AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Every now and then, you show up again

avatar
Han Ji Soo
Âge : 25
Occupation : écrivain sous le nom d'Omega & guitariste compositeur des Døubt
Quartier : Buk
Situation : célibataire au coeur morcelé
Don : il perçoit tout grâce à une acuité des sens
Niveau : 4
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t991-ji-soo-night-can-drown-out-the-l
Mer 12 Juil - 19:50

Every now and then,
you show up again
jisoo & nara

La nervosité lui barrant le front, Jisoo se frotte le visage. Il fait au mieux pour se concentrer et fermer son esprit mais il semble en être incapable cette nuit. L’état d’épuisement dans lequel il se trouve ne lui permet pas de faire barrage à quoique ce soit et ça ne manque pas de l’épuiser chaque heure un peu plus. Ses pas faisaient le tour de la pièce sans qu’il en soit réellement conscient. Le jeune homme cherchait à se fatiguer d’avantage pour tomber de sommeil mais ça ne semblait pas fonctionner alors il se contentait de s’allumer une clope et de se pencher à la fenêtre. L’air frais lui fouettait le visage et ça avait le mérite de l’apaiser un peu. Se concentrant sur la mélodie des feuilles bruissant au vent,  il en oubliait le grésillement de l’électricité qui court dans les habitations. Cela étant, ça ne suffisait pas à calmer complètement son esprit. Il comprenait désormais assez bien son corps pour savoir que c’était peine perdue pour cette nuit. Peut-être qu’il devrait un jour trouver quelque chose qui l’apaise réellement et qui l’aide à faire abstraction de ce qui l’entoure. Pour le moment son seul secours était de retrouver son endroit secret des nuits difficiles qui avait au moins le mérite de le calmer à chaque fois qu’il y posait le pied. Sans y réfléchir à deux fois, Ji Soo enfile sa veste, attrape son étui à guitare et se faufile à l’extérieur, délaissant avec joie sa petite maison. Il ne lui faut que quelques minutes pour rejoindre le bois à quelques rues de là et déjà sa silhouette s’enfonce dans la pénombre. Son esprit semble pouvoir respirer à nouveau à mesure qu’il s’éloigne des fourmillements propres à l’urbanisation. La nature a le mérite de lui offrir des informations bien plus agréables que la ville et il s’était toujours dit qu’il était né et avait grandi au mauvais endroit. Il aurait voulu s’enfuir avec sa mère et vivre au beau milieu de la campagne, mais la seule chose que sa mère n’ait jamais eu le courage de faire c’était de fuir son père. Le jeune homme s’asseyait au pied de son arbre favori, aux abords d’une jolie clairière. Il pouvait entendre l’eau couler dans le petit ruisseau qui passait juste là et c’était bien le seul son au monde qui avait le pouvoir de le calmer instantanément. Ca n’était pas suffisant pour l’endormir sur le champ bien que la nuit soit déjà pas mal entamée, mais tant qu’il sortait de cet agacement de n’avoir aucun contrôle ça lui allait. Pour passer le temps, il attrapait sa guitare acoustique et son calepin pour y déposer quelques accords. Autant dire que Jisoo passe le plus clair de son temps à composer. Parfois les futures chansons du groupe, parfois des mélodies courtes pour passer le temps. Il passait alors presque une heure à fredonner et pincer les cordes au beau milieu de ce bois où il était sûr de ne déranger personne. La mélodie se déployait, portée par le vent. Ji Soo pensait tenir là une prochaine compo pour les doubts. Ca correspondait plutôt bien à leur style et il était certain que ça leur plairait. Ce qu’il cherchait également dans ses nouvelles compositions était de toucher le public. C’était idiot à dire, mais s’ils veulent vraiment se faire connaitre, ce n’est pas tout de faire des chansons qui plaisent aux membres du groupe. Il faut que ça plaise au plus grand nombre également.

Tandis qu’il griffonnait sur son calepin les quelques notes qu’il venait d’assembler, un écureuil attirait son attention. Le guitariste posait son instrument à côté de lui et posait sa tête sur l’arbre en fermant les yeux. Il pouvait suivre tous les mouvements de cette petite bête à l’ouïe, et le voir malgré la seule lueur de la lune qui se reflétait sur l’eau comme lumière. Ce lieu avait l’avantage de ne lui offrir aucune information parasitaire, de tout ce qu’il peut percevoir ici, il n’y a rien qu’il puisse reprocher d’exister. Sa main s’était posée sans l’herbe et son corps étaient imperceptiblement parcours de légers frissons à chaque brise qui se levait. Ji Soo pensait toujours qu’au moins ici, il n’avait pas besoin de faire barrage à tout ça. Ce n’était pas des informations qui dérangeaient son esprit, bien au contraire. La brise lui amenait subitement une autre odeur avant qu’il n’entende des pas derrière son dos. Il reconnaitrait son odeur entre toute. Par-delà de l’odeur de ses animaux, Jisoo était capable de sentir l’odeur propre à chacun. Et de tous ceux qu’il avait pu croiser dans sa vie, la sienne était la plus agréable. Nara s’approchait doucement de lui, elle avait dû l’entendre au loin. Du moins il est quasiment sûr qu’elle sait qu’il est là. Voilà autre chose qu’il adorait dans cet endroit, de pouvoir parfois l’y croiser elle. « Salut toi » Il gardait les yeux fermés et restait concentré sur son petit écureuil jusqu’à ce qu’elle finisse par lui faire face. Il se pousse un peu pour lui faire une place. « Tu ne dors pas ? » qu’il lui demande bien que ça soit plutôt évident. « Regarde là » Il lui montre du doigt la branche sur laquelle le petit animal était en train de les regarder après être sortis des feuillages. Il ne savait pas très bien si elle allait l’apercevoir avec la pénombre mais il espérait que oui. « J’ai l’impression qu’il veut habiter avec toi » qu’il la taquine en souriant. S’il y avait bien une chose qu’il trouvait adorable, c’était l’incroyable facilité qu’elle avait à se lier avec toutes ces petites bêtes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jeong Nara
Occupation : propriétaire d'un refuge pour animaux
Quartier : Buk
Situation : en couple avec kim taehoon (pnj)
Don : communication avec la nature.
Niveau : 2
Multicompte : yunsoo & wonpil
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1034-eliza-delajungle-korean-version
Mer 12 Juil - 22:19

Every now and then,
you show up again
jisoo & nara

Il n’est pas là.

Face à cette douce sensation de liberté, ses muscles se détendent un à un, et elle surprend un léger sourire venir se poser sur son visage. Elle trace du bout des doigts les draps du lit qu’elle vient de faire, enfonce son nez à l’intérieur pour se délecter de cette odeur de linge propre, où son parfum n’a pas pu encore s’y infiltrer. Dehors, la nuit est tombée, et alors qu’il est en train de boire des verres avec certains de ses collègues, elle ne compte pas rester sagement enfermée à l’intérieur. Nara devrait, pourtant : il pourrait rentrer à n’importe quelle minute, elle pourrait sursauter d’entendre son pas lourd sur le parquet, et les animaux s’agiter en sentant sa présence. Mais là, seuls les petits piaillements et autres bruits si doux à ses oreilles viennent se balader dans ses tympans, et elle se sent calme, chez elle, sans raison de s’agiter. Cette quiétude vient l’envelopper comme une couverture doucereuse, et elle s’empresse de s’élancer dans son jardin, sans prendre la peine de mettre ses chaussures. Elle se fiche bien d’avoir de la terre et des saletés plein les pieds, ça se lave, et elle ne peut vivre sans cette sensation absolument enivrante. Lorsque sa peau est en contact avec la terre, elle a l’impression d’être connectée à tout. Cela n’a pas de sens, et pourtant elle sent que son sang coule un peu plus vite dans ses veines, que ses yeux se parent d’une lueur de vie qui semble la plupart du temps filtrée. Elle ne voit pas grand chose devant elle, mais elle sait qu’au bout de peu, ses yeux s’habitueront : ce n’est pas la première fois qu’elle passe la nuit dehors, même si elle en a un peu perdu l’habitude, ces derniers temps.

Elle passe un châle sur ses épaules, autrement vêtue d’un grand t-shirt et d’un short qui lui laissent toute liberté de mouvements, et s’élance. Elle a de la chance : son jardin s’étend à des terres qui ne lui appartiennent pas, plus loin, et elle peut rencontrer les arbres et les prairies pour aussi loin qu’elle voudra y courir. Elle respire, se vivifie de la fraicheur nocturne, presque imperceptible par ce temps d’été.

Elle se demande s’il est là. Sûrement pas. Elle n’a pas d’intuition ou de pouvoir de voyance, et parfois elle se trompe, mais quelques fois, elle a l’impression de sentir sa mélancolie à travers collines, et de savoir qu’il doit être à son endroit préféré. Elle y marche sans vraiment penser, écoutant les bruits des insectes et les feuilles bruisser sous le vent. Plusieurs dizaines de minutes passent, avant qu’elle n’aperçoive une silhouette. Il la perçoit avant même qu’elle ne soit à quelques mètres de lui, et comme d’habitude elle s’arrête un instant. Elle a le pas léger, parfois les gens ne se rendent pas compte de son entrée ou de sa sortie d’une pièce, et beaucoup en ont inventé des histoires rocambolesques. Pourtant, depuis qu’ils se connaissent, il a toujours pu percevoir son arrivée avant une personne normale. Elle ne se remplit pas d’illusions : elle se dit que c’est pareil avec d’autres, mais ce fait fait partir un peu plus son coeur à chaque fois.

Elle raccourcit la distance qui les sépare. Vient se planter devant lui, sans laisser paraître aucune intention. Elle se sent soudainement gênée, et l’observe, essayant de deviner ses traits dans la pénombre. Elle ne répond pas à sa question, n’est même pas sûre qu’elle appelle à une réponse. Nara suppose que c’est une manière comme une autre d’engager la communication, et elle se contente de venir s’asseoir à côté de lui, laissant quand même une petite distance entre eux.

Elle lève la tête, suit son doigt, et sourit légèrement, en voyant le petit animal. Elle le fixe un instant, le sent hésitant, doit-il descendre pour venir les rejoindre ? Mais pour l’instant, il semble plus confortable en haut, dans ses branches, et elle ne lui en veut pas. Il y a des gens qui aiment les animaux seulement lorsqu’ils peuvent interagir avec, mais pour elle, cette notion va plus loin. Elle va de pair avec le respect et l’altérité, et jamais elle ne ferait quelque chose comme attirer à elle ou accueillir dans son refuge un animal juste parce qu’elle en a envie.

Nara baisse le regard et vient rencontrer celui de Ji Soo “Tu te trompes” dit-elle doucement “Je crois qu’il attend juste que le concert commence” dit-elle avec humour, sans pourtant en rire, et vient jeter un regard à la guitare qui trône à côté de son propriétaire. Elle appuie sa tête contre le tronc de l’arbre et expire. Dans ces moments là, elle a l’impression de sentir la sève circuler et de s’amplir du caractère imperturbable de ces ancêtres. “ça fait longtemps, qu’on ne s’est pas retrouvé ici” finit-elle par dire, fixant son regard au loin. Elle est contente d’être à ses côtés, même si ça ne se voit pas, en tout cas pas perceptiblement. Ses traits pourtant se détendent un peu plus en sa présence, son sourire revêt une autre couleur, et son corps semble s’ouvrir en attente de quelque chose. Elle ne s’en rend pas compte. Elle laisse le silence s’étirer, comme pour trouver un réconfort dans la brise. Elle sent l'étau se resserrer au creux de sa poitrine, celui qui lui rappelle les choses qui se sont subtilisées à elle sans qu’elle ne l’aperçoive “tu m’as manqué” finit-elle par dire, sans tourner le visage vers lui. une candeur qui est sienne, des mots à peine murmurés, difficilement audibles, tant pis s’ils ne sont pas entendus. Elle veut le dire, elle a du mal à s’exprimer, la plupart du temps, mais ces temps-ci l’importance de ce qu’elle a lui semble accrue, et elle a peur de les perdre, plus que tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Han Ji Soo
Âge : 25
Occupation : écrivain sous le nom d'Omega & guitariste compositeur des Døubt
Quartier : Buk
Situation : célibataire au coeur morcelé
Don : il perçoit tout grâce à une acuité des sens
Niveau : 4
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t991-ji-soo-night-can-drown-out-the-l
Jeu 13 Juil - 2:02

Every now and then,
you show up again
jisoo & nara

Voilà plusieurs années que Jisoo avait trouvé cet endroit où il se sentait revivre. A l’abri de toute intrusion agressive dans son esprit. Il redoutait la ville dense, bien qu’il ait connu ça. Si ça mère le lui faisait souvent oublier, ça restait tout de même un trop plein d’information et un flux constant. Alors quand il avait commencé ses études, il avait déménagé par la même occasion. Pour se soulager, à la fois de la présence de son père mais aussi de la présence de ces milliers d’habitants qui fourmillaient autour de lui. Vivre en total autarcie lui aurait surement mieux convenu, mais il avait fait en sorte de s’intégrer à la société et de savoir-vivre parmi elle.  Ce n’était pas pour rien qu’il avait intégré les doubt, ni même qu’il avait finalement développé la volonté de les rendre plus connus. Le jeune homme avait appris à faire barrage et à se concentrer sur certaines choses. Feignant de vivre tout à fait normalement. Le fait est qu’il a encore souvent du mal à savoir de quelle manière les autres perçoivent le monde. Quelle est la limite entre sa perception et la leur, et à quel moment il est au-delà de cette limite, devant alors feindre de ne rien voir ou de ne rien entendre. C’était parfois compliqué. La plupart de ses proches mettaient sa faculté sur le compte de l’intuition, et lui, ne faisait qu’approuver. C’est peut-être de l’intuition au fond, ce n’est pas nécessairement un mensonge. Toujours est-il que c’est dans ce genre d’endroit qu’il peut lâcher prise, être lui-même et cesser de penser à agir normalement. Jisoo n’avait jamais su pourquoi il percevait au-delà de ce que l’on peut qualifier de normal, sa mère n’a jamais pris le temps de le lui expliquer, ni même de lui dire clairement qu’il pouvait effectivement faire ça. Il se considérait un peu comme une anomalie en fait, et ce n’était pas toujours évident à accepter. Mais il ne pouvait rien y faire, d’aussi loin qu’il pouvait se souvenir, il entendait toujours au travers des parois et des portes, et sa mère lui avait toujours dit de garder ça secret. Est-ce qu’il devait garder ça secret encore maintenant ? Il se posait la question parfois. Mais il préférait ne pas être vu comme une anomalie de la nature. Malgré son côté marginal et décalé il avait besoin d’une plutôt bonne réputation s’il souhaite mener à bien son projet pour les doubt. La fantaisie c’était bien pour ses livres, et il fallait que ça s’arrête là. Toujours est-il qu’au milieu de ces bois il évitait de ce soucier de ces choses et il se contentait de dégainer sa guitare pour passer aux choses sérieuses.

Malgré l’apaisement notable de son esprit, morphée était encore bien loin. Il profitait de la présence de ce petit écureil pour laisser de côté son instrument et fermer les yeux un instant. S’il s’endormait là ça n’avait rien de dérangeant. Et au moins, il aurait dormi quelques heures et il serait calmé. Tandis que son esprit suivait la petite bête, il sentait venir à lui une odeur des plus spécifiques et surtout des plus rassurantes. Déjà un sourire étirait ses lèvres. La délicatesse de Nara l’a toujours fais sourire et il percevait dans la manière dont ses pieds foulaient le sol la discrétion dont elle faisait toujours preuve. Nara c’est la fille la plus discrète qu’il doit connaître, et pourtant il a l’impression qu’elle est toujours là quand il le faut. Elle a enfait toujours été à ses côtés. La première a écouter la musique de son groupe douteux du lycée qui n’attirait personne. Nara vient doucement le rejoindre, il lui indique l’écureuil, sachant pertinemment que ce genre de détail lui faisait plaisir. Il ne connaissait que trop bien l’amour qu’elle nourrissait pour les petites bête, et il ne pouvait que le comprendre. Elle plonge son regard dans le sien, affirmant que l’écureuil attend en fait le concert. Ses lippes s’étirent tendrement. «  C’est confidentiel » fait-il faussement outré. Ca ne serait pas la première fois qu’elle aurait le droit d’entendre une mélodie qui s’inscrirait au répertoire des doubt. Imitant Nara, Jisoo pose sa tête sur l’arbre et ressent quelque chose d’étrange l’envahir. Un frisson se promène au creux de sa colonne vertébrale tandis que Nara semblait s’apaiser un moment. « C’est vrai » Il ne saurait dire si c’est lui qui vient moins souvent ou elle. Ou si leurs présences ne coïncidaient pas tout simplement. « Mais on est là ce soir » Et ça lui faisait un bien fou en fait. Ses préoccupations s’étaient alors envolées, et il oubliait le fourmillement de la ville. Ji soo n’est pas sans comprendre qu’il en est de même pour elle. Il entendait sa respiration se poser et son corps se décontracter. Il ferme les yeux, appréciant la situation à sa juste valeur. Dans un murmure, ses mots qui parviennent alors à ses oreilles ont le don de le surprendre, ses sourcils se froncent dans un premier temps avant de laisser place à son éternel visage bienveillant. Ca le touche, quand même, ce qu’elle vient de lui dire. Parce que ça ne lui ressemble pas. Ji soo se laisse glisser sur le côté, et Nara s’est mise si loin de lui qu’elle atteint son épaule et pas sa tête. « Tu aurais pu m’appeler » c’est vrai. Elle sait qu’il tient assez à elle pour jouer au chevalier servant. Et elle savait par ailleurs, qu’elle pouvait venir le déranger quand elle voulait, jamais elle n’avait été un poids pour lui, bien au contraire. Mais il avait dit ça pour détourner son attention, apaiser la gêne qui pouvait l’habiter. Et c’est après quelques secondes de silence qu’il finit par l’avouer à son tour. « Tu m’a manqué aussi » qu’il souffle en chuchotant. Finalement il n’avait plus envie de dormir Jisoo, simplement profiter de ce moment qu’il avait avec elle et de l’apaisement qu’elle lui procure toujours. Elle était comme un repère, un roc sur lequel il s’accroche depuis des années. Elle l’avait connu durant la pire période de sa vie, et il faut se le dire, elle savait à peu près tout de ses blessures. S’il ne les avait pas toujours exprimées avec des mots, elle les avait comprises, et il le sait.

Il avait bien envie de lui demander si son petit ami était d’accord qu’elle soit là à une heure pareille, mais il ne sentait pas son odeur sur elle, et il en déduisait qu’elle ne l’avait pas vu depuis plusieurs heures. Il devait avoir encore quitté la maison, ce n’était pas la première fois. Au lieu d’amener des sujets qui fâchent sur la table, il se contente de se redresser et d’attraper sa guitare. Sans dire un mot, il se met à jouer la mélodie qu’il venait de composer en adoucissant volontairement le tempo pour en faire quelque chose de doux et mélodieux qui sied à merveille à l’atmosphère omniprésente. La lune pare son visage de douces lueurs blanches et il pouvait planter ses yeux dans les siens et lire ses traits. Pour accompagner la guitare il se mettait à fredonner un potentiel air qui viendrait se calquer sur la mélodie. Il s'arrêtait un instant pour la taquiner. « Dis donc t’es vachement favorisée en fait » Toujours à en savoir plus avant les autres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jeong Nara
Occupation : propriétaire d'un refuge pour animaux
Quartier : Buk
Situation : en couple avec kim taehoon (pnj)
Don : communication avec la nature.
Niveau : 2
Multicompte : yunsoo & wonpil
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1034-eliza-delajungle-korean-version
Jeu 13 Juil - 15:21

Every now and then,
you show up again
jisoo & nara

Parfois elle se dit que ce n’est pas normal de se sentir aussi bien avec quelqu’un. Depuis longtemps, elle a pris pour acquis le fait qu’elle ne peut être aussi paisible que dans la nature ou avec ses animaux, sans aucune présence humaine. Mais lorsqu’il y est également, elle ne sent pas cette intrusion qui parfois la prend avec d’autres, et il est autant son chez elle que les arbres, l’herbe et les petits animaux qui vivent autour d’eux. Elle n’est pourtant pas totalement calme en sa présence, parfois lorsque leurs regards se croisent, elle a l’impression de se tendre, mais quelque chose du domaine de l’agréable, et pas de l’envie de fuir qui la prend tant de fois. Elle a envie de s’y accrocher, sans trop savoir ce que sont les frissons qui remontent dans son ventre ou la douce euphorie qui gagne son esprit, elle se dit que ce n’est pas trop grave, de profiter de ça. D’autres fois, elle se sent coupable, alors qu’elle n’a rien fait de mal : mais sûrement qu’une personne ne peut pas se sentir comme ça impunément, au contact d’une autre. Elle a peur lorsqu’elle se ressent dans l’envie d’établir une proximité, et ainsi met toujours une distance de sécurité entre leurs deux corps, comme par peur de ce qu’elle pourrait bien entreprendre. Pourtant, dans sa conscience, elle ne s’imagine pas ressentir de l’attirance, de l’amour, ou quoi que ce soit de ce genre : surtout qu’elle est en couple à présent, et elle associe ce qu’elle croit être ces sentiments à la crainte.

Quand il la taquine, elle réagit à peine. Peut-être que les coins de ses lèvres se soulèvent un peu plus, mais elle n’y répond pas, parce qu’elle sait qu’il n’y en a pas besoin. Parfois elle le laisse parler et elle a l’impression que son mutisme suffit à établir une conversation : après tout elle n’est pas autre part, elle l’écoute attentivement, et on voit les inflexions de ses pensées et de ses sentiments dans son regard, dans son visage, dans son corps. La plupart des gens en sont incapables, mais elle a intégré depuis longtemps le fait que Ji Soo en est capable, pour une raison qui lui échappe. Elle en est heureuse, elle n’a pas à se changer pour lui, il peut la lire dans sa sobriété. Elle acquiesce face au constat sans équivoque. Ils sont là, et elle essaie de goûter chaque secondes du bout de son sourire, tant elle sait que le temps va passer vite, et comme il redeviendra pesant une fois rentrée chez elle.

Elle sent son contact sur son épaule et baisse légèrement le regard. Elle sent son coeur battre un peu plus vite, se dit qu’il l’a sûrement entendu, qu’il lui répond comme ça, et elle se sent un peu coupable, d’avoir laissé échapper cette phrase. Nara ne veut pas lui peser, ne veut pas s’imposer plus qu’elle ne devrait.

Non, elle n’aurait pas pu. Mais elle ne peut pas le dire, elle est touchée du fait qu’il veuille lui assurer qu’elle ne le dérange pas, qu’elle peut le faire quand elle veut. Durant l’année, elle a l’impression qu’elle se l’est autorisé de moins en moins de fois, et à présent, elle a trop peur que son copain voie son nom dans le journal des appels. Elle veut lui répondre qu’elle sait, et veut lui signifier en s’autorisant à pencher un peu sa propre tête vers lui, laisser sa joue reposer contre le sommet de son crâne. Il sent bon. Son coeur s’accélère à nouveau, elle aurait presque préféré qu’il ne lui renvoie pas, elle a envie de pleurer, elle n’est plus habituée à tant de douceur à son égard.

Elle a l’impression qu’il entend ses supplications silencieuses en se détachant d’elle pour attraper sa guitare. Elle baisse le visage, elle n’a pas envie qu’il puisse capter l’émotion dans ses expressions, tandis qu’il se met en place. Elle souffle et lorsqu’il commence à jouer, ne peut s’empêcher de venir relever les yeux et lui rendre son regard. Nara sait qu’à partir du moment où elle s’y est reposée, logée, elle ne pourra plus s’en détacher, et ses soucis semblent s’évanouir à nouveau avec la brise. Elle sourit légèrement, sent son coeur se poser sur les notes pour les suivre allègrement. Il s’arrête et elle lève les sourcils. “Favorisée ?” demande-t-elle, surprise. Nara ne comprend pas ce qu’il veut dire par là, et cligne des yeux, l’air un peu perdu.

On semble la perdre quelques secondes, avant qu’elle ne se rende compte que, bêtement, il ne parlait sûrement que de la musique qu’il n’avait peut-être pas fait entendre à d’autres. Elle laisse échapper un petit rire gêné, sent son corps se détendre, elle s’était crue un moment dévoilée. Elle serre un peu ses lèvres en une petite moue et baisse le regard. “c’est toi qui me met dans cette position” dit-elle un peu boudeuse et amusée.  Elle vient caresser l’herbe à côté d’eux d’une de ses mains. “tu ne devrais pas” ajoute-t-elle bien vite en gardant le regard rivé sur le sol “je n’ai pas envie qu’il y ait de jaloux” dit-elle en retenant sa respiration. Au milieu d’une conversation légère, elle pense pourtant à mille autres choses : s’il savait combien ses mots ont d’implications. Elle sent une culpabilité qu’elle ne peut pas interpréter venir lui attraper la gorge, elle a presque l’impression de tromper son petit ami, à être là ici. Pourtant, elle sait que Ji Soo n’a pas d’intentions de ce genre envers elle, et elle se persuade qu’elle n’en a pas non plus : pourtant, là, elle s’en veut de ressentir autant, d’être si bien, elle ne devrait pas. Mais elle ne peut pas reléguer ça au fond d’elle, partagée douloureusement entre l’envie de vivre et celle de faire ce qu’il devrait. Elle habite le silence qui vient se poser en venant tirer sur quelques cordes de sa guitare. Nara ne sait absolument pas jouer de cet instrument, et n’en a jamais eu non plus l’envie : pour elle, cela lui appartient, et c’est en le fait qu’il en joue que vient l’extase du moment. Pour elle, c’est comme s’il était le seul au monde à avoir ce talent et cette aptitude. “écris moi une chanson à la place” dit-elle sans sérieux aucun, en continuant à jouer avec les cordes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Han Ji Soo
Âge : 25
Occupation : écrivain sous le nom d'Omega & guitariste compositeur des Døubt
Quartier : Buk
Situation : célibataire au coeur morcelé
Don : il perçoit tout grâce à une acuité des sens
Niveau : 4
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t991-ji-soo-night-can-drown-out-the-l
Lun 24 Juil - 0:12

Every now and then,
you show up again
jisoo & nara

Nara est tout simplement hypnotisante. Ji Soo n’a jamais su mettre les mots sur ce qu’elle représente réellement pour lui. Elle avait toujours été là, le soutenant dans les moments difficiles, et désormais, sa seule présence lui procurait un confort incomparable. Il y avait entre eux cette étrange alchimie qui faisait que même dans un silence interminable et sans s’adressait une seule parole, les deux amis se comprenaient mutuellement. Le guitariste ne cessait de se sentir chanceux d’avoir à ses côtés une personne dont la simple présence suffit à soigner ses plaies. En quelques minutes Jisoo avait oublié son mal être et les désagréments de son acuité semblaient bien loin. Avec Nara il se sentait compris, et il pouvait de son côté dire qu’il la comprenait aussi. Il se doutait d’ailleurs de leurs ressemblances. Si lui avait noté la présence de l’écureuil, il avait aussi noté la confiance avec laquelle il était sorti de sa cachette. Tous les deux n’en avaient jamais parlés, il ne savait d’ailleurs pas si elle avait compris, mais en tous cas le brun avait des doutes. Nara avait une aisance avec les animaux, il en était plutôt certain par contre il n’avait aucune idée de ce qu’elle pouvait faire. Sa tête posée sur la sienne il entendait son cœur s’accélérer. Si Jisoo n’en connaissait pas la cause il posait sa main sur la sienne pour la calmer et lui signifier que tout va bien. Il en déduisait que quelque chose la préoccupait, mais elle savait bien qu’elle pourrait lui en parler quand elle sera prête.

Le guitariste finissait alors par se saisir de sa guitare pour jouer la mélodie qu’il venait de poser sur papier pour Nara et la petite bête qui les regardait avec intérêt. Ji Soo n’avait jamais eu aucun problème à jouer devant la brune, ni même pour elle. Il savait très bien que ça l’apaisait et il avait fini par saisir quelle genre de mélodie elle préférait. Elle lui avait dit qu’il attendait le concert, et Jisoo avait pris ça pour une demande détournée et il s’exécutait sans rechigner. Alors que ses doigts pinçaient les cordes de la guitare, il se mettait à fredonner un air qui se posait sur la mélodie. Il ne manquait pas d’observer Nara et d’apprécier la lueur de la lune sur sa peau et la manière dans ses traits de détendent après un léger moment de gêne. Le jeune homme appréciait particulièrement cette douceur qui lui était caractéristique et il faut bien avouer que parfois il ne peut s’empêcher de la taquiner un peu pour apprécier un peu plus ce qui la rend si adorable. Ses mains cessent alors de jouer pour l’embêter un peu. « Penses-tu ? » il ne voit aucun inconvénient à la mettre dans cette position, bien au contraire. Nara fixe le sol en déclarant qu’elle ne veut pas qu’il y ait de jaloux. Ses lèvres s’étirent en un tendre sourire alors qu’il hausse les épaules. « moi ça me plait » il laisse ça phrase en suspens un instant. Elle a une place particulière dans sa vie, et il ne veut pas que ça change. « il y a de quoi être jaloux pourtant, depuis longtemps » au final elle a toujours été là. S’il y avait bien quelqu’un qui le suivait depuis toujours c’était bien elle. « mais il n’y a rien de grave à ça » Ji soo avait toujours apprécié la présence de Nara. C’est un fait, ils ont mis le temps à se rapprocher, ça a pris des années pour qu’ils en soient là aujourd’hui. Mais même au départ, il ne garde que de bons souvenirs de sa présence constante. S’ils ne se parlaient pas forcément, il la voyait souvent. Et il voudrait aujourd’hui la voir aussi souvent qu’à l’époque.

Elle lui avait manqué. Si elle savait qu’elle pouvait compter sur lui à tout moment, de jour comme de nuit. Il soupçonnait que ce soit à cause de son petit ami, qu’elle le contacte moins qu’avant. Il soupçonnait bien des choses d’ailleurs, à propos de ce mystérieux jeune homme qui partage désormais sa vie. Notamment qu’il l’éloignait beaucoup trop de lui à son goût. Nara lui assurait que tout allait bien, et lui se contentait d’apprécier un peu plus chaque moment qu’il pouvait passer avec elle. Distraite, elle pinçait les cordes de la guitare, ce qui le faisait sourire. Jamais elle n’avait montré d’intérêt à en jouer, et pourtant il a toujours eu envie de partager ça avec elle. C’est un aveu qu’il n’avait jamais prononcé cela dit. Écris-moi une chanson qu’elle lui dit. Elle n’est pas sérieuse, il le sait. Il la connait. Mais il saisit la perche, s’approche pour se placé accroupi en face d’elle. « Qu’est-ce qui de dis que ce n’est pas déjà fait ? » Il mentirait s’il disait qu’elle ne lui avait pas inspiré quelques paroles. Mais l’idée d’écrire une chanson entière pour elle lui plaisait bien au final. Ji attrape la guitare pour la glisse sur les jambes de Nara, soulevant ses bras comme une marionnette pour la placer en situation avant d’afficher une expression pleinement satisfaite. « ça te va bien dis donc » elle faisait une bien belle musicienne. Ça lui donnait envie de l’entendre jouer. Comprendre ce qu’elle peut ressentir quand lui joue pour elle. Il penchait la tête sur le côté et croisait les bras sur ses genoux « toi, écris moi une chanson » Son regard l’observait sans gêne jusqu’à ce que s’impose dans son esprit une image qu’il n’imaginait pas se superposer à elle. Un léger mouvement de recul s’empare de lui et il s’assoit pour le masquer, se frottant le visage l’air de rien pour masquer son état. Pendant un quart de seconde il avait vu la silhouette de sa mère se poser sur la sienne. Celle qui lui a appris la basse et la guitare, celle qui est à l’origine de son amour de la musique. Et soudainement il avait terriblement envie que Nara joue pour lui. « Faudra que tu m’explique un jour qu’est-ce que tu aimais dans mon ancien groupe » il tente de justifier un état d’esprit perturbé un peu, même si pour le coup il s’était toujours posé la question, c’était au fond une excuse pour balayer ce qui venait de s’imposer à son esprit. Ji soo avait toujours trouvé Nara beaucoup trop douce pour apprécier un groupe de punk et la grosse brute qu’il pouvait être à l’époque.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jeong Nara
Occupation : propriétaire d'un refuge pour animaux
Quartier : Buk
Situation : en couple avec kim taehoon (pnj)
Don : communication avec la nature.
Niveau : 2
Multicompte : yunsoo & wonpil
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1034-eliza-delajungle-korean-version
Lun 24 Juil - 19:02

Every now and then,
you show up again
jisoo & nara
Ses paupières papillonnent, elle évite son regard, elle a presque envie de lui demander s’il fait exprès de dire des choses pareilles, pour faire souffrir son petit coeur. C’est la torture la plus douce au monde, et les frissons remontent le long de son ventre sans gêne. Elle s’éclaircit la voix, tente de calmer son corps et son esprit, fixe avec autant d’intensité ce sol soudainement si intéressant. Se rend-il compte de ce qu’il lui dit ? Non, sûrement que non. Elle ne lui a jamais montré ou exprimé à quel point ses attentions la perturbaient, et elle ne peut pas lui prêter de mauvaises intentions en imaginant quelque chose de stupide comme un jeu qu’il pourrait mener. Il ne se rend pas compte. Parce qu’elle n’a jamais rien montré. Elle sait que c’est de sa faute, et d’un côté elle aimerait lui dire d’arrêter, de l’autre, elle aime le fait qu’il soit loin de toute vérité, qu’il se donne cette liberté, même si cela fait des ravages. Car avec la souffrance, il y a ce plaisir qu’elle ne peut nommer, honteux. Elle voudrait l’écarter, mais elle ne le peut pas.”rien de grave” répète-t-elle alors après lui, dans un murmure, car c’est vrai, si elle se le répète assez, ça se transformera en vérité, hein ? Elle peut faire l’idiote, ignorer les signes de son corps et de son coeur, cela ne fait de mal à personne. Surtout pas à lui, qui baigne dans une douce ignorance.

Elle se force à relever un peu les yeux lorsqu’il vient en face d’elle. Se mord la lèvre, une certaine tristesse montant dans son regard, qu’elle s’efforce d’écarter rapidement. Il lui fait mal, en disant ça. Mais son coeur s’élève, bat un peu plus fort, dit-il ça pour rire ? Y a-t-il véritablement des paroles qui lui sont destinées ? Elle se laisse faire, alors qu’un poids vient se poser sur ses cuisses. Elle vient attraper maladroitement l’instrument, effleure son corps. “ah bon ?” demande-t-elle sans conviction. Il dit sûrement ça pour faire la conversation, elle n’en attend pas plus, mais en même temps, elle aime la pensée qu’elle pourrait avoir l’air d’une chanteuse, une de celles accompagnée par le chant des oiseaux environnants, pieds nus, qui entrance son public. Elle rencontre son regard et sourit un peu, s’apprête à lui répondre avant qu’il ne se recule. Elle s’inquiète, mais ne dit rien, pour ne pas le gêner. Est-ce que c’est la regarder comme ça, qui lui a provoqué une telle réaction ? Elle tente d’écarter l’idée, mais elle s’imprime dans son coeur, comme une lourde sentence. Le plaisir devient coupable.

“Toi” dit-elle sans y réfléchir et sans gêne. Il n’y a pas à y réfléchir des heures, c’est lui qui l’a amenée à les écouter, c’est pour lui qu’elle est restée. “C’est toi que j’aimais” dit-elle, avant d’ajouter “dans le groupe. Tu as une présence” dit-elle doucement, venant pincer quelques cordes. Elle baisse le regard, finalement gênée en retard, on ne peut pas lui en demander trop. Elle a beau se sentir à l’aise en compagnie de Ji Soo, dans des moments comme ceux-ci, elle ne sait pas pourquoi elle se transforme en jeune femme maladroite et embarrassée, pourquoi tout ce qui sort de sa bouche vient frapper son petit coeur. “pour de vrai ?” demande-t-elle finalement, par rapport à sa demande de la chanson, “si ton défi est lancé au sérieux, je le relèverai. tu es ma muse” dit-elle en esquissant un sourire, laissant même un petit rire lui échapper. Après tout si on lui avait demandé d’écrire sur n’importe qui, ça aurait été sur lui, aussi surprenant que ça puisse paraître. Sûrement que beaucoup auraient attendu le nom de son amoureux, c’est ce qui serait logique. “mais je suis sûre que d’autres ont dû le faire avant moi” dit-elle dans un soupir, s’essayant à quelques accords improvisés, du bout des ongles, et pas très justes. “tu avais ton lot de groupies à l’époque. et encore aujourd’hui” elle fixe les cordes qu’elle manipule, au moins il ne peut pas voir son expression, ce sourire teinté de tristesse, qui elle l’espère ne se sent pas dans son ton.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Han Ji Soo
Âge : 25
Occupation : écrivain sous le nom d'Omega & guitariste compositeur des Døubt
Quartier : Buk
Situation : célibataire au coeur morcelé
Don : il perçoit tout grâce à une acuité des sens
Niveau : 4
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t991-ji-soo-night-can-drown-out-the-l
Ven 28 Juil - 23:27

Every now and then,
you show up again
jisoo & nara

En soit, Ji soo ne comprend pas très bien ce qui dérange Nara d’être favorisée. Lui trouve ça plutôt normal. Il la connait depuis des années après tout, et étant donné les moments qu’ils partagent ensemble, ça ne le choque en rien de partager avec elle ce qu’il compose. Même si en soit ça pourrait réellement être confidentiel, dans tous les cas il sait bien que Nara n’irait pas divulguer ce genre de chose pour le plaisir de vivre. Il sait qu’elle ne cherchera jamais à lui nuire. Le brun pense pouvoir dire sans se tromper qu’il connait bien la brune et la confiance qu’il place en elle est aveugle. Ça lui fait plus plaisir qu’autre chose, de partager ses chansons avec elle et c’est loin d’être la première fois qu’il fait ça. Souvent il joue juste pour lui faire plaisir, pour voir dans ces yeux à quel point ça lui fait plaisir. Ji soo sait qu’il ne joue pas simplement de la musique, il compose pour faire oublier leurs soucis pendant quelques minutes à ceux qui écoutent. Et c’est bien ça qu’il trouve magique dans la musique. Et tandis qu’il s’était arrêté pour la taquiner Nara en profite pour subtiliser les cordes de l’instrument. Distraitement elle lui demande de lui écrire une chanson. Ses lèvres s’étirent et son regard s’adoucit. Evidemment qu’elle lui a déjà inspiré des paroles. Ça lui parait plutôt évident. Depuis le temps qu’elle le suit dans sa vie, il ne pourrait pas nier qu’elle l’a inspiré. Elle pas seulement pour ses musiques, mais pour ses histoires aussi. S’il ne le lui avait jamais dit, il profitait de cette perche tendue pour l’avouer à demi-mot mais elle reste silencieuse. Ne réagissant finalement que lorsqu’il installe la guitare dans ses bras et lui disait qu’elle ferait une belle musicienne. Jisoo acquiesce de la tête, il le pense vraiment. Ce à quoi il ne s’attendait pas par contre c’était d’avoir un flash de la silhouette de sa mère sur elle. Evidemment, elle avait été celle qui lui avait donné l’amour de la musique c’était bien elle. Mais pour autant elle n’avait pas de ressemblance avec Nara, ni physiquement, ni dans son caractère. Autant dire que ça l’avait perturbé de penser à ça subitement et il n’avait pu réprimer un léger mouvement de recul, gagné par l’incompréhension. Nara ne soulève rien, et c’est tant mieux. Ce n’est pas innocemment qu’il avait demandé soudainement pourquoi elle aimait son ancien groupe. C’était comme ça qu’ils se sont connus. Comme ça qu’elle est venues à lui, l’air de rien, progressant dans son cœur aussi discrètement qu’elle le pouvait. Mais maintenant elle était bien là, et il aurait bien du mal à l’imaginer ne plus l’être.

Toi. Ses sourcils se froncent, Jisoo est interloqué. Voilà une réponse à laquelle il ne s’attendait pas le moins du monde. Sa gorge se noue et son cœur se serre un peu pour une raison qu’il ignore. N’importe quelle fille qui aimait un peu les doubt ou son ancien groupe aurait pu lui dire ça, mais de sa bouche ces quelques mots prenaient alors une toute autre ampleur. ‘’c’est toi que j’aimais’’ résonnait étrangement dans son esprit bien qu’elle reprenne simplement la formule qui lui-même avait utilisé. Le musicien se raclait la gorge l’air de rien sans trop savoir quoi répondre à ça. « Mhh.. » Il ne trouvait pas de truc idiot à dire pour se cacher alors il se contentait de regarder la lune en pensant qu’elle était touchante. Il ne savait pas bien s’il avait une présence, il s’est toujours considéré comme le gars plutôt tranquille à droite de la scène mais si elle le disait il pouvait la croire, certainement. Mais il est touché Jisoo, que ce soit lui qui l’ai amené à suivre leurs repets. Pendant longtemps il avait cru qu’elle s’ennuyait mais il avait fini par comprendre que si elle restait là c’est que ce n’était pas le cas. Le problème était qu’à l’époque il était bien difficile d’obtenir une quelconque conversation avec la jeune femme alors il avait simplement accepté sa présence et pris le temps pour gagner sa confiance. Et maintenant il était là a avoir envie de lui écrire une chanson rien que pour elle. Un rire nerveux s’échappe de ses lèvres. « Moi ta muse ? » Ca lui faisait vraiment beaucoup trop rire. «  C’est moi qui devrais dire ça. » Jisoo se frotte le visage en soufflant. « J’ai l’impression d’être une fille maintenant » il avait un peu l’impression d’être émasculé a être considéré comme une muse mais ça le faisait bien rire qu’elle lui ai dit ça lui plus sérieusement du monde. Lui l’était par contre. Elle est sa muse, pour de vrai. Le musicien sent pourtant une pointe de tristesse alors qu’elle soumet que des groupies aient pu lui écrire des chansons. Il tentait tant bien que mal de percevoir ses émotions mais le visage rivé vers la guitare il ne pouvait déceler quoi que ce soit, cela dit il avait bien cru entendre un peu de tristesse dans sa voix. « J’sais pas » qu’il siffle un peu vexé pour tout dire. « c’est pas ça qui m’intéresse » C’est de elle dont il était question. Préoccupé lil s’éloigne un peu pour s’allumer une clope avant de se rasseoir un peu plus loin pour que ça n’embête pas Nara. Elle ne lui avait jamais fait de remarque jusqu’ici mais il faisait toujours attention de ne pas fumer trop près des autres. S’il voulait flinguer ses poumons c’était bien son problème mais il préfère préserver ceux des autres. Et d’autant plus les siens. Ses muscles se détendent tandis que la nicotine s’engouffre dans ses poumons. Les coudes posés sur ses genoux, Ji soo garde un œil sur Nara avant d’ajouter après un moment. « Et qu’est-ce que tu m’écrirai comme chanson ? » Elle avait piqué sa curiosité avec son histoire de muse, mais il avait pris la chose au sérieux. « Tu sais. Ça fait longtemps que t’es dans ma vie c’est normal que tu m’aies inspiré certaines choses. Et pas que pour les paroles. » Prenant le temps de finir sa cigarette il se penche en arrière et s’allonge. « Mais je te l’écrirais vraiment cette chanson. Rien que pour toi. Toute entière. » L’air de rien il tapote l’herbe à ses côté en fixant le ciel. «  Viens là »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jeong Nara
Occupation : propriétaire d'un refuge pour animaux
Quartier : Buk
Situation : en couple avec kim taehoon (pnj)
Don : communication avec la nature.
Niveau : 2
Multicompte : yunsoo & wonpil
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1034-eliza-delajungle-korean-version
Sam 29 Juil - 15:24

Every now and then,
you show up again
jisoo & nara
Et soudainement elle prend peur. Elle se demande si les minutes passées là, dans cette douce insouciance, ne s’écoulent pas trop vite. Si comme Cendrillon, son carrosse ne se transformera pas bientôt en citrouille, ses belles soeurs ne se rendront pas compte du pot aux roses. Elle scrute le ciel, cherchant une indication de l’heure, sachant que trop bien comme elle perd la notion du temps lorsqu’elle est avec des personnes qu’elle aime. Jisoo étant bien entendu en haut de la liste. Elle n’a pas de montre. L’angoisse monte par ses doigts de pied, et pourtant même dans cet état de panique, elle refuse de se laisser emporter. Une nuit, elle peut avoir une nuit, non ? à ne pas se préoccuper de ce qu’il y aura quand elle rentrera à la maison, de ce qu’on lui dira, de ce qu’on lui fera. Elle peut profiter de la chaleur de Soo, elle s’imagine ne pas survivre si elle se l’arrache volontairement encore une fois. Elle doit refaire son plein, celui d’énergie, de positivité, de bonheur, ou tout du moins de joie, et elle prie aux étoiles pour que l’aiguille de l’horloge n’avance pas trop vite.

Elle en profite, alors qu’il s’est éloigné d’elle, pour se reprendre en main. Calmer son coeur, ses pensées, son esprit. Elle le remercie silencieusement de s’être éloigné, pour faire cette chose qu’elle lui interdirait bien si elle avait un quelconque pouvoir sur lui. Il ne sent sûrement pas sa peur, à l’idée qu’il réduise ses jours de vie aussi consciemment, de toute façon elle ne l’exprime pas, ne la montre pas, comment pourrait-il deviner ? Elle sait que certaines filles trouvent ça attirant, bien trop attirant, et si elle ne pensait pas plus loin, sûrement serait-elle dans leur groupe. Tout ce qui l’habite, c’est le jour où il ne sera plus à elle, et si elle peut tout faire pour que ses années s’étirent le plus possible, elle le fera. Ou en tout cas, dans l’idée, dans ses pensées, les actions trop timides encore pour évoluer. Elle lève la tête pour changer la direction de ses soucis, observer l’écureuil qui pointe son nez entre les feuilles à nouveau. Elle aurait envie de l’inviter à venir lui tenir compagnie, mais elle s’accroche comme une égoïste à ce tête à tête tellement rare.

Et lui, l’invite, elle réfléchit deux secondes avant de glisser lentement vers la place qu’il tapote. Elle frissonne, son odeur est mêlée au parfum âcre du tabac, mais cela fait partie de lui, c’est aussi rassurant qu’effrayant. Comme plus tôt, elle fait attention, laisse un peu d’espace entre eux, calmant son coeur qui la maudit d’être aussi craintive. Peur de quoi? Elle ne sait pas trop, mais elle se laisse tirer tout de même, par cette émotion qui l’a menée la majeure partie de sa vie. “J’ai hâte de l’écouter” dit-elle doucement, persuadée qu’elle en ferait une cassette qu’elle écouterait, en boucle. Un petit bout de Ji Soo quand il ne serait pas là, rien de mieux pour panser ses plaies. “moi je ne sais pas trop encore.. ce que j’y mettrai.” Elle pince les lèvres, ne s’imagine pas tant mettre des mots sur ses sentiments que des sons. Car ce qu’il lui inspire n’est pas aussi rationnel, pas aussi direct, et elle se retrouverait devant une page blanche à essayer d’assembler des lettres, des mots, des phrases entre elles. “mais ça sera une chanson qui donne envie de vivre” murmure-t-elle, sans douter qu’il puisse l’entendre. Cordes vocales se touchant à peine, son qui s’évanouit entre les chants des grillons et la mélodie du vent. Elle souffle, se tait à nouveau, laisse le silence les envelopper. Elle a envie d’être contre lui, elle a envie de pleurer, d’être réconfortée.

Bien vite elle ferme les yeux et les sent, les larmes se former au coin de ses paupières. Elle a mal. Elle a envie de disparaître. Et que quelqu’un lui attrape la main pour lui dire qu’elle n’est pas toute seule.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Han Ji Soo
Âge : 25
Occupation : écrivain sous le nom d'Omega & guitariste compositeur des Døubt
Quartier : Buk
Situation : célibataire au coeur morcelé
Don : il perçoit tout grâce à une acuité des sens
Niveau : 4
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t991-ji-soo-night-can-drown-out-the-l
Jeu 24 Aoû - 1:44

Every now and then,
you show up again
jisoo & nara

Etrangement, Ji Soo sentait Nara tendue. Mais tendue de quoi ? C’était loin la première fois qu’ils passaient du temps tous les deux dans leur endroit secret et c’était bien loin d’être la dernière. Peut-être était-ce en rapport avec son copain ? Peut-être n’était-il pas d’accord qu’elle soit sortie. Il envisageait sérieusement que cet homme était du genre à lui interdire des choses. Elle lui en parlait peu, lui assurait que tout allait bien et calmait ses inquiétudes lorsqu’elles se montrent. Parce qu’il se méfie. Il y a quelque chose qui le dérange chez lui, et son instinct a déjà prouvé qu’il était plutôt fiable. Cela dit, il préfère se fier à Nara qu’à son instinct. Et si elle lui dit que tout va bien. Alors tout va bien. Il prend quelques secondes pour se concentrer de nouveau sur son odeur et toutes celles qui se sont collées à elle ses dernières heures. Pas de signe du petit ami. Peut-être était-elle pressée de le retrouver de ce fait ? Et qu’elle se sentait coupable d’être là ? Cette idée éveillait en lui un malaise. De la tristesse aussi, un peu. Leur discussion est évasive, mais l’un comme l’autre choisis ses mot, qui ont des résonnances qui leur échappe. Sans même réellement s’en rendre compte elle lui fait des confidences qui trouent son cœur. Il a la gorge qui se noue quand ils parlent du groupe et d’elle. Elle n’a pas l’air de se rendre compte que Ji Soo n’est absolument pas intéressée par ce que peuvent bien lui dire ces groupies en question. Evidemment les avis des fans sont très importants, mais il ne va pas se mentir. Il prêtera toujours plus d’intérêt à son avis à elle. Certainement parce qu’elle a été sa première fan. Mais aussi la première à s’intéresser à autre chose que le bassiste ou le guitariste. S’il elle s’était rapproché de lui pour le groupe en premier lieu, ils avaient noué une amitié bien au-delà de ça. Alors pour tout dire, il est un peu vexé qu’elle mette les groupies sur le tapis. Surtout à un moment pareil. Il lui en veut de penser à ça. Et surtout de dénigrer l’importance de sa présence. Il sait bien que la confiance en elle lui manque parfois, mais après toutes ces années elle ne devrait pas douter de sa place. Il se contente de s’éloigner un peu pour penser à autre chose. Il s’allume une clope dont il respire la fumée avec apaisement. Un instant, il regarde le ciel et ces étoiles qui brillent là-haut, bien loin de tous ces soucis. Son regard se pose furtivement sur elle qui observe de nouveau le petit écureuil et lui rappelle à quel point elle a quelque chose de spécial. Peut-elle comprendre ces bêtes dont elle aime tant prendre soin ? Peut-être leur parler ? Il finit par se poser ce genre de question Ji Soo, parce qu’il comprend bien qu’il y a quelque chose même s’ils n’en parlent jamais. C’est qu’ils ne parlent pas beaucoup les deux amis au final. Son regard mélancolique reste fixé sur elle tandis que la nicotine emplit doucement ses poumons. Ca le calme aussitôt et alors qu’il a fini ca cigarette il intime son amie de venir le rejoindre.

Elle semble hésitante mais finit par le rejoindre d’un pas mal assuré. Le musicien en profite pour la questionner d’avantage sur cette histoire de chanson. Il lui demande finalement quel genre de chanson elle voudrait lui écrire. Elle ne répond pas, il tripote nerveusement ses mains. Il connait la brune, et il sait qu’elle ne répond pas à toutes ses questions alors il se contente de lui avouer et lui dire clairement qu’évidemment qu’elle l’inspire. Nara c’est le genre de fille à avoir ce truc, cet aura particulière qui la rend si attachante. Si elle l’inspire régulièrement, il prendre le temps de lui écrire une chanson rien que pour elle. C’est une promesse qu’il lui fait. Comme à son habitude Nara reste évasive. S’il avait l’espoir qu’elle réponde à sa question elle ne le fait pas vraiment. Dans un premier temps en tout cas. Il se fige lorsqu’il perçoit ces quelques mots qu’elle murmure entre ses dents. Son cœur manque un battement alors qu’il fixe une étoile pour se contenir. Un soupire s’échappe pourtant de ses lippes alors qu’il meure d’envie de lui répondre sarcastiquement qu’il n’a donc pas l’air d’avoir envie de vivre. Il peut parait un peu autodestructeur quelques fois mais il a du mal à croire qu’il lui donne ce genre d’impression. Un silence écrasant s’installe parce qu’il a bien compris qu’il n’aurait pas dû entendre ces quelques mots alors qu’elle avait tourné la tête et murmuré à elle-même. Mais il ne sait pas bien comment prendre une telle remarque. Pour le moment il est blessé. L’homme se penche un peu plus en arrière jusqu’à s’allonger complètement, croisant ses mains derrière sa tête. Son regard reste pointé vers le ciel, gêné de poser de nouveau son regard sur elle. Perturbé par ce qu’il vient d’entendre, il rumine. Tourne encore et encore cette phrase dans son esprit se demandant de mille et une façons comment il devrait la comprendre. Il finit par comprendre qu’il n’en déduira aucune autre signification que celle qui lui a explosé à la figure. Alors qu’il avait fermé les yeux et que son esprit était sur le point de doucement s’échapper qu’il entendit ce qui lui semblait être un sanglot étouffé. Inquiet il se tourne doucement vers la brune. Ses yeux son clos mais ses traits sont tirés, et il les voit ces larmes qui perlent silencieusement sur ses joues. Elle tente d’être discrète, son chagrin est silencieux mais il l’a entendu. « Nara ? » Le ton est inquiet. Son corps se redresse doucement jusqu’à s’appuyer sur son coude, tourné vers la jeune femme. « Que ? .. Je .. » Sa voix tremble, il balbutie. Cette tristesse soudaine le prend de court et il ne sait pas quoi faire à part lui apporter un peu de réconfort. «J’ai fait quelque chose ? » Evidement qu’il s’inquiète de s’avoir si c’est de sa faute. « Qu’est-ce qu’il se passe ? » Ces question resteront peut-être sans réponse mais peu importe. Si elle avait besoin de pleurer, elle pouvait pleurer tout ce dont elle avait besoin. Sans avoir à lui expliquer quoi que ce soit, et elle le sait. Il s’approche. Puis se recule un instant. L’observe, conscient qu’elle aimerait surement se cacher à l’heure qu’il est. Son regard s’évade alors un instant à la recherche de quelque chose à faire mais concrètement les deux amis sont au milieu de nulle part. Alors il capitule, conscient que le seul réconfort qu’il pouvait lui accorder était un peu de chaleur. « viens » Son bras se tend maladroitement pour se saisir de son épaule qu’il tire doucement vers lui, posant ainsi sa tête sur le haut de son torse. « tu vas me faire pleurer aussi » qu’il fait amusé pour la détendre un peu. Il faut dire que de l’avoir contre lui ne fait que décupler les sensations qu’il perçoit et ce qu’il ressent à travers ce contact c’est la profonde tristesse qui l’habite en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jeong Nara
Occupation : propriétaire d'un refuge pour animaux
Quartier : Buk
Situation : en couple avec kim taehoon (pnj)
Don : communication avec la nature.
Niveau : 2
Multicompte : yunsoo & wonpil
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1034-eliza-delajungle-korean-version
Dim 27 Aoû - 10:38

Every now and then,
you show up again
jisoo & nara
Elle s’en veut. Se mord l’intérieur de la joue, pour qu’il ne remarque rien, prie silencieusement. Nara ne veut pas être la cause de son désarroi, elle ne veut pas gâcher ce moment si paisible et agréable. Elle craint plus que tout de le faire fuir, avec sa tristesse, les sentiments négatifs qu’elle ne peut cacher. Profondément, elle se dit que laisser ces sentiments apparaître lui donnera une raison de ne plus lui parler, de rompre tout lien avec elle, et de l’abandonner. C’est idiot, sûrement, mais cette idée ne se sort pas de son crâne, et c’est comme ça avec tout le monde : être un poids signifie qu’on ne s’embarrassera plus d’elle. Les seules personnes qu’elle a, elle doit les chérir et tout faire pour les garder près d’elle, les remercie même d’être si gentilles de lui accorder leur temps.

Son nom vient la frapper au creux de la poitrine, et elle commence à agiter la tête. L’air de dire, “mais non, il n’y a rien, pourquoi est-ce que tu dis Nara avec ce ton là ? Si tu as cru voir des larmes, tu t’es mépris, ce n’est qu’une goutte de rosée sur ma joue”. Elle le sent bouger à côté d’elle, sûrement se redresser, et elle plisse les yeux, pour ne pas se confronter à la situation. Elle se frappe déjà intérieurement, quelle idiote, incapable de réfréner ses accès de mélancolie. Son coeur tape un peu plus douloureusement lorsqu’il pense avoir fait quelque chose, lui, mais c’est bien ça le problème, il est parfait, et elle en a marre, elle lui en veut. Elle ne répond pas, elle le laisse parler, peut-être qu’il s’essoufflera, se calmera tout seul, elle fait l’autruche, c’est plus facile.

Nara se laisse manipuler, relever, même alors que sa tête va de droite à gauche pour lui dire qu’il n’a pas à faire ça. Elle ne peut enlever cette idée, celle qu’il se force, à cause de ce qu’elle lui a montré, pour ne pas être méchant avec elle. Et alors que son odeur vient emplir ses narines, elle se maudit d’être si faible, et de ne pas le repousser tout de suite. Se voit comme une créature de vices, qui profite impunément de quelque chose qu’elle ne mérite pas. Sans s’en rendre compte, elle écrase sa joue sur son torse et les larmes coulent un peu plus, venant mouiller son haut. Le fait de lutter contre sa culpabilité ne fait qu’augmenter son angoisse, et elle vient accrocher ses doigts contre le t-shirt du jeune homme, pour tenter de se calmer. “Désolée” murmure-t-elle tout de même, pour se justifier, comme un enfant, de pleurer pour rien. Comme si elle s’attendait à la gifle méritée, celle qui viendra la couper dans son élan, la forcera à réprimer encore une fois tout ce qui l’habite. “j’ai gâché le moment, hein ? ah…” elle soupire et plisse un peu plus fort les paupières, jusqu’à se faire mal.

Elle a envie de sangloter. étouffer les supplications de son esprit devient beaucoup trop fort, et elle s’en veut encore plus de ne pas exactement savoir ce qui l’a mise dans cet état. Elle a l’impression d’être un bébé. Nara finit par s’écarter un peu pour essuyer son visage. “ne t’inquiète pas. tu n’as rien fait. pourquoi est-ce que je pleurerais à cause de toi…” dit-elle tremblante, refoulant les souvenirs de tristesse qu’il lui avait causé, sans qu’il n’en ait aucunement conscience. Mais ce n’est pas vraiment le cas, là, maintenant. Qu’elle sache. “je dois juste être.. tendue. beaucoup de stress à la maison.” dit-elle rapidement, en poussant de ses poings le torse de Ji Soo comme dans un geste défensif pour l’éloigner. “oublie” lui intime-t-elle finalement en relevant le regard vers lui, partagée entre l’envie qu’il insiste ou se désiste.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Han Ji Soo
Âge : 25
Occupation : écrivain sous le nom d'Omega & guitariste compositeur des Døubt
Quartier : Buk
Situation : célibataire au coeur morcelé
Don : il perçoit tout grâce à une acuité des sens
Niveau : 4
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t991-ji-soo-night-can-drown-out-the-l
Mar 26 Sep - 23:26

Every now and then,
you show up again
jisoo & nara

Si Nara avait compris après toutes ces années que Jisoo avait une certaine intuition, comme elle le disait parfois, elle était pourtant bien étonnée de voir qu’il avait entendu son chagrin qu’elle tentait de dissimuler. Peut-être même que s’il entendait comme tout le monde il s’en serait rendu compte étant donné qu’elle est juste là à ses côtés. Mais au-delà de voir dans la pénombre quelques perles couler sur ses joues, il pouvait aussi percevoir sa respiration vainement contrôlée, son visage crispé et son corps tout entier tendu. Nara secoue la tête comme pour nier tout ça. Son éternel ‘tout va bien’. Elle sait qu’il est du genre protecteur. Il sait qu’elle ne veut pas ça de lui, qu’elle veut se débrouiller toute seule et prouver qu’elle n’a besoin de personne. Selon lui il n’est pas question de prouver quoique ce soit, se sentir supérieur à elle ou avoir une quelconque emprise. C’est purement et simplement de l’attention, parce qu’il tient à elle. Peut-être plus qu’à n’importe qui d’ailleurs. Ca le blesse parfois de constater à quel point elle construit toujours un mur entre eux. Dès qu’il ouvre une brèche quelque part, elle en comble une autre. Il y a toujours cette distance qu’elle place et qui ne lui semble pas nécessaire à lui, mais il a bien du mal à le lui faire comprendre. Soo a toujours respecté son espace vital, il peut comprendre que certaines personnes en ont besoin plus que d’autres, et il a toujours vu Nara comme étant quelqu’un qui a besoin d’espace. De moments à soi et d’indépendance. Lorsqu’il la voit en combat intérieur avec elle-même, il n’a plus qu’envie d’envahir cet espace et lui dire de lâcher prise de temps en temps. Il ne la connait que trop bien pour savoir qu’elle se bride sans cesse, qu’elle ne se permet pas d’être elle-même peut-être. Ses inquiétudes restent sans réponses, évidemment. Et puisqu’il n’a pas de meilleure idée que ça, il attrape doucement l’épaule de la brune pour la tirer vers lui. Se contacte l’électrise et amplifie les sensations qui s’échappe de la brune. Il ressent d’avantage sa peine et ses sanglots étouffés, ses doigts qui se crispent et ses larmes qui imbibent ses vêtements. Il est sérieux en affirmant qu’il va le faire pleurer. Il ne peut pas affirmer qu’il lit dans son esprit sa peine, mais il la ressent beaucoup plus qu’il ne le voudrait bien. Toujours tout est décuplé avec lui et ça le fatigue parfois. Dans un murmure elle s’excuse. Il est contrarié mais un sourire rassurant prend place sur ses lèvres. « C’est rien » Elle pouvait pleurer autant qu’elle le voulait, jamais il ne la jugerait. Si elle pouvait s’ouvrir un peu plus à lui d’ailleurs, ce ne serait pas de refus. Parfois il a l’impression qu’elle sait tout de lui, ou presque en tous cas, mais que lui a encore beaucoup de mystères à percer. « Bien sûr que non » Sa main vient instinctivement se glisser dans les cheveux de Nara en un geste rassurant. « Tu sais que tu peux tout te permettre avec moi » Ca ne gâchera jamais rien. Tu sais que je suis là pour toi, qu’il avait envie d’hurler pour la rassurer. Même s’il ne savait pas d’où lui venait cette tristesse soudaine, et qu’il ne saurait surement jamais. Elle pouvait se le permettre. Comme elle pouvait se permettre de ne pas lui expliquer. C’est ça qui est magique entre eux. Pas d’obligations, pas de contraintes. Chacun prenaient avec plaisir ce que l’autre donne. Sans réclamer plus. Sans exiger plus. C’est comme ça qu’ils ont toujours fonctionné.

Jisoo continuait de glisser sa main dans les cheveux de la brune en attendant qu’elle ne finisse par se calmer. Il est d’une nature patiente et rester là simplement à câliner Nara ne lui posait aucun problème. Au contraire même, ça l’apaiser lui aussi. Surement lui aussi avait-il besoin de ce contact et de cette chaleur rassurante. Même si Nara était loin d’être détendue, elle s’écartait de lui. Au moins, il était rassuré de savoir qu’il n’était pas responsable. Mais il n’en demandait pas plus pour autant. Ses sourcils se froncèrent quand il entendait que le stress venait de la maison. Elle le repousse de ses poings et lui dit d’oublier. Jisoo soupire. Comme d’habitude elle ne veut rien lui dire de sa maison. Et de son foutu mec. Comme d’habitude il avait un mauvais pressentiment avec ce gars. « pourquoi ? » qu’il lui demande doucement. Pourquoi est-ce qu’elle stresse à la maison ? Il ne lui semblait pourtant pas avoir senti son odeur sur elle, il en était certain, même. Est-ce qu’elle serait angoissée qu’il rentre ? Quasiment certain qu’elle n’en dira pas plus, il attrape une de ses mains qui garde dans la sienne et la tire vers lui de son autre bras. « Moi j’ai besoin d’un câlin » qu’il fait comme un prétexte, même si ce n’est pas un mensonge pour autant. Toutes les journées sont une épreuve pour lui, et la plupart des nuits le sont aussi quand il n’arrive pas à trouver le sommeil. Il sait que ça la rassure, et ça lui fait du bien à lui aussi de l’étreindre. Son regard se tourne de nouveau vers les étoiles, et même si la sensation de la terre derrière son dos n’est pas des plus agréable, il voudrait bien mettre pause un instant. « Ce serait sympa de dormir à la belle étoile non ? » Le brun sait qu’en sa présence il n’aurait aucune mal à s’endormir. Parce qu’elle l’apaise, et c’est peut-être là le remède à l’insomnie, une présence rassurante. C’était une idée lancée comme ça, pour lui signifier qu’il voudrait rester comme ça encore et encore et il lui suppliait intérieurement de ne pas lui dire qu’elle doive rentrer. Ne pouvait-elle pas rester juste une nuit ? « Ca fait longtemps qu’on ne s’était pas vus.. » qu’il souffle finalement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jeong Nara
Occupation : propriétaire d'un refuge pour animaux
Quartier : Buk
Situation : en couple avec kim taehoon (pnj)
Don : communication avec la nature.
Niveau : 2
Multicompte : yunsoo & wonpil
Voir le profil de l'utilisateur http://awib.forumactif.com/t1034-eliza-delajungle-korean-version
Dim 8 Oct - 21:39

Every now and then,
you show up again
jisoo & nara
Elle sait qu’elle ne lui répondra pas. Il lui a déjà posé la question auparavant, il la lui posera sûrement dans le futur, et elle restera muette, persuadée que garder pour elle tout ce qui lui pèse est la solution optimale. Ainsi, elle laisse le “pourquoi” de Ji Soo s’effacer rapidement avec la brise, et elle ne cherche pas à se débattre lorsqu’il la ramène contre lui. Elle le remercie, silencieusement, de ne pas l’écouter, d’aller plus loin de ce qu’elle montre, de ce qu’elle dit. Il n’y a que comme ça qu’on peut arriver à quoi que ce soit avec elle, qui s’est habituée au fil des années à tout enfermer. Elle soupire contre lui, essaie de ne pas s’en vouloir de ne pas être assez forte, et ses doigts viennent s’accrocher doucement au haut du jeune homme pour le garder contre lui. Les larmes ont envie de couler, à nouveau, parce qu’elle est bien trop heureuse lorsqu’elle est en sa présence, et que ça la tue. Elle ferme les paupières, s’emplit de son odeur, et son coeur ne sait pas bien s’il doit ralentir ou accélérer.

Elle acquiesce doucement contre sa poitrine à sa question, elle sait qu’il le sentira, qu’elle n’a pas besoin de dire un véritable oui pour lui exprimer qu’elle a tout autant que lui envie de rester ici. Peut-être plus pour la compagnie que pour la situation. “tu voudrais me voir plus souvent ?” demande-t-elle dans un murmure. C’est une véritable question, à laquelle elle ne peut mentir en disant vouloir entendre autre chose qu’une réponse positive. Si ça ne tenait qu’à elle, Nara passerait beaucoup plus de temps à ses côtés. Des conditions extérieures, Tae Hoon et sa propre volonté se mettent en travers du chemin, et elle en vient parfois à l’éviter, et réfréner ses propres désirs. La tristesse s’impose souvent à elle, car si le contact humain en lui même ne lui est pas indispensable, la proximité avec les personnes qui lui sont chères l’est.

Nara ne peut même pas inviter Jisoo à la maison. Taehoon n’aime pas ça, il deviendrait sûrement fou s’il pensait qu’un homme était venu passer du temps “chez lui”, surtout si c’était le Jisoo en personne. Secret pour personne et sûrement pas pour le principal intéressé que le copain de Nara ne l’aime pas du tout, et plusieurs fois, il a tenté de convaincre la jeune femme de ne plus le fréquenter. S’il y a bien quelqu’un qu’il ne l’empêchera pas de voir, c’est bien lui. Elle a besoin de respirer, et il est l’une des seules personnes avec qui elle peut le faire. Un peu de douceur. L’impression qu’on tient vraiment à elle. Qui sait si elle survivrait sans les rares fois, ces temps-ci, où ils se voient. “moi j’aimerais te voir tout le temps.” murmure-t-elle enfin, le visage posé sur la poitrine de Ji Soo, les paupières fermées, loin de la gêne d’un face à face yeux dans les yeux. Il ne sait pas à quel point, pourtant. Il prendrait sûrement peur, s’il se rendait compte de la force de son affection. C’est pour ça qu’elle se retient, souvent. Elle n’a pas envie qu’il l’abandonne. “tu ne partiras jamais, hein ?” finit-elle par demander, en resserrant un peu ses doigts.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Every now and then, you show up again
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Hillywood Show
» Retro Taco Show.
» Rétro Taco Show 2011.
» Armée démon best of show peinture Throne Of Skulls
» Chris Sabin Vs Big Show

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Wonder in Busan :: BUSAN :: BUK-
Sauter vers: