle n’est sûrement pas mieux que ces ordures mais elle s’en fichait bien. C’est comme ça qu’elle avait envie de vivre.

Être une femme indépendante et ne rien avoir à demander à un homme. Cela a tellement plus d’intérêt à ses yeux. Mais au fur et à mesure que les minutes passent, elle sait très bien qu’elle devra refaire face à une ordure. Après tout elle savait parfaitement que ces gens allaient repasser aujourd’hui, il l’avait bien prévenu l’autre fois. Son regard se fait alors plus sérieux alors qu’elle serre un torchon entre ses doigts. Revoir la pire des ordures, elle s’en passerait bien. Surtout en soirée avec des clients. Mais ce genre de gens n’avait aucun respect pour ce genre de choses. Non, ils voulaient son emplacement, son club. Et ils allaient sûrement tout faire pour l’avoir. Mais c’était sans compter sur la détermination de Yon et le fait qu’elle ne voulait rien céder surtout vu l’ordure qu’elle allait avoir de nouveau en face d’elle. Cet homme de la mafia qu’elle ne pouvait pas s’encadrer, elle ne voulait absolument rien lui céder. Ses yeux clairs se redressent sur la salle une nouvelle fois alors que l’heure tourne. Elle continue son petit train-train comme si de rien n’était, après tout peut-être qu’il n’allait pas venir. Mais bon, elle avait peu d’espoir là-dessus, il faut dire que c’est tenace comme parasite. Alors que la fermeture approche, elle laisse ses employés nettoyer les tables, alors qu’elle s’appuie sur le comptoir ne cessant d’observer la porte d’entrée. Il n’y avait plus de clientes, elle avait prétexté un empêchement. Elle ne voulait pas qu’une de ses clientes subissent un préjudice ou quoi que ce soit. Bien qu’elle commençait à douter de la venue de ses ennemis. Elle attrape la perruque installée sur sa tête venant l’enlever, laissant alors sa longue chevelure grise retomber dans son dos.

Elle entendit alors un léger bruit, elle croise les bras sur son buste. La porte s’ouvre doucement, alors que Yon s’est très bien ce qu’il va se passer par la suite. Elle s’avance venant se placer non loin de la porte. Elle ne prend même pas la peine de savoir qui peut bien être derrière cette porte. Parce que pour elle c’est très clair.

« Je suis désolé, mais nous sommes fermés. Vous serez donc priés de repasser à un autre moment. »

Une voix claire, dur et sévère. Elle n’avait aucune envie de se relâcher. Mais bon, comme si de simples mots pouvaient les arrêter. Non. Mais ils n’étaient pas les bienvenus.

© CRIMSON DAY
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jang Saren
Âge : 30
Occupation : Homme d'affaire (officiellement), Mafieux (officieusement)
Quartier : Haeundae
Situation : Célibataire
Don : Empathie accrue
Niveau : 4
Multicompte : Kim Sun Hi & Hwang Dae Seo & Lee Je Ha & Rhee In Na
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t740-jang-saren-ris-tout-le-monde-rir
Sam 15 Juil - 21:24
C'était le jour où il devait retourner dans ce club, voir si la propriétaire a enfin changé d'avis. Il faut toujours laisser une chance aux gens de changer d'avis, toujours ! C'est ce qu'il faisait. La première fois, il l'avait prévenu, lui disant qu'il convoitait cet endroit et que quoi qu'il arrive, il finirait par l'avoir. C'est qu'elle lui avait tenu tête, refusant de l'écouter et de croire les paroles du mafieux. C'est qu'elle ne le connait pas, elle ignore qui elle a devant lui ! De tous les mafieux qu'on peut croiser en Corée, il est surement le pire. Premièrement, il est le fils du chef, le futur homme à la tête de cette bande ultra puissante. Deuxièmement, il n'est pas comme son père, il est bien pire ! C'est peut-être l'âge qui a ramolli son paternel, le faisant devenir plus gentil. Lui n'a pas l'intention d'être aussi faible et cette pauvre fille risque de le comprendre.

"T'es sûr de vouloir y aller ce soir ?" demande son meilleur ami qui est aussi l'un de ses sbires et garde du corps. Saren se tourna vers lui, est-ce qu'il n'avait pas été assez clair ? Et depuis le temps, n'a-t-il toujours pas compris comment il fonctionne ? "Tu sais que je tiens toujours mes promesses ! On y va !" Ainsi, Jang et son groupe d'hommes montèrent tous en voiture en direction de Busanji. Le club n'était pas bien difficile à trouver. Avant d'entrer, notre mafieux indiqua qu'il allait passer le premier et que c'est lui qui parlait, en gros personne n'a le droit d'agir tant qu'il n'en donne pas l'ordre.

Sans crainte, il commença à pousser la porte pour entrer, une voix ferme s'éleva derrière, indiquant que s'était fermé. Déjà ? A une heure pareille ? Serait-ce le début de la faillite ? L'idée fit sourire largement Saren, qui se contenta de continuer de pousser la porte pour entrer. La propriétaire était là, juste devant avec ce fichu regard sérieux, comme si elle pouvait faire trembler de peur le jeune homme. "Je croyais que l'heure de fermeture était plus tardive ? Les clientes ne viennent plus ? Ton business s’effondre ? Tu sais que je peux toujours t'acheter cet endroit et je serais généreux !" Sa voix était normale, sans la moindre agressivité, mais on pouvait y cerner un ton quelque peu moqueur. Le jeune homme se permit d'avancer plus, laissant le reste de sa bande entrer. Puis, il se dirigea vers l'une des tables et s'y installa comme si s'était chez lui. "Est-ce que tu as réfléchi à ma dernière visite ?" demande-t-il toujours calmement et avec un grand sourire presque sympathique. Pour le moment, il n'a pas de raison de s'énerver, mais si elle continue de faire sa tête de mule, il n'hésitera pas à se montrer violent et lui faire peur.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mon club? Jamais. [Pv. Saren]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Club de medecine
» Club de Shogi
» Achats groupés club?
» Parties / Campagnes / jeux / Activités au Club :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Wonder in Busan :: BUSAN :: BUSANJIN-
Sauter vers: