AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Fucking bad joke ! [feat. Thara]

avatar
Jang Saren
Âge : 30
Occupation : Homme d'affaire (officiellement), Mafieux (officieusement)
Quartier : Haeundae
Situation : Célibataire
Don : Empathie accrue
Niveau : 2
Multicompte : Kim Sun Hi & Hwang Dae Seo
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t740-jang-saren-ris-tout-le-monde-rir
Ven 14 Juil - 0:45
Le jeune homme était assis sur un siège du bar, une femme à ses côtés, le genre plantureuse, extrêmement belle et ultra sexy. Une robe noire moulait les formes de son corps, lui donnant des allures de déesses. Certes, sa poitrine avait été refaite, mais le jeune homme s'en fichait. De même, elle devait être passée sous un bistouris au niveau de son visage pour arranger de petites choses qui ne devaient pas être bien méchantes à la base. Mais c'est ainsi, elle voulait être la plus belle et ce soir elle avait gagné. Oui, elle avait réussi à capter l'attention de Saren. Cet homme qui était assis dans un recoin de ce bar chic, sirotant seul un simple Whisky, juste accompagné de son garde du corps. Enveloppé dans son costume sombre, c'est qu'il était intriguant et mystérieux. On aurait pu croire qu'il était un espion tout droit sorti d'un James Bond, le genre d'homme qui fait tourner la tête à toutes les femmes. C'était le cas, Saren peut-être un vrai séducteur, car il sait comment charmer les femmes. Elles sont tellement simples et naïves... Et puis, il suffit de montrer qu'on a de l'argent pour les faire tomber comme des mouches. Toutes les mêmes... courant après l'argent et la beauté. C'est peut-être pour ça qu'il les méprise et les considèrent comme des objets, car c'est ce qu'elles sont !

Bref, cette femme était venue à sa table, commençant à lui parler et demandant clairement à l'ami de Saren de la laisser un instant seul avec lui. Son garde du corps savait quoi faire, il s'en alla pour s'asseoir au comptoir. Au final, rester planté là, c'était le plan du mafieux depuis le départ. Attendre qu'une idiote vienne tomber dans ses filets. Une fois de plus, l'une d'entre elle venait de se prendre dans sa toile. Comme les autres, elle devait espérer pouvoir devenir sa régulière, une femme qu'il voudra épouser et couvrir de cadeau. Mais notre homme n'est pas comme ça. Jamais il ne couvrira de cadeau une femme, jamais ! Qu'elles se démerdent seules, qu'elles travaillent ou qu'elles trouvent un vieux riche mourant à qui elles pourront voler toute la fortune. Jang n'est pas un homme qui aime les femmes, du moins pas comme on peut l'imaginer. Des sentiments pour elles, il n'en a pas. Ce ne sont que de simples objets, des passe-temps assez sympathique et c'est tout. Pour le reste, elles sont inutiles. Vous savez, il est du genre à mépriser sa petite sœur, à la différence qu'il ne couchera jamais avec elle. Disons qu'il a des limites, du moins cette limite-là.

Tout se passait bien, la jeune femme s'était rapprochée de ce charmant jeune homme qu'est Jang Saren, n'hésitant pas à se coller à lui et à ricaner à ce qu'il pouvait dire. C'était qu'une idiote, typiquement le genre de femme qu'il déteste. Une simple "suceuse de sang" qui ne s’intéresse à lui que pour son statut et sa richesse. Mais il joue le jeu, car il pourra coucher avec elle et c'est tout ce qui compte, s'amuser juste une nuit avant de la larguer comme une moins que rien le lendemain matin. Oh que oui ! Qu'est-ce qu'il aime ce moment où il s'en va en disant clairement qu'ils ne se reverront plus jamais. Le fait qu'il puisse en plus ressentir tout ce qu'elle ressent n'en est que plus jouissif, c'est presque plus fun que de passer une nuit torride avec elle.
Mais voilà que son garde du corps s'approche, il a son téléphone en main. Rapidement, il dit qu'il y a un problème, il ne dit pas de nom et n'explique pas les détails devant cette femme vénale. Il tend simplement le téléphone à Saren qui le prend pour le porter à son oreille. Son interlocuteur se met à parler et quelques secondes après, il se redresse brutalement sur son siège, repoussant l'une des mains de la jeune femme qui s'était posée sur son torse. D'une voix ferme, il indiqua qu'il arrivait, ceci signifiait que ses hommes devaient l'attendre sagement. La bombasse se leva, inquiète et voulant savoir ce qu'il se passait. Le mafieux lui accorda un regard froid et dur, tout ceci ne la concernait pas. Il l'envoya se faire voire sans plus d'explication et quitta les lieux sur le champ.

Vingt bonnes minutes plus tard, sa voiture se stoppa sur le port, juste devant un entrepôt désaffecté qui appartient à sa famille. Son pas rapide trahissait sa tension, il parcouru la longueur des lieux plus vite qu'il ne le fallait et descendit au sous-sol par une porte. Dans l'une des pièces, il découvrit plusieurs de ses sbires autour d'une jeune femme qui avait été assise et ligoté sur une chaise. Thara Hidalgo. Son sourire s'agrandit. Cette idiote s'était fait prendre et la voilà à sa merci. Qu'est-ce qu'il va bien pouvoir faire d'elle... "En voilà une jolie prise... Une Hidalgo... Je pensais que tu serais repartie chez toi depuis notre dernière rencontre !" Personne ne savait de quoi il parlait ici. D'ailleurs, heureusement qu'aucun homme ici présent ne sait de quoi il parle. Lentement, comme pour savourer cet instant, il tourna autour de la chaise pour l'observer sous tous les angles. "Je trouve ça assez décevant que mes hommes soient parvenus à t'attraper si facilement. Est-ce que tu te serais ramollis ?" demande-t-il alors qu'un des gars répète qu'elle l'avait tout de même insulté et que s'était un affront. Merde, il a horreur des mecs qui font du zèle comme ça et qui pensent avoir un avancement parce qu'il joue au bon petit soldat. Alors, il s'approcha de lui et lui enfonça avec violence son poing dans le ventre. "Tu me prends pour qui ? Je sais déjà tout ça. Je n’ai pas besoin de toi pour me défendre ! Alors, maintenant tu fermes ta putain de gueule !" Quoi ? Vous pensez qu'il maltraite ses hommes ? C'est juste du respect. On ne devient pas une saleté de mafieux en étant un type sympa, Saren l'a compris. Il est bien moins tendre que son père, mais ce dernier est devenu un peu trop sympa avec l'âge, alors lui il montre l'exemple. C'est lui le chef, le futur chef même ! Et il se fera respecter quoi qu'il arrive. Le type ne broncha pas et baissa la tête d'un air penaud. Couillon ! A présent, il retourna vers Thara et se posta devant elle. "Alors, je t'ai manqué ? C'est ça ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hidalgo Thara
Âge : 30
Occupation : Modèle photo officiellement. Fille et héritière légitime du "big boss" de la mafia colombienne officieusement.
Situation : Célibatarde. Aux hommes qui pensent que la place des femmes est dans la cuisine, pensez bien que c'est l'endroit ou sont rangés les couteaux.
Don : Pas besoin de dons pour se débrouiller dans la vie.
Multicompte : Callum Anna.
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 14 Juil - 11:33

Fucking bad joke.
“Des entrailles prédestinées de ces deux familles ennemies.A pris naissance, sous des étoiles contraires, un couple d'amoureux dont la ruine néfaste et lamentable doit ensevelir dans leur tombe l'animosité de leurs parents.”


Un verre fût posé entre ses deux coudes. Un verre contenant en son sein un liquide particulièrement fort capable de brûler en moins de temps l’œsophage de quiconque oserait le boire. Elle aurait osé à l'époque. Elle aurait été capable de tout d'ailleurs et ce n'était pas un verre d'alcool qui lui aurait fait peur. Seulement pour la première fois de sa vie, ce liquide face à elle lui donnait des envies de vomir. Son odeur désagréable remontait jusqu'à ses narines, soulevant son cœur, ses tripes. Elle ferma les yeux pour tenter de ne pas y penser, son but était de vite s'en débarrasser pour se convaincre à elle même qu'elle était encore capable de boire un simple verre sans ressentir ce mal être intérieur qui rongeait son âme de jour en jour. Ses doigts attrapaient le verre, puis elle le porta à ses lèvres et la, elle cessa tout mouvement. Non. Elle n'y arriverait pas. Ses envies de vomir étaient toujours la, voir un peu plus présente au plus elle approchait l'alcool de ses lèvres. Tss. Elle grimaçait en venant le claquer sur le comptoir.  Impossible qu'elle y arrive.  Cet endroit n'était décidément pas fait pour elle ce soir. Il était préférable qu'elle s'en ailles.

Mais partir pour aller ou? Nulle part. Errer simplement en plein cœur de Busan, pour se remettre en questions, pour appréhender l'avenir ou alors complètement disparaître, à tout jamais. Sa patrie était si loin derrière elle, mais elle ne lui manquait pas. De toute façon, elle ne pourrait jamais y retourner alors à quoi bon ressentir ce manque d'un chez soi qui n'en est pas réellement un surtout quand ce dernier va certainement vous rejeter. Doucement, la demoiselle se levait de son tabouret, chancelante non pas dû à une quelconque ivresse mais par une fatigue nouvelle qui lui pourrissait la vie de l'intérieur. Sa pauvre tête semblait lourde et particulièrement douloureuse, ses intestins s'entremêlaient entre eux, compressant cet estomac qui ne souhaitait qu'une chose: Se libérer de son contenu.  Elle entreprit un premier pas vers la sortie du bar, puis un deuxième avant d'être retenu par une main virile sur son poignet. Une main qui fit usage de la force pour la retourner, histoire qu'elle fasse face à cet individu qui l'avait remarqué au comptoir depuis un petit moment. Ce coréen au sourire machiavélique qui semblait vouloir s'amuser avec elle, dans tout les sens du terme. Il riait quand celle ci eut peine à se débattre, alors qu'elle lui lançait le plus odieux des regards en lui demandant de la lâcher sur le champ. Plus elle résistait et plus il la retenait sans cesser de rire sournoisement. La colombienne impulsive continua inlassablement à se débattre désespérément ressentant ses envies remonter en puissance jusqu'à sa gorge. A cette vitesse, elle n'eut pas le temps de contrôler quoi que ce soit qu'un jet acide fût projeté en direction du costume du coréen qui ne s'attendait certainement pas à cette surprise désagréable.

Cette pouffiasse m'a vomi dessus. L'excitation se transforma en colère, une rage qui le poussa à appeler un de ses camarades pour canaliser la fille Hidalgo plus soumise à ses douleurs gastriques qu'aux deux coréens souhaitait lui faire payer son acte. Tu sais pas à qui tu as affaire ma jolie. Grogna le premier en resserrant sa prise sur son poignet. A vrai dire, elle en avait strictement rien à faire de à qui elle avait affaire. Tout ce qu'elle souhaitait c'était retrouver vite sa liberté pour pouvoir se reposer au plus vite, d'ailleurs le fait qu'elle n'y parvient pas commença sérieusement à l'agacer. « J'en ai rien à foutre de qui vous êtes et de ce que vous pouvez faire dans vos misérables vies. Juste foutez moi la paix. » grogna t-elle à son tour. Oh bien sûr, ils ne se gênèrent pas pour le lui révéler une fois à l'extérieur du bar et à défaut de les craindre encore plus, elle s'était mise à sourire. Ses hommes étaient les larbins de Saren Jang, du plus gros mafieux de toute la corée mais certainement pas du monde. Les pauvres, ils ont mal choisi leurs camp et la brunette ne se priva pas pour leur dire. Le fait qu'elle ose critiquer le chef fût une véritable outrance, qui au final, lui valût une petite visite au port de Busan ou elle aurait l'immense privilège de rencontrer le fameux "big boss".

Elle avait beau faire sa maligne, qu'intérieurement, elle appréhendait grandement ses retrouvailles et ce ne fût que lorsque le jeune homme se retrouva face à elle qu'elle comprit qu'elle ne partirait pas de cet hangars indemne. Saren fût surprit et presque déçu de la voir ligoté à cette chaise avec plusieurs hommes autour d'elle. La pauvre Thara Hidalgo s'est faîtes prendre facilement, elle n'avait même pas cherché à sortir un couteau pour se défendre. Tout simplement parce qu'elle n'en avait pas eu la force ni le courage d'ailleurs pour le faire. Son regard chercha à le suivre et ce même lorsqu'il rôdait autour d'elle tel un prédateur. « A choisir.. J'aurais préféré ne pas me retrouver ici crois moi. » Souffla t-elle en sentant son coeur tambouriner sauvagement en elle. La dernière fois qu'elle avait vu Saren, ils avaient échangés plus que de simples menaces, c'est d'ailleurs cette coucherie qu'aujourd'hui elle regrettait plus que tout.

L'homme de main, et l'imbécile qui avait cherché à obtenir plus que des mots avec elle plus tôt dans le bar, s'empressait aussitôt de raconter l'affaire à son supérieur et face à ses dires, il eut droit à un ravissant coup dans l'abdomen. C'était bien l'une des meilleures choses que pouvait faire Saren pour elle, depuis le temps qu'elle voulait le faire. Le cri de douleur du sous fifre lui arracha un discret sourire très vite envolé par de nouveau la présence du tyran face à elle. Alors, je t'ai manqué? C'est ça? Pas vraiment en réalité, c'était tout l'inverse. Aujourd'hui installée à Busan, Thara avait cherché à le fuir depuis quelques semaines, deux précisément.  Non pas qu'elle le craignait spécialement, juste qu'elle voulait oublié l'homme qui avait détruit sa vie en un claquement de doigt, ou en un coup de rein si vous préférez. «Oh Saren.. Si tu m'avais tant manqué que ça, tu penses pas que je serais venue te voir plus tôt? » Un mois et demi qu'ils ne s'étaient pas vu, un mois et demi qu'elle souffrait d'un mal nouveau. «J'aurais très bien pût me passer de cette visite crois moi. Enfin.. Ce n'est pas de ma faute si tes larbins sont si susceptibles. » Ce n'est pas elle qui avait demandé audience au grand Saren, c'était eux qui avaient voulus qu'elle le rencontre. Comme ci elle ne le connaissait pas.  Avec Saren, elle avait partagé bien plus que ce que ses propres larbins ont pût partager avec lui, elle le connaissait mieux que personne. N'était-elle pas son jouet favoris? Celle qui lui permettait de passer du bon temps, de garder un semblant d'adrénaline dans sa vie. Aujourd'hui pourtant, Thara ne se sentait pas spécialement d'humeur à jouer, ni même de combattre. Ses forces la quittait de jour en jour, et c'est presque sérieusement qu'elle plongeait son regard dans le sien, lui qui avait perdu sa lueur taquine et joueuse.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jang Saren
Âge : 30
Occupation : Homme d'affaire (officiellement), Mafieux (officieusement)
Quartier : Haeundae
Situation : Célibataire
Don : Empathie accrue
Niveau : 2
Multicompte : Kim Sun Hi & Hwang Dae Seo
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t740-jang-saren-ris-tout-le-monde-rir
Sam 15 Juil - 0:04
Quel dommage de voir la sauvage Thara Hidalgo attachée de la sorte à une pauvre chaise. Elle avait l'air d'un coup si faible et fragile, c'était décevant de la voir dans cette position. Lui qui connaissait la fougue dont elle peut faire preuve. Le fait qu'elle ne se soit pas défendu non plus était étrange. Serait-ce une sorte de piège pour l'attirer ? C'est une éventualité à laquelle il avait pensé. Mais finalement, il doute que ce soit ça. Les deux sont plus du genre à s'attaquer en face à face, sans pour autant créer un piège subtile. Alors, est-ce qu'elle irait mal ? Ou est-ce simplement le seul moyen qu'elle ait trouvé pour le revoir ? D'après ce qu'elle disait, elle n'avait pas l'air d'avoir vraiment envie de le voir ou d'être ici. Oh, vraiment ? C'est qu'elle compte l'attrister en lui disant ça ? Elle le déteste tant que ça... C'est une plaisanterie bien sûr ! Lui-même la déteste très cordialement. "Peut-être que si tu te serais tenue à carreau, tu ne serais pas ici, prisonnière et à ma merci..." D'après la Colombienne, tout ceci était la faute des sbires du jeune homme. Certes, ce n'était pas faux. Si ces derniers ne s'étaient pas attaqués à elle et qu'elle ne l'aurait sûrement pas insulté, ils n'auraient jamais demandé à Saren de venir. Mais l'un d'eux avait reconnu la fille, pensant que ceci pourrait être une bonne chose de prévenir son boss de la trouvaille qu'il avait fait. Sauf qu'ils ignoraient tous que les deux s'étaient déjà vus il y a plus d'un mois et demi. Ce fut d'ailleurs une rencontre pas comme les autres dont il n'avait parlé à personne. Pourquoi en parler ? Tout ce qu'il s'était passé entre elle et lui ne regardait qu'eux et personne d'autre.

"Mes hommes ont juste fait leur boulot ! Quoi que je sois contrarié d'avoir été dérangé alors que j'étais occupé !" Saren passa derrière elle et sortit son couteau pour détacher les liens de la jeune femme. A quoi bon la laisser ligoté ? Ce n'est pas amusant de faire face à elle de cette manière. Puis, il regarda son groupe d'hommes présent et leur dit simplement : "Laissez nous ! Je n'ai plus besoin de vous." Plusieurs se lancèrent des regards, comme s'il ne croyait pas du tout ce qu'il disait. C'était pourtant la vérité et en plus de ça un ordre. Saren n'avait pas besoin de chaperons pour discuter avec sa pire ennemie. Ses sourcils se froncèrent et l'un d'entre eux compris enfin qu'il fallait vraiment qu'ils y aillent. Au bout de quelques secondes, il se retrouva seul avec la jeune femme. Pour être tranquille, il verrouilla même la porte à clef et glissa cette dernière dans sa poche. Au moins, il ne risque pas d'être interrompu.

Saren attrapa une chaise qui était contre un mur et la posa juste devant celle ou était assise Thara. Il y prit place et observa le teint plus pâle que d'habitude de la jeune femme. "On m'a dit que tu ne t'étais pas débattue et que tu as même vomi sur l'un de mes hommes. Aurait-tu du mal à t'acclimater à la Corée ?" demande t-il avec un air amusé à la jeune femme. Parce que oui, c'est risible de la voir malade, elle qui est d'ordinaire si forte. Et puis, pour une fois qu'il peut se moquer d'elle, il ne va pas se gêner. Si seulement il pouvait deviner pourquoi elle était dans cet état, il ne serait sûrement pas en train de rire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hidalgo Thara
Âge : 30
Occupation : Modèle photo officiellement. Fille et héritière légitime du "big boss" de la mafia colombienne officieusement.
Situation : Célibatarde. Aux hommes qui pensent que la place des femmes est dans la cuisine, pensez bien que c'est l'endroit ou sont rangés les couteaux.
Don : Pas besoin de dons pour se débrouiller dans la vie.
Multicompte : Callum Anna.
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 15 Juil - 9:13

Fucking bad joke.
“Des entrailles prédestinées de ces deux familles ennemies.A pris naissance, sous des étoiles contraires, un couple d'amoureux dont la ruine néfaste et lamentable doit ensevelir dans leur tombe l'animosité de leurs parents.”


Ses hommes sont si susceptibles. Bien différent des hommes de main des Hidalgo qui généralement s'en prennent plus à leurs ennemis qu'à de pauvres colombiens sans défense. A moins que l'un d'eux ait reconnu la fille Hidalgo de passage en Corée. Ce soir, elle n'avait pas la tête à se défendre, ni le courage d'ailleurs pour le faire. Ce soir, elle voulait être tranquille pour se remettre en questions pour réfléchir à ce qui adviendrait d'elle avant que ses deux hommes complètement stupides ne s'en prennent à elle avant de la ramener auprès de leur supérieur: Jang Saren. Avec lui, Thara avait partagé énormément de choses, sa haine, sa rancoeur, son dégoût mais aussi son corps qu'il avait pût embrasser, toucher lors d'un échange charnel particulièrement sauvage. Au vu des réactions de ses hommes, Saren ne s'en était pas vanté. Ils semblaient ne pas comprendre ce qui se passait entre eux, et eurent bien du mal à déguerpir sous la demande du chef mafieux. Finalement, un seul regard avait suffit pour qu'ils s'en aillent pendant que la demoiselle récupérait ses deux poignets endoloris par les liens resserrés autour d'eux plus tôt. La voilà libre de ses mouvements, libre de s'en aller comme bon lui semble ou presque.

Au départ de ses sbires, le coréen verrouilla la porte de la pièce ou ils se trouvaient avant de glisser la dîtes clef à l'intérieur de sa poche. Si elle voulait fuir, elle allait certainement devoir en découdre avec Saren, et ce face à face risque d'être l'un des pires de toute sa vie. Tant qu'elle ne lui aura pas avoué la vérité sur son compte il ne la laisserait pas partir et à moins de ruser et de mentir , la jeune femme ne semblait avoir aucun échappatoire. Saren s'installait face à elle, il semblait tellement amusé de la voir aussi faible et fragile, lui qui l'a toujours connu hargneuse. Cette faiblesse, elle ne venait pas d'un quelconque dépaysement, Thara avait prit l'habitude du climat de Busan au vu de ses nombreuses visites il fût un temps, alors que son père et le père Jang étaient amis. Non, ce n'était pas une question climatique qui posait problème cette fois, mais tellement plus. «Je suis malade Saren voilà tout. » Menteuse. Bien que ce n'était pas un mensonge plus que ça en réalité. Lorsqu'elle s'était adressée à lui, elle avait cherché à le fuir, lui et son regard pour ne pas qu'il détecte cette inquiétude dans son regard. Elle ne voulait pas qu'il sache qu'elle n'avait plus l'envie de rire ou de jouer pour le moment, qu'elle avait besoin de temps faire passer la pilule qui avait été si dur à avaler. «Je suppose que tu dois jubiler intérieurement de me voir comme ça. » Et il pouvait. De la voir elle et son teint blafard, ses deux cernes sous les yeux, ses lèvres presque violettes. Il aurait même pût croire qu'elle venait de succomber à quelques substances illicites bien qu'elle ne serait certainement pas présentée ainsi à lui si ça aurait été le cas. La substance illicite était bien trop puissante cette fois, elle était même capable de tout remettre en question sur le combat qu'elle livre avec Saren depuis la tragique disparition d'une partie du clan Hidalgo.

Lentement elle se levait de sa chaise, de nouveau chancelante pour s'avancer jusqu'à la porte de sortie qui était véritablement son seul échappatoire. Elle voulait s'en aller et vite pour ne pas devoir d'explications à Saren. En soit, elle ne lui en devait pas spécialement, elle était capable de gérer ses problèmes et sa vie seule, alors pourquoi devoir le mêler constamment à ses soucis, et la en l'occurence à ses soucis de santé. Peut-être parce que ses soucis le concernait également. «Je suis pas d'humeur ce soir Saren alors laisse moi m'en aller. » Dur d'être d'humeur joueuse et taquine quand son estomac fait des siennes et que divers sentiments traversent en même temps son esprit. Bien plus terrible que cette colère et rage sauvage qu'elle éprouvait pour le coréen, cette fois c'était bien tout un tas de sentiments différents qui cherchaient à s'en prendre à elle. De la tristesse, de la déception, de la colère, des regrets, de la peur même. Oui, Thara avait peur et c'était bien la première fois que cela arrivait. Cette peur lui rongeait les entrailles, entortillait son être tout entier, lui donnait l'envie de vomir à nouveau. Elle ne souhaitait pas être responsable de quoi que ce soit ni de qui que ce soit, alors qu'elle avait déjà bien du mal à s'occuper d'elle. Une déséquilibrée mentale avec de tels soucis ça ne devrait pas exister, c'est dangereux, non pas que pour elle même mais pour cet être qui au final n'avait rien demandé à personne, cet être qu'elle cherchait à tout prit à camoufler en levant instinctivement sa main droite jusqu'à son abdomen.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jang Saren
Âge : 30
Occupation : Homme d'affaire (officiellement), Mafieux (officieusement)
Quartier : Haeundae
Situation : Célibataire
Don : Empathie accrue
Niveau : 2
Multicompte : Kim Sun Hi & Hwang Dae Seo
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t740-jang-saren-ris-tout-le-monde-rir
Sam 15 Juil - 21:48
Ses hommes s'en allèrent enfin, malgré le fait qu'ils n'avaient pas vraiment envie d'abandonner leur chef ici. C'était un ordre. Qu'est-ce qu'il risque contre Thara ? Ce n'est pas comme si s'était la première fois qu'il se retrouve seul avec elle et qu'il se bat contre elle. Il ne risque donc rien. Et puis c'est un grand garçon. Aurait-il oublié qu'il est le fils du chef et qu'un jour c'est lui qui sera aux commandes ? C'est quelque chose d'extrêmement pénible de toujours devoir être entouré d'une bande d'idiot ! Certes, ils ne sont pas idiots, juste un peu trop fidèle. Bien qu'ils soient sous ses ordres, ils sont aussi sous les ordres de son père et si jamais il lui arrive quelque chose, son père pourrait se montrer brutale avec ceux qui l'ont laissé. Au final, ce n'est pas vraiment son problème. Du moment qu'on l'écoute c'est tout ce qu'il veut. Pour plus de sécurité et être en paix, il verrouilla la porte, au moins, aucun d'eux ne viendra au beau milieu d'une conversation.

La demoiselle indiqua qu'elle était malade. Ça, il pouvait le voir via ce teint pâle et cette mine fatiguée qui ne ressemblait pas du tout à la Thara Hidalgo qu'il connaissait. Serait-elle plus faible qu'il le pense ? Quelle déception ! En plus de ça, contrairement aux autres fois, il pouvait sentir émaner d'elle tout un tas d'émotions différentes. Elle qui arrive si bien à se contrôler d'habitude, là, il pouvait presque lire en elle, comme un livre ouvert. C'était étrange et pour le moment, il ne pouvait pas comprendre ce qui avait l'air de la tourmenter autant pour qu'elle soit dans cet état. Est-ce qu'il jubilait ? Oui, on peut dire que c'est bien le cas. Mais il ne le tuera pas. Battre un animal blessé c'est loin d'être drôle. "Oh, je me rends juste compte que tu n'es qu'une simple humaine comme tout le monde ! Moi qui t'imaginais forte comme un roc !" Un vague rire lui échappa avant qu'il ne laisse un peu d'air s'échapper de ses poumons en un souffle. "Qu'est-ce qui peut bien t'inquiéter autant ? Je me le demande..." dit-il simplement tout en réfléchissant. Peut-être qu'il n'avait pas lu l'inquiétude dans ses yeux, mais son pouvoir pouvait lui faire savoir ce qu'elle ressentait et l'inquiétude était bel et bien pressante avec tout un flot d'émotions par très joyeuses.

Son regard marron l'observa se lever, il l'a suivi jusqu'à ce qu'elle sorte de son champ de vision. Après, il tourna la tête pour la voir posté près de la porte verrouillée. A son tour, il se leva, se rapprochant tout en l'écoutant parler. Le jeune homme vint s'adosser à un mètre d'elle, contre le mur, croissant les bras sur son torse tout en l'observant et ressentant de plus en plus clairement ses émotions. Le plus bizarre, c'était la peur qu'elle avait l'air de ressentir en ce moment même. Est-ce lui ou autre chose qui cause ça ? Jamais il n'a ressenti de la peur s'échapper d'elle. "Parce que j'ai l'air de meilleure humeur que toi ?" demande-t-il simplement en la toisant du regard. "Je passais une soirée plutôt sympa jusqu'à ce qu'on m'appelle. Et qu'est-ce que je découvre... une Thara malade et apeuré ! Alors, je me pose des questions... Qu'est-ce qui te rend comme ça ?" Il ne faut pas oublier qu'elle est son pire ennemie, celle avec qui il va continuer de se battre pendant longtemps encore, mais là, c'est décevant de la voir ainsi. C'est comme si elle perdait tout son charisme. "Tu dois savoir que ce n'est pas parce que tu me le demande gentiment que je vais te laisser partir. Et puis, tu piques trop ma curiosité." Son regard ne quitta pas le sien. Tout ça n'était pas normal, pas du tout ! "Tu n'as quand même pas trouvé un ennemi pire que moi ? Car c'est moi et moi seul qui a la permission de t'éliminer. Tu es ma proie ! Je tuerais tous ceux voulant te faire du mal !" Une déclaration d'amour ? Non, pas du tout ! C'est juste une vérité. Thara et son adversaire et personne ne peut la lui piquer. Alors, quand il dit qu'il tuera les gens voulant s'en prendre à elle, c'est la stricte vérité. Personne ne touche à Thara Hidalgo à part lui !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hidalgo Thara
Âge : 30
Occupation : Modèle photo officiellement. Fille et héritière légitime du "big boss" de la mafia colombienne officieusement.
Situation : Célibatarde. Aux hommes qui pensent que la place des femmes est dans la cuisine, pensez bien que c'est l'endroit ou sont rangés les couteaux.
Don : Pas besoin de dons pour se débrouiller dans la vie.
Multicompte : Callum Anna.
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 17 Juil - 15:28

Fucking bad joke.
“Des entrailles prédestinées de ces deux familles ennemies.A pris naissance, sous des étoiles contraires, un couple d'amoureux dont la ruine néfaste et lamentable doit ensevelir dans leur tombe l'animosité de leurs parents.”


Peut être qu'elle aurait-elle dû apprendre à moins jouer avec le feu et être plus raisonnable plutôt que l'inverse. Mais Thara n'est pas raisonnable, elle n'est pas comme les autres femmes qui craignent l'avenir. C'est une femme qui vit au jour le jour sans se soucier des conséquences de ses faits et gestes. Mais à défaut d'être libre de ses mouvements elle était avant tout une femme comme les autres, avec des risques. Cette fois, son compagnon de jeu avait été Jang Saren, le fils et héritier de cette famille coréenne mafieuse ennemie à la sienne.Tout deux s'étaient abandonnés dans les bras de l'un l'autre pour le plus sauvage et fougueux des échanges. A repenser à cela, elle en eut des frissons sur tout le corps. Difficile de résister d'avantage à un tel désir, encore une fois c'est une femme comme les autres avec des envies et des désirs. Elle s'était montrée forte et impulsive devant lui, la petite teigne et garce à qui ont a envie de mettre plusieurs gifles. Elle souriait souvent en pensant à tout le mal qu'elle pouvait lui faire mais elle aimait cela, Thara. En général, le mal n'est pas fait pour plaire, mais Saren, lui, aurait presque réclamé de nouveaux défis de la part de sa petite partenaire.

Voilà qu'aujourd'hui, elle se présentait à lui avec un teint blafard et un corps chancelant. Elle avait perdu quelques grammes voir un bon kilos, rien de bien méchant mais il lui était impossible de garder un quelconque aliment au sein de son estomac sans qu'elle n'ait l'envie de le rejeter aussitôt. Le goût de manger lui même s'en était allé depuis une petite semaine. Le simple fait de poser les yeux sur de la nourriture lui donnait des hauts de cœur. Jamais elle n'aurait pensé un seul instant que ce dégoût de tout était dû à un mal intérieur. Oui, Thara était malade et par cette sous alimentation, elle avait perdu de ses forces, d'énergie. Tout ce qui l'intéressait était de s'allonger pour se reposer, laissant les jours défiler jusqu'à ce qu'elle aille mieux, en espérant que ce jour arrive vite.  Saren se montra intrusif, voulant absolument découvrir la cause de ce mal être et du fait qu'il avait perdu un adversaire de taille. La colombienne, elle, préféra se lever pour emprunter la porte de sortie et lui demander de bien vouloir la laisser partir mais ce fût contre les réelles intentions du mafieux.  

Il se levait, il l'observait et ce regard insistant sur elle était même parvenu à la mettre mal à l'aise. Immobile elle demeura durant plusieurs secondes, le temps qu'il s'adresse à elle et qu'il la met en garde sur le fait que rien ni personne ne pourrait lui faire du mal mis à part lui. Propriété privé. Saren pensait qu'il était le seul pouvant la détruire, lui faire du mal, mais désormais ils étaient deux à le faire. Lui et.. « Arrête tes conneries Saren et fais moi sortir.. » Grogna t-elle à nouveau un peu plus fortement tout en fermant les yeux et en grimaçant légèrement. Il lui donnait mal au crâne avec toutes ses questions et cette curiosité qu'elle aurait certainement eu si c'était le cas inverse. Seulement, à l'intérieur, il y avait toujours ce mal qui la faisait souffrir, qui rendait sa tête un peu plus lourde et douloureuse, qui la fatiguait comme jamais rien ni personne n'avait pût le faire auparavant. Elle n'avait pas la tête aux conflits et aux explications, et pourtant, elle allait bien devoir lui en fournir, il ne la laisserait certainement pas fuir sans obtenir ses réponses.

Vivement, elle jetait sa main hors de son abdomen pour la replacer le long de son corps, sa tête eut la force de se tourner la ou se trouvait le garçon et c'est un regard froid, bien qu'un peu vitreux qu'elle lui lança. « Si tu veux tout savoir alors oui.. J'ai trouvé un ennemi bien pire que toi. Il me fait souffrir comme jamais personne ne l'a fait auparavant et aujourd'hui je cherche un moyen de m'en débarrasser sans avoir ni regrets ni remords. Alors tu pourras dire ce que tu veux de moi que ça m'est bien égal Saren. Fin de la discussion. » Ordonna t-elle d'une voix colérique elle qui en avait ras le bol d'avoir déjà toutes ses questions psychiques qui la faisait souffrir tant. Si il n'était pas prêt à lui ouvrir la porte, il fallait dans ses cas la qu'elle fasse usage d'un stratagème pour récupérer la fameuse clef et sortir de force, mais la tâche était bien plus complexe que ça. Le garçon serait certainement sur ses gardes et aurait bien plus de force qu'elle. Il arriverait rapidement à la canaliser. Malgré elle dans tout les cas, elle se retrouvait bloquée dans cette pièce avec cette vérité au bout des lèvres qui risquait fortement de provoquer une guerre bien plus forte entre la famille Jang et Hidalgo que celle qui est déjà présente.
black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jang Saren
Âge : 30
Occupation : Homme d'affaire (officiellement), Mafieux (officieusement)
Quartier : Haeundae
Situation : Célibataire
Don : Empathie accrue
Niveau : 2
Multicompte : Kim Sun Hi & Hwang Dae Seo
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t740-jang-saren-ris-tout-le-monde-rir
Lun 17 Juil - 23:27
Des conneries ? Ce n'était pas des conneries ! Elle avait été attrapée par les hommes du jeune homme et il voulait à présent des réponses à ses questions. Pourquoi la laisser partir ? Pour quelle raison ? Tout n'est pas gratuit et là, on peut dire que la forme de paiement c'est de parler. Encore faut-il qu'elle se décide. Car à avoir sa mine fatiguée et fermée, elle n'a pas l'air d'avoir envie de répondre à quoi que ce soit. Pourquoi ? Vu son état physique, elle ferait mieux de collaborer pour avoir une chance de partir plus rapidement. Alors, il échappe un petit rire, le genre de rire qui finira surement par l'énerver, car il a ce petit côté moqueur et aussi cette intention qui explique clairement qu'on ne négocie pas avec lui. "Quand on est polie, on dit s'il te plait !" l'informe-t-il d'un ton très narquois. C'est surement la pire réponse qu'il pouvait lui faire, car il sait très bien qu'elle n'utilisera pas la politesse avec lui, comme lui ne le fera pas avec elle. S'abaisser à ça, c'est comme perdre ouvertement. Et entre eux, tout n'est qu'un jeu, une question de paroles et d'attitudes qui peuvent les faire gagner ou perdre une bataille.

Visiblement agacé par le comportement du Coréen, elle finit par lui dire qu'elle va parler. C'est qu'elle passe enfin à table ? Voilà qui est intéressant. Le jeune homme se redresse, les oreilles bien ouvertes pour entendre chaque parole. La Colombienne expliqua qu'elle avait trouvé un ennemi plus terrible que lui. Vraiment ? Est-ce possible ? Ceci lui fit arquer un sourcil douteux et quelque peu agacé. Qui peut être plus redoutable que lui ? Il réfléchit, mais il ne voit pas. Quoi qu'il arrive, il va le trouver et lui faire la peau à ce connard. Les explications étaient vraiment succinctes, dénué de détails, juste le minimum. Si elle croit pouvoir s'en sortir avec ça, elle croit au père noël. "Tu crois qu'en m'en disant si peu, je vais te laisser partir ? Juste un ennemi pire que moi ? Nan... t'es sérieuse ?" demande-t-il en se redressant et s'écartant du mur. "Qui peut bien plus te faire souffrir que moi ? J'ai tué la moitié de ta famille, je te déteste et je finirais par te tuer ! Dis-moi qui est cette personne que je lui fasse la peau tout de suite. Car personne ne prend MA PLACE !" s'exclame-t-il en appuyant bien sûr les deux derniers mots. C'est lui le boss, lui le grand chef, le mec le plus horrible de la ville de cette pauvre fille et personne d'autre. "Tu sais quoi, je vais même le tuer devant tes yeux ! Le faire souffrir pendant des heures... ou même des jours ! Ainsi, il comprendra qu'on ne vole pas ma proie !" confit-il en se rapprochant d'elle, comme si ce qu'il disait était une sorte de petit secret juste entre elle et lui. Sa main droite vint se saisir du menton de Thara. Ce geste n'était pas particulièrement doux. Pour tout dire, il était empreint d'une certaine force, une animosité certaine montrant sa mauvaise humeur qu'il camouflait pourtant du mieux qu'il pouvait derrière un visage plein d'arrogance. "C'est qui ce type ? Dis le moi !" insiste-t-il plus durement.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hidalgo Thara
Âge : 30
Occupation : Modèle photo officiellement. Fille et héritière légitime du "big boss" de la mafia colombienne officieusement.
Situation : Célibatarde. Aux hommes qui pensent que la place des femmes est dans la cuisine, pensez bien que c'est l'endroit ou sont rangés les couteaux.
Don : Pas besoin de dons pour se débrouiller dans la vie.
Multicompte : Callum Anna.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 18 Juil - 7:58

Fucking bad joke.
“Des entrailles prédestinées de ces deux familles ennemies.A pris naissance, sous des étoiles contraires, un couple d'amoureux dont la ruine néfaste et lamentable doit ensevelir dans leur tombe l'animosité de leurs parents.”


Il s'énervait. Impossible pour lui d'imaginer qu'une autre personne ait pût prendre sa place, que quelqu'un d'autre cherche des problèmes à sa victime, à sa proie favorite: La jeune Thara Hidalgo. Et pourtant, c'était bien le cas. L'homme était frustré, envieux de savoir le nom ou encore même l'identité du personnage pour venir l'abattre froidement sous ses yeux. Il voulait qu'elle sache qu'entre tout les hommes présents dans ce bas monde, il était le seul qu'elle se devait de craindre mais elle n'avait pas besoin d'autant de promesses pour le savoir. En lui avouant ce secret, l'héritière des Hidalgo savait pertinemment ce qui arriverait, et elle risquait gros pour le coup mais la pauvre fût obligée de le lui avouer si elle souhaitait qu'il la relâche et qu'il lui permet de sortir de cette pièce.

Il se méprenait totalement sur l'ennemi qu'il devait abattre et plus il s'agaçait et plus ses intestins s'entortillaient. « Saren.. » Souffla t-elle lorsqu'il insista sur le mot "Place" qu'il désignait comme étant la sienne. Ses yeux se fermaient quelques secondes à nouveau pour tenter de camoufler cette nouvelle peur naissante qu'elle cherchait à fuir pourtant malgré elle. Il poursuivit sa tirade avant de s'approcher d'elle pour l'attraper par le menton, la forçant à tout lui avouer avant qu'il ne s'impatiente d'avantage. Thara le savait désormais, elle ne pourrait plus faire machine arrière. Elle allait devoir tout lui dire quitte à en subir les conséquences. Saren voulait savoir, alors il saurait et il risque fortement de baisser les décibelles en apprenant la vérité. « T'as toujours pas compris hein.. Ton ennemi et rival n'est pas à ta portée.. Pour l'instant. » Commença t-elle de dire en tentant de ne pas fuir son regard, en le gardant fixe sur le sien. Elle avait du mal à trouver les mots justes, elle ne voulait pas les trouver parce que tout cela était encore inimaginable pour elle. Alors pour clairement lui faire comprendre les choses, elle releva sa main à hauteur de son abdomen et baissa les yeux sur ce ventre encore bien plat qui ne tarderait pas à gonfler au fil des mois. Sa main tremblait, elle avait tellement de mal à se dire qu'une cellule œuf s'était installée en elle, qu'elle portait en elle une moitié de Saren, ce garçon qu'elle méprisait tant. « Il est la.. » finit-elle par souffler faiblement alors que les mots s'étaient retrouvés coincés dans sa gorge l'espace de quelques secondes. Son regard osa remonter vers le sien pour tenter de détecter une quelconque réaction de sa part. Sa seule envie fût de le fuir le plus vite possible. Il serait capable de la tuer rien que pour lui avoir révélé qu'elle portait en elle le fruit de leur haine commune. Thara n'avait pas la force de se défendre si ça venait à être le cas.

Parfois, il était nécessaire de faire face à la réalité aussi dure et cruelle soit-elle. Thara l'avait apprit à ses dépends elle qui était sujet à plusieurs vertiges et malaises depuis plusieurs jours. Jamais elle ne s'était sentie aussi mal de toute sa vie, ses sensations étaient nouvelles pour la jeune femme qui avait toujours combattue les simples pathologies assez facilement. Après plusieurs jours de souffrance, elle s'était décidée à aller consulter un médecin en ville pour en savoir plus sur son état de santé, celui ci lui préconisa une analyse de sang pour mieux la rassurer sur l'origine de ses symptômes et le verdict tomba rapidement. Le médecin souriait, lui était content, pas elle. Vous êtes enceinte. Non. Impossible. Elle ne veut pas l'être, elle espère que tout ça n'est qu'un infâme cauchemars, ses nerfs manquent de lâcher dans le cabinet, mais elle se retient malgré elle pour ne pas être prise pour une folle. Intérieurement, elle se mordait les joues pour ne pas rire, pour ne pas pleurer, pour rester neutre devant le spécialiste qui aussitôt après l'annonce de la nouvelle lui fit don de plusieurs papiers tout aussi complexe les uns que les autres et tous traitant de sa fameuse grossesse qu'elle se devait de faire suivre par tout un tas de professionnels de la santé. Mais non, elle ne veut pas tout ça, elle n'a rien demandé elle. Ce n'est pas pour elle tout ça, elle n'est pas faîtes pour devenir mère, certainement pas elle qui ne sait déjà pas prendre soin de sa propre personne. Le papa sera content. Continuait le médecin. Mais quel papa?! Bordel, il s'imaginait tellement qu'elle vivrait une vie de rêve auprès de son pseudo mari qui chouchouterait l'enfant autant qu'elle, mais non ça ne serait pas le cas. Le fameux "papa" était un enfoiré de mafieux qui passait la plupart de son temps à tuer quand ce n'était pas culbuter d'autres femmes. C'était trop pour elle, elle ne voulait plus en entendre d'avantage et s'en était allé avec ce fameux dossier médical contre elle. Depuis un mois et demi, elle portait cette chose en elle et c'était suffisant pour la déstabiliser encore plus qu'elle ne l'était. Contrairement à d'autres femmes, Thara n'aurait pas le droit aux embrassades et aux larmes chaudes du fameux père de cet enfant, elle aurait le droit à une gifle, peut-être une deuxième, quelques coups qui abîmerons sa peau déjà marquée par les douleurs du passé qu'elle avait dû endurer à cause de son père. C'était une habitude en fin de compte d'être malmenée que ça soit par les Hidalgo ou par les Jang, Thara se retrouvait bloquée entre deux familles qui finiraient par la rejeter et l'isoler comme elle le craignait dès le départ.


black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jang Saren
Âge : 30
Occupation : Homme d'affaire (officiellement), Mafieux (officieusement)
Quartier : Haeundae
Situation : Célibataire
Don : Empathie accrue
Niveau : 2
Multicompte : Kim Sun Hi & Hwang Dae Seo
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t740-jang-saren-ris-tout-le-monde-rir
Mar 18 Juil - 22:16
Le mafieux était impatient, il voulait savoir qui était bien assez fou pour s'en prendre à Thara et pour la mettre dans un état pareille. Ce n'était pas normal ? Qui peut bien être pire que lui ? Saren connait sa personnalité, il sait à quel point il peut être désagréable et abuser. Une personne comme lui, c'est déjà bien trop sur cette pauvre terre, alors un deuxième... Hors de question d'avoir un double. Vous savez, c'est un peu comme au far west, il n'y a pas de place pour deux hors la loi. Quoi qu'il arrive, il obtiendra l'identité de cette odieuse personne, il la traquera et l'étriperas lentement pour lui faire comprendre son erreur. S'en prendre à Thara, c'est s'en prendre à lui de manière indirect. Pour l'heure, la jeune femme se contentait de tourner autour du pot, refusant de parler, disant simplement qu'il ne pourrait pas l'atteindre. C'est ce qu'elle pense ! Le jeune homme est capable d'utiliser tout un tas de ressource pour trouver une cible. Ne jamais le sous-estimer, surtout qu'il ne fait pas partie des gens prévisibles.

Peut-être qu'il avait bien assez insisté ou qu'elle avait juste compri que ne rien dire ne la ferait pas sortir d'ici. La jolie Thara s'était enfin résigné à parler, à dire qui est cette personne. En face d'elle, Saren l'observa baisser son regard en direction de son ventre en même temps, elle avait déposé l'une de ses mains sur celui-ci. Comment pourrait-il imaginer la réponse ? Même quand sa voix se fit entendre, il resta là à la regarder. Un ennemi qui n'est pas à sa portée ? C'est tout simplement impossible. Toutefois, il ne répondit pas, ce n'est que quand elle lui dit "il est là", qu'il la regarda avec un sourcil levé montrant qu'il ne comprenait pas. En fait, il fallait que son cerveau fasse toutes les connexions. Son regard, son ventre, sa phrase. Pire encore, il devait aussi parvenir à faire le lien avec ce qu'il s'était passé entre eux la dernière fois qu'ils s'étaient vus. Est-ce qu'elle est en train de parler d'un bébé ? L'un de ses hommes lui a parlé qu'elle avait vomi sur lui, là elle est faible et fatiguée... Non, impossible ! De la peur émanait d'elle, il voyait qu'elle redoutait ce qu'elle disait et ça ne faisait que l'envoyer vers cette vérité moqueuse. Thara était enceinte, son ennemi n'était autre que les premiers signes d'une grossesse. Le jeune homme ne pouvait pas la croire, le déni était la seule réalité possible. Rapidement, il abandonna ce mur qui était proche de lui et la jeune femme pour s'éloigner d'elle. Sa tête se secouait légèrement de gauche à droite, comme s'il voulait se rassurer lui-même et se dire que non, ceci n'est pas possible ! La Colombienne ne peut pas être enceinte ! C'est une erreur ! "Attends, tu veux me faire gober quoi là ? Soit plus clair, parce que je ne suis pas sûr de te comprendre !" Oh, il avait clairement compris, mais c'est tellement plus facilement de refuser cette réalité. C'est pour ça qu'il veut l'entendre de sa bouche, des paroles claires et distinctes annonçant cette vérité sordide qui a l'air d'une épée de Damoclès qui va finir par trôner au-dessus de sa tête telle une malédiction. "Cesse de parler par énigme. Dis les choses clairement, je ne suis pas d'humeur à jouer !" dit-il espérant entendre tout autre chose que cette épouvantable vérité qui risque de faire changer sa vie du tout au tout.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hidalgo Thara
Âge : 30
Occupation : Modèle photo officiellement. Fille et héritière légitime du "big boss" de la mafia colombienne officieusement.
Situation : Célibatarde. Aux hommes qui pensent que la place des femmes est dans la cuisine, pensez bien que c'est l'endroit ou sont rangés les couteaux.
Don : Pas besoin de dons pour se débrouiller dans la vie.
Multicompte : Callum Anna.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 18 Juil - 23:03

Fucking bad joke.
“Des entrailles prédestinées de ces deux familles ennemies.A pris naissance, sous des étoiles contraires, un couple d'amoureux dont la ruine néfaste et lamentable doit ensevelir dans leur tombe l'animosité de leurs parents.”


Je suis enceinte. Elle même avait encore énormément de mal à croire que tout cela était la pure vérité, mais c'était bien le cas. Le médecin n'avait pas pût lui mentir, les analyses sanguines non plus et encore moins les symptômes qu'elle avait bien du mal à supporter au fil des jours. Ce n'est pas comme ci avoir vertiges sur vertiges était la meilleure chose qui pouvait arriver à une femme. Pourtant, certaines, bien plus masochistes qu'elle, adoraient ce genre de sensations. Le simple fait de pouvoir souffrir physiquement les rassuraient, parce qu'elles voulaient sentir ce petit être en elle grandir au fil des mois mais pas Thara. Thara, elle avait besoin d'énergie et de force pour affronter l'avenir, pour affronter ses ennemis, en dehors de Saren, qui se feraient un malin plaisir à la poignarder dans le dos en sentant sa faiblesse. Oui, Thara était vulnérable malgré elle, et maintenant qu'elle venait de révéler la vérité au mafieux coréen, elle se doutait bien qu'elle n'aurait pas son aide pour survivre à ce monde malsain. Les armes, elle allait devoir les prendre, avec ou sans ventre rond.

La réaction du coréen ne se fit pas attendre. Il semblait ne pas réaliser ce qu'elle venait tout juste de lui faire comprendre. Ce qu'il voulait Saren, c'était des mots. Appelons un chat, un chat au lieu de tourner autour du pot. Il voulait qu'elle lui annonce la nouvelle de manière officielle, comme le ferait une femme à son époux avant que ce dernier ne se jette dans ses bras pour la serrer et bénir les cieux d'avoir pût lui offrir ce merveilleux présent. Bien entendu, ça ne serait pas le cas de Saren. La vérité était déjà bien trop dure pour elle, pour qu'en plus il ressentes l'envie qu'elle lui dit mot par mot ce qui lui arrivait. « Je suis enceinte Saren !!! Merde !! » Hurla t-elle en manquant d'éclater en sanglots. Les hormones certainement. Ou peut-être la colère qu'il ose lui planter à nouveau le couteau dans la plaie encore fraîche. Cette grossesse avait des airs de fatalité pour elle. Dépourvu de sentiments maternels, elle se demandait comment elle pourrait gérer la chose quand elle sera la. Pour être une bonne mère, il fallait avoir un modèle à suivre et ce n'était pas son cas. Sa mère est une ancienne courtisane qui devait avoir au moins une dizaines d'autres enfants à force de coucher à droite et à gauche, loin d'être un modèle idéal.

« Depuis un mois et demi.. » Continua t-elle le regard brillant d'une animosité sans pareil, mitigé par l'envie de déverser ses larmes sur son visage ou d'attraper le premier objet qui lui vient en main pour l'envoyer valser à travers toute la pièce. Sa mâchoire resserrée, la brune resta cependant immobile, de peur de faire un pas de travers qui lui coûterait gros. En rajoutant ce petit détail concernant sa grossesse, elle savait éperdument qu'il en viendrait au fait qu'il pouvait être l'unique père de cet enfant. Ce n'est pas comme ci elle avait eut d'autres amants depuis cette coucherie qui l'avait tellement marqué. Saren était décidément le meilleur amant qu'elle ait eut jusqu'à présent, et aujourd'hui il était celui qui était parvenu à la mettre enceinte. Son pire ennemi lui a offert le plus empoisonné des cadeaux malgré lui. Un cadeau qui ne cessait de grossir, grandir et se développer en elle au moment même ou ils discutaient tout les deux. Elle non plus n'était pas d'humeur à jouer, et c'est d'ailleurs bien pour ça qu'elle souhaitait rapidement s'en aller, pour espérer s'en sortir dans sa misérable vie, elle qui se retrouverait seule face au monde impitoyable de la mafia. Une belle proie facile à exterminer que bien des chasseurs s'amuseraient à traquer. « Tu n'es pas mon seul ennemi Saren. Aujourd'hui, j'en ai des tas à travers le monde entier,
et si ils viennent à apprendre ce qui m'arrive, je ne me donne même pas une semaine.
» Ajouta t-elle franchement. C'était malheureusement la triste vérité. Ce dilemme était plus que colossal, cette fois il ne s'agissait pas d'exterminer un quelconque ennemi qui chercherait à se dresser sur son chemin, c'était bien une partie d'elle qu'elle allait devoir tuer et sa conscience, elle, n'en avait pas spécialement l'envie ni le courage.


black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jang Saren
Âge : 30
Occupation : Homme d'affaire (officiellement), Mafieux (officieusement)
Quartier : Haeundae
Situation : Célibataire
Don : Empathie accrue
Niveau : 2
Multicompte : Kim Sun Hi & Hwang Dae Seo
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t740-jang-saren-ris-tout-le-monde-rir
Mar 18 Juil - 23:44
Les mots... il attendait les mots pour être sûr que ce soit ce à quoi il pense, mais qu'il refusait de croire. Seul la vérité, dite à haute voix pourra le faire changer d'avis, lui faire réaliser l'ampleur de la gravité de ce moment et que tout ceci est bien vrai. Des énigmes, c'est bien beau, mais ce n'est pas assez clair. Ceci pourrait-être tout aussi bien autre chose... Oui, il a de l'espoir, enfin assez peu. Voilà que les mots sortirent tous de sa bouche, formant une phrase claire et précise, annonçant la couleur de cette sombre vérité. Thara était enceinte. Oui, c'était bien le mot employé, enceinte, comme une femme qui attend un bébé et qui d'ici quelques mois va pondre un bébé potelé totalement dégueulasse avant qu'une infirmière vienne le nettoyer. Un bébé...cette simple idée lui semble impossible. Au final, où est le problème ? Vu son ventre plat, ce n'est que le début de la grossesse, tout ceci peut encore se stopper, il lui suffit de voir un médecin, de lui demander d'interrompre tout ça et on en parlera plus, non ? Aujourd'hui, c'est courant les IVG, c'est un droit, certes pas partout, pour les femmes. Vu son état, elle ferait mieux de courir à l'hôpital et d'oublier l'idée d'être enceinte. Ceci risque de la mener à sa perte. Non, ça va vraiment la tuer. "Enceinte ? Tu dois être folle !" réplique-t-il en la regardant avec un air moqueur. Pour le moment, il ne pense pas être le père. Depuis le mois dernier, elle a très bien pu coucher avec d'autres types. Pourquoi ce gamin devrait-il être le sien ? Malgré tout ça, il restait loin d'elle, comme si elle était porteuse de la peste et qu'elle pourrait le contaminer. C'était surement parce qu'il redoutait la suite qu'il prenait ses distances, histoire de créer un fossé entre eux.

La jeune femme continua, elle l'informa depuis quand elle était donc dans cet état, un mois et demi. Bien qu'il ne le veuille pas, son cerveau se mit automatiquement à réfléchir, à chercher quand elle et lui ont laissés parler leur folie au cours d'un jeu qui inévitablement les a fait perdre. C'était bien ça, leur dernière rencontre datait d'un bon mois et demi. Alors... en toute logique, ceci voudrait dire que le père... c'est lui ? Se fichant pas mal d'être une cible facile, il lui tourna le dos, de toute manière, il était à plusieurs mètres d'elle et vu son état, elle ne représentait pas une énorme menace. Sa main droite vint passer dans sa chevelure, l’ébouriffant légèrement, alors qu'il était en train de réfléchir à la gravité de la situation. Puis, il se retourna pour la regarder. "En gros là... t'es en train de me dire c'est ma putain de faute ?" Sa voix avait pris une intonation quelque peu plus dure et forte. Pour l'heure, il refusait encore de croire qu'il était le père de cet Alien en train grandir dans son ventre. "T'es peut-être en train de me mentir. Qu'est-ce qui me dit que t'as pas vu un autre homme que moi, hein ? Ce n’est pas comme si on sortait ensemble ! Pourquoi, il faudrait que notre seule et uniquement coucherie fasse de toi la mère d'un futur gamin ?" Ce qu'il dit est vrai, elle pourrait avoir vu quelqu'un d'autre. Lui ne s'est pas gêné de son côté. Mais quand même ! Si c'est vraiment ça, vous imaginez... Une seule erreur ! Une seule ! Et voilà qu'elle se retrouve avec un foutu polichinelle dans le tiroir, si ce n’est pas fou ça ! "Tu peux pas avoir de gosse ! Réfléchis ! Tu t'es vu ? Encore pire, si ça devrait être moi le père!" C'est à peine s'il se rendait compte de ses paroles. Il venait d’émettre l’hypothèse d'être père. Le temps que sa monte au cerveau et que ceci lui fasse vraiment peur et voilà qu'il se précipite vers elle, l'attrapant par les épaules pour la secouer légèrement. "Va avorter ! On...heu... t'as pas besoin de ça !" Pourquoi est-ce qu'il a dit "on", il n'arrive même plus à se comprendre, il commence à dire n'importe quoi. Finalement, il relâche ses épaules et s'éloigne de nouveau d'elle, comme si elle était contagieuse.

Thara se mit à expliquer qu'elle risquait de devenir la cible de ses autres ennemis si jamais ils apprenaient son état. Oui, c'est une éventualité, mais est-ce son problème ? Quelque part oui, car elle est son adversaire. Et comme il l'a si bien dit, personne ne touche à sa proie. Ceci veut dire qu'il va devoir la protéger pendant les huit prochains mois ? Hors de question, impossible que ça passe inaperçu. "Qu'est-ce que j'en ai à foutre de ça ? Va avorter et t'auras aucun problème ! Et on pourra recommencer notre petite guerre. Car là...franchement t'es dans un état tellement pitoyable que tu me fais presque pitié !" lâche-t-il avec un ton tranchant et blessant. C'était la vérité, la voir si pâle et affaibli lui donne envie de l'oublier tout de suite, ou de l'achever sur le champ. Mais il ne fera rien de ça. Pour le moment, il est perdu, même s'il ne le montre pas.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hidalgo Thara
Âge : 30
Occupation : Modèle photo officiellement. Fille et héritière légitime du "big boss" de la mafia colombienne officieusement.
Situation : Célibatarde. Aux hommes qui pensent que la place des femmes est dans la cuisine, pensez bien que c'est l'endroit ou sont rangés les couteaux.
Don : Pas besoin de dons pour se débrouiller dans la vie.
Multicompte : Callum Anna.
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 20 Juil - 9:26

Fucking bad joke.
“Des entrailles prédestinées de ces deux familles ennemies.A pris naissance, sous des étoiles contraires, un couple d'amoureux dont la ruine néfaste et lamentable doit ensevelir dans leur tombe l'animosité de leurs parents.”


Elle eut droit à un enchaînement de propos plus ou moins blessants qui aurait fait pleurer n'importe qu'elle femme en temps normal, mais certainement pas Thara. A vrai dire, elle se fichait pas mal de l'avis de Saren et n'irait pas courir chez le premier docteur pour qu'il lui extirpe l’œuf en elle. Cet enfant lui faisait autant peur à lui qu'à elle, mais pour la première fois de sa vie, Thara hésitait sur le fait de s'en débarrasser. Elle ne voulait pas retracer le même chemin que son imbécile de mère qui n'a jamais été la pour elle durant son enfance. Saren chercha à la fuir, lui qui était en temps normal très provoquant dans sa façon d'agir l'observait d'un drôle d'oeil, comme ci cette dernière était atteinte d'une grave maladie ou pire encore de la peste qu'il pouvait attraper rien qu'en la touchant. Il en surjouait tellement que ça en était risible. Imbécile. « Et dis moi à partir de quand j'ai commencé à te dire que c'était de ta faute? Ne mélange pas tout Saren. » Souffla t-elle d'un ton las en fermant de nouveaux les yeux désespérément. A nouveau il prit la parole pour suggérer le fait qu'il ne pouvait être le père de cet enfant et que la colombienne avait eut d'autres amants après lui qui eux pourraient l'être. A ses mots, elle ne répondit même pas. Elle n'avait pas à le faire, ni à se justifier de quoi que ce soit, elle même avait encore beaucoup de mal à se dire qu'elle portait en elle une moitié de cet homme corrompu face à elle.

Tu peux pas avoir de gosse ! Réfléchis ! Tu t'es vu ? Encore pire, si ça devrait être moi le père! Va avorter ! On...heu... t'as pas besoin de ça ! Il l'attrapait par les épaules pour la secouer, et à ce geste elle manqua de le gifler pourtant elle ne le fit pas. « Ne me touche pas.. » grogna t-elle la mâchoire serrée. Encore un peu plus et la louve sommeillant en elle risque de se réveiller pour se jeter sur lui et lui arracher les yeux. Son plus gros soucis à vrai dire ce n'était pas l'enfant mais les ennemis qui attendaient la moindre petite faille pour se ruer sur elle et l'abattre comme une pauvre biche sans défense mais encore une fois, c'était loin d'être un soucis pour Saren qui ne pensait qu'à son petit jeu stupide qui était pour le coup parti un peu loin. Cet homme est le pire des inconscients, le pire des monstres en fait. Oh bien sûr, elle n'avait pas demandé à ce qu'il saute de joie en apprenant la nouvelle, mais elle pensait que leur relation à tout deux était bien plus forte et sauvage que ça. A croire que le fait qu'elle se retrouve enceinte fait d'elle un déchet de l'humanité à qui il ne porterait plus d'attention. Et bien soit, qu'il le fasse, ça lui est égal.

Aujourd'hui, elle avait trouvé le courage de lui avouer la vérité et dieu seul sait pourtant à quel point elle avait eut peur de le faire. Alors, quand il lui révéla qu'elle lui faisait plus pitié qu'autre chose, la jeune femme n'eut aucune peur de s'avancer jusqu'à lui, le visage totalement stoïque et dépourvu d'une quelconque émotion. Sans crainte elle approcha son visage du sien pour lui cracher quelques mots. « Bien. Si je te fais si pitié que ça, je supposes que tu ne seras plus contre l'idée de m'ouvrir la porte pour que je sortes de cette pièce. » Commença t-elle en plantant son regard noir dans le sien. C'est en voyant l'inquiétude et la colère dans ses yeux qu'un petit sourire étira le coin de ses lèvres. « Tu m'as prise pour qui Saren? Je suis pas une de tes putains qui t'obéis au doigt et à l’œil. Alors tes ordres, tu vas gentilement les donner à tes larbins et tu vas me laisser faire mes choix comme une grande. T'as voulu savoir la vérité, et bien tu l'as sus, alors, heureux? » Finit-elle de lui dire d'une voix pleine de dégoût pour le personnage en face. C'était à elle et à elle seule de prendre la décision de mettre fin ou non à cette grossesse parce que c'était elle qui portait en elle l'enfant, c'était son corps à elle qui changerait pas le sien, et si il refuse d'assumer les choses et bien tant pis, de toute façon du cliché de la petite famille parfaite aux grands sourires, bien coiffés et aux joues roses elle n'en voulait pas. Qu'il continue à culbuter n'importe qu'elle greluche autour de lui, ça lui donnera plus le temps pour elle de préparer sa future vengeance.

black pumpkin
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jang Saren
Âge : 30
Occupation : Homme d'affaire (officiellement), Mafieux (officieusement)
Quartier : Haeundae
Situation : Célibataire
Don : Empathie accrue
Niveau : 2
Multicompte : Kim Sun Hi & Hwang Dae Seo
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t740-jang-saren-ris-tout-le-monde-rir
Jeu 20 Juil - 21:33
Même si le jeune mafieux ne le montrait pas tout ceci avait un petit côté déstabilisant. Apprendre qu'elle était enceinte changer absolument tout. Le futur qu'il entrevoyait remplie de duel contre elle s'évaporait tel une petite flaque d'eau face à un soleil brûlant. Mais ce n'était pas tout, s'il n'y avait plus de duel entre eux, si cette guerre ne pouvait pas avoir lieu, alors comment leur relation va évoluer ? Saren l'avouera pas, mais la compagnie de Thara à quelque chose d'attrayant. Avec elle, il peut "s'amuser", être pleinement lui-même sans redouter un reproche. Peut-être que le fait qu'elle soit aussi dingue que lui les rapprochent d'une certaine manière ? Tout est confu. Cette grossesse, ça lui donne l'impression qu'une distance terrible va s'immiscer entre eux et mettre fin à leur relation tordue qui ne devrait pas exister. Non, il n'est pas amoureux, c'est à se demander s'il a un cœur, mais disons qu'il aime sa présence... Et le nouveau tournant qu'avait pris leur relation la dernière fois qu'ils s'étaient vus rendait tout ceci intéressant. La jeune femme n'accusait peut-être pas encore le mafieux, mais qui dit qu'elle ne le fera pas plus tard ? Si elle est enceinte, c'est bien à cause d'un homme et visiblement le coupable c'est lui. Quoi qu'elle est autant fautive que lui dans cette histoire. Plutôt que de répondre inutilement, il resta silencieux, lui jetant un regard noir qui était largement suffisant.

Vu la situation, elle devait oublier cette grossesse et avorter, c'était la seule solution. Il lui intima de le faire... enfin lui ordonna serait le mot le plus juste. Elle le repoussa, visiblement aussi perdu que lui et pas vraiment d'humeur à parler de ça. Et pourtant, il fallait bien le faire, encore plus si elle devenait une cible facile pour ses ennemis. C'est hors de question qu'elle devienne une cible pour d'autre. Thara c'est sa partenaire de jeu, sa victime, sa meilleure ennemie, personne n'a le droit de la tuer à part lui. Du coup, il préfère largement qu'elle stoppe cette grossesse plutôt qu'elle se fasse tuer inutilement. Pour le moment, il ne pensait pas trop au bébé, au fait qu'il en soit le père. Car oui, c'est aussi son enfant, le fruit de sa chair et ainsi sa descendance. Jusqu'ici, il n'avait jamais pensé à avoir d'enfant, ils prennent trop de temps et il n'a d'autre chat à fouetter.

Les dures paroles qu'il avait proférées n'eurent aucun effet. Elle le défiait ouvertement, pensant qu'il se déciderait à lui ouvrir la porte vue la pitié qu'elle lui inspire. Merde, ce n'est pas ce qu'il voulait dire. Pourquoi faut-il que les femmes interprètent toujours les choses de travers ? Elle se trouvait proche de lui, elle montrait qu'il ne lui faisait pas peur et au fond de lui il avait l'impression de retrouver la vrai Thara, pas celle d'il y a quelques secondes, qui était totalement affaiblis. Il aimait ça. La colombienne était toujours là, prête à sortir les crocs et les griffes. Pendant une fraction de seconde, ceci étira un coin de ses lèvres en une sorte de sourire rassuré. Elle est là ! Sa terrible adversaire à toujours du mordant et finalement ça parvient à le rassurer. Son attitude lui rappelle leur dernière rencontre et sans savoir pourquoi, il se jette sur ses lèvres pour l'embrasser fougueusement pendant deux ou trois secondes seulement. "Te voilà ! J'ai vraiment cru que la Thara que je connaissais avait disparu !" Il s'éloigna d'elle, sans savoir pourquoi, peut-être pour résister à l'envie de se rapprocher d'elle ou éviter que ce soit elle qui le fasse. "Vu ton état, si tu veux éviter que les gens l'apprennent, tu devrais te cacher, être quelque part en sécurité." L'un de ses doigts vint se poser sur son menton pendant qu'il réfléchissait. On pouvait voir qu'il était sérieux et que quoi qu'il dise elle n'aurait pas vraiment le choix. "Je refuse que ma pire ennemie soit la cible de quelqu'un d'autre. Alors, à partir d'aujourd'hui, tu vas te cacher chez moi," l'informe-t-il en s'étonnant lui-même de proposer une telle cohabitation. "Ne crois pas que je te laisse le choix !" ajoute-t-il précipitamment avant qu'elle ne réponde quoi que ce soit.


Revenir en haut Aller en bas
 
Fucking bad joke ! [feat. Thara]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» haiti: an international joke getting more and more so!!!
» Stu une criss de joke ???????
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Just the same //feat Matt'//
» Tit joke plate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Wonder in Busan :: BUSAN :: GANGSEO :: Port de Busan-
Sauter vers: